Jump to content

Stéphane Butticé

Podcaster
  • Content Count

    24
  • Joined

  • Last visited

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Itinéraire d'un enfant doué, Arthur Leclercq, le fondateur de l'atelier de réparation de denim SuperStitch à Paris Il y a quelques semaines à peine après le déconfinement lié à cette crise sanitaire (et économique) historique, je me décide à aller à la rencontre d'Arthur Leclercq, fondateur de l'atelier de réparation SuperStitch situé au 13, rue Racine dans le sixième arrondissement de Paris. Je rencontre pour la première fois Arthur Leclercq en 2016 durant un event organisé dans l'une de mes boutiques héritage préférées de Paris, Royal Cheese, pour la marque de denim Levi's. Je suis chaleureusement accueilli par le maître des lieux et l'un de ses amis dans la boutique atelier qu'est SuperStitch. On discute de tout et de rien pendant que lui switch de machine en machine pour réparer les denim confiés par ses clients. L'idée m'était venue plutôt de façon naturelle de lui proposer de se prêter au jeu du podcast : il a accepté sans aucuns chichis. Arthur Leclercq, classe 1989 (30 ans), né en Charente-Maritime (à Saint-Jean-d'Angèly), et ayant grandi à Poitier (ce qu'il définit une belle bourgade) est un passionné de sports mécaniques (ancien compétiteur en motocross) et de denim. Né d'un père informaticien pour des logiciels de sécurité d'une banque et d'une mère entrepreneuse, à la tête d'une boîte de nuit de province avec parking en graviers pendant plus de vingt ans. Il y fréquente ce lieu âgé de seulement dix ans, copinant avec les videurs, des "personnages assez spécifiques" que l'on ne rencontrerait pas hors contexte monde de la nuit (un monde à part). sortir les poubelles, une école de la vie A 13 ans il commence à mettre les mains dans le cambouis, en aidant sa mère à la tache dans la boîte de nuit, en s'occupant du bar, du tri des bouteilles, à la sortie des poubelles... Inconsciemment avec un parcours scolaire "laborieux" et semé d'embuches, cette humilité responsabilisante lui avait très tôt inculqué le désir de faire les choses par lui même avec la notion de prise de risques que seuls connaissent les entrepreneurs. Arthur Leclercq se voyait initialement chirurgien (pour sauver des vies). Le destin en voulut autrement... Bac -10 Arthur Leclercq ne passera pas son épreuve de Bac (car pas réveillé ce jour là...), Bac Pro tournage fraisage où Arthur fait son apprentissage en usinant des pièces pour l'automobile, l'aéronautique... En apprenant sur des machines conventionnelles et par la suite numériques qui par ailleurs le passionnaient par l'aspect manuel, minutieux et qui force à la réflexions permanente qui le rapprochent de la mécanique et des machines bien réglées... championnats de motocross et automobiles accidentées Arthur Leclercq nous raconte sa passion de toujours le motocross et les sports mécaniques de façon générale, qui a démarrée des ses cinq ans. Sa chambre était parsemée de posters de ses idoles du moment, notamment de posters de : Ricky Carmichael, David Vuillemin, James Stewart Jr. (pilote emblématique de 2003/2004, surnommé le "Tiger Woods du motocross" qui avait révolutionné le motocross par sa technique minutieuse et le "Scrub" permettant au technicien de pencher la moto sur la crête d'un appel de saut diminuant le temps du saut en l'air)... Arthur Leclercq dut mettre un terme à sa passion coûteuse en stoppant sa participation aux Championnats de France et les épreuves de Championnat d'Europe en 2006 à cause des frais mirobolants de déplacements, de camion, le dépenses du mécano et des machines... Arthur nous explique aussi une autre passion les automobiles accidentés (des autres). Il aime voir comment elle se déforme, ce qu'il y a à l'intèrieur. un métier où l'on ne triche pas Arthur Leclercq se passionne pour la mécanique avec son apprentissage et son hobby semi professionnel du motocross. Il constate qu'on ne peut pas tricher avec la mécanique. Si les réglages sont mal faits, les machines ne fonctionnent pas. Pas de place pour l'improvisation ! BTS des unités de management commercial et Agent Commercial chez Edwin à Paris Après un bts des unités de management commercial, Arthur décide de s'installer à Paris fin 2011, pour ouvrir la première boutique Edwin à Paris avec son premier Patron, Franck Gunther du showroom Five0Five en distribuant les marques : Universal Works Sandqvist Tricker's Anderson's Bleu de Chauffe Pyrenex Novesta Edwin où il y apprends les rudiments du métier du retail de la tenue de boutique, au déballage des cartons, balai etc... Pour six mois après devenir agent commercial de la marque en France (d'ou notre rencontre chez Royal Cheese à Paris). passion denim Très jeune, à 14 la mère d'Arthur lui offre un jean en denim selvedge de la marque Edwin Japan. Arthur se prends un claque tant la fabrication du vêtement était précise, il est boulversé par le montage diffèrent et le parfum de qualité que dégage ce jean. La toile était foncée et rigide, les bords à l'intérieur n'étaient pas conçus de la même façon qu'un jean standard... Il se passionne très vite pour le sujet où il planche des nuits entières en se documentant sur des magazines et autres ouvrages japonais pour devenir un Jedi du sujet... l'Union Special 43200 G Arthur Leclercq décide en vain, de faire reprendre ce jean sur la longueur avec le fameux point de chaînette en retoucherie. De cette frustration, il décide en octobre 2016, de se procurer par ses propres moyens les 15 machines permettant de monter un jean de A à Z, le bon cinq poches américain avec le bon volume, le bon fil, la bonne toile, les bons boutons, les bons rivets... En commençant par l'acquisition de cette machine américaine emblématique qu'est l'Union Special. La première de ses 13 sur 15 machines à ce jour. les machines à coudre pour monter un jean en denim une machine pour faire les poches double aiguilles une machine pour faire le fond de la culotte avec le bras déporté une machine pour finir l'intérieur des jambes coupées, appelée la surjetteuse une piqueuse plate pour monter les jambes à l'extérieur une machine pour poser les rivets une machine pour poser les boutons une ceintureuse une machine pour faire les passants la machine point d'arrêt et la fameuse ourleuse Le point de chaînette Cette machine à coudre, l'Union Special, était utilisé dans la production de jeans par Levi's entre 1940 et 1970 et permettait à l'aide du points de chaînette : point ressemblant à une chaine qui allie deux fils, grâce à une aiguille et un crochet sur la machine permettant à la matière de travailler naturellement sans déformer le point. Un point très résistant et qui peut se défaire très vite pour d'éventuelles opérations. La machine était conçue de cette manière pour l'aspect pratique et rapide en évitant d'enfiler la machine avec une canette en mettant deux fils sur le porte cône en déroulant jusqu'à 5km de fil sans jamais s'arrêter. En clair une contrainte industrielle plus qu'esthétique (devenue esthétique aujourd'hui, car romancé par les geeks du denim et une certaine presse étrangère). il y a denim et denim Encore une fois un beau produit ne ment pas, les détails d'un jean digne de ce nom sautent aux yeux et ils doivent comporter ce type de détails : être fabriqué au Japon : car c'est le seul pays à fabriquer encore aujourd'hui les jeans avec les machines d'époque américaines (de la période 1940/1970). comporter des "défauts" : provoqués par les fameuses machines d'époque, permettant de les différencier d'un jean industriel moderne post 1980. posséder le "ropping effect" : zig-zag localisé au niveau de l'ourlet crée par la pression du pied de la machine qui décale le tissu pendant l'opération de la couture. montrer la nervure de la poche à pièces ou la poche à montre gousset (petite poche sur le flanc droit du jean) avoir le "train track" (deux coutures longeant la jambe rappelant les rails des chemins de fer) SuperStitch Arthur Leclercq, équipé se son Union Spécial calibré comme il faut, fonde SuperStitch dans le salon des on appartement après avoir échoué de nombreuses fois dans le réaliser un ourlet propre pour enfin aller à la rencontre de ses premiers clients... premiers clients : boutiques et initiés Arthur se mets alors à proposer ses services de reproduction d'ourlets pour les boutiques : 45RPM RRL Jinji Anatomica Elevation Store et les particuliers qui se refilent l'adresse sous le manteau... du seizième au sixième Ensuite, il s'installe quelques temps dans le sous-sol de la boutique de PAP, Holiday Paris, rue Boileau dans le seizième arrondissement de Paris, pour ensuite rebondir, après avoir accumulé les 13 Machines sur 15 permettant l'assemblage d'un jean entier, sur une opportunité de local commercial lui permettant d'ouvrir (tout juste avant le confinement) sa propre boutique SuperStitch avec pignon sur rue au 16, rue Racine à deux pas du Jardin du Luxembourg et du très chic quartier de l'Odéon dans le sixième arrondissement de Paris. service couture chic et de niche qui donne de l'effet et du charme au jean Aujourd'hui, le service de retouches SuperStich est spécialisé dans les réparations de tout type pour jean et denim réalisées avec les machines originales américaines de chez Levi's, ayant tournée entre 1940 et 1970 (conçues de façon rustique pour la conception des jeans de l'époque). Les "effets" sont des petites aspérités, des défauts, des plis, des petites nervures qui se créent pendant la couture en décalant la matière tout en donnant une âme au vêtement après les délavages striés, marqués par le temps et les ports du client. Ils vont le singulariser en le rendant unique ! les opérations proposées sont l'ourlet point de chaînette caractéristique avec l'Union Special 43200 G de SuperStitch le refuselage du jean selon les goûts du client les réparations minutieuses diverses et variées les personnalisations Single Stitch (broderies customisées réalisées au point de chaînette, quasiment tout est possible) le denim LR01 Arthur Leclercq a développé un jean, une coupe : Le jean LR01 rend hommage à Lydie et René, les grands-parents d'Arthur Leclercq. Le jean est une sorte de réédition de jean des seventies à la sauce SuperStitch: très inspiré du Levis 501 de 1972 à 1974, nommé le Single Stitch (jean assez rare, du à la période transitionnelle de Levi's) conçu avec une toile non stabilisé (gardant une souplesse dès l'achat et évoluant au fil du temps et des lavages avec son propriétaire) cousu avec les coutures en point de chaînette sur la ceinture, poche à pièces ou montre gousset et sur l'extérieur de la jambe le ropping effect est proposé pour ajuster la longueur de l'ourlet avec son point de chaînette SuperStitch en somme un jean qui n'est pas à la mode, mais intemporel pensé pour vieillir et se patiner noblement avec son propriétaire la lessive spéciale SSD Parlons Chemistry (chimie) à présent, avec la lessive spéciale SSD, développée par SuperStitch vendu dans un bidon inspiré d'un bidon d'additifs pour le moteurs de course. Une lessive spéciale denim avec un certain ph et additifs, permettant à la toile de se délaver convenablement de façon bleue sans grisailler en donnant à la toile denim un toucher soyeux. Oubliez le mythe du cow-boy qui consiste à dire qu'il ne faut laver le moins possible son jean... En effet, un jean non lavé peut... Sentir mauvais et fragilise le tissage technique de la toile qui s'élime en tirant les fils aux genoux et à l'entrejambe et en conséquence peut provoquer des trous. l'ambition Le leitmotiv d'Arthur Leclercq, aujourd'hui, est de faire plaisir à ses clients en leur proposant le meilleur service réparation de denim possible mais aussi en proposant une capsule de produits satellites autour du denim avec un cahier des charges toujours très poussé concernant le sourcing produit, qualité de montage et confort. Il débute notamment avec son premier modèle de jean. J'ai pris beaucoup de plaisir dans la réalisation de cette interview. Si vous aussi avez aimé ce podcast, n'hésitez pas à laisser un commentaire en le notant avec 5 étoiles sur Apple Podcast. Vous pouvez également vous abonner sur la plateforme Apple Podcast I Spotify I Deezer I Stitcher I TuneIn I Podcastics pour ne pas rater une miette des podcasts à venir ! N'oubliez pas de partager le podcast, de le noter en laissant votre ressenti, c'est très important pour aider le podcast à émerger dans les classements en plus de le faire découvrir au plus grand nombre tout en me motivant à m'améliorer en faisant de nouveaux épisodes ! Bonne écoute, Stéphane Titre: Eclectic Prawn Auteur: Dumbo Gets Mad Source: https://dumbogetsmad.bandcamp.com Licence: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/deed.fr Téléchargement (9MB): https://www.auboutdufil.com/index.php?id=470
  2. Entretien exclusif avec Laurent Picciotto, grand curieux et fondateur de la boutique de Montres d'exception Chronopassion Durant les deux mois de crise sanitaire mondiale qui nous ont coupé (physiquement) du monde... Nous avons tous un peu, fait fumer nos applis de smartphones : zoom, skype, messenger, instagram... Après avoir posé une question innocente sur une story instagram sur le compte @stephanebuttichowskij : "Qui souhaiteriez-vous entendre prochainement sur le Podcast Gentleman Chemistry ?". Un nom est apparu, celui de Laurent Picciotto. Etonnante surprise ! Après avoir tagué le Monsieur sur une énième story (quid de l'engagement virtuel), je commence à discuter avec ce charmant Monsieur qui en quelques minutes m'accroche avec une grande générosité à ses passions éclectiques allant dans le désordre : de ses guitares, aux objets insolites accumulés avec le temps, aux motos et autres véhicules de genre pour au final arriver aux montres de caractère. Aujourd’hui je suis reçu par ce personnage attachant qu'est Laurent Picciotto, animé dans tout ce qu’il entreprend par les émotions que peuvent engendrer le fait d’être curieux. La curiosité qui a alimenté tout au long de son parcours ses différentes passions : les guitares, les motos, les objets insolites mais plus précisément les montres. Oui mais attention, ce qui distingue les montres que l’on trouve dans l’écrin du 271, rue Saint-Honoré, la boutique de Montres (et cabinet de curiosité) la plus Rock’n’Roll de France et peut être au monde qu’est Chronopassion Paris. Chez Chronopassion on ne trouve pas la montre de Monsieur tout le monde. Non, ce que l’on y trouve, ce sont des montres précieuses, rares et produites en série limitée avec chacune leur propre personnalité. De la personnalité Laurent Picciotto, en a à vendre en plus de sa quarantaine de marques exclusives destinées à susciter l’émotion d’une clientèle de passionnées de : L’Octo de Bulgari La Grand Seiko Panerai Luminor de la Maison Florentine L’épurée H. Moser & Cie De la très typée et sportive Tudor Black Bay Cette Ulysse Nardin avec cadran Manara La ZRC 300 pour explorer les fonds marins Plus classique la Bréguet à complications La plus western par Ralph Lauren La plus muerte qui tue par Fiona Kruger La Medusa de Corum L’Angelus rectangulaire Frank Muller Hublot La plus technologique Urwerk ou la Christophe Claret X-Treme 1 Itinéraire d'un enfant curieux Laurent Picciotto, naît à Toulon mais grandit à Paris, d'un père travaillant dans un laboratoire pharmaceutique qui devient par la suite entrepreneur, à l'origine d'une société de développement dans le capital risque et d'une mère femme au foyer. Laurent Picciotto décide très jeune de se lancer dans le monde du travail sans son BAC en poche en démarrant comme employé de banque (mécanographe) après son service militaire âgé de 21 ans. Ensuite il rentre au service des engagements puis à la bourse. la routine l'ennuyant il part vendre de l'assurance capitalisation, des sortes d'officines faisant signer des contrats de proximité en étant payé en avance sur commission (en finissant par devoir de l'argent à la boîte). Cet épisode du parcours de Laurent Picciotto, dura un an et demi en lui enseignant les rudiments passionnants de ce qu'il définit une école de vendeurs de tôle ondulée. Des personnes capables de vendre tout et n'importe quoi en démarchant à peu près n'importe qui. L'émotion par la curiosité de l'objet En 1987, Laurent Picciotto est âgé de 26 avec le désir d'ouvrir une boutique d'objets dans l'esprit Marina de Bourbon du Boulevard de Courcelles (boutique emblématique où la rédaction de Lui magazine allait chiner dans les années 1970/1980) ou une boutique de montres. Finalement, Laurent Picciotto opte pour le deuxième choix sans avoir de background dans l'horlogerie. Avec un père qui accumulait toute sorte d'objets ainsi que des montres (toujours avec un très étroit lien que suscite la curiosité), Laurent à une époque ou les enfants ne parlaient seulement quand on leur demandait, suivait son père découvrir les derniers modèles de chez Chaumet dans la boutique Les Intemporels. Puis en 1974 ils vont à la découverte de la Royal Oak d'Audemars Piguet, avec une ambiance "luxe" que Laurent trouve détestable : les vendeurs en smoking chuchotant. Laurent Picciotto a aussi ouvert sa propre boutique pour cette raison : vendre du luxe de manière moins austère et grandiloquente. A Genève ils parcourent la rue du Rhône en allant à la rencontre de Gérald Genta, avec qui ils lui soumettent l'idée de créer une boutique de montres à Paris. Gérald Genta Laurent Picciotto se fixe un cahier des charges précis, retrouver des maisons confidentielles. Il débute avec Gérald Genta en boutique monomarque. Gérald Genta (1931-2011) a qui le monde de l'horlogerie moderne doit beaucoup. En effet, sans Gérald Genta, le design des montres aujourd'hui aurait été différent - c'est à dire, que nous aurions tous au poignet des montres rondes avec bracelet en crocodile. Gérald Genta a inventé le design horloger à une époque ou ça ne se faisait pas. Peu avant l'arrivé de la montre au quartz (apparue avec Seiko en 1969) qui remplace de façon plutôt violente les habitudes relatives au remontage mécanique des montres, avec l'aspect simple d'entretien que propose ce système fonctionnel (la crise du Quartz). Il débute avec la très belle Maison Universal Genève en 1950 (disparue justement avec l'essor du Quartz dont on parlait précédemment), Début des années 1960 il redesigne le modèle Constellation d'Omega ; puis on lui doit également trois designs de montres emblématiques : la Patek Philippe Golden Ellipse en 1968 Audemars Piguet Royal Oak en 1970 Ia IWC Ingénieur en 1976 la Patek Philippe Nautilus en 1976 en s'inspirant d'un hublot de transatlantique équilibrant un style subtil entre élégance et sport ainsi que la Cartier's Pasha de 1985 Gérald Genta collabore également avec des interventions partielles au design modèles de montres chez : Timex Chaumet Van Cleef & Arpels Seiko Bulgari Hamilton,... Chronopassion Paris Dans les années 1980 il fonde sa propre Maison homonyme, Gérald Genta en ouvrant à Paris en 1988 avec Laurent Picciotto sa première boutique monomarque. L'aventure Parisienne dure deux années, avec une marque confidentielle affichant à l'époque les prix les plus élevés du marché de la montre. En 1991 la boutique Chronopassion devient une boutique multimarques en passant rapidement de quinze, vingt, vingt-cinq marques de montres horlogères. Aujourd'hui Chronopassion, c'est plus de quarante marque de montres comprenant plus de la moitié de marques d'horlogerie d'indépendants. Proposer ce que les autres ne font pas Laurent Picciotto fonde en 1988 la boutique d'horlogerie Chronopassion avec la volonté et la vision de proposer à ses clients autres chose qu'une boutique de montres proposant les marques classiques des grands groupes horlogers & horlogers bijoutiers : Richemont Swatch Kering LVMH Rolex... La boutique Chronopassion participe de 1988 à 1995 le marché était très jeune dans ce type de commerce pour constituer une clientèle avec une boutique de montres. De 1989 à 2000 la bulle horlogère explose et Chronopassion participe à la naissance nombreuses histoires d'indépendants devenus de stars aujourd'hui en jouant la carte de la proximité et de produit en mettant la marque en second plan. Aujourd'hui la mission de Chronopassion est de dénicher des créateurs horlogers qui font ce que les autres ne font pas et de les faire découvrir à la clientèle de la boutique toujours avec le même savoir faire technique et humain loin des codes des vendeurs de luxe qui chuchotent en smoking. J'ai pris beaucoup de plaisir dans la réalisation de cette interview. Si vous aussi avez aimé ce podcast, n'hésitez pas à laisser un commentaire en le notant avec 5 étoiles sur Apple Podcast. Vous pouvez également vous abonner sur la plateforme Apple Podcast I Spotify I Deezer I Stitcher I TuneIn I Podcastics pour ne pas rater une miette des podcasts à venir ! N'oubliez pas de partager le podcast, de le noter en laissant votre ressenti, c'est très important pour aider le podcast à émerger dans les classements en plus de le faire découvrir au plus grand nombre tout en me motivant à m'améliorer en faisant de nouveaux épisodes ! Bonne écoute, Stéphane Titre: Eclectic Prawn Auteur: Dumbo Gets Mad Source: https://dumbogetsmad.bandcamp.com Licence: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/deed.fr Téléchargement (9MB): https://www.auboutdufil.com/index.php?id=470
  3. Entretien exclusif avec Mathieu Lesca, fils du fondateur de la marque de lunettes fondée en 1964 Lesca Chers auditeurs, Le monde est en train d'affronter un moment surréaliste, une crise sanitaire et économique sans précédents qui je l'espère va nous faire prendre conscience qu'on est peu de choses et que ces deux mois de confinement (avec tout le confort que nous offre ce monde moderne) nous a aussi permis de savourer des moments simples en prenant le temps d'apprécier un verre d'eau frais ou bien de relire un bon vieux bouquin. A quelques semaines de cette plaie mondiale, j'ai été invité par Mathieu Lesca, le fils du fondateur de la marque éponyme de lunettes Lesca - fondée en 1964 par son père Joël Lesca. Mathieu Lesca, se voyait plus jeune dans une carrière d'avocat... Il y a une dizaine d'années, son père lui propose de vendre quelques lunettes auprès de la clientèle de professionnels distribuant des lunettes : les opticiens et les boutiques spécialisées. Mathieu Lesca s'implique dans le développement de la marque Lesca, en comprenant très tôt que l'époque ou la clientèle achetait un produit bien fait sans acheter l'image de marque autour était une époque révolue - ces dernières années les produits exceptionnels ne suffisent plus à les faire connaître. Mathieu s'est emparé des sujets tels : l'image de marque, le marketing, le packaging, le site internet, les réseaux sociaux qui montraient déjà le bout de leur nez. La volonté de la famille Lesca était de garder le contrôle sur le ton donné par la marque sans le déléguer par une agence de comm. Ils s'entourent rapidement d'un graphiste pour dépoussiérer l'identité graphique de la marque de lunettes de 1964 avec Romain Chirat d'Etablissements Studio. Mathieu Lesca nous explique avoir voulu sortir de ce côté naphtalineux on sort de l'atelier vintage familial, prenant ses origines dans les années 1960 Joël Lesca rachète un stock vintage de pièces détachées de lunettes d'une usine "Les lunetiers réunis" prêtes à être assemblées pour la vente - pour faire passer la marque dans la vague mode en participant aux événements liés à la fashion week Parisienne et ses Salons Professionnels satellite type Man mais aussi en réalisant des shootings photographiques avec des photographes et mannequins triés sur le volet. Mathieu Lesca, réinvente un axe de communication pour travailler sur "la" marque de lunettes Lesca, sur les rééditions de modèles emblématiques de lunettes vintage afin de mettre un terme à cette confusion qui plus tôt, faisait percevoir la marque de lunettes comme une sorte de brocanteur de lunettes vintage. Les lunettes Lesca, sont travaillées sur des design de modèles emblématiques, ayant étés produites sur mesure par des lunetiers artisans et portées par des icônes allant de la période 50/70 : Le Corbusier, Yves-Saint Laurent, Aristote Onassis, Michael Caine, Marcello Mastroianni, Alain Delon... En somme, prendre le meilleur du design et des matériaux utilisés à l'époque pour en faire la lunette moderne. Les lunettes Iconiques Lesca produites en Europe font désormais partie de l'ADN de la marque, se caractérisant par une monture en épaisse plaques d'acétate de cellulose de la plus belle qualité (formule inventé par le groupe pharmaceutique Rhône-Poulenc pour l'aviation pendant la guerre, à base de coton et de sciure de bois fixée avec des produits chimiques pour rendre la préparation solide) en écailles marbrés ou pleines dans les tons : noir, taupe, champagne, miel, havane... et finies avec des rivets robustes. L'intérêt de se souci du détail permet une découpe prévoyant le confort du client sur son nez et ses oreilles ainsi que des nuances de couleurs et reflets éclatants. Lesca 1964, essaye de se distinguer de ses concurrents en restant une entreprise à taille humaine assurant avec quelques agents sa distribution limité de lunettes (4000 pièces par an) à travers le monde dans des points de vente triés sur le volet (permettant ainsi un plus grand choix de lunettes à ses distributeurs), avec le désir de sortir la marque de tout ce qui peut être associé de prés ou de loin à l'optique, l'opticien, du verre et de la mutuelle en la rapprochant de la mode et du glamour avec des modèles de lunettes homme. La mission de Lesca 1964 est de proposer plus qu'une monture de lunettes, mais un objet, un accessoire de qualité vieillissant avec son propriétaire. J'ai pris beaucoup de plaisir dans la réalisation de cette interview. Si vous aussi avez aimé ce podcast, n'hésitez pas à laisser un commentaire en le notant avec 5 étoiles sur Apple Podcast. Vous pouvez également vous abonner sur la plateforme Apple Podcast I Spotify I Deezer I Stitcher I TuneIn I Podcastics pour ne pas rater une miette des podcasts à venir ! N'oubliez pas de partager le podcast, de le noter en laissant votre ressenti, c'est très important pour aider le podcast à émerger dans les classements en plus de le faire découvrir au plus grand nombre tout en me motivant à m'améliorer en faisant de nouveaux épisodes ! Bonne écoute, Stéphane Titre: Eclectic Prawn Auteur: Dumbo Gets Mad Source: https://dumbogetsmad.bandcamp.com Licence: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/deed.fr Téléchargement (9MB): https://www.auboutdufil.com/index.php?id=470
  4. Entretien exclusif avec Monsieur Pierre Degand, fondateur de la Maison Degand à Bruxelles Si vous nous suivez depuis nos débuts dans les colonne du Magazine Gentleman Chemistry gentlemanchemistry.com , vous n'ignorez sans doute pas notre première rencontre avec Pierre Degand (en septembre 2015). Jeudi soir dernier sur un coup de tête nous avions eu l'idée de nous rendre à Bruxelles. Avant de plier bagage, nous avons pris la peine de contacter Pierre Degand (de façon très informelle sur whats up) pour l'inviter sur le Podcast Gentleman Chemistry. Nous savons l'homme très occupé au quotidien, nonobstant, à notre grande surprise il a très vite accepté notre invitation. En route pour Bruxelles ! Pierre Degand, est un homme passionné par le goût du détail dans toute chose et pour qui le mantra depuis tout petit était de se distinguer de la masse par l’excellence au détriment de la médiocrité et de l’autosatisfaction. Pierre Degand, fonda en 1983 la Maison Degand dans ce majestueux hôtel de Maître de plus de 2000m2 (très récemment rénové datant de 1913), situé au 415 de l’avenue Louise de Bruxelles. Ce lieu unique, sans doute l’une des plus belles boutiques au monde, est couru par une clientèle avertie de connaisseurs Belges mais aussi d’étrangers à la recherche du raffinement juste, discret et jamais ostentatoire. La Maison Degand, conseille ses hôtes avec Pierre Degand en croisade contre le faux luxe - il a su faire perdurer tradition et travail de qualité d’antan dans cet écrin servant de présentoir aux produits de luxe pour homme qu’il propose à sa clientèle. J'ai pris beaucoup de plaisir dans la réalisation de cette interview. Si vous aussi avez aimé ce podcast, n'hésitez pas à laisser un commentaire en le notant avec 5 étoiles sur Apple Podcast. Vous pouvez également vous abonner sur la plateforme Apple Podcast I Spotify I Deezer I Stitcher I TuneIn I Podcastics pour ne pas rater une miette des podcasts à venir ! N'oubliez pas de partager le podcast, de le noter en laissant votre ressenti, c'est très important pour aider le podcast à émerger dans les classements en plus de le faire découvrir au plus grand nombre tout en me motivant à m'améliorer en faisant de nouveaux épisodes ! Bonne écoute, Stéphane Titre: Eclectic Prawn Auteur: Dumbo Gets Mad Source: https://dumbogetsmad.bandcamp.com Licence: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/deed.fr Téléchargement (9MB): https://www.auboutdufil.com/index.php?id=470
  5. Itinéraire de l'ancien Champion de Boxe Anglaise Frédéric Esther Aujourd’hui j’ai le plaisir de me trouver dans un bureau d’un ancien Champion de Boxe Anglaise. Les murs de cette pièce parlent comme un livre ouvert, racontant des histoires à travers le temps. De nombreuses coupes, médailles et autres trophées sont éparpillés un peu partout avec les innombrables photos placardées sur les murs : on y retrouve des champions mais aussi des stars du cinéma, des rockstars eet autres… Le bureau est celui de mon coach sportif au Club des Epinettes et Batignolles au Gymnase Max Rousié situé au 28 rue André Bréchet dans le dix-septième arrondissement de Paris . Frédéric Esther, (Fredo pour les intimes) grand gaillard au cœur sur la main (et au punch dans les mains quand il faut) est un ancien boxeur, ayant gagné plusieurs titres en France et en Europe entre 1995 et 2000 . Membre de l’équipe de France à Sidney pour ensuite passer professionnel entre 2000 et 2004 avec une carte 14 victoires dont 4 par KO 2 défaites (dont 1 volée). Par la suite il enseigne l’escrime des poings depuis 18 ans dans le complexe sportif où nous nous trouvons aujourd’hui. J’ai tenu à l’interviewer, car ce n’est plus un secret pour ceux d’entre vous qui me suivent sur la page insta @stephanebuttichowskij que la boxe anglaise a depuis deux ans pris une grande place dans ma vie. J'ai pris beaucoup de plaisir dans la réalisation de cette interview. Si vous aussi avez aimé ce podcast, n'hésitez pas à laisser un commentaire en le notant avec 5 étoiles sur Apple Podcast. Vous pouvez également vous abonner sur la plateforme pour ne pas rater une miette des podcasts à venir ! Bonne écoute, Stéphane Titre: Eclectic Prawn Auteur: Dumbo Gets Mad Source: https://dumbogetsmad.bandcamp.com Licence: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/deed.fr Téléchargement (9MB): https://www.auboutdufil.com/index.php?id=470
  6. Genèse de la boutique de PAP masculin Gabriel Paris Aujourd’hui j’ai la chance de me trouver dans une nouvelle boutique de vêtements pour hommes située au 26, rue du Mont Thabor dans le 1er arrondissement de Paris à deux pas de la place Vendôme parallèle de la rue de Rivoli et antichambre de la rue Saint-Honoré. Cette splendide boutique propose la panoplie parfaite pour homme élégant sachant reconnaitre la qualité d’un produit à sa juste valeur, allant du : costume entoilé fait en Italie, aux chemises dans les plus beaux tissus double retor, bretelles, cravates, chaussettes, chapeaux et autres accessoires toujours aussi soignés. Je vais parler du maître des lieux qui nous reçoit : Cyril Arvengas, ancien antiquaire et flâneur épicurien. Ce bel esprit c’est illustré par sa marque créé il y a quelques années à Peine en devenant petit à petit une référence dans ce qui se fait de mieux pour homme dans la capitale. Cyril Arvengas, classe 1977, ayant grandit dans le très chic seizième arrondissement de Paris. Issu d'un père fils d'Ambassadeur ayant travaillé chez Air France et Vittel et d'une mère conseillère de vente chez Dior. Le trublion était déjà très tôt fan de Jim Morrison puis ensuite de Francis Ford Coppola et Mickey Rourke... Il stoppe très tôt ses études pour rebondir comme un saltimbanque sur des cours de théâtre puis de petits boulots en petit boulots, allant de la publicité aux boutiques d'antiquaires à la vente chez Agnès B... L'aventurier, dans son élan et soif de curiosité, entreprend un tour du monde tout en combinant une activité de décorateur d'intérieur. Il rentre à Paris pour travailler aux puces de Saint-Ouen pendant deux ans jusqu'à découvrir par hasard une offre d'emploi sur la porte de ce qui allait devenir sa future boutique rue du Mont Thabor. Il va rester dans ce lieu, appelé à l'époque Eglé Bespoke pendant quatre ans jusqu'à racheter les parts de son ancien propriétaire pour transformer le lieu et créer sa propre marque : Gabriel Paris. J'ai pris beaucoup de plaisir dans la réalisation de cette interview. Si vous aussi avez aimé ce podcast, n'hésitez pas à laisser un commentaire en le notant avec 5 étoiles sur Apple Podcast. Vous pouvez également vous abonner sur la plateforme pour ne pas rater une miette des podcasts à venir ! Bonne écoute, Stéphane Titre: Eclectic Prawn Auteur: Dumbo Gets Mad Source: https://dumbogetsmad.bandcamp.com Licence: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/deed.fr Téléchargement (9MB): https://www.auboutdufil.com/index.php?id=470
  7. Genèse de la boutique Marc Guyot Pour ce nouveau le podcast Gentleman Chemistry, j'ai le plaisir de vous présenter un personnage à la personnalité et au franc parler pour le moins atypique, rencontré pour la première fois en 2015. J'ai par la force des choses appris à le connaitre : dans s vision du bon goût, sa passion pour le vêtement et de sa maitrise de l'histoire du vêtements et des matières. Marc Guyot c'est aujourd'hui une boutique unique de prêt-à-porter pour homme (unique) située au 5, rue Pasquier dans le huitième arrondissement de Paris à deux pas de la Place de la Madeleine. Marc grandit paisiblement dans la vallée de Versailles, né d'un père policier et d'une mère employée dans la fonction publique. En 1977 à 11 ans il manifeste déjà ses premiers émois pour les vêtements... Il marquait en effet, de façon plutôt précoce de l'intérêt pour la coupe du jean Levis 501 avec son étiquette rouge et braguette à boutons qui a par la suite évoluée avec le temps mais aussi les Sperry Top-Sider et autres Vans of the wall pour la question des baskets (il ne parlait pas encore souliers) ... A 14/15 ans il était encore plus énervé sur le vêtement (comprendre: que son goût s'affinait. ndlr). A 16 ans, c'était trop tard ! Marc, inarrêtable, savait déjà qu'il voulait faire du vêtement son gagne pain. Le bac en poche, il rentre en droit à Assas (plus pour l'environnement agréable que lui propose la rive gauche et le quartier du Luxembourg que pour les cours de droit). Il commence à travailler à travailler à 21 ans en 1987 jusqu'à se faire embaucher pour la marque de vêtements pour homme Smuggler qui sera son école du business (enseigne qui changera de propriétaire en 2001). En même temps, il ouvre avec son ancien associé de l'époque la boutique Apparel Arts située boulevard de Courcelles. Deux ans après il est débauché par un groupe Britannique et en vendant ses parts d'Apparel Arts. Il ouvre en Mars 1999 la boutique Cape Cod que l'on connait sous le nom de Marc Guyot depuis 2004. Marc dessine ses propres patrons de vêtements et formes de souliers avec une deuxième ligne de souliers, la ligne Delmont petite soeur de sa ligne amirale Marc Guyot. Marc dispose dans ses murs d'un stock impressionnant de tissus britanniques uniques allant de tweeds écossais aux lins Irlandais et autres shetlands qu'il propose pour réaliser des vestes, pantalons, pardessus sur mesure. Résolument une adresse incontournable de la capitale pour tout passionné de vêtement pour homme ! J'ai pris beaucoup de plaisir dans la réalisation de cette interview. Si vous aussi avez aimé ce podcast, n'hésitez pas à laisser un commentaire en le notant avec 5 étoiles sur Apple Podcast. Vous pouvez également vous abonner sur la plateforme Apple Podcast I Spotify I Podcastics pour ne pas rater une miette des podcasts à venir ! N'oubliez pas de partager le podcast, de le noter en laissant votre ressenti, c'est très important pour aider le podcast à émerger dans les classements en plus de le faire découvrir au plus grand nombre tout en me motivant à m'améliorer en faisant de nouveaux épisodes ! Bonne écoute 😉, Stéphane Titre: Eclectic Prawn Auteur: Dumbo Gets Mad Source: https://dumbogetsmad.bandcamp.com Licence: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/deed.fr Téléchargement (9MB): https://www.auboutdufil.com/index.php?id=470
  8. Entretien exclusif avec Monsieur Nino Cerruti, fondateur de la Maison de couture Cerruti 1881 Après avoir réalisé le podcast sur Simone Ubertino Rosso, Responsable Communication du Lanificio Fratelli Cerruti. Comme promis nous avons enfin pu aller à la rencontre de homme au grand coeur et esprit. Aujourd’hui j’ai le grand privilège de me trouver dans les locaux de la filature historique du Lanificio Cerruti dans le Billeais au pied des Alpes en Italie. L’entreprise a été fondée en 1881 par le grand père de mon invité : Monsieur Antonio Cerruti dit Signor Nino ou Nino Cerruti, enfant terrible, génie et créateur avant-gardiste de la Maison de couture Cerruti 1881 fondée en 1967. Il est avec sa Maison l’inventeur du « casual chic ». Oui le casual chic ! Ce qui veut dire, traduire l’élégance d’une silhouette classique par le confort des coupes des vêtements sans tomber dans la facilité du street-wear. Un certain Karl Lagerfeld disait "Les pantalons de jogging sont un signe de défaite. Vous avez perdu le contrôle de votre vie, donc vous sortez en jogging." Monsieur Nino Cerruti a pu habiller, toujours avec un goût acéré, dans le désordre : Faye Dunoway dans Bonnye & Clyde, Richard Gere dans Pretty Woman, Michael Douglas dans Basic Instinct, Jack Nicholson, Bruce Willis, Tom Hanks, John Malkovitch, Clint Eastwood, Sharon Stone mais aussi Bébél, Delon, Depardieu, Lambert Wilson, Catherine Deneuve, Jacques Dutronc... Un Monsieur qui a su vendre du rêve à travers son métier en voulant habiller des gens normaux, dans la vraie vie ! Tout le contraire de ce qui se fait dans certains défilés de nos jours… Dans ce podcast j’espère pouvoir vous plonger à travers le parcours de ce grand Monsieur, dans la jet set de la Dolce Vita et de l’Age d’or du cinéma et de la créativité de cette période à aujourd’hui ! J'ai pris beaucoup de plaisir dans la réalisation de cette interview. Si vous aussi avez aimé ce podcast, n'hésitez pas à laisser un commentaire en le notant avec 5 étoiles sur Apple Podcast. Vous pouvez également vous abonner sur la plateforme pour ne pas rater une miette des podcasts à venir ! Bonne écoute, Stéphane Titre: Eclectic Prawn Auteur: Dumbo Gets Mad Source: https://dumbogetsmad.bandcamp.com Licence: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/deed.fr Téléchargement (9MB): https://www.auboutdufil.com/index.php?id=470
  9. Genèse du bureau de création d'identité visuelle Etablissements Studio Très récemment en regardant des pages de graphistes sur instagram, je converse de façon informelle avec l'étonnant graphiste Romain Chirat d'Etablissements Studio. J'amorce la conversation en lui faisant part d'une idée de projet qui sommeillait en mois depuis quelques temps en lui montrant un logo de pieuvre réalisé par mes soins... Ils me demande plus d'infos sur le projet pour pouvoir comprendre l'histoire que j'ai envie de raconter autour de cet hypothétique logo... S'ensuit une proposition de rdv très informel dans son studio située dans le 12ème arrondissement de Paris. De façon très professionnelle, Romain avait déjà préparé un moodboard avec univers de marque, logo, axe de comm et sans rien lui demander... Je découvre qu'il a pu travailler pour des marques prestigieuses comme : Diptyque, Bernard Zins, Lesca... Toujours avec beaucoup de goût et simplicité ! A ce stade il était pour moi évident de mettre en lumière le très important travail dont est à l'origine un graphiste dans la création d'identité visuelle de marque sur tout ces détails qui rajoutent de la valeur à un produit quel qu'il soit. Romain Chirat est Directeur Artistique & Graphiste indépendant depuis 4 ans (créant des identités de marque, des logos et autres publications d'ouvrages papier...), il a 30 ans et est originaire de Grenoble. Né d'un père papetier et mère libraire il est automatiquement imprégné de l'odeur des beaux papiers et attentif au détail d'une typographie sophistiquée. Très jeune et de façon inconsciente il est déjà attiré par les détails et l'esthétique des supports de communication des marques. Il obtient un BAC littéraire pour rebondir sur un BTS de communication. Il arrive à Paris où il obtient une licence de création publicitaire se départageant le rôle en binôme avec un concepteur rédacteur et un directeur artistique pour y apprendre la PAO (publication assistée par ordinateur : Illustrator, In Design, Photoshop). Romain effectue son premier stage en tant que Concepteur Rédacteur dans une agence de comm en restant toujours sur sa faim créative... Il enchaine les stages en création de site (web design)... Puis dans une autre entreprise qui embauchait que des stagiaires... Sur recommandation d'un ami et avec un book de sortie d'école, on lui propose un nouveau stage dans une agence de création d'identité visuelle où il restera trois ans. Une lumière s'allume! Il y apprends le storytelling de la marque, l'étude des typographies, la création de logos, des détails, du packaging... Tout ce qui va sublimer et donner de la valeur rajouté à un produit et à une marque ! Il nous explique qu'il faut dans l'expérience d'achat retrouver les valeurs de la marque dés réception du colis que le transporteur vous aura livré tout en tenant compte des contraintes contemporaines - aujourd'hui il faut trouver des solutions de conditionnement responsables mais toujours avec des matériaux de qualité. Romain nous dit qu'il est possible de sublimer un produit par son packaging avec de petits moyens, il faut juste preuve d'inventivité ! Romain Chirat est sensible à la provenance des produits et à l'histoire de marque. Il voit de plus en plus de marques communiquer sur un héritage inventé de toutes pièces à la façon des décors en carton pâte constituant le Strip de Las Vegas... Après trois longues années d'enseignements dans cette agence il décide finalement de prendre son envol en créant sa propre structure : Etablissements Studio. Les clients ne se font pas attendre et meublent de façon pérenne son emploi du temps et son carnet de commandes sur différents projets allant de différentes marques : d'hôtels, de pâtissiers, de lunettes, de bougies, de pantalons... J'ai pris beaucoup de plaisir dans la réalisation de cette interview. Si vous aussi avez aimé ce podcast, n'hésitez pas à laisser un commentaire en le notant avec 5 étoiles sur Apple Podcast. Vous pouvez également vous abonner sur la plateforme pour ne pas rater une miette des podcasts à venir ! Bonne écoute, Stéphane Titre: Eclectic Prawn Auteur: Dumbo Gets Mad Source: https://dumbogetsmad.bandcamp.com Licence: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/deed.fr Téléchargement (9MB): https://www.auboutdufil.com/index.php?id=470
  10. Genèse de la marque de sacs à main de luxe Sainte Isaure Au printemps 2016, je rencontre accoudé au comptoir d'un imprimeur, armé de mes cartes de visite Gentleman Chemistry fraichement sorties des presses et des premiers lookbook de collection de la future marque de sacs de luxe Sainte Isaure imaginée par Ingrid Monti. Ingrid Monti est d'origine Corse, née en Allemagne d'un père Militaire et d'une Mère Cantatrice d'Opéra. Ingrid grandit à Strasbourg avec un coup de foudre pour la danse classique dès son plus jeune âge. Elle s'installe à Paris début 2010 après avoir jonglé avec des études scientifiques et le conservatoire de danse classique jusqu'en cycle supérieur à raison de trois heures par jour. La suite du parcours se traduit par un Master en qualité qui la destinait à travailler dans l'industrie pharmaceutique, agro-alimentaire ou cosmétique. Elle postule en Stage à l'ANSM (Agence Nationale de Sécurité et des Produits de Santé) agence de médicaments qui dépends du Ministère de la Santé. Puis s'ensuit la licence et le Master 2... Ne trouvant pas le job de ses rêves, elle trouve un emploi en tant que vendeuse au Bon Marché en 2010-2011, demandant à être placé dans le rayon cosmétique. Finalement la chance lui sourit en lui proposant son premier job chez Monoprix au siège, un CDD de cinq mois en tant que Responsable Qualité dans la partie épicerie liquide. Elle se voit obligée de stopper les cours de danse au Studio Harmonic, ne se sentant pas trop impliquée par ce job au bout de quelques semaines seulement... Elle se recentre sur une offre de stage pour un poste de Responsable Qualité produits finis accessoires femmes chez Chloé où on lui fait comprendre qu'un poste en CDI toujours dans la qualité sacs cuir est à pourvoir : elle n'y réfléchis pas deux fois ! Elle a le poste et elle y passe 4 ans jusqu'au moment où elle sent la flamme en elle pour créer son propre projet de marque de sacs à main de luxe : Sainte Isaure. Aujourd'hui la marque chapeautée par Ingrid Monti en est à sa troisième collection. J'ai pris beaucoup de plaisir dans la réalisation de cette interview. Si vous aussi avez aimé ce podcast, n'hésitez pas à laisser un commentaire en le notant avec 5 étoiles sur Apple Podcast. Vous pouvez également vous abonner sur la plateforme pour ne pas rater une miette des podcasts à venir ! Bonne écoute, Stéphane Titre: Eclectic Prawn Auteur: Dumbo Gets Mad Source: https://dumbogetsmad.bandcamp.com Licence: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/deed.fr Téléchargement (9MB): https://www.auboutdufil.com/index.php?id=470
  11. Portrait d'Eric Tormos préparateur de champions en boxe Olympique Les personnes qui suivent le Magazine Gentleman Chemistry et la page insta @stephanebuttichowskij n'ignorent pas la maladie, le virus que j'ai attrapé il y a plus d'un an maintenant en m'aventurant entre les tours de l'Ile des vannes de Paris (dite aussi l'Ile Saint-Denis) pour pousser la porte d'un club de boxe dont j'ignorais absolument tout : le RSOA (Red Star Olympique Audonien) . Pour les intimes de cette salle mythique aux rideaux rouges Red Star Boxe! J'y rencontre un Monsieur avec une barbe grise (bien entretenue) fumant une vapoteuse (oui on vous entends déjà... Comment ça, dans une salle de boxe?) assis sur une chaise blanche en plastique de café du midi. Ce Monsieur est vêtu d'un jogging et d'un t-shirt du club RSOA ou Under Armour je ne me souviens plus ? La panoplie se termine d'une casquette toujours fixé sur sa tête. Je suis tout de suite accueilli de façon résolument bienveillante où il m'invite après m'avoir serré la main à m'asseoir pour observer l'entrainement en cours. Il se présente : Eric Tormos. Je pense avoir été capté par l'énergie magnétique de la salle, le respect et le sentiment de fratrie qu'il y règne sans qu'il y ait un règlement qui ne l'impose. Que pensiez-vous que j'allais faire ? J'ai bien évidement réglé ma cotisation pour commencer à m'entrainer: il était déjà trop tard! Eric Tormos, est d'origine Espagnole. Une voix péchue en temps voulu (utile pour réveiller ses gars quand ils se relâchent en entrainement) - en somme une force tranquille. A 10 à peine il enfile les gants sollicité par un frère qui pratiquait le noble art et encouragé par un père fan de Marcel Cerdan. Sa carrière de boxeur (2 combats professionnels) s'arrête brusquement après des lésions aux mains alors qu'il est qualifié pour les Jeux Olympiques de Séoul en 1988 (les protections aux mains n'étaient pas aussi poussées qu'aujourd'hui). Autour des années 1990/1991, Eric décide alors de passer un CAP de plomberie sans jamais pratiquer le métier. Il se débrouille de petit boulot en petit boulot pour enfin ouvrir son propre vidéo club. Il poursuit en ouvrant un petit bistro avec un ami à Boulogne en se rendant compte de vouloir le vendre après un an et demi: il réussira à se débarrasser du fardeau au bout de cinq longues années. Il rebondit en obtenant un diplôme d'état DE / DES lui permettant d'entrainer des athlètes dans le golf dans un premier temps (où il est, s'il vous-plaît, 8 d'handicap!) pour ensuite poursuivre dans sa passion de toujours : la boxe anglaise. Eric Tormos fréquentait le RSOA (fondé en 1952 par le Manger Monsieur José Jover et le préparateur physique Monsieur Gaëtan Micallef) depuis ses 16 ans et y prépare depuis plus de 15 ans des athlètes dans toutes les catégories : de la boxe éducative, loisirs, amateurs et professionnels. Il nous explique que la culture d'un club de boxe est basé sur un code d'honneur dont personne ne parle mais qui existe, sur le partage de conseils dans le travail dans le but de faire progresser en toute sécurité ses équipiers car en boxe on ne joue pas, on boxe! Cependant il y déplore un sport victime de ses clichés. Il nous explique que la boxe est un sport basé sur des règles strictes pratiqué par autre chose que des voyous ou autres brutes analphabètes, au contraire, le club est fréquenté par des ingénieurs, des commerciaux, des personnes travaillant dans les médias ou autres professions libérales et même dans la catégorie professionnelle. Seul, le métier de boxeur professionnel ne suffit ps pour satisfaire les besoins économiques des athlètes. C'est pour cette raison que les boxeurs jonglent avec discernement entre leur passion et leur profession. Un entrainement type par Eric Tormos se compose par un échauffement (afin d'éviter les blessures) à base de corde à sauter ou bien de course à pied en levant les genoux, talons fesses, flexions, extensions etc... L'échauffement se termine par le fameux "shadow boxing" (boxer en se déplaçant dans le vide). Puis s'ensuit la partie technique, fractionné. L'entrainement se termine avec le retour au calme avec les tractions, pompes et étirements. Les compétences clés d'un boxeur doivent être: le cardio, les déplacements, les esquives et la frappe au poing direct, uppercut ou crochet. Dit comme ça, cela semble simple comme bonjour mais une bonne préparation demande énormément de temps et de discipline. En boxe il y a différents styles de boxes et de stratégies et on n'est en aucun cas obligés de monter sur le ring pour les plus téméraires d'entre vous par contre vous perdrez et de façon plus économique qu'un "Weight Watchers" vos poignées d'amour (si tel est l'objectif). Eric Tormos a eu l'occasion d'entrainer de grands champions: Tony Yoka, Souleymane Cissokho, Howard Cospolite, Bilel Jkitou, Aghilase Ait-Aoudia... Nous n'avons pas fini de suivre Eric et ses gars! La porte du Red Star Boxe est grande ouverte à tous et à toutes, longue vie au Noble Art! Pour en savoir plus n'hésitez pas à consulter l'article présentant le Red Star Boxe sur le Magazine Gentleman Chemistry. J'ai pris beaucoup de plaisir dans la réalisation de cette interview. Si vous aussi avez aimé ce podcast, n'hésitez pas à laisser un commentaire en le notant avec 5 étoiles sur Apple Podcast. Vous pouvez également vous abonner sur la plateforme pour ne pas rater une miette des podcasts à venir ! Bonne écoute, Stéphane Titre: Eclectic Prawn Auteur: Dumbo Gets Mad Source: https://dumbogetsmad.bandcamp.com Licence: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/deed.fr Téléchargement (9MB): https://www.auboutdufil.com/index.php?id=470
  12. genèse du podcast Génération Do It Yourself et du cabinet de consulting Cosa Vostra Dans une période professionnelle un peu pourpre de ce printemps 2019, nous déjeunions avec un ami: Yves Chadeyras de la boutique de confection de costumes sur mesure Les Francs Tireurs. En parlant de tout et de rien mais surtout d'entreprendre il me dit: "tu devrais écouter un podcast qui te donnera la flamme, l'envie de faire... Ce podcast s'appelle Génération Do It Yourself". Je suis têtu par nature, nonobstant, j'en prends note et j'écoute religieusement les conseils de l'ami. Avant de partir en vacances je passe les semaines de canicule du mois de juillet en compagnie de l'incroyable podcast de Matthieu Stefani en parcourant dans le désordre les captivantes histoires de : Tirgrane Seydoux (Big Mamma Group); Catherine Painvin (fondatrice de Tartine & Chocolat); Alexandre de Metz (Yellow Corner); Jacques Antoine Granjon (Vente Privée devenu Veepee); William Hauvette (Asphalte chez qui j'ai passé six mois en stage à ses côtés dans sa première aventure avec Six & Sept); Marc Simoncini (Meetic à Jaina Capital, Heroin Bike); Mercedes Erra (BETC); Fred Jourden (Blitz Motorcycle); Pauline Laigneau (Gemmyo); Alice Zagury (The Family); Christian Jorge (Vestiaire Collective); Geoffrey Bruyere (Bonne Gueule) et bien d'autres encore... Le podcast a accompagné mon transfert de Paris à Orly pour arriver dans le fin fond de la Sicile cet été me donnant la flamme et l'envie de faire quelque chose de mes mains (et esprit)... Ce que j'ai retenu de toutes ces histoires c'est que chaque histoire est différente, semée d'embuches et de succès mais que rien n'arrive par hasard - la chance il faut la courtiser en se bougeant le cul et en : DO IT PUTAIN! Sans se cacher derrière un milliard d'excuses pour ne pas le faire, le seul risque serait de ne pas essayer de sauter dans ce train et quelle que soit la destination de ce voyage. En rentrant je me suis décidé à investir dans ce qu'il fallait comme matériel pour enregistrer (je ne savais pas comment... Encore...) mes propres interviews en m'inspirant de ce mentor (et d'Adrien Garcia aussi de Entreprendre dans la Mode 😉 rendons à César ce qui est à César). Techniquement je ne savais pas vers quoi j'allais m'embarquer mais c'est en forgeant qu'on devient forgeron me disait ma grand mère... Voici pour ce treizième entretien le portrait de l'ingénieux, inspirant et très recherché Matthieu Stefani. Matthieu Stefani est entrepreneur depuis 2005 dans la tech. Touche à tout comme nous aimons, il est à l'origine de statrup digitales : sites marchands, e-commerce, projets, cabinet de conseil Cosa Vostra qui accompagne les clients dans la vision de l'avenir et l'exécution de ces projets... Passionnée par l'humain et essayant de répondre de façon efficace aux problématiques et changements frénétiques d'un monde qui va très vite. Matthieu est d'origine Corse, il grandit en Normandie jusqu'à ses 18 ans pour gagner en 1997 la capitale en fréquentant l'école de commerce IPAG (le cursus durera quatre ans): il en sortira l'élève "peut mieux faire". Il participe au lancement en France du premier quotidien gratuit (Suédois) Métro du 18 février 2002 à 2005. De 2005 à 2011 il par une volonté d'entreprendre il fonde Citizenside : l'agence de presse de photos d'amateurs en ligne. De 2014 à 2017 il est le Co-Fondateur de O-Barbershop. Ce n'est pas fini... De 2016 à 2018 il récidive... Co-Fondateur de YoBuro : le concept du Yoga au Bureau. En veux tu ? En voilà! De 2015 à 2019 il est Co-Fondateur de Ocus : banque d'images et vidéos à destination des entreprises. En 2011 il fonde son cabinet de conseil Cosa Vostra et il coach à l'ESCP. En février 2017 il crée le projet qui a fait que j'ai pu vous proposer cette interview : le podcast Génération Do It Yourself. Il nous confie vouloir créer une boîte par an... A ce rythme difficile de le suivre... Que exemple! J'ai pris beaucoup de plaisir dans la réalisation de cette interview. Si vous aussi avez aimé ce podcast, n'hésitez pas à laisser un commentaire en le notant avec 5 étoiles sur Apple Podcast. Vous pouvez également vous abonner sur la plateforme pour ne pas rater une miette des podcasts à venir ! Bonne écoute, Stéphane Titre: Eclectic Prawn Auteur: Dumbo Gets Mad Source: https://dumbogetsmad.bandcamp.com Licence: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/deed.fr Téléchargement (9MB): https://www.auboutdufil.com/index.php?id=470
  13. genèse du Magazine Where is the Cool ? Ça fait un certain temps que je suis un certain Laurent Laporte sur sa page instagram où je découvre des photos dépaysantes et exotiques sur ses voyages qui m'intriguent... Je sais qu'il est un touche à tout créatif et photographe. Du coup j'ai eu envie de creuser en lui proposant cette interview enregistrée hier dans cette journée pluvieuse du mois d'octobre dans sa très belle maison à Saint-Denis. Je découvre un grand gaillard à l'allure sportive, tatoué à la chevelure blonde qui laisse transparaitre malgré cette apparence un coté pudique. Il me raconte son enfance passée dans la banlieue Toulousaine où il apprend à jouer au piano poussé par sa mère à suivre les cours de solfège un peu à contrecoeur. Il montre très jeune un vif intérêt pour les images et les chartes graphiques des logos qu'il retrouve dans les posters de joueurs NBA placardés dans sa chambre. Il évoque aussi son goût pour le skate des ses 12 ans à 18 ans pour ensuite se concentrer sur sa vraie passion le surf. Laurent nous explique qu'il y a derrière ses vingt ans d'expérience une grande préparation physique mais aussi logistique pour ce qui est de l'organisation de ses road trips qui l'amènent dans son combivan (non sans embuches) de Biarritz jusqu'en Espagne, Portugal puis ensuite au Maroc. Il vécut au jour le jour de cette façon aventurière pendant près d'un an. La prochaine destination sera la Californie pendant 15 jours. Sa philosophie réside sur le voyage et non pas sur les vacances :" le voyage c'est booker un hôtel minable pour y être le moins possible, les vacances c'est aller dans un lieu ou l'on se fait servir et où l'on se repose". Le bac en poche, Laurent "monte à la capitale" et suit le cursus scolaire publicitaire à l'école Sup de Pub. Il enchaine le premier stage dans l'agence CLM BBDO , puis il est pris chez DDB à Londres et ensuite FALLON. Il est embauché en tant que Concepteur Rédacteur chez CLM BBDO, pour répondre à des contraintes, des équations. Son rôle est de faire passer un message à partir d'un brief de façon créative en suscitant l'intérêt de la cible donnée. Laurent y laisse 7 ans de sa vie jusqu'à prendre la décision de s'affranchir du côté contraignant du salariat en devenant freelance. Aujourd'hui il travaille en tant que concepteur rédacteur indépendant pour des marques telles que : Jinji, Husbands, La Perruque, Swann & Oscar, Diptyque, Hermès, Jacques Mariemage ... Toujours en gérant son temps comme il lui plaît sans devoir rendre compte à ses supérieurs quand il veut poser une semaine de congés pour aller surfer au bout du monde. Arrivé en agence Laurent crée un "blogspot" répondant à une question : Où est le cool ? La réponse à cette question sont des photos d'inspiration inattendues . Il y a à peine 2 ans il crée son propre magazine Where is the Cool ? qui est distribué aujourd'hui dans les plus belles librairies spécialisées en France et à l'international. Dans ce magazine il crée des histoires autour des objets, des personnes, des vêtements et des marques. Dans sa démarche photographique il nous explique qu'il s'est fait la main en fabriquant des images esthétiques avec ses clients freelance où il répondait à cette fameuse contrainte sans vraiment vouloir se forger un style mais plus prendre des inspirations dans une période ou une thématique précise. A l'ère où l'on dit que la presse papier se meurt à petit feu... Le projet de Magazine Where is the Cool ? Est réalisé en grande partie par Laurent lui même uniquement par passion sans vraiment y gagner de l'argent, nous dit :"le magazine je le fais sans objectif, l'ambition est un peu l'ennemi du cool!". J'ai pris beaucoup de plaisir dans la réalisation de cette interview. Si vous aussi avez aimé ce podcast, n'hésitez pas à laisser un commentaire en le notant avec 5 étoiles sur Apple Podcast. Vous pouvez également vous abonner sur la plateforme pour ne pas rater une miette des podcasts à venir ! Bonne écoute, Stéphane Titre: Eclectic Prawn Auteur: Dumbo Gets Mad Source: https://dumbogetsmad.bandcamp.com Licence: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/deed.fr Téléchargement (9MB): https://www.auboutdufil.com/index.php?id=470
  14. La genèse du le Guide des Montres Il y a un certain nombre d'années, nous étions invités pour un événement organisée par l'Atelier du Bracelet Parisien en partageant un diner sur une péniche en compagnie d'un certain Gregory Blumenfeld watch dealer et fondateur du Magazine Le Guide des Montres. Nous y découvrons sur la Seine, en passant devant Notre Dame de Paris ou encore la statue de la liberté dans le 16ème arrondissement un vrai passionnée d'automobiles anciennes. En début de semaine nous décidons de le convier sur le Podcast Gentleman Chemistry. Greg partage depuis tout petit avec son père, steward et entrepreneur, la passion pour les automobiles vintage. La bande son de son enfance est faite de NTM et de rap US mais aussi du bruit de ses bécanes cross 250YZ et KTM. Le parcours de Greg est fait de changements frénétiques d'écoles à Cergy qui l'amèneront plus tard à toucher à plusieurs types de métiers de bureau jusqu'à des postes de commercial qui ne l'épanouissent pas plus que ça... A la vingtaine (début des années 2000) il commence à cultiver son goût pour les montres, notamment pour cette Beuchat de plongée puis cette Sector. Arrive ensuite Bulgari avec sa Diagono à typographie Romaine et lunette taillée de façon très graphique... Il nous raconte brièvement l'histoire des collectionneurs de montres avec l'avent du quartz qui a ringardisé et tué de nombreuses manufactures horlogères qui se sont pour les plus chanceuses faites racheter par les grands groupes (Swatch, Richemont, Kering...) pour recontextualiser son projet. Les propriétaires de ces montres mécaniques les laissent dans un tiroir ou les donnent / vendent pour des bouchés de pain. Petit à petit un marché parallèle voit le jour : le marché de la montre de collection vintage. Aujourd'hui les collectionneurs essayent de rassembler des "sets" de montres complets : montre d'origine + pièces d'origine + bracelet d'origine + boîte d'origine + papiers d'origine (ce qu'on appelle un FULL SET). La côte de la montre se fait en fonction de la rareté, de l'offre et de la demande qui bouge au quotidien comme une bourse au cours du jour. Greg déplore cette nouvelle clientèle qui spécule sur l'investissement d'une montre au détriment de la passion. Il commande une Bulgari place Vendôme qui était réservée aux clients sur liste d'attente. Il passe commande et reçoit peu de temps après un appel de la boutique lui signalant un désistement de la part d'un client. La demande étant très forte pour ce type de montre il s'est dit qu'il pourrait en vendre une des deux pour ensuite en racheter une autre avec la marge faite et la revendre... Et ainsi de suite... A l'époque internet n'existait pas et l'information ainsi que la connaissance en matière de montres anciennes se négociait cher. Greg se passionne et s'équipe d'outils Bergeon pour démonter et remonter des mouvements de montres pour en comprendre le fonctionnement. Il se forme donc de façon autodidacte en allant chercher l'information là où elle était disponible en étoffant son réseau d'amis et clients de toquantes partout en France en parallèle de son job alimentaire de l'époque. Au fil du temps ses amis lui reconnaissaient une certaine expertise, une référence, du sérieux qui leur permettaient de faire les bons choix en se faisant conseiller, guider : on le baptisa "le Guide". En 2011 il crée sa société et son média, le Magazine Le Guide des Montres en créant des contenus rédactionnels et photographiques couvrant les thématiques du marché de la montre: des sorties de nouveautés, aux Salons Professionnels (Baselworld...), d'interview et plus récemment aussi de vidéos qui ont vu défiler : Dominique Farrugia, Martin Solveig, Alain Marhic (March LA.B) , Richard Mille, Joey Starr... Toujours et sans jamais, par choix, faire de communiqués de presse en maintenant une ligne éditoriale miroitant son point de vue, éthique et goût - ce qui force le respect à l'ère où les starlettes de la blogosphère mangeant à tous les râteliers en se vantant de faire partie du top 10 des blogs en France (visant la quantité métrique au détriment de la qualité). Dans la vie il faut faire des choix. Le choix de Greg a été justement de freiner la cadence de ses contenus, car en prenant le parti pris de refuser certaines collaborations sponsorisées, le média avait du mal à vivre sa progression économique - en effet Greg passe trop de temps sur le média qui ne génère pas suffisamment de profits pour qu'il soit viable. Du coup, Greg s'est depuis concentré sur l'achat revente et trading de montres de luxe, non plus sur son réseau de copains mais de façon professionnelle. Greg est actuellement joignable sur sa page instagram @leguidedesmontres et par mail contact@leguidedesmontres.com à qui il répond à tout le monde. Il nous annonce en exclu qu'il sortira courant du mois d'octobre 2019 son nouveau site vitrine de vente de montres de luxe. J'ai pris beaucoup de plaisir dans la réalisation de cette interview. Si vous aussi avez aimé ce podcast, n'hésitez pas à laisser un commentaire en le notant avec 5 étoiles sur Apple Podcast. Vous pouvez également vous abonner sur la plateforme pour ne pas rater une miette des podcasts à venir ! Bonne écoute, Stéphane Titre: Eclectic Prawn Auteur: Dumbo Gets Mad Source: https://dumbogetsmad.bandcamp.com Licence: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/deed.fr Téléchargement (9MB): https://www.auboutdufil.com/index.php?id=470
  15. La genèse de Blitz Motorcycles Aujourd'hui je vous propose de découvrir Fred Jourden, co fondateur du très intéressant concept de garage de customisation de motos neo rétro vintage : Blitz Motorcycle. Le lieu: un garage caché dans le 17ème arrondissement de Paris, où un open space divisé en deux espaces; une sorte de salon avec des fauteuils Eams, des posters, un flipper et un jeux de fléchettes un bric a brac de pièces de moto. Dans l'autre partie du garage, l'atelier avec son pont de travail, les outils et les immanquables motocyclettes. Blitz Motorcycles a été fondé en juin 2010 par Fred Jourden et Hugo Jezegabel. Depuis tout petit, Fred reçoit dans son éducation l'enseignement des bons gestes pour entretenir les objets qui l'entouraient pour les faire durer dans le temps mais aussi des valeurs telles que l'honnêteté envers son prochain. Il accorde dans sa démarche beaucoup d'importance au travail, au temps et à la transparence de chaque chantier qu'il effectue sur des machines uniques conçues et pensées à l'image de leur futur propriétaire. Ancien col blanc, il a en effet fréquenté les bureaux de NRJ dans les médias et Directeur Marketing dans le web chez Caramail (le Hotmail Français qui sera plus tard racheté par Lycos) de 2000 à 2010. A l'époque Fred roulait en Vespa 50cc de 1963 vert "crotte de nez". Puis viendra l'achat de cette BMW de 1961 R50 série 2 (la moto de la gendarmerie des années 60 dans les Gendarmes de Saint-Tropez). Tout le monde lui dit à l'époque: "ta moto tombera en panne au vu de son ancienneté... ". Il se laissera petit à petit posséder par cet idée en se disant qu'il lui faudra acquérir le savoir qu'il n'avait pas pour pouvoir y mettre les mains lui même dessus. En 2004-2005 avec un BAC+5 en poche il décide de trouver une formation professionnalisante en cours du soir de 9 mois après le travail pour apprendre les rudiments de la mécanique automobile, ce qu'on appelle un CAP (un GRETA). Cette formation lui enseignera à avoir une vraie rigueur intellectuelle traduite par de l'organisation, de la méthode, les bons outils et aussi lire la revue technique afférente aux véhicules couplée par un qualité d'assembleur et désassembler de pièces qui rentrent et qui sortent d'un espace prévu à cet effet. Il analyse que dans des professions techniques telles que celle du mécanicien, on emploie un jargon pour mettre un distance avec le client qui ne détient pas ce savoir et qui se voit contraint de devoir s'acquitter du droit de recevoir cette expertise. Il se rend compte d'une triste réalité, le schisme entre les élites et la classe ouvrière qui lui fait comprendre certains comportements de certains mécanos. Fred va se dire qu'il ne peut pas travailler avec ses mains s'il n'a pas une tête bien faite pour sortir de ce paradigme de société. Il se rend compte du sens et de la valeur rajouté que pourra lui apporter cette nouvelle corde à son arc: la mécanique. C'est en rencontrant, son mentor, Becker, un ancien dentiste avec qui il va décider de parcourir la France pour acheter des motos anciennes et des vieilles pièces qui étaient vendues dans des brocantes par des soixantenaires. Ils démontent et remontent une première BMW noire mat pour la customiser de façon expérimentale. Très vite leurs amis leur demandent de répliquer ce travail leurs motos. Au vu du débit, ils décident de créer un commerce de customisation après avoir rencontré Hugo, son futur associé à Londres qui lui demande de lui bricoler sa moto personnelle. Blitz Motorcycles naît et à ce jour plus de 70 motos de caractère et uniques sont allégées de tout les composants qui gênent l'esthétique et la philosophie de Fred & Hugo tout en conservant leur bloc moteur d'origine. Nous avons hâte de suivre l'évolution de cette incroyable aventure! J'ai pris beaucoup de plaisir dans la réalisation de cette interview. Si vous aussi avez aimé ce podcast, n'hésitez pas à laisser un commentaire en le notant avec 5 étoiles sur Apple Podcast. Vous pouvez également vous abonner sur la plateforme pour ne pas rater une miette des podcasts à venir ! Bonne écoute, Stéphane Titre: Eclectic Prawn Auteur: Dumbo Gets Mad Source: https://dumbogetsmad.bandcamp.com Licence: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/deed.fr Téléchargement (9MB): https://www.auboutdufil.com/index.php?id=470
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this website, you accept the use of cookies in accordance with our Privacy Policy.