Jump to content

Le rap français (face A)

Pierre-Olivier Dybman, en compagnie de Guillaume Poggiaspalla, nous parle du rap français

Play
Season 1, episode 21
29 min / Published December 11, 2020

En préambule, Pierre-Olivier fait son retour (plutôt positif) sur Cyberpunk 2077 (parce qu'il y joue sur Stadia).

Accédez aux notes complètes du dossier : 

 

Cet épisode est diffusé en 2 parties. Ceci est la partie A.

Ecoutez également le podcast d'actualité tech : Tech Café !

Show notes

Ça fait bim bam boom dans tes oreilles

La dernière fois que je suis arrivé en France, j'ai volé avec Air Transat. Pour ceux qui connaissent pas, c'est le genre de compagnie qui n'a pas le droit à sa propre porte de terminal à l'aéroport. En fait, c'est tellement cheap, que t'atterris à Charles de Gaulle au Terminal 3, le terminal qui n'a pas de porte d'embarquement. Donc comme les paysans qu'on est, quand on sort de l'avion direct sur le tarmac, sous la pluie, on prends le bus.

Classiquement, le chauffeur met la radio en démarrant. Sauf qu'on est en France, et à la radio, c'est du rap qui passe. Et là, immédiatement, en un regard, il devient tout d'un coup hyper facile de distinguer deux populations pourtant difficile à distinguer à l'habitude: ceux qui ne réagissent pas sont français, ceux qui sont surpris sont québécois. Et oui, car si le RAP est populaire partout, il est beaucoup plus populaire en France qu'ailleurs.

J'ai vérifié le top 5 spotify pour les USA le 10 décembre (la veille de notre enregistrement): aucun artiste de rap. En fait, même le top 10 n'en contient pas. Le top 5 pour la France, en revanche voit 4 artistes de RAP. Et un autre point qui n'est pas comparable avec d'autres pays: tous sont français.

En fait, toujours sur Spotify, si on regarde le top 10 des artistes les plus écoutés de la décennie, il n'y a ... que des rappeurs. Une situation inédite ailleurs.

Et tout ça s'explique.

Merci, c'est Toubon!

Lorsqu'en 1993, on a commencé à parler d'exception culturelle - ce que beaucoup, en France, ont compris comme étant réduit à l'exception culturelle franaçaise - on était loin d'imaginer que c'était le point de départ de ce qui est aujourd'hui le second, et certaines années premier marché du rap : le rap français.

Et pourtant, les ingrédients étaient là, depuis longtemps.

L'insolence des parvenus

On n'est peut-être pas sur Tech Café, mais je ne peux pas m'empêcher de parler de tech. Vous connaissez l'histoire rocambolesque de Free? De son patron qui a fait de la prison et qui a nommé un mec de 22 ans patron de la boite? C'est cette entreprise là, qui, quand Martin Bougues l'a comparé à un truc de gitan, lors de l'octroi de la quatrième licence, qui a loué une caravane pour aller pavaner devant le siège de Bougyes Télécom. Cette réputation de gitan, Free l'a acquise en bossant dur. Les premières freebox sont, comme c'est toujours le cas conçues par l'entreprise et son, à l'époque, tout petit nombre d'employés, mais elles sont aussi assemblées à la main. De même, à l'époque de l'ADSL, hors de question de payer le prix fort chez Alcatel, les DSLAM, sont concûs à la maison!

Citation

Tout ça pour dire que dans le paysage économique français, il y a deux types de patrons: ceux qui ont hérité d'un empire et ceux qui sont prêts à tout pour le construire.

C'est dans ce contexte que Pierre Bellanger fonde Skyrock, une radio libre dont l'ambition affichée est de battre les audiences de NRJ, leader à l'époque.

Très vite, le jeune patron s'aperçoit que son pari est possible, mais pas aussi simple qu'il ne le pense. Surtout, les différentes loi imposants des quotats de diffusion de musique francophones s'agencent mal avec la programmation de sa radio. Mais son directeur de programme, justement, Laurent Bouneau a une petite idée derrière la tête.

Il existe un genre dans lequel les paroles sont plus importantes que la musique. Si importantes donc, que pour un francophone, il est naturel de le consommer en français. Le rap.

C'est donc en 1996 que le slogan de la radio rock devient «Premier sur le rap». À l'époque, c'est un incroyable pari. Le rap est populaire, on le sait déjà avec MC Solaar et NTM, mais difficile de savoir à quel point car le genre est boudé pour toutes les autres stations de radio.

L'exception française

C'est donc grâce aux quotas français (40% de chansons françaises), mais aussi à la clause d'exception culturelle des accords commerciaux internationaux, que le rap doit sa place de choix sur Skyrock, une radio nationale. Si le rap est populaire partout dans le monde occidentale dans les années 90, il n'y a qu'en France qu'il a un tel potentiel de diffusion.

Cette exception culturelle française, c'est ce qui va normaliser le rap. Enfin normaliser ... Pas trop évidemment, il sera quand même pour longtemps attaché à l'étiquette banlieue dans les grands médias. Mais il n'empêche que comparé à d'autres pays, USA y compris, en France, le rap est visible.

Et ça, ça change tout car de nombreuses personnes qui connaissait pas ou peu vont découvrir le genre et se joindre aux rang des fans... Et plus l'audience est large, plus le genre est large.

L'insolence des parvenus, bis repetita

Et du rap, on en trouve du trippant, du mélancolique, du burlesque, du revendicateur, du divertissant, et si c'est si large, c'est parce que tout le monde peut en faire. Alors évidemment quand je dis tout le monde, je parle pas de talent, ou de compétence, je parle de matos.

Faut bien se rendre compte que pour des raisons historique, c'est un genre où l'auto production règne en maitre. Régulièrement discriminé par les maisons de disques, les radios (à l'exception d'une, donc) et les studios, le rap s'est organisé tout seul. Il a ses propres circuit et fonctionne de façon organique en marge du fameux starsystem.

Les rappeurs bousculent les codes. Quand un artiste de variété met plusieurs mois à travailler sur un album avec de nombreuses séances de studio, un prod qui vérifie le moindre son, un service marketing de la maison de disque qui organise des soirées, des écoutes pour les journalistes, une campagne de com' dans le monde du rap, c'est loin d'être ce qui se passe généralement.

Parmi les meilleurs vendeurs comme Vald par exemple, il y en a encore pas mal qui partent sur une piste son travaillée même pas deux heures, enregistrent dans leur chambre avec des oreillers collés aux murs et sortent leur son comme ça, sans même prévenir. Et le son, d'ici l'album (s'il y a, un album), il a le temps d'évoluer et de changer 10 x, c'est pas grave qu'il soit sorti. Comme un bon logiciel libre, ça évolue à la face du monde. Certains artistes sortent un son par semaine!

Et tout ça, c'est du à l'arrivée d'Internet. Bien sûr, ça a facilité la diffusion, mais c'est surtout qu'il n'y avait pas le choix car avec Internet, c'est aussi la facilitation du piratage. Et pour des raisons démographiques à la fois d'âge et de revenu moyen, le rap, c'est de loin le genre qui sera le plus touché.

Or quand on ne vend plus, on ne se fait plus produire.

L'âge de raison: le streaming

Ce qui va changer la donne, c'est une autre particularité française: la licence globale.

Non, bon, ok, la licence globale n'a jamais vu le jour. Mais pendant de nombreuses années, ce concept a été largement débattu en France comme une réponse possible au téléchargement illégal. Pour les plus jeunes, voici le topo:

Puisque la répartition des différentes taxes liés aux droits d'auteurs est prise en charge par l'État (non c'est pas vrai, hein la SACEM, c'est une boite privée, mais bon ... un autre jour, un autre podcast), alors pourquoi ne pas complètement lâcher les vannes et imposer à tous un montent forfaitaire mensuel qui permettrait d'accéder à toutes les oeuvres protégées.

Même si l'idée ne verra jamais le jour, cette agitation intellectuelle va probablement participer à la création de la première plateforme de streaming avant Spotify et consorts: Deezer.

Et si les jeunes n'ont pas le cash pour acheter des albums à 15/20 euros, par contre ils peuvent écouter de la musique avec de la pubs. Et ils peuvent même uploader ce qu'ils ont déjà télécharger par ailleurs.

Et là, ça change tout puisque le rap tout d'un coup devient à nouveau un business.

#SoundCloud #YouTubeMusic (un stream sur deux)

Au delà des clichés

Analphabète

La maitrise de la langue: le rap utilise 500 mots différents par titre, tandis que la pop en utilise 300 et le rock 200. Le vocabulaire, dans ses titres, d'Eminem est deux fois plus riche que celui de Céline Dion (et pourtant, pour de la variété, Céline, c'est pas Johnny, hein, y'a de vrais textes)

Sexiste

80% des clips de raps ne contiennent aucune image dévalorisante pour les femmes →madamerap.com

Le temps du gangsta rap est révolu mais aussi majoritairement localisé aux USA.

En général, le rap n'est pas sexiste, mais vulgaire.

Un genre américain

Si le genre musical rap vient indéniablement des États-Unis et qu'il continue d'influer sur le rap français, il reste que l'immense majorité des thèmes abordés n'ont rien à voir avec les USA et que le Japon, en fait, fait parti des principaux fournisseurs de références, d'images et d'inspiration.

Le rap, nouveau rock?

Grunge, identification à Kurt Cobain

Inspiration musicale avec des samples mais aussi de plus en plus d'instruments, plus grande importance du chant

Sources

Le Monde https://www.youtube.com/watch?v=f5kIjAikHbs

Le réglement 4 clichés du rap https://www.youtube.com/watch?v=35ReY3CfxCc

Le réglement Rap nouveau Rock https://www.youtube.com/watch?v=OscK9cJP-3M

Une histoire du rap https://livre.fnac.com/a4117932/Karim-Hammou-Une-histoire-du-rap-en-France

Episode ratings
Please log in or sign-up to rate this episode.
Paraculte
About Paraculte
A podcast by guillaumevende
Pop-culture : des trucs qu'on a aimés, cultes (ou pas)
Episode comments

Sujet inattendu, Ce qui est marrant c'est qu'a la même période on avait aussi ''la sky-rave sur skyrock'' le soir.

Ca était mon initiation à la Techno.

Pour moi le pape du Rap français c'est Kerry James.

Toute son oeuvre est haut niveau, dur de choisir.

Je mets du lien YouTube parce que mon serveur est aussi blindé qu'un pick-up Tesla.

th?id=OIP.HwTe47JawKnqbOOvMYsk3wHaFj%26p

 

Link to comment

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
What do you think about this episode? Leave a comment!

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×

Important Information

By using this website, you accept the use of cookies in accordance with our Privacy Policy.