Jump to content

Le corps de la création : Lukas Richarz (2/2)

"Les mains posent des questions à la terre"

Play
Season 1, episode 15
34 min / Published
By ABartis

Lukas Richarz vit près de Caen en Normandie. Il travaille à Bretteville-sur-Odon, dans un atelier qu’il a installé dans un entrepôt en 2018 aux côtés d’un artisan torréfacteur de café.

Sa pratique actuelle de la céramique est une étape particulièrement durable d’un parcours artistique ayant débuté lors de ses études en Arts Appliqués, puis aux Beaux arts de Caen. Durant quatre années dans ce dernier établissement il fréquentant de nombreux ateliers (gravure, sérigraphie, vidéo, son,...), développant un travail autour des notions d’espace construit et de représentation architecturale et spatiale. En revanche il n’eut pas l’opportunité de travailler l’argile.

Quelques années plus tard, alors qu’il part pour douze mois en Australie, il rencontre à Toowoomba, ville universitaire à deux heures de Brisbane, une céramiste alors responsable du département des Arts Visuels et en charge de l’atelier de céramique de la University of Southern Queensland. Alexis Tacey lui offre à l’issue de leur première conversation un espace de travail au sein de l’atelier ainsi que l’accès au matériel et la mise en relation avec un réseau de plasticiens, et d’espaces diffusant le travail artistique local. Les premières poteries que Lukas observe et qui marqueront son travail sont celles reproduites sur les pages des catalogues d’expositions du Maître japonais d’Alexis, Yoshida Yoshihiko, avec qui Alexis Tacey se forma auparavant.

De retour en France, il commence à produire des formes tournées dans la terre à grès de Saint-Amand sur un tour à pied construit par Philippe Godderidge. Il développe depuis un travail de pièces uniques en grande partie autour de la forme du bol, considéré alors comme une sculpture. Il libère autant que possible ses bols de la fonction utilitaire en les créant sans penser à une autre destination que celle de l’objet à regarder, à saisir, à contempler.

Présentation du travail :

Mesurant la responsabilité qui est la mienne de produire des objets qui ne pourront plus véritablement disparaître, je m’offre le luxe de ne m’installer sur le tour que si le moment est le bon. Après avoir préparé une petite quantité d’argile, souvent une porcelaine mélangée à une autre terre et à différentes chamottes, je me consacre à la naissance d’une très petite série de pièces toutes uniques, puis sélectionne celles qui iront jusqu’à l’étape suivante et vers la cuisson définitive à 1280°C. Il faut parfois recuire certains bols, après leur avoir laissé une chance, posés quelque part dans l’atelier afin que je passe devant régulièrement pour enfin prendre une décision.

Je me souviens avoir saisi, au tout début, un bol noir de Camille Virot qui m’avait complètement subjugué, par la présence qu’il dégageait entre les mains, son équilibre, ses dimensions en relation avec son poids.

“[...] pas le bol à thé forcément mais le bol tout court, le mémorial, le signe émouvant, l’abstraction ou le rêve à la portée du quotidien.” Camille Virot, in Dossier Raku (texte d’ouverture), ARgile, 1985.

L’expérience de ce travail à définitivement établi une variété de critères qui déterminent in fine la qualité de mes bols, ce parmi d’autres découvertes plus récentes.

Sans courir vers l’accident dans le four, chaque choix, chaque geste porté sur une pièce en cours de création l’emmènent vers un résultat qui tente de transcender la cuisson électrique. En cela je me libère autant que pos- sible des contraintes qui pourraient faire obstacle, lorsqu’il faudrait poser correctement le bol dans le four afin que la forme et l’émail se comportent eux-mêmes correctement. Conserver cette liberté tout au long du travail demande à chercher des solutions. C’est je crois ce qui m’amène à toujours plus de singularité et d’expressivité.

Lukas Richarz

https://www.instagram.com/bisbaldlukas

www.lukasricharz.tumblr.com

www.lukasricharz.com

Musiques :

- Gregor Quendel - Cinematic Piano Fairytale https://freemusicarchive.org/music/gregor-quendel/cinematic-trailer-music/cinematic-piano-fairy-tale-intro/

- REW - Onomatopoeia - https://freemusicarchive.org/music/REW_1123/onomatopoeia/onomatopoeia/

- Nuisance - Repletion https://freemusicarchive.org/music/nuisance/kuchisabishii-instrumentals/repletion-1/

- Brylie Christopher Oawley - City View Form Torni https://freemusicarchive.org/music/Brylie_Christopher_Oxley/single/city-view-from-torni/

Cet épisode de la série "Le corps de la création" a été écrit, enregistré et réalisé par Audrey Bartis en janvier et en mars 2023 en Normandie.

Je remercie chaleureusement Lukas Richarz pour cette interview, sa disponibilité et son implication dans ce projet.

lukas1.jpglukas2.jpglukas3.jpglukas4.jpglukas5.jpglukas6.jpglukas7.jpg

 

 

Episode ratings
Please log in or sign-up to rate this episode.
This episode is part of the LE CORPS DE LA CRÉATION series
Le rôle du corps dans l'art et le design
INCARNATIONS
A podcast by ABartis
Le corps de l'image
Episode comments

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
What do you think about this episode? Leave a comment!

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×

Important Information

By using this website, you accept the use of cookies in accordance with our Privacy Policy.