Jump to content

JAZZ CLUB

EMISSION AUTOUR D'UN CONCERT DE JAZZ

Play
59 min / Published

Hommage au guitariste Christian Escoudé enregistré au Village Vanguard à New York en 1990 avec Hank Jones au piano, Pierre Michelot à la contrebasse et Kenny Washington à la batterie. 

Figure légendaire du jazz manouche, le guitariste Christian Escoudé s’est frotté à d’autres styles, le bop en particulier, et a collaboré avec des musiciens aussi prestigieux que Michel Portal ou Charlie Haden. Il est mort ce 13 mai, à l’âge de 76 ans. 

Né en 1947 d’un père tzigane et d’une mère charentaise, Christian Escoudé évolua très tôt dans le milieu manouche et s’empara tout aussi vite d’une guitare, son père jouant lui-même de cet instrument. Loin de copier scolairement les plans de Django Reinhardt, il s’ouvre vite à d’autres styles de jazz, notamment au bop. Ce qui ne l’empêche pas de recevoir, en 1975, le prix Django-Reinhardt de l’Académie du jazz. Sa carrière est désormais lancée. Homme d’une modestie irréprochable, aussi peu enclin à l’égotisme ou à l’invention de sa propre hagiographie qu’il pouvait être brillant musicien, il devait plus tard commenter ainsi cet instant décisif pour lui : « Je ne sais pas… L’Académie du jazz s’est réunie, comme elle le fait toujours, et puis ils ont voté et puis j’ai été choisi, voilà. » Il se distingue pourtant déjà par ses dons de mélodiste, son ouverture d’esprit, un son volontiers « gras » et généreux et des idées à profusion, enchaînées au fil de l’improvisation. 

Régulièrement invité à se produire dans de nombreux festivals, Christian Escoudé fréquente dès la fin des années 1970 le gratin des musiciens européens (Michel Portal, Martial Solal, Aldo Romano…) comme américains (Bill Evans, Stan Getz, Elvin Jones…). Avec Charlie Haden et John Lewis, le pianiste du Modern Jazz Quartet, il enregistre des albums entiers (respectivement Gitane et Mirjana), privilège rarement accordé à un musicien français. Escoudé semble séduire tout le monde. Mais s’il ne refuse jamais le dialogue avec d’autres guitaristes (ainsi Philip Catherine ou John McLaughlin), c’est à ses amitiés manouches qu’il revient toujours. En 1985, il fonde ainsi un premier « Trio gitan » avec Babik Reinhardt (fils de Django) et Boulou Ferré (fils du génie de la guitare tzigane Matelot Ferret). Bien qu’il ne soit pas du genre à jouer des coudes, son âge, sa classe artistique et ses faits d’armes le désignent naturellement comme un leader de ce style si particulier, dont il anticipe le renouveau au début des années 2000.

Pourtant, quand quantité de jeunes guitaristes se penchent de nouveau sur les grilles harmoniques de Django, Escoudé, loin de se contenter de veiller sur l’héritage, explore encore de nouveaux territoires, la chanson française avec Brassens (dans Au bois de mon cœur) ou la musique religieuse avec une Messe exécutée, en 2023, en la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, avec l’organiste Frédéric Ledroit. L’une de ses œuvres les plus importantes restera A Suite for Gypsies, dédiée, comme il l’écrivait dans les notes de l’album, aux « milliers d’enfants tziganes morts dans les camps de concentration nazis. La plupart des Gitans étaient arrivés par familles entières et ces camps furent appelés “camps de famille” ou “camps tziganes” (Zigeunerlager). Puisse la musique devenir une prière pour les âmes de ces enfants. » 

En plus de cinquante ans de carrière, Christian Escoudé aura su à la fois faire évoluer la guitare tzigane et cultiver une curiosité qui n’avait rien d’opportuniste et témoignait d’une grande intégrité artistique. Dans l’une de ses dernières interviews, il confessait à demi-mot éprouver parfois de l’ennui à l’écoute des dernières tendances du jazz. Mais c’était pour louer aussitôt la grande valeur de musiciens comme Ambrose Akinmusire, Mark Turner ou Bill Frisell. C’était plus fort que lui : Escoudé ne voyait pas le mal, il ne l’intéressait pas. « Malgré tout, c’est une chance formidable de pouvoir pratiquer la musique professionnellement, affirmait-il. Quel que soit le style de musique qu’on joue, c’est quelque chose d’extraordinaire. »

Episode ratings
Please log in or sign-up to rate this episode.
This episode is part of the JAZZ CLUB series
Episode comments

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
What do you think about this episode? Leave a comment!

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×

Important Information

By using this website, you accept the use of cookies in accordance with our Privacy Policy.