Jump to content

Episode 1 - Méthodes d'éducation - que dit la science ?

Petit point sur les mécanismes d'apprentissage et sur les impacts des méthodes d'éducation d'un point de vue scientifique

Play
12 min / Published

Pour ce premier "vrai" épisode, on va parler de méthodes d'éducation ! Vous vous êtes déjà demandé ce que la science dit des différences entre méthodes positives et traditionnelles. Quelles peuvent être les conséquences de l'utilisation de ces méthodes sur votre chien ? Nous allons abordé tout ça de façon non exhaustive (sinon ça serait trop long) dans cet épisode ! Toutes les informations sur la page instagram (comportement_canin) et sur le groupe facebook privé consacré : dans la tête des chiens-podcast. Retranscription complète et références sur comportementcanin.blog. Podcast produit par Alice Mignot, accompagné de la chanson Naya de HaTom et du graphisme de abck.

Show notes

/!/ j'ai dit une grosse bêtise ! En éducation positive on utilise le renforcement positif et la punition négative, pas le renforcement négatif !!!! 

 

Bonjour et bienvenue sur le podcast dans la tête des chiens, un moment unique pour mieux comprendre votre chien et enrichir votre relation avec lui. Dans cet épisode nous aborderons les méthodes d’éducation d’un point de vue scientifique.

Intro

C’est toujours difficile de faire les bons choix dans la façon dont on va éduquer son chien. On fait confiance à son éducateur canin, à quelqu’un de son entourage qui a de l’expérience ou tout simplement à des bouquins. Mais malheureusement, on ne tombe pas toujours sur les bonnes informations. Personnellement ça m’est arrivé et c’est peut être votre cas. C’est pour ça que je veux vraiment être dans le partage de connaissances, pour que ce type de situation arrive de moins en moins. Dans cet épisode, je vous explique donc pourquoi la méthode positive est la plus efficace au niveau scientifique pour l’éducation du chien, pour votre relation avec lui et pour respecter son bien-être.

Petit disclaimer : On a tous fait des bêtises et on continu d’en faire, l’important c’est de comprendre pourquoi on a fait ça et de ne pas recommencer. D’ailleurs, bon nombre de personnes et d’éducateurs actuellement en positif sont passés par la case coercitif. Sachez que ça peut être long de regagner la confiance de son chien, de faire marche arrière sur les mauvaises habitudes que vous avez prises et lui aussi. Mais si vous y croyez, vous y arriverez.

Au niveau scientifique, on commence (depuis une trentaine d’années) à développer des recherches sur le comportement canin, de la même sorte, les recherches sur les comparaisons de méthode en sont à leur début. D’autant plus qu’éthiquement il est difficile de mettre les chiens dans des situations d’éducation aversive sachant qu’elles peuvent nuire à leur bien-être. Je vais citer beaucoup d’études qui seront en barre d’informations, n’hésitez pas à écouter cette épisode plusieurs fois, faire des pauses et prendre des notes.

Commençons par le commencement. On va faire un petit point sur les mécanismes d’apprentissage car ça vous aidera à mieux comprendre la suite de ce podcast et surtout savoir comment votre chien apprend.

Le processus d’apprentissage le plus commun est le conditionnement opérant à travers lequel la probabilité d’apparition d’un comportement est augmentée ou diminuée en fonction de ses conséquences (Guilherme Fernandes et al., 2017). Quand votre chien vous saute dessus, vous lui portez de l’attention, il continu, vous l’ignorez, le comportement va diminuer.

Le conditionnement classique est le fait d’appairer un stimulus neutre avec un stimulus inconditionnel. Et le chien va faire une association entre ces 2 stimuli, c’est le principe de la clochette et de la nourriture de Pavlov.

Quand on parle d’apprentissage, en éducation canine, on voit souvent le cadrant avec renforcement et punition qui est très souvent incompris. Pour faire simple d’un côté on a les renforcements qui ont pour but d’augmenter un comportement et de l’autre les punitions qui ont pour but de le diminuer. Donc si on veut faire émerger un comportement on va utiliser le renforcement mais si on veut le réduire on va utiliser la punition. Le plus est un ajout et le moins est un retrait.

On va donc avoir d’un côté le renforcement positif (R+) qui correspond à l’augmentation de l’occurrence d’un comportement par l’ajout d’un stimulus plaisant. Par exemple, donne une friandise à mon chien quand il s’assied, le comportement de s’assoir a donc plus de chance d’apparaître dans les mêmes conditions. Je travaille le rappel avec mon chien, je le félicite quand il revient, le fait de revenir va donc avoir plus de chance d’arriver.

Le renforcement négatif (R-) va être l’augmentation de la probabilité d’apparition d’un comportement par retrait d’un stimulus non plaisant. Par exemple, quand je veux que mon chien s’assoie, je lui appuie sur les fesses jusqu’à ce qu’il soit dans la position attendue. Ou pour que mon chien marche au pied, je relâche la tension sur la laisse. Le fait que le chien ait moins mal en étant à côté de moi qu’en tirant va augmenter la probabilité qu’il marche à mes pieds.

La punition négative (P-) est la diminution d’un comportement par le retrait d’un stimulus plaisant : exemple mon chien me saute dessus quand je rentre chez moi, je lui tourne le dos et fait le poireaux. Le stimulus plaisant c’est mon attention et le fait que je ne lui donne pas d’attention à ce moment va faire diminuer la probabilité d’apparition de ce comportement.

Enfin, la punition positive (P+) va être la recherche de la diminution de l’occurrence d’un comportement par l’ajout d’un stimulus non plaisant : mon chien tire en laisse je lui mets un à-coup ; ou je rentre chez moi et mon chien me saute dessus je lui mets un coup de genoux. L’ajout de ces stimuli douloureux a pour objectif de faire diminuer les comportements.

Comme vous pouvez l’imaginer, on n’utilise jamais qu’une seule partie de ce cadrant, souvent cela marche en binôme.

Education traditionnelle

L’éducation traditionnelle ou coercitive va être principalement basée sur l’utilisation du renforcement négatif et de la punition positive. Parfois il y a aussi des méthodes mixtes qui combinent punition positive et renforcement positif : mettre un à-coup au chien quand il tire et lui donner une friandise quand il revient au pied.

On ne va évidemment pas rentrer dans un débat mais juste, dans cette méthode vous pouvez régulièrement entendre les notions de dominance et de hiérarchie mais aussi l’utilisation de collier étrangleur ou autres outils douloureux.

Qu’entend-t-on par « éducation positive » ?

De l’autre côté il y a l’éducation positive. Dans la littérature anglaise, on peut aussi trouver des termes comme : non aversive, non punitive, sans utilisation de la peur Todd (2018).

Dans cette méthode on utilise le renforcement positif, c’est à dire qu’on encourage les bons comportements et on les récompense de façon à que le chien les répète parce qu’il y trouve un avantage. Ces récompenses peuvent être des friandises mais aussi tout simplement (et c’est ce que j’ai toujours fait) des récompenses verbales et caresses ! Pour rester dans un objectif positif, on ignore les mauvais comportements avec la punition négative. En faisant ça, on ne renforce pas le comportement en y portant de l’intérêt donc le chien arrêtera au fur et à mesure. Et on mise également sur l’anticipation et la gestion de l’environnement.

Que dit la science ?

J’ai fait mes petites recherches et je vous ai regroupé des données scientifiques sur les différences entre ces types d’éducation. J’ai essayé de faire le moins lourd possible mais n’hésitez pas à réécouter plusieurs fois le podcast ou à faire des pauses si vous avez besoin de cogiter.

  • Dans la relation humain-chien

Tout d’abord, le choix de la méthode d’éducation a un effet sur la relation humain-chien. Par exemple, (Todd, 2018) pointe le fait que la méthode aversive conduit à des incompréhensions du comportement canin et encourage directement les gens à utiliser des méthodes de confrontation, telles que les «alpha rolls».

Les études ont montré que les chiens ayant reçu un type d’éducation coercitive vont avoir un temps de regard envers leur humain moins long que les chiens ayant été éduqué avec du renforcement positif  (Deldalle & Gaunet, 2014; Schilder & van der Borg, 2004). Ce qui influence de fait l’apprentissage. Une autre étude a montré que les chiens ayant reçu des punitions physiques pendant l’éducation interagissaient moins pendant le jeu et initiaient moins le contact avec le chercheur pendant un moment de calme (Rooney & Cowan, 2011). On peut donc imaginer que la relation est de moins bonne qualité. Enfin, (Ramirez, 2019) évoque même une rupture de la confiance dans la relation entre l’humain et son chien. Il évoque également qu’une seule punition va nécessiter beaucoup de renforcements pour réparer les dommages causés.

A l’opposé, avec l’éducation positive on a donc des temps de regard plus longs,  un développement des comportements de jeux (Rooney & Cowan, 2011), et plus d’interactions avec les humains familiers et non familiers (Schilder & van der Borg, 2004). Le chien a donc une vision plus positive des humains et une volonté d’interagir positivement avec eux.

  • Au niveau du bien-être du chien

Le type d’éducation a également un effet sur le bien-être. Je pense que c’est le plus important car on cherche tous à ce que nos chiens soient bien dans leurs pattes physiquement et mentalement. Beaucoup de personnes pensent que l’éducation coercitive n’a pas d’influence sur le bien-être de leur chien et on le voit souvent sur les réseaux « il a un collier électrique mais il est heureux » ou qu’un collier étrangleur peut être bien utilisé. Pourtant, les recherches montrent que l’utilisation de P+  et R- a un impact sur le bien-être physique et psychologique des chiens (Beerda et al., 1998; Ziv, 2017).

En outre, l’absence de stress est un prérequis au bien-être animal. Alors que, l’éducation coercitive cause potentiellement de la peur ou du stress en comparaison à la méthode positive (Todd, 2018; Ziv, 2017) (Beerda et al., 1998; Deldalle & Gaunet, 2014; Schalke et al., 2007; Schilder & van der Borg, 2004). Avec cette méthode, on a d’ailleurs d’autres signes de mal-être tels que l’augmentation de l’agression, de peur généralisée, d’apathie et de comportements d’évitement (Friedman, 2009), une hypervigilance des chiens, de la peur de la nouveauté et de la reluctance pour l’exploration (Ziv, 2017).

A l’opposé, l’éducation basée sur le renforcement positif est donc liée à moins de signaux de stress comportementaux mais aussi à la présence d’émotions positives et une augmentation des comportements de jeu qui sont liés avec le bien-être (Rooney & Cowan, 2011). Ce qui est très important puisque la présence d’émotions positives est importante dans la définition du bien-être.

  • Au niveau de l’obéissance

Souvent, les gens qui prônent la méthode coercitive disent qu’elle marche « mieux » que la méthode positive. En fait, c’est le contraire qu’on voit dans la littérature scientifique. Cela est lié au fait qu’avec la méthode coercitive ne vont ni apprendre au chien quoi faire à la place de son comportement ni à son humain comment faire pour trouver des comportements alternatifs (Friedman, 2009; Ramirez, 2019). De fait, dans le renforcement positif, le chien va choisir de travailler pour une récompense ou pas alors que dans la méthode coercitive, le chien choisi d’éviter une situation non plaisante ou de s’y confronter (Perry). L’apprentissage par la peur et le stress perturbent l’apprentissage (Guilherme Fernandes et al., 2017).

En plus de perturber l’apprentissage, le fait de provoquer de la peur ou du stress, ou d’empêcher l’expression de comportements normaux peut amener à des comportements d’agression ou la naissance de problèmes de comportement. Par exemple, un chien qui a associé la rencontre d’un chien aux à-coups et au contrôle ++ peut devenir réactif congénère ; un chien qui n’aura pas l’occasion de mâchouiller pourra se retourner vers vos murs, on peut aussi avoir des agressions envers la personne qui fait le comportement ou une personne à côté.

De fait, les techniques aversives peuvent même être moins efficaces que les techniques positives dans l’enseignement des comportements souhaités (Cooper et al., 2014; Eskeland et al., 2007; A. Haverbeke et al., 2008; Hiby et al., 2004; Williams & Blackwell, 2019; Ziv, 2017). Les méthodes positives sont associées à des plus hauts niveaux d’obéissance et moins de problèmes comportementaux qu’avec une méthode punitive ou mixte (Arhant et al., 2010; Herron et al., 2009). Avec le renforcement positif on va avoir une plus grande habileté à apprendre une nouvelle tâche (Rooney et Cowan, 2011). On a aussi évoqué le temps de regard plus important (Deldalle & Gaunet, 2014) qui participe évidemment à l’apprentissage. Ça marche également avec les chiens de travail dont les performances augmentent avec les méthodes positives (Alexander et al., 2011; A. Haverbeke et al., 2008; Anouck Haverbeke et al., 2010). Pour finir une étude d’Eskeland et al. (2007) a mis en avant que des propriétaires de chiens qui utilisaient des punition fréquentes et sévères avaient un niveau de problèmes d’entraînement nettement plus élevé et un niveau d’obéissance plus faible, tandis que le recours à des récompenses fréquentes était corrélé de manière significative avec un niveau de problèmes d’entraînement plus faible et un niveau d’obéissance plus élevé.

Conclusion

Pour finir, je souhaiterai quand même préciser que dans la punition comme dans le renforcement, il faudra observer votre chien pour savoir si le comportement que vous avez à une valeur positive ou négative pour lui. Par exemple, certains chiens peuvent être terrifies par le bruit du clicker et ça sera donc une punition positive pour lui. D’autres personnes tapotent sur la tête de leur chien ou l’encourage verbalement ce qui pour certains chiens peut être aversif. En tout cas la bouffe est plus efficace qu ’une caresse ou récompense verbale (Feuerbacher & Wynne, 2012; Fukuzawa & Hayashi, 2013).

Comme vous l’aurez compris, en méthode coercitive on s’expose à des risques aux niveaux de la relation avec votre chien, voire une rupture de la confiance. Au niveau du bien-être avec plus de risque de peur ou de stress chez le chien. Cela pouvant mener à des comportements d’agression ou d’évitement et des problèmes comportementaux. Et enfin sur la performance avec des difficultés d’apprentissage, des problèmes comportementaux et de fait des moins bonnes performances dans l’obéissance.

Alors qu’avec la méthode positive on va avoir de meilleurs résultats sur la relation avec un chien qui va plus vivre l’éducation comme un jeu et prendra plus d’initiatives dans les interactions. Au niveau du bien-être, moins de stress. Et au niveau de l’obéissance, plus de motivations à apprendre, moins de problèmes comportementaux et globalement des plus grandes habiletés à apprendre des tâches.

Le point le plus positif est que les résultats se font sur le long terme. En effet, les méthodes traditionnelles peuvent se montrer efficaces sur le court terme, cependant, un chien bridé est un chien qui peut potentiellement être dangereux pour lui ou pour les autres. En fait, avec l’éducation positive, puisqu’on place le chien comme un partenaire et qu’on prend le temps de le comprendre, ça prend parfois plus de temps mais le chien COMPREND et donc ça s’ancrera plus facilement dans son fonctionnement quotidien. Comme tout concept qui vient remuer, ça prend du temps. On commence tout juste à vraiment comprendre les violences éducatives ordinaires donc ne perdons pas espoir pour les méthodes d’éducation canine en positif.

J’espère que cet épisode vous a plu et qu’il vous permettra de confirmer vos décisions éducatives ou de vous remettre en question.

N’hésitez pas à vous abonner au podcast et vous inscrire sur le groupe facebook pour être au courant de la sortie de chaque épisode.

N’hésitez pas aussi à me proposer des sujets que vous aimeriez que j’aborde

Sur ce je vous laisse avec le troisième épisode où on abordera ces mêmes méthodes mais de façon moins scientifiques.

Je vous souhaite une bonne journée et des caresses à vos toutous

Episode ratings
Average rating: 5.0 / 5 (4 ratings)
Please log in or sign-up to rate this episode.
Dans la tête des chiens
Un moment unique pour en apprendre plus sur votre chien et enrichir votre relation avec lui
Episode comments

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
What do you think about this episode? Leave a comment!

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×

Important Information

By using this website, you accept the use of cookies in accordance with our Privacy Policy.