Jump to content

Ma vie comme au cinéma

Play
Season 1, episode 2
25 min / Published

Dans cet épisode, Stella Delmas, Auteur, Scénariste et Biographie, nous propose de travailler ensemble sur toutes les façons de notre vie, comme si nous réalisions un film de cinéma : Le Notre !
 

Retranscription de l'interview :

Arno : Bonjour Stella Delmas. Qu'est ce qui t'a donné envie de parler de développement personnel? 

 

Stella Delmas :  Je pense qu'en fait, ce sont des clés qui nous permettent d'aller mieux et qu'on gagnerait à apprendre ça à l'école. 

 

Arno Bitan :  Quel est le déclencheur chez les gens pour se dire je vais m'y intéresser ?

 

Stella Delmas :  Il y a forcément un mal être. On part toujours de soi et je pense que c'est comment je peux vivre mieux ma vie. Et en fait, j'ai commencé à m'intéresser à la psy, j'ai beaucoup lu en développement personnel. Puis, j'ai commencé à réécrire des livres de développement personnel et quand on a vu comment je réécrivait, on m'a dit ce que vous seriez à même d'écrire vos propres livres.

 

Arno Bitan :  Tu parles de réécrire des livres de développement personnel et on a l'impression que, outre la forme, réécrire c'est l'histoire de la vie ?

 

Stella Delmas :  Alors réécrire, je pense, c'est faire passer les messages qui sont effectivement souvent les mêmes, mais d'une autre manière et qui soient singulières. On n'invente pas grand chose. On a juste une manière de transmettre r ses propres moyens ou ses propres clés pour ouvrir ses portes intérieures. 

 

Arno Bitan :  Alors, parlons justement de tes propres clés : Tu reprends les archétypes de De Yung que applique au monde du cinéma. Tu vas nous permettre de créer notre propre film, puisqu'on est souvent un acteur passif dans le film des autres. Mais on a du mal à être l'acteur actif dans notre propre film. 

 

Stella Delmas :  Exactement parce qu'en fait, on a eu des injonctions qu'on a autorisé et qui nous ont guidés dans un scénario qui n'est pas le nôtre. Et quand on n'a pas découvert son propre scénario,  on soutient forcément celui de l'autre, jusqu'à être prêt ou jusqu'à en avoir marre. Vous avez quelque chose en vous ou dans votre vie qui vous convient pas, et on se dit mais comment je peux m'améliorer et qu'est ce qu'on fait?  On va voir ce qui a marché pour les autres. Au delà du développement personnel, ce que j'ai beaucoup aimé, moi, ce sont les biographies. 

 

Arno Bitan :  Et on va forcément prendre certaines personnes comme modèles pour pouvoir se construire. Alors dans ton livre, il y a donc 4 étapes principales. Il y a avant le tournage, donc on va devoir être le scénariste, le producteur, le storyboard et le directeur de casting. La deuxième étape, c'est dans les coulisses, le régisseur et tu les appelle très joliment "les virtuoses de l'apparence", donc tout ce qui est maquilleur, coiffure, et costumes. Etape 3 : sur le tournage. Là, on est donc acteur et réalisateur. Et l'étape quatre enfin monteur, mixeur et distributeur exploitant, c'est à dire la diffusion à l'extérieur de notre personne. Parce que c'est bien de se développer personnellement, il faut qu'il faut que ça puisse rayonner. 

 

Stella Delmas :  Au delà de soi. C'est le bon mot :  "rayonner", parce qu'en fait, on parle de briller. Briller, c'est juste soi, alors que rayonner, c'est donner à l'autre. Et là, en fait, c'est un peu le but d'un livre comme d'un film. Pour moi, c'est ce qu'on a appris, ce qui nous a enrichis, fait grandir, apporter du bonheur, le donner à l'autre, ça nous en apporte aussi, forcément. Mais c'est dire. OK, c'est possible pour toi aussi et est déjà donné. C'est un acte de bonheur . 

 

Arno Bitan :  Est ce que c'est facile d'être autant de personnes en même temps? 

 

Stella Delmas :  Mais on est pas autant,en même temps, 'on est multiple. C'est à dire que j'ai posté un post qui disait le corps est l'habit de l'âme, le vêtement est le reflet de nos états d'âme. Eh bien en fait, c'est ça, on est tous ça en soi. Mais quel rôle j'ai envie de jouer aujourd'hui ? Chacun a son angle de vue. Chacun a sa vision de la vie et son rôle à jouer. Et on est tout ça en soi. C'est à dire que selon l'humeur ou selon ce qu'on s'autorise à faire ou à être, on peut voir la vie différemment.

 

Arno Bitan :  L'idée, c'est qu'on peut être toutes ces personnes, pas forcément en même temps. Mais si une de ces personnes intérieures n'est pas dans la bonne énergie, l'idée, c'est de se transformer en quelqu'un d'autre pour pouvoir réécrire son film. 

 

Stella Delmas :  Se transformer, Non. Mais faire appel à l'autre personne en soi parce qu'on est déjà parfait. Je pense que c'est un révélateur. Aujourd'hui, qui je révèle en moi. On a déjà ce potentiel en soi. On est tous des scénaristes, des producteurs, des directeurs de storyboards. On a tous des choses en soi à révéler.

 

Arno Bitan :  Tu dis jouer à être pour devenir. 

 

Stella Delmas :  C'est la phrase d'un très bon ami qui s'appelle Big Gana, qui est très spirituelle et qui m'avait dit ça, et je trouve que c'est très puissant !  On parlait d'avoir des modèles,donc quand je suis écrivain, j'aimerais être un Bernard Werber, un Guillaume Musso qui au cœur des histoires qui font, qui embarquent les gens. Ou alors je ne suis pas pour l'écriture, un Alexandre Jardin, une amoureuse de l'écriture. Et comment ces gens-là en sont arrivés là? 

 

Arno Bitan :  Oui, en plus, on dit souvent qu' avant d'être, il faut faire comme si on était déjà. 

 

Stella Delmas :  Exactement et je n'aurais jamais pensé la portée de cette phrase. C'est même pas avant d'être. C'est faire comme si on y était déjà, parce qu'on fait vibrer à. Dans le livre, je parle d'une magnifique découverte. C'est Joe Dispenza ça qui montre qu'en fait, il faut vibrer à la personne que vous voudriez déjà être : Quand je suis ça, quelles sont les émotions que je ressens? Et ça vous fait vibrer plus haut et ça attire.  Mais Il ne suffit pas de vouloir pour attirer. Mais c'est vibrer à l'énergie de la personne que je désire être. Ça vous fait accéder à ce qu'on a ce qu'on désire. 

 

Arno Bitan :  C'est ce qu'on appelle la loi de l'alignement. : C'est-à dire que tout ce que je pense, tout ce que je fais, tout ce que je dis, il faut que qu'on soit vraiment dans la même lignée pour pouvoir l'attirer à moi. Parce que c'est vrai que ceux qui connaissent le développement personnel ont probablement lu ou vu "Le secret". C'est cette fameuse loi d'attraction. Mais c'est pas seulement en pensant à quelque chose qu'elle va venir à nous faire qu'on va vraiment devoir se mettre en action. Et c'est comme ça qu'on peut l'attirer. Quels sont les ennemis ? Est ce qu'il y a des choses qui vont aller à l'encontre de ce qu'on veut et qui vont peut être nous empêcher de développer ou de réaliser ce film ? 

 

Stella Delmas :  Je crois que le pire danger, c'est de toujours se fier à nos peurs. Pour moi, tout part de l'amour, c'est-à dire d'un trop plein ou d'un pas assez. Donc, avec ces blessures qui sont la trahison, le rejet, l'abandon, l'humiliation et l'injustice, et en fait, c'est toujours ça, toujours d'un manque ou d'un trop plein d'amour. Et  de ça, ça génère des peurs qui nous amènent effectivement à nous jouer les mauvais scénarii. 

 

Arno Bitan :  On dit qu'il n'y a que deux sentiments c'est justement l'amour et la peur. Et que ça soit. Et que même si ces deux sentiments sont complémentaires, il faut essayer de cultiver au maximum ce qui nous pousse vers le haut plutôt que ce qui nous attire vers le bas. 

 

Stella Delmas :  Exactement. Mais c'est très facile à dire et c'est beaucoup moins facile à faire. Moi, ce que j'aime bien dans ma vie comme au cinéma, c'est que tous les métiers ramènent à l'instant présent, parce qu'en fait, c'est un travail de chaque instant.  

 

Arno Bitan :   Et tu es tellement positive !

 

Stella Delmas :  Oui, mais c'est la somme de mes expériences de vie, que ce soit dans le positif comme le négatif. Et j'ai un vrai amour pour les autres. Je trouve que l'autre est un film à avoir, un terrain à explorer, un pays à découvrir. 

 

Arno Bitan :  Mais justement, quand on s'intéresse trop aux autres, on s'oublie ?

 

Stella Delmas :  Non, l'autre est un miroir. On ne rencontre jamais quelqu'un par hasard. La personne qui va être dans notre vie à un moment T, va nous faire aller vers une autre personne nous mêmes, qui sera plus en accord et plus alignée avec nous mêmes. C'est à dire que quoi qu'on vive, cela nous amène à aller vers ce qui est le plus juste pour nous. En fait, c'est arriver au détachement du regard de l'autre. La vie, elle vous amène à aller chercher au fond de vous la manière d'être qui va être bien pour vous. Il ne faut plus avoir peur de déplaire ou peur de perdre l'amour de l'autre, en fait. Se trouver, c'est aussi guider les autres vers le chemin pour se trouver qu'à. 

 

Arno Bitan :  Un moment donné, tu dis dans le livre que nous sommes aussi ce que nous n'aimons pas de nous une acceptation totale de ce que nous sommes  dans notre globalité. Et si on n'aime pas ça, c'est pas grave. C'est une facette et c'est sûrement une des facettes qui va pouvoir peut être nous faire travailler le contraire. 

 

Stella Delmas :  Exactement aussi bas. On descend aussi, on remonte, on dit aussi. Et je crois que c'est Nietzsche qui disait "Tout ce à quoi tu résiste persiste. Tous ceux que tu regardes en face, s'efface". C'est à dire que pour moi, l'ombre, c'est juste une part de lumière qui n'est pas encore mise en lumière, comme on peut détester quelque chose en soi. Mais plus on va le détester, plus on va le rejeter, plus il va s'accentuer. De toute façon, l'ombre ne peut être que importante dans nos vies puisqu'elle met en valeur la lumière. La lumière n'existe que par rapport à l'ombre. Et souvent, je remarque effectivement que notre pire ombre va devenir notre meilleur atout ou notre plus belle lumière. 

 

Arno Bitan :  On va revenir un petit peu au livre. Quels conseils pourrais- tu donner à nos auditeurs pour justement commencer à écrire leurs propres histoires? 

 

Stella Delmas :  En fait, le moteur, c'est la joie. Qu'est ce qui vous met en joie? Imaginez demain, c'est la fin de votre vie. Qu'est ce qui vous mettrait les larmes aux yeux? De vous dire Mon Dieu, j'ai fini, j'ai pas fait ça. Qu'est ce que vous n'auriez pas fait? Qui vous rendrait mal, en fait? Et du coup quelle est la première action que je peux poser là aujourd'hui, qui peut m'amener à réaliser ça?

 

Arno Bitan :  Et c'est déjà une première façon de se projeter dans la rédaction. Puisque tu le dis également dans le livre, le mental ne fait pas la différence entre la réalité, une situation inventée de toutes pièces. Et ça, c'est l'une des phrases principales. On peut tout devenir à partir du moment ou dans notre esprit, on arrive à s'en convaincre. 

 

Stella Delmas : Exactement, c'est au dela de se convaincre, c'est y être ! en fait, qu'est ce que tu peux faire pour changer ce que tu n'aimes pas dans ta vie ou qui tu es? 

 

Arno Bitan :  C'est comme la fameuse phrase ce n'est pas en faisant tout le temps la même chose qu'on obtient des résultats différents. 

 

Stella Delmas :  C'est en faisant plus la même chose, qu'on a plus de même résultat. C'est très facile à dire et très compliqué à mettre en mouvement parce que le mental a besoin d'être rassuré et il retourne forcément dans ses schémas connus. Et même si vous faites des choses qui ne font pas du bien, qui vous s'autodétruisent comme il connaît et que c'est facile pour lui, il y a la facilité. 

 

Arno Bitan :  Nous sommes des animaux d'habitude. Et donc forcément, lorsqu'on se met à changer de système de pensée, avant de pouvoir appliquer quelque chose et de faire en sorte que cette chose devienne une vraie habitude, on dit je crois qu'il faut entre 21 et 90 jours pour vraiment pouvoir intégrer les choses du changement. Dans chacune des étapes, il y a un call to action. Il y a une véritable action à mettre en place? 

 

Stella Delmas :  Oui, il y a des actions parce qu'en fait, comme on le disait, il y a la différence entre une habitude qui est un mécanisme qu'on fait sans en être conscient, alors qu'en fait la contraction, c'est faire une nouvelle action, mais en pleine conscience, sur une durée particulière pour pouvoir ancrer cette nouvelle habitude. Sortir de sa zone de confort. 

 

Arno Bitan :  C'est vrai qu'on dit souvent sortir de sa zone de confort, mais pourquoi en sortir? Il suffirait juste de la rendre encore plus grande. Tu parles de vie stéréotypée et de vie archetypée. Ce que tu peux nous expliquer la différence entre ces deux points ?

 

Stella Delmas :  Stéréotypes et rentrer dans des cases. C'est l'idée qu'on se fait quelque chose. Et par exemple, ce n'est pas une vie réussie, stéréotypée. C'est la personne qui est devenue cadre, qui a qui est marié, qui a deux enfants à la maison pour chien, alors qu'en fait une vie archétypiqué. C'est une vie qui nous permet de nous épanouir parce qu'on aime. 

 

Arno Bitan :  Et on ne peut pas réussir sa vie stéréotypée ?

 

Stella Delmas :  Bien sur, si ça correspond à l'idéal qu'on se fait de la vie. 

 

Arno Bitan :  Avant de nous quitter, j'aimerais que tu nous conseille un ou plusieurs livres. Que tu as lu et qui ont permis d'être un meilleur humain. 

 

Stella Delmas :  Oui, j'en ai plein, je travaillais au noir et j'adore Frédéric Lenoir. J'adore ses livres et un qui m'avait beaucoup plu. C'était  un "petit traité de vie intérieure". Il y a bien sûr l'incontournable "le pouvoir du moment présent" de Eckart Tollé. Et enfin "Culpa Fuck" de Olivia Moore, qui déculpabilise sur ce qu'on n'a pas fait de nos obligations. C'est très drôle, bien écrit.

 

Arno Bitan :  Merci Stella

Episode ratings
Please log in or sign-up to rate this episode.
Une ligne de Coach
A podcast by Arno Bitan
Prenez une dose de motivation !
Episode comments

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
What do you think about this episode? Leave a comment!

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×

Important Information

By using this website, you accept the use of cookies in accordance with our Privacy Policy.