Jump to content

pyrotecnix

Podcaster
  • Posts

    3
  • Joined

  • Last visited

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. C'est apparu comme une évidence, mais cette fois-ci on ne balaye pas tout d'un revers de la main. Petite j'ai voulu être plein de choses, mais à chaque fois je me demandais comment faire de l'argent, comment gagner ma vie ? Mes proches m'ont toujours soutenue, je pense que ça venait de moi, une forme d'auto-censure. Le temps a passé et j'ai fait pas mal de boulots dans la restauration, d'abord pour payer mon loyer et puis j'ai fini par y trouver mon compte. Et un jour, en vacances j'ai essayé la poterie, mis la main dans la terre. C'est apparu comme une évidence mais cette fois, je n'ai pas tout balayé d'un revers de la main, je me suis autorisée à essayer.
  2. Je n'ai pas peur de mourir, juste de ne pas vivre Ingénieur de formation et embauché dans une grande société à l'issu de son stage, sa vie professionnelle semble toute tracée et cette routine annoncé l'effraie. Après quelques mois il quitte l'entreprise pour fonder une société : Augmented Magic qui mêle magie et technologie pour créer des spectacles magiques et interactifs. Des années plus tard, il quitte tout pour suivre son envie de voyager, il saute dans un avion, direction Sao Paolo au Brésil. Arrivé au Brésil, un pays inconnu, où il ne connaît personne et ne parle pas la langue il est perdu. Ayant le temps et l'envie il décide d'aller à Rio, en marchant. Cette marche de 3 mois est la première de nombreuses autres. Il arpentera le continent pendant plusieurs années à la recherche de sa voie et la réponse à cette question : "Pourquoi je vis, pourquoi j'existe ?"
  3. Je n'ai pas peur de mourir, juste de ne pas vivre Ingénieur de formation et embauché dans une grande société à l'issu de son stage, sa vie professionnelle semble toute tracée et cette routine annoncé l'effraie. Après quelques mois il quitte l'entreprise pour fonder une société : Augmented Magic qui mêle magie et technologie pour créer des spectacles magiques et interactifs. Quelques années plus tard, il réalise que la routine qu'il a voulu fuir l'a rattrapé, son boulot même extraordinaire était finalement une sorte de routine dorée. Son boulot lui prends beaucoup de temps, il est fatigué, les jours et les spectacles s'enchaînent. Et un jour le déclic, ses envies de voyages reviennent. Voyager pour découvrir le monde, voyager pour se découvrir. "Un jour j'ai eu 27 ans. Et le moi du passé m'avait laissé un message sous forme d'un rappel dans mon calendrier : Sans vraiment savoir pourquoi, le voyage me fait rêver depuis enfant : l'aventure sur les chemins, les grands espaces, la liberté. Je prends l'avertissement au pied de la lettre. Ok c'est bon, je pars." En quelques minutes je me retrouve dans l'avion qui m'amène de l'autre côté de l'Atlantique. Direction Sao Paolo au Brésil, voici les premiers mots de mon carnet de voyage."
  4. Le podcast qui parle des équilibres de vie. Vous voyez cette sensation quand on est à la fois content de se lever pour aller travailler et content de sortir du boulot pour vaquer à ses occupations ? Ce sentiment d'avoir trouvé le bon équilibre ? C'est l'objet de ce nouveau podcast qui va parler d'équilibre. Il y a des matins où l'on prends une décision qui va tout changer. On décide de démissionner, de reprendre ses études, de faire enfin cette formation qui nous fait envie. On décide de quitter cette personne, de se rapprocher d'une autre, de reparler à celle-ci. Des Equilibres c'est le podcast qui parle des équilibres de vie.
  5. Et là dans ce job passion, j’avais tout pour être heureuse, et pourtant. Quand on me demande ce que je fais dans la vie, je parle de ce qui me passionne. Et moi, ce qui me passionne depuis que je suis gamine c’est l’écriture et les récits, c’est ma façon de comprendre et d’être au monde. Mon job de rêve je l’imaginais oui, mais je l’imaginais plus tard dans ma carrière et quand l’occasion s’est présentée je n’ai pas eu le temps de me poser la question, d’avoir des doutes, d’avoir peur, j’y suis allé. Et là dans ce job passion, j’avais tout pour être heureuse, et pourtant. — Musiques : epidemicsound Retrouvez Claire sur : https://www.coaching-souleverdesmontagnes.com/ https://www.linkedin.com/in/claire-hunout/
  6. « Maman, je veux faire de la danse » C’est comme ça que tout a commencé. A l’école de danse de l’Opéra de Vienne, Harald commence sa formation de danseur, en parallèle de sa formation académique. A 18 ans, son bac en poche, il est temps de quit « Maman, je veux faire de la danse » C’est comme ça que tout a commencé. A l’école de danse de l’Opéra de Vienne, Harald commence sa formation de danseur, en parallèle de sa formation académique. A 18 ans, son bac en poche, il est temps de quitter le cocon familial. Une petite valise, sa voiture et une tente et le voilà danseur dans le ballet d’une petite ville au nord de l’Allemagne. De Kiel à l’Opéra de Berlin, et de Berlin à Aix-en-Provence Harald danse. Mais, s’il y prend toujours autant de plaisir, son corps souffre de plus en plus, les petits bobos, la fatigue, les séances de kinés deviennent son quotidien. Il est temps pour lui de tourner la page : « Je ne voulais pas qu’on me tape sur l’épaule et qu’on me dise c’est fini. Je ne voulais pas en arriver là. » Aujourd’hui Harald n’est plus danseur, il a quitté la danse pour le film documentaire, et le film pour l’accompagnement et le conseil. Nous nous sommes rencontrés à Aix-en-Provence et nous avons discuté de sa vie, d’un équilibre à un autre. Harald nous rappelle que la vie c’est aussi ça, choisir son chemin et y avancer à son propre rythme. Musiques utilisées : Prelude in C major, BWV 846 (CC BY 3.0) Tchaikovsky – The Nutcracker Suite – Act II, No.15. Final Waltz and Apotheosis (Domaine publique)Air on the G String (from Orchestral Suite no. 3, BWV 1068) (Domaine publique)Les autres musiques proviennent de epidemicsound
  7. Aimant crayonner, Florian se dirige vers une école de graphisme. Il y passera 5 ans, à se former à l’histoire de l’art, au dessin, à la typographie.A côté il a un petit boulot les week-ends, qui lui permets de payer son loyer.Sorti d’éc Aimant crayonner, Florian se dirige vers une école de graphisme. Il y passera 5 ans, à se former à l’histoire de l’art, au dessin, à la typographie. A côté il a un petit boulot les week-ends, qui lui permets de payer son loyer. Sorti d’école il enchaîne les missions en tant que freelance, d’abord à Paris puis à Clermont-Ferrand. Il se retrouve, pendant 6 mois, à enchaîner des semaines de travail à Clermont-Ferrand, et des week-ends de travail à Paris. Ereinté par ces allers-retours, et loin de ses proches il fini par revenir sur Paris où il se pose pour réfléchir à ce qu’il a envie de faire. Le travail d’une matière l’a toujours attiré, le métal en particulier. Il décide de quitter le domaine artistique pour aborder le métal sous un autre angle, l’angle de la soudure industrielle. Peu convaincu par les formations existantes il décide de démarcher directement les entreprises pour en trouver une prête à l’embaucher et le former. Florian m’a reçu chez lui, et autour d’un café nous avons échangé sur son changement de vie. Sur cette transition d’un métier intellectuel, vers un métier manuel et tout ce que ça implique. Le déroulé 0min49 : Ce que je fais maintenant, Soudeur industriel 5min41 : Les études de graphisme, mon job alimentaire, le statut de freelance 12min18 : La changement de projet, la recherche d’entreprise 24min20 : L’élément déclencheur
  8. Thibaut se retrouve en fac de Psychologie un peu par hasard, mais il découvre très vite que le sujet le passionne, en particulier le domaine de la psychologie sociale.Après une licence à Strasbourg il fait un premier master recherche à Grenoble, puis un Thibaut se retrouve en fac de Psychologie un peu par hasard, mais il découvre très vite que le sujet le passionne, en particulier le domaine de la psychologie sociale. Après une licence à Strasbourg il fait un premier master recherche à Grenoble, puis un second à Aix-en-Provence où il se spécialise en ergonomie. Ayant envie de devenir scientifique depuis qu’il est tout petit il recherche une thèse. Mais les mois passent et ses recherches restent infructueuses, il occupe son temps en faisant de la broderie et des missions courtes en ergonomie. Jusqu’au jour où le sujet idéal arrive, il postule et là c’est la dégringolade. L’entreprise lui signifie qu’à 26 ans, il est considéré comme trop vieux pour faire une thèse. Il est forcé et contraint de renoncer à son rêve, qu’il poursuit depuis sa première année de faculté. Thibaut m’a reçu dans sa boutique, nouvellement ouverte, à Saint-Cannat, à côté d’Aix-en-Provence. Entouré de machine à coudre, à vendre et à réparer, de fils et de tissus, Thibaut m’a raconté son parcours, les épreuves qu’il a surmonté, ceux qui l’ont aidé et conseillé. Le deroulé 0min56 : Ce que je fais maintenant, Brodeur et réparateur de machine à coudre 2min56 : Les études de Psychologie 15min40 : La recherche de thèse et le « dernier clou dans le cercueil » 23min52 : Reprendre une boutique de machine à coudre ?!
  9. Printemps 2017 Raphaël a du temps libre entre ses deux diplômes. Il se dit que c’est l’occasion rêvée de participer à un événement unique, la campagne présidentielle. Il sollicite les équipes de Campagne et est repéré par l’équipe de Je Printemps 2017 Raphaël a du temps libre entre ses deux diplômes. Il se dit que c’est l’occasion rêvée de participer à un événement unique, la campagne présidentielle. Il sollicite les équipes de Campagne et est repéré par l’équipe de Jean Lasalle qui lui propose de devenir l’aide de camps du candidat. Cette première expérience se révèle concluante, et le courant passant bien avec Jean Lasalle, ce dernier lui propose de devenir son attaché parlementaire. A partir de ce moment, la situation se dégrade, c’est en effet une chose d’être bénévole, s’en est une autre d’être attaché parlementaire. Au bout de deux ans, Raphaël se décide à poser sa démission pour retrouver une situation professionnelle plus normale. Raphaël m’a reçu dans son salon un soir de semaine. Nous avons échangé et discuté sur la campagne présidentielle, l’aventure qu’il a vécu avec ses hauts et ses bas, ses désillusions et soucis de santé. De sa démission et de sa reconversion. Le déroulé : 0min40 : Ce que je fais maintenant, Customer Success chez Kameleoon 4min51 : La campagne présidentielle, aide de camps de Jean Lasalle 21min21 : Attaché parlementaire et Directeur de Cabinet, l’Assemblée Nationale 29min51 : La fin de la lune de miel, l’élément déclencheur 35min37 : Ce que j’en retire Retrouvez-nous sur : Google Podcast Itunes Spotify Youtube
  10. Matthieu a toujours aimé apprendre des choses.Intéressé par le fonctionnement du corps et l’envie de soigner il s’oriente vers des études de médecine pendant lesquelles il va découvrir le métier de kinésithérapeute. Il s’épanouit dans s Matthieu a toujours aimé apprendre des choses. Intéressé par le fonctionnement du corps et l’envie de soigner il s’oriente vers des études de médecine pendant lesquelles il va découvrir le métier de kinésithérapeute. Il s’épanouit dans ses études et après son diplôme dans son travail. Cependant il se rend très vite compte qu’être juste kiné ne sera pas suffisant pour lui, qu’il risque de se lasser rapidement. Avec l’envie d’aller au bout de l’aventure universitaire il décide de se lancer dans une thèse, en neurosciences, à Limoges ! Par un samedi après-midi Matthieu m’a raconté son parcours, et cette décision qu’il a pris. Nous avons parlé des réalités des métiers de la santé, de son quotidien de thésard, du fait de quitter ses proches pour aller s’installer dans une autre ville, de ses doutes et de ce qui l’anime. Le déroulé : 0min55 : Ce que je fais maintenant, la thèse, mais finalement ça consiste en quoi ? 05min29 : Comment j’en suis arrivé là, la lettre oublié, les études de médecine, le rapport au patient 23min00 : Le choix de la recherche, l’envie d’enseigner et d’aller au bout des choses 30min50 : Et pour la suite ? Retrouvez-nous sur : Google Podcast Itunes Spotify Youtube
  11. Au quotidien Kelly travaille dans l’industrie pharmaceutique, elle est cheffe de projet et s’occupe du lancement d’un médicament. Investie dans son travail elle ne compte pas ses heures et voyage partout dans le monde pour son boulot. T Au quotidien Kelly travaille dans l’industrie pharmaceutique, elle est cheffe de projet et s’occupe du lancement d’un médicament. Investie dans son travail elle ne compte pas ses heures et voyage partout dans le monde pour son boulot. Tout paraît idyllique et pourtant elle tire plus de satisfaction du regard des autres sur son travail que sur son travail en lui même. Alors elle décide d’arrêter, d’arrêter pour réaliser son rêve d’enfant : devenir dentiste. Après s’être renseignée, elle quitte l’industrie, et retourne sur les bancs de la fac, pour 5 années d’études, pour devenir, enfin, Dentiste. Kelly m’a reçu dans son hôpital après une journée avec ses patients. Installés dans le Hall, environné par les bruits de l’hôpital, Kelly m’a parlé de sa vie, de sa vocation et de sa reconversion. Nous avons parlé de démission, de la reprise d’étude, des doutes quotidiens et de l’envie qui la pousse vers l’avant. Le déroulé : 0min42 : Ce que je fais maintenant, les études de dentaire et mon quotidien 03min26 : Comment j’en suis arrivé là, l’engagement étudiant, le boulot très prenant 14min09 : L’élément déclencheur, la sonnette d’alarme, les questionnements, la passerelle 29min50 : Le mot de la fin, fait les plus et les moins, s’entourer et ne pas négliger notre vie perso Retrouvez-nous sur : Google Podcast Itunes Spotify Youtube
  12. Sitôt sorti du boulot, sa deuxième vie commence. Entre spectacle de magie, animation de sculpture sur ballon et battle d’impro, Cyril exprime sa passion sur scène.Adolescent timide, la magie d’abord, puis l’impro lui permet de s’ouvrir aux gens, de créer Sitôt sorti du boulot, sa deuxième vie commence. Entre spectacle de magie, animation de sculpture sur ballon et battle d’impro, Cyril exprime sa passion sur scène. Adolescent timide, la magie d’abord, puis l’impro lui permet de s’ouvrir aux gens, de créer un échange. La passion chez lui c’est son équilibre de vie, ce qui lui permet d’être heureux et de tenir. Alors oui il faut faire des sacrifices, remettre certaines choses à plus tard mais qu’importe puisqu’il est heureux de se lever le matin et heureux quand il fait le bilan de sa journée le soir. Cyril ma reçu chez lui un dimanche pluvieux d’Avril, nous avons parlé de ce qui l’anime, ce qui le fait vibrer et de ce qui lui fait peur. L’invité : https://www.facebook.com/sculpte.moi.mon.imaginaire/ https://www.instagram.com/cyrilcartel/ Le déroulé : 1min16 : Ce que je fais maintenant, la magie, les animations ballons, les battles et spectacles d’impro 05min20 : Comment j’en suis arrivé là, les questionnements, mon quotidien et mon organisation 14min00 : Comment je fais pour tenir, la passion, une cocotte minute de la vie 24min39 : Comment je capitalise, s’inspirer de tout, tout le temps, dire oui et oser découvrir 30min29 : Le mot de la fin, sois positif, sors de chez toi, découvre des choses Retrouvez-nous sur : Google Podcast Itunes Spotify Youtube
  13. Diplôme d’ingénieur en poche Mélanie se cherche encore. Après un passage dans le public, puis un audit dans son école d’ingénieur elle décide de faire un service civique chez les pompiers. Elle enchaîne les gardes et les interventions avec son équi Diplôme d’ingénieur en poche Mélanie se cherche encore. Après un passage dans le public, puis un audit dans son école d’ingénieur elle décide de faire un service civique chez les pompiers. Elle enchaîne les gardes et les interventions avec son équipe pendant 7 mois, avant de travailler dans un grand groupe de la construction. Et puis elle décide finalement de sauter le pas, d’accepter d’être plus à l’aise sur une scène devant un public, que derrière un bureau, devant un écran. Dans un restaurant à côté du canal, Mélanie m’a raconté son histoire, ses interrogations et son attirance pour la danse. Le déroulé : 00min00 : Avant-propos 03min01 : Mes premières expériences, l’associatif, le service civique chez les pompiers 29min11 : Mon parcours m’a nourri 32min54 : Le mot de la fin, s’entourer de personnes qui nous veulent du bien Retrouvez-nous sur : Google Podcast Itunes Spotify Youtube
  14. Sitôt son bac en poche Till décide de faire de la musique son activité principale en bossant à côté pour subvenir à ses besoins. Il enchaîne les jobs alimentaires, tour à tour coursier à scooter ou encore permanent dans une maison de jeune. Il lance un p Sitôt son bac en poche Till décide de faire de la musique son activité principale en bossant à côté pour subvenir à ses besoins. Il enchaîne les jobs alimentaires, tour à tour coursier à scooter ou encore permanent dans une maison de jeune. Il lance un premier groupe les Betteraves, puis Guerilla Poubelle qui rencontre très vite le succès, et compte à ce jour 15 ans d’existence, 4 albums et plus de 1000 concerts. Fidèle à ses convictions Till a toujours refuser de vivre de se musique, considérant qu’un passe-temps de devrait pas être rémunéré. Till m’a reçu un soir de semaine, tout juste rentré de 3 jours de concerts et avant de partir pour 3 autres jours de concerts. Dans son salon, entouré de Vinyls, CDs et affiches de groupe nous nous sommes installés dans son canapé pour discuter. Des Betteraves à Guerilla Poubelle, Till m’a raconté son histoire. Nous avons parlé de ses convictions, de ses valeurs qui le guident dans sa façon de faire de la musique. La musique qui est son quotidien, son passe-temps, sa passion mais pas son métier, car après tout : « Punk Rock is not a job » L’invité : www.guerilla-poubelle.com www.guerilla-asso.com Le déroulé : 00min40 : Comment je gagne ma vie, mes différents jobs alimentaires 06min08 : La musique, le label, les groupes et les concerts 44min35 : Le mot de la fin, arrêtons d’avoir peur Retrouvez-nous sur : Google Podcast Itunes Spotify Youtube
  15. Très tôt dans son cursus Julien s’investit dans les associations étudiantes, du BDE aux organisations étudiantes il n’aura de cesse de s’investir durant toutes ces années étudiantes.  Après un premier emploi dans un regroupement d& Très tôt dans son cursus Julien s’investit dans les associations étudiantes, du BDE aux organisations étudiantes il n’aura de cesse de s’investir durant toutes ces années étudiantes. Après un premier emploi dans un regroupement d’université, il complète son parcours par un diplôme en management des universités. Dans le but de comprendre la complexité du système, il enchaîne les postes dans l’administration, d’abord au Ministère de l’Enseignement Supérieur, puis à la Région Île-de-France. Julien m’a reçu un lundi soir dans les locaux de son association, Bleu Blanc Zèbre. Dans une petite salle de réunion nous avons pris le temps de discuter. Il m’a raconté son engagement étudiant, son engagement citoyen ; ce pourquoi il se lève le matin et ce qui l’anime. Le déroulé : 00min38 : Comment j’en suis arrivé là, de l’engagement étudiant à l’engagement citoyen 41min57 : Et maintenant, Bleu Blanc Zèbre, la lutte contre la fatalité 1h04min : Comment je capitalise, j’apprends en faisant 1h13min : Le mot de la fin, entourez-vous Retrouvez-nous sur : Google Podcast Itunes Spotify Youtube
×

Important Information

By using this website, you accept the use of cookies in accordance with our Privacy Policy.