Jump to content

" Pour certains le pied noir est encore un gros colon."

Play
Season 2, episode 0
23 min / Published
By Traces

Les rapatriés français d'Algérie ont été, et sont encore parfois, les victimes d'une mauvaise réputation. Considérés comme des étrangers par certains ou comme de méchants colons par d'autres, les pieds noirs forment une communauté soudée par le souvenir d'une terre qu'ils ont dû quitter par la force. L'un des pires épisodes de la guerre d'Algérie reste pour eux les massacres d'Oran du 5 juillet 1962. Trois mois et demi après la signature des accords d'Évian, deux jours après la reconnaissance officielle de l’indépendance, et quelques heures avant sa proclamation, plusieurs centaines d'hommes et de femmes seront massacrés ou enlevés sans que l'armée française réagisse.

Fabrice Rodriguez est un fils de rapatriés. Je l'ai rencontré en 2007 à Toulouse. Il nous dit ce que recouvre pour lui le terme de communauté pieds noirs et nous dévoile le rapport qu'il entretient avec l'histoire de ses parents.

Episode ratings
Please log in or sign-up to rate this episode.
Traces
About Traces
A podcast by Traces
L'histoire de l'immigration, le multiculuralisme et les questions que cela soulève.
Episode comments

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
What do you think about this episode? Leave a comment!

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×

Important Information

By using this website, you accept the use of cookies in accordance with our Privacy Policy.