Jump to content

Robert Desnos - Dernier Poème. Conteur : Yannick Debain

Robert Desnos 1900-1944 En avril1944, le poète fait partie du convoi dit « des déportés tatoués » dans un train de mille sept cents hommes dont la destination est Auschwitz,  Desnos est redirigé le 12 mai vers Buchenwald,  il y arrive le 14 mai et repa...

Play
Season 1, episode 53
0 min / Published April 17

Robert Desnos 1900-1944

En avril1944, le poète fait partie du convoi dit « des déportés tatoués » dans un train de mille sept cents hommes dont la destination est Auschwitz,  Desnos est redirigé le 12 mai vers Buchenwald,  il y arrive le 14 mai et repart deux jours plus tard pour flossembourg : le convoi, cette fois, ne compte qu'un millier d'hommes. Les 2 et 3 juin, un groupe de quatre-vingt-cinq hommes, dont Desnos, est acheminé vers le camp de Floha en Saxe.

 De ce camp, Desnos écrit de nombreuses lettres à Youki qui, toutes, témoignent de son ardente énergie comme de son désir de vivre. Le 14 avril 1945 sous la pression des armées alliées, le kommando de Flöha est évacué. Le 15 avril, cinquante-sept d'entre eux sont fusillés. Vers la fin du mois d'avril la colonne est scindée en deux groupes : les plus épuisés - dont Desnos - sont acheminés jusqu'au camp de concentration de theresienst.

Le 3 mai 1945, les SS prennent la fuite ; le 8 mai, l'armée Rouge et les partisans tchèques pénètrent dans le camp. Les libérateurs traînent avec eux quelques médecins et infirmiers afin de sauver qui peut l'être encore. Sur une paillasse, vêtu de l'habit rayé de déporté, tremblant de fièvre, Desnos n'est plus qu'un matricule. Plusieurs semaines après la libération, un étudiant tchèque, Joseph Stuna, est affecté par hasard à la baraque no 1. En consultant la liste des malades, il lit : Robert Desnos, né en 1900, nationalité française. Stuna sait très bien qui est ce Desnos. Il connaît l'aventure surréaliste ; il a lu Breton, Éluard… Au lever du jour, l'étudiant se met à la recherche du poète au milieu de deux cent-quarante « squelettes vivants » et le trouve. Appelant à l'aide l'infirmière Aléna Tesarova, qui parle mieux le français que lui, Stuna veille et tente de rassurer le moribond au péril de sa vie. Desnos a tout juste eu la force de se relever en entendant son nom et de souffler « Oui, oui, Robert Desnos, le poète, c'est moi. » 

Ainsi Robert Desnos sort-il de l'anonymat… Leur a-t-il laissé un dernier poème

Après la guerre, est publié dans la presse française un dernier poème de Desnos, qui aurait été retrouvé sur lui par Joseph Stuna.

A Voix Haute
A podcast by YANNICK DEBAIN
A voix haute
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this website, you accept the use of cookies in accordance with our Privacy Policy.