Jump to content

le bijou comme un bisou du soir #43 les pierres gemmes opaques

 Parce que le soir les pensées remontent, j’avais envie de vous lire une histoire. Parce que les temps sont incertains j’avais envie de vous envoyer un câlin, un bisou. Alors je vous propose le bijou comme un bisou du soir. Il était une fois les pierre...

Play
Season 2, episode 43
11 min / Published May 2

 Parce que le soir les pensées remontent, j’avais envie de vous lire une histoire.

Parce que les temps sont incertains j’avais envie de vous envoyer un câlin, un bisou. Alors je vous propose le bijou comme un bisou du soir.

Il était une fois les pierres gemmes opaques

Dans le droit français, on parle de « pierre gemmes » pour être concordance avec la nomenclature de la CIBJO2 (commission internationale bijouterie, joaillerie, orfèvrerie) qui ne fait pas de différences entre les pierres précieuses, les pierres fines et les pierres gemmes opaques qu’on appelle aussi ornementales. Cependant les différences existent en fonction de leur rareté et surtout de l’amour qu’on leur porte. Pour les pierres ornementales, cette considération a d’ailleurs considérablement variée dans le temps...

 Dans l’antiquité, les pierres précieuses et ornementales peuvent avoir des valeurs semblables. A cette époque le diamant n’est pas prisé. Surement parce que la technique de sa taille ne permet pas de mettre en valeur ses feux...

 C’est  au Moyen Age qu’une primauté de goût envers les pierres fines et précieuses se dessine...

 C’est l’Art Nouveau français qui réintroduit le goût pour les pierres ornementales...

  Aujourd’hui, l’habitude de mélanger les pierres ornementales, fines et précieuses ne choquent plus.  

   

Récemment la Maison Djula s’est adonné avec bonheur au même exercice dans sa collection Unique By Djula où les symboles de la marque comme le soleil, le serpent et l’œil s’entremêlent de diamants et de pierres ornementales. Mélangeant les valeurs traditionnelles à celle de l’individualité, ces bijoux expriment ainsi une spiritualité qui nous emporte dans les mystiques antiques. La labradorite aux teintes de scarabée réveille l’Egypte pharaonique, la turquoise veinée de l’Arizona évoque le miroitement de la mer Egée, le lapis lazuli est gravé d’un dragon chinois, le corail et le palmier fossilisés ressuscitent les hommes des premières ères.

Pour la maison Pomellato la collection Rittrato créée pour les 50 ans de la marque a précédé la collection Armoni Minérali où à chaque fois les pierres ornementales enchantent par la profondeur de leur couleur et hypnotise par l’intensité de leur graphisme naturel : les arbres de l’agate dendritique, les méandres de la malachite, les veines des jaspes ou encore les anneaux dentelés de la rhodochrosite. Ces pierres ornementales sont retenues par 2 griffes ou une ceinture de pierres précieuses, ton sur ton, comme un clin d’œil désinvolte en pierres qui se savent être les tableaux abstraits d’une nature à la fois tellurique et raffinée.

Ainsi se termine cette histoire d’Il était une fois le bijou. Si cette histoire vous a plu, partagez la autour de vous, pour vous aussi envoyer plein de bijou bisou et encouragez moi en partageant et en me mettant plein d’étoiles et de like.

A demain pour un prochain bijou, un nouveau bisou du soir

Site

Twitter

Facebook

Instagram

LinkedIn

Il était une fois... le bijou
Le podcast des plus belles histoires de bijoux
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this website, you accept the use of cookies in accordance with our Privacy Policy.