Jump to content

# RADIO.AFRIQUEMEDIA INTERNATIONAL/ CENTRAFICA-NEWS-WEBTV/ PODCAST/ RCA: L'OCCIDENT PRIS LA MAIN DANS LE SAC! (ZOOM AFRIQUE DU 28 AOUT 2022)

Play
20 min / Published

Sur le Zoom Afrique du 6 septembre 2022
RCA : pourquoi l’ONU importe-t-elle des explosifs interdits ? 

La semaine dernière, à la frontière centrafricaine, des officiers de gendarmerie ont arrêté un convoi de camions transportant des marchandises vers le territoire centrafricain pour un contingent de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) stationnée dans la ville de Kaga-Bandoro, de la préfecture de Nana-Grébizi. 

Le 23 août, après avoir intercepté des camions de marchandises suspects, des conteneurs ont été ouverts. Des munitions d’armes légères y ont été trouvées, qui étaient légalement importées et destinées à la MINUSCA. Des documents d’accompagnement recueillis par les Forces armées centrafricaines indiquent la présence d’explosifs et de munitions. 

D’autres conteneurs contenaient des explosifs et des mines hautement explosives pour mortiers de 81 mm. Selon les sources, il s’agit de mines hautement explosives bourrées d’éléments destructeurs -des munitions- interdits à l’importation en République centrafricaine, la MINUSCA n’a pas de mortiers en service. 

La question la plus importante se pose : pourquoi les Casques bleus voulaient-ils des explosifs en République centrafricaine, et dans quel but apporteraient-ils des mines et des mortiers dans le pays ? 

Les experts qui suivent ce qui se passe en Centrafrique estiment que la MINUSCA a importé des explosifs et des mines hautement explosives pour mortiers de 81 mm, pour être transférés à des groupes armés rebelles en République centrafricaine. Il convient de noter que des unités de la MINUSCA ont plus d’une fois été prises pour avoir coopéré et transféré des armes à des groupes armés en échange d’or et de diamants. 

Est-ce un dernier souffle pour la France qui tente désespérément de déstabiliser la Centrafrique avant de se faire éjecter ? 

LES DERNIERS SOLDATS FRANÇAIS CHASSES DE LA RCA 

Selon Africa Intelligence, le président Macron va annoncer le départ des 130 derniers éléments français présents sur le territoire centrafricain, et ainsi fermer la Mission logistique de Bangui (MISLOG-B) qui en est à son 4e mandat. L’annonce est attendue le 1er ou le 2 septembre, lors de la Conférence des ambassadeurs. 

La MISLOG-B qui a succédé en juillet 2021 au détachement d’appui opérationnel agit sous les ordres des EFG. Déployée sur le camp de M’Poko, elle a pour mission d’assurer un soutien à l’EUTM-RCA (Mission de formation de l’Union européenne en République centrafricaine) et aux militaires français insérés au sein de la MINUSCA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique). 

Avec le départ logique de la MISLOG-B, il restera une poignée de militaires français en RCA, déployés au sein de la mission EUTM-RCA, qui est déjà une mission suspendue et de la MINUSCA (moins de 20 actuellement). 

L’armée française va donc quitter le pays après 62 ans de présence, même si la RCA est indépendante depuis août 1960. Et pourtant, on ne va plus dire « malgré » la présence de l’armée française, mais plutôt, avec la présence de l’armée française, la Centrafrique avait perdu son armée nationale et 80 % de son territoire était aux mains des groupes rebelles.  

Au début du premier mandat de l’actuel président centrafricain Faustin Archange Touadera en 2016, Bangui a coupé ses liens avec la France et s’est tourné vers d’autres puissances comme la Russie. Actuellement, la situation sécuritaire s’est nettement améliorée. Le gouvernement a repris le contrôle de la quasi-totalité du territoire centrafricain. Ce qui montre encore une fois que la présence des armées occidentales dans les pays étrangers en Afrique ou au Moyen-Orient est néfaste.

2E SUJET DU MAGAZINE :
LES DIPLOMATES FRANÇAIS ; LES NOUVEAUX INFLUENCEURS DE LA MACRONIE 

Face aux attaques devenues virales, contre la France sur les réseaux sociaux, notamment en Afrique, le président français appelle les diplomates à riposter. Ces dernières années, le sentiment antifrançais a progressé en Afrique francophone. Pour Paris, certains pays du continent seraient des têtes d’affiche de cette fronde au point de nouer des alliances avec des pays adversaires de la France. Le chef de l’État français, Emmanuel Macron, a rencontré les ambassadeurs français, réunis à l’Élysée, le 1er septembre. Il a invité les diplomates français à être « plus réactifs » sur les réseaux sociaux pour mieux riposter aux attaques visant à discréditer la France, notamment en Afrique. 

* RADIO.AFRIQUEMEDIA INTERNATIONAL
https://www.podcastics.com/podcast/radioafriquemedia-international/
* CENTRAFICA-NEWS-WEBTV
http://centrafrica-news.tv/
https://vk.com/centrafricanewstv


 

Episode ratings
Please log in or sign-up to rate this episode.
# RADIO.AFRIQUEMEDIA INTERNATIONAL
A podcast by Radio.LucMichel
Direction: Luc MICHEL & Fabrice BEAUR / BRUXELLES - PARIS - MOSCOU - SOTCHI - DOUALA -MALABO - TEHERAN
Episode comments

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
What do you think about this episode? Leave a comment!

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×

Important Information

By using this website, you accept the use of cookies in accordance with our Privacy Policy.