Jump to content

#E8 - Moussa Dansako, par Omar Sy - FR

"Un soldat d’Afrique dans l’enfer de Verdun"

Play
Season 1, episode 8
3 min / Published

Moussa Dansako

"Un soldat d’Afrique dans l’enfer de Verdun"

Le caporal Moussa Dansako grelotte... Au milieu de ses camarades, tous massés au fond d’une tranchée sommairement aménagée, il attend l’instant où il faudra s’élancer. Nous sommes sur le plateau au nord de Verdun : ces journées d’automne sont particulièrement glaciales et font souffrir les soldats du 36e Bataillon de Tirailleurs sénégalais.

À quoi peuvent bien penser ces hommes frigorifiés, issus du Sénégal, du Mali, du Niger, de Guinée, du Burkina Faso… À leur famille, à leur village ? Certains songent à leur engagement sincère pour la France, qui prend en cet instant une tournure particulièrement dramatique. D’autres, majoritaires, se souviennent de la manière dont ils ont été recrutés, sous la menace ou par la violence. 

Beaucoup, comme Dansako, se demandent bien ce qu’ils font là, dans la boue et le froid, en ce 24 octobre 1916. L’intensité des explosions ramène le caporal à la réalité : l’attaque est imminente.

Il est 11h40. Paralysés par la peur et le froid, Dansako et ses camarades se hissent par-dessus le parapet de la tranchée et s’élancent vers leur destin. Mais au bout de deux heures, la progression est arrêtée par les tirs ennemis.

Un nouvel ordre tombe : à eux de nettoyer les nids de mitrailleuses allemandes, au ravin de la Fausse-Côte. Le combat est féroce. Les hommes avancent péniblement, les pieds dans la boue, sous une grêle de balles et au milieu des explosions de grenades. Malgré le tumulte, le caporal Moussa Dansako fait preuve d’un très grand courage. Quatre fois de suite, il se porte au secours de camarades meurtris pour les transporter un peu plus en arrière, en sécurité. Et il y parvient alors qu’il est lui-même blessé !

Dans l’après-midi, la mission des tirailleurs est accomplie. Le ravin est dégagé… mais à quel prix : 84 tirailleurs ont été tués ou blessés. La relève arrive dans la nuit du 25 au 26 octobre. Dansako et ses camarades quittent Verdun, après avoir participé à la grande offensive qui a permis de reprendre le fort de Douaumont.

Il s’appelait Moussa Dansako. Était-il Malien, Sénégalais, Nigérien, Guinéen, Burkinabé ?  Son nom même a-t-il bien été retranscrit par le recruteur français ? Son souvenir semblait perdu dans le brouillard de cette journée d’octobre 1916. Cent ans plus tard, ce héros émerge des brumes de l’Histoire. 

 

#DestindeVerdun, un podcast écrit et produit par l'équipe du Mémorial de Verdun : Nicolas Czubak, Quentin Poulet et Charles Poisson

Adaptation des textes pour l’audio : Delphine Peresan-Roudil et Florence Guionneau-Joie

Voix-off : Omar Sy

Musique et fonds sonores : Christian Holl et Hicham Chahidi

Réalisation : FGJ/Art Expo - Post-production : Plissken Production - Enregistrement : Hope So Production 

Episode ratings
Please log in or sign-up to rate this episode.
DESTINS DE VERDUN
Des histoires à hauteur d'Hommes plongés dans la grande Histoire
Episode comments

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
What do you think about this episode? Leave a comment!

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×

Important Information

By using this website, you accept the use of cookies in accordance with our Privacy Policy.