Jump to content

#5 🇫🇷 Elizabeth McIntosh : Les fakes news et la désinformation pendant la seconde guerre mondiale

Les fakes news et la désinformation pendant la seconde guerre mondiale

Play
Season 1, episode 9
7 min / Published

D’après une étude du MIT de 2018, une fausse information a 70% plus de chances d'être propagée qu’une information fiable[1]. Aujourd'hui ces fausses informations appelées couramment fake news s'immiscent dans les campagnes politiques, les débats privés du fait notamment de leur recrudescence sur les réseaux sociaux.

La divulgation consciente et organisée de fausses informations n’est pas aussi récente qu’on pourrait le croire. Dès le 6ème siècle avant JC, dans son ouvrage L’Art de la guerre, le célèbre général et stratège chinois Sun Tzu mettait en évidence l'importance de la tromperie dans les conflits armés. Il insistait sur  la nécessité de trouver un compromis entre vérité et mensonge afin de rendre les fake news aussi crédibles et efficaces que possible. 

L’objectif était de tromper l’ennemi pour le battre plus facilement, les fake news étant déjà considérées comme une véritable arme de guerre. C’est cette arme qu’a également utilisée Elizabeth McIntosh, une espionne de l’OSS, ancêtre de la CIA, durant ses missions dans le Pacifique pendant la Seconde Guerre mondiale. C’est l’histoire d’Elizabeth McIntosh que nous raconte aujourd’hui Zoé Delaforge, responsable de la formation chez Preligens.

Elizabeth McIntosh n’a que 26 ans lorsque le 7 décembre 1941, le ciel s'abat sur les habitants de Honolulu et de Hawaï. L’attaque de Pearl Harbour vient d’avoir lieu. Pour la jeune journaliste qui a grandi et travaille sur l'île, le choc est effroyable. Son devoir d’information prend néanmoins le pas sur son émoi.  Celle qui était à l'époque une correspondante pour le Honolulu Star Bulletin s’empresse d’écrire un article sur cet événement historique dont elle vient d’être le témoin[3]. 

Pour cette fille de deux journalistes, le devoir d’informer est primordial. Malheureusement son article ne passe pas la censure militaire. Un coup dur qui ne l’empêche pas de continuer dans le journalisme. En 1943, elle s’envole pour Washington et devient la correspondante du Scripps Howard News à la Maison Blanche.

Au printemps de la même année, un commandant proche de sa famille lui propose un poste de correspondant Asie à l’OSS (Office of Strategic Services). Sans en savoir trop mais aimant voyager, Elizabeth s’engage dans cette nouvelle aventure [4]. Elle rejoint l'équipe “Morale Operation” en Extrême Orient sous les ordres du fameux William Joseph Donovan, dans la toute nouvelle OSS, créée en juin 1942 par le président Roosevelt pour coordonner les ressources du renseignement militaire américain.

Ecoutez les épisodes précédents:

Episode #1 : Roberta Wohlstetter

Episode #2 : Stanley Kubrick

Episode #3: Jules Verne

Episode #4: Hannah Arendt et Hans Jonas

Crédit Musique : Boogie Belgique - Once Have I

Episode ratings
Please log in or sign-up to rate this episode.
Roberta by Preligens
A podcast by Preligens
Roberta est un podcast qui s'intéresse aux histoires de celles et ceux qui ont inspiré ou se sont inspiré de l'intelligence artificielle
Episode comments

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
What do you think about this episode? Leave a comment!

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Ă—

Important Information

By using this website, you accept the use of cookies in accordance with our Privacy Policy.