Jump to content

#22. Mathieu Decottignies-Lafon: Cultiver sa différence

Play
Season 1, episode 22
19 min / Published July 22

Mathieu Decottignies-Lafon est un joueur de golf professionnel né en 1993. A 10 ans, il découvre le golf par hasard et se trouve une passion à laquelle il va décider se consacrer très jeune. A 15 ans, il intègre un Pôle France mais ne s'y plaît pas et décide de poursuivre sa carrière en dehors du système fédéral. A 18 ans, il démarre sa carrière professionnelle et depuis il a remporté 4 tournois sur le circuit Pro Golf Tour (2015/2018). Il s'est fait remarqué en 2016, à l'Open de France en étant le meilleur français du tournoi. En 2018, il gagne ses cartes pour être sur le challenge tour en 2019. Depuis, il poursuit sa carrière pour tenter d'atteindre ses rêves. 

Dans ce premier épisode, Mathieu évoque la naissance de sa passion, par hasard, lui qui qualifiait le golf « comme un sport de vieux » et se découvre des qualités et surtout une capacité à jouer pour soi-même. Au même moment, Tiger Woods remporte le Masters et va éveiller chez lui l’envie de « battre Tiger Woods et de gagner le Masters ». 

La compétition est compliquée au départ, car il n’a «aucune tolérance à l’échec » et va se rendre compte que la partie émotionnelle est complexe à gérer pour lui. La rencontre avec le golf l’a permis de « faire ressortir des capacités et des qualités de son état d’esprit » comme par exemple « être à l’aise dans les moments de stress". 

Arrivé au Pôle France, on lui fait remarquer sa différence, sa difficulté à rentrer dans le moule et lui fait prendre conscience qu’il est « à part » et qu’il pouvait en faire une force malgré que cela va rendre son chemin plus difficile: « Je me suis ok, tu vas avoir des merdes, tout au long de ta carrière, il va se passer des trucs vraiment pas cool, fais-en une force, t’es au fond du seau, et te dire « ok, comment j’en ressors plus fort? comment je progresse? c’est un truc qui dicte un peu ma vie ».

Les débuts au golf professionnel sont difficiles car il faut assumer son choix de carrière et aussi les étapes, de pouvoir vivre des grands moments comme l’Open de France, autant qu’être sur les parcours des niveaux moins prestigieux. Il s’est rendu compte qu’il avait besoin d’une dose de pression pour réussir et qu’il aime les grands évènements: « J’étais sur le devant de la scène… comme je suis différent, je mets des lunettes, je mets des fringues colorées, les gens me voyaient malgré moi. Je me suis rendu compte que j’aimais bien quand il y avait tout ce monde autour de moi ». C'est donc lors de cet Open 2016 qu'il prend en compte l'importance de cultiver cette différence: "C’est cette semaine là où j’ai compris que le fait d’être différent et de voir les choses différemment, à haut niveau, c’est ce qu’il faut. T’es pas numéro un mondial en pensant comme tout le monde. Ca n'existe pas".

En 2016, il ne prend pas le temps de digérer ce grands moments fort émotionnellement et enchaîne des « erreurs de jeunesse » et décide petit à petit de changer des choses pour être plus performant. Il a pris le temps de chercher l’encadrement, qui lui permettrait d’aller un cadre à la liberté dont il a besoin pour mieux performer. 

 

Show notes

 

Episode ratings
Please log in or sign-up to rate this episode.
Gamberge
About Gamberge
A podcast by Gamberge
Podcast du mental et du sport
Episode comments

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
What do you think about this episode? Leave a comment!

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...

Important Information

By using this website, you accept the use of cookies in accordance with our Privacy Policy.