Jump to content

Radio.LucMichel

Podcaster
  • Posts

    468
  • Joined

  • Last visited

4 Subscribers

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. # RADIO.AFRIQUEMEDIA INTERNATIONAL/ (LUC MICHEL DANS LE DEBAT DE PRESS TV DU 26 09 2022) : À L'ONU, LE MALI FRAPPE FORT ! Dans LE DEBAT sur Press Tv du 26 09 2022 : À la tribune des Nations unies samedi, le Premier ministre par intérim du Mali, Abdoulaye Maïga, n’a pas mâché ses mots et a mis les points sur les i, en réitérant la demande « maintes fois exprimée » de son gouvernement d’un « changement de paradigme » et d’une « adaptation de la MINUSMA à l’environnement dans lequel elle est déployée et d’une meilleure articulation de cette mission avec les autorités maliennes ». Lors de ce discours, le PM par intérim du Mali a évoqué plusieurs autres points dont son « profond désaccord » au Secrétaire général de l’ONU à la suite de sa « récente sortie médiatique », l’accusant de « prendre position » sur l’affaire des 46 « mercenaires » ivoiriens, « une affaire bilatérale et judiciaire », entre deux pays frères, qui « ne relève pas des attributions » de M. Guterres. Luc Michel, géopoliticien et Pierre Claver Nkodo, éditorialiste et directeur de la publication Horizons nouveaux, s’expriment sur ce sujet. * RADIO.AFRIQUEMEDIA INTERNATIONAL
  2. Sur le Zoom Afrique du 23 09 2022 : Dans une interview accordée au média Français RFI, mercredi, le président de la CEDEAO, Umaro Sissoco Embaló, a menacé la Guinée de lourdes sanctions. Cette sortie du patron de l’organisation ouest-africaine, n’a pas du tout plu à la Guinée, qui n’a pas manqué de lui remonter les bretelles. Comme toujours, la Guinée de Mamadi Doumbouya ne laisse rien passer. Les autorités de la transition apportent une réponse virulente aux déclarations menaçantes auxquelles elles font face de la part de l’organisation sous-régionale, CEDEAO. La dernière en date, est la réplique cinglante de Conakry, aux menaces de sanctions lourdes qu’a proférées le président de la CEDEAO, Umaro Sissoco Embaló, alors qu’il répondait à une question de RFI, sur le processus de la transition en Guinée. En effet, le colonel Amara Camara, l’un des hommes forts de la transition, jusque là resté inaudible assène: « On n’est pas dans une relation de guignols ou de télé-réalité ». « Le mensonge grossier et les propos qui s’apparentent à de l’intimidation sont de nos jours des pratiques rétrogrades qui n’honorent pas son auteur et ternissent par la même occasion l’image de marque de la CEDEAO. Nous ne pouvons pas porter cette honte », rétorque le Colonel Amara Camara, secrétaire général de la Présidence, au président de la CEDEAO. Dans ses prises de paroles, Umaro Sissoco Embaló a souvent répété à souhait, qu’il aurait eu l’accord des autorités guinéennes pour une transition de 24 mois. « Aujourd’hui, la Guinée bat en brèche cette affirmation », le colonel Camara qualifie cette déclaration de « mensonge ». Cette déclaration de Conakry intervient alors que la CEDEAO a prévu un sommet pour ce jeudi, à New York. Les dirigeants de l’organisation ouest-africaine vont essentiellement axer leurs discussions sur la situation de 46 militaires Ivoiriens encore détenus au Mali, la sécurité dans la sous-région et les processus de transition en cours au Mali, Burkina et la Guinée. SUJET 2 Pourquoi l’Afrique est tenue à distance des sommets du G20 ? Le président de l’Union africaine Macky Sall affirme avoir déposé la candidature de l’institution pour obtenir un siège lors des prochains sommets du G20. SUJET 3 : Mali: ultimatum pour le départ de l’ONU est fini ! Le président malien, le Colonel Assimi Goita, a salué, mercredi 21 septembre 2022, dans un message à la Nation, la résilience dont le peuple malien a su faire preuve face aux sanctions qui lui ont été imposées. * RADIO.AFRIQUEMEDIA INTERNATIONAL https://www.podcastics.com/podcast/radioafriquemedia-international/ * WebTV AFRIQUE MEDIA http://:www.afriquemedia-webtv.org/
  3. Le président iranien Ebrahim Raïssi a appelé à des poursuites contre l’ancien président américain Donald Trump, soulignant que l’Iran poursuivra l’assassinat du haut commandant antiterroriste iranien, le général Qassem Soleimani. Le président Raïssi a fait ces remarques alors qu’il s’adressait ce mercredi 21 septembre à la 77e session annuelle de l’Assemblée générale des Nations unies à New York. Comment peut-on analyser ces déclarations dans la conjoncture actuelle? Luc Michel, géopoliticien, nous en dit plus. * RADIO.LUCMICHEL https://www.podcastics.com/profile/12075-radiolucmichel/ * LUCMICHEL-TV https://vk.com/lucmicheltv
  4. De quoi l'Amérique a-t-elle peur ? Que les drones, fusées éclairantes et autres armements israéliens injectés en masse au Maroc en échange de millions de dollars d'argent public marocain, ne soient pas à la hauteur, le jour J, face à un arsenal algérien performant ou cherche-t-elle un prétexte pour imposer des sanctions à Alger ? Les deux hypothèses pourraient être plausibles, d'autant que l'Algérie n'a pas cédé et ne cédera pas sur la production de gaz. COMMENT SE FAIT-IL QUE LES ÉTATS-UNIS COMMENCENT PROGRESSIVEMENT A CHERCHER UN ALIBI POUR UN EMBARGO ECONOMIQUE SUR L'ALGERIE ? "L'Algérie est dans le collimateur des États-Unis en raison des achats d'armes sophistiquées commandés par la junte au pouvoir à la Russie, renforçant davantage la machine de guerre russe en Ukraine, ce qui a incité le sénateur américain Marco Rubio, à demander au secrétaire d'État américain Antony Blinken, d'imposer des sanctions contre le régime algérien, conformément à la loi "Punir les ennemis de l'Amérique avec des sanctions 2017", rapporte Sahel Intelligence. Cette loi autorise le président américain à imposer des sanctions aux parties impliquées dans des transactions importantes avec des responsables de la défense ou du renseignement du gouvernement russe.Les achats d'armes de plusieurs milliards de dollars commandés à l'instigation du chef d'état-major de l'armée algérienne, le général Chengriha, suscitent l'inquiétude outre-Atlantique. Dans une lettre adressée jeudi 15 septembre à Antony Blinken, le sénateur Marco Rubio a fait part au secrétaire d'État de sa "grande préoccupation concernant les achats de défense en cours" entre l'Algérie et la Russie.En vertu de la section 231 de la loi de 2017, le président américain peut imposer des sanctions à l'Algérie, a souligné Marco Rubio, rappelant que le chef de la Maison Blanche a délégué cette autorité au secrétaire d'État, en consultation avec le secrétaire au Trésor. Akram Kharief, journaliste et analyste politique, et Luc Michel, géopoliticien, s'expriment sur le sujet. * RADIO.LUCMICHEL https://www.podcastics.com/profile/12075-radiolucmichel/ * LUCMICHEL-TV https://vk.com/lucmicheltv
  5. LE POINT SUR L'ACTUALITÉ DU 16 SEPTEMBRE 2022/ OPÉRATION MILITAIRE SPÉCIALE DE LA RUSSIE EN UKRAINE: KIEV A-T-IL REPRIS LE CONTRÔLE DE SES TERRITOIRES ? COMPRENDRE LA PROPAGANDE MÉDIATIQUE DE L'OTAN LUC MICHEL (GEOPOLITICIEN) PRÉSENTATION : MBL « Six mois après l’invasion de l’Ukraine par les chars russes, Moscou a conquis l’équivalent de deux fois la Suisse sur son voisin » (Le Temps, Genève, ce 24 août). Luc Michel, géopoliticien, nous donne plus d'explications. «VLADIMIR POUTINE RESTE LE MAÎTRE DES HORLOGES», ESTIME LE COLONEL ATLANTISTE PEER DE JONG (SUR CNEWS) Décryptage d'un conflit inédit par son intensité et sa violence avec le colonel Peer de Jong, vice-président de l'institut Themis : « A en croire Vladimir Poutine, il s’agit d’une «pause opérationnelle» (…) Plusieurs hypothèses peuvent l'expliquer. Le deuxième est d'ordre diplomatique. La Russie sécurise ses gains territoriaux (Donbass, Crimée) pour mieux négocier et développer ses relations avec la Chine, la Turquie, l'Afrique (…) Kiev fait aussi planer la menace d’une offensive dans la région de Kherson. Personnellement, je n'y crois pas. C'est à mon avis une manière d’éviter que la Russie ne désengage des effectifs du sud pour les déplacer dans l'est (…) L'une des caractéristiques de ce conflit est que l'on ne connaît pas les buts de guerre de l'ennemi. Et comme il n'y a pas d'objectif, on ne peut pas savoir combien de temps cela va durer. Vladimir Poutine reste le maître des horloges. Ce qui est certain, c'est qu'un abcès de fixation est en train de s'installer au cœur de l'Europe pour probablement plusieurs années. La situation va durer tant que les voix de la diplomatie n'auront pas parlé. Mais est-ce que Poutine veut vraiment discuter ? Personne ne le sait. Pour moi, la question est davantage de savoir si les Européens vont tenir le choc et rester soudés. L’Europe va affronter un hiver compliqué, sans pétrole ni gaz russes. Je me demande par exemple comment l’Allemagne va passer la saison. On s'est mis nous-mêmes la pression. Ce sont des décisions qui sont plus faciles à prendre en hiver qu’en été. Dans un contexte d’inflation, il faudra voir comment les opinions publiques vont réagir. » « QUI EST EN TRAIN DE GAGNER LA GUERRE EN UKRAINE? », INTERROGE LE TEMPS (GENEVE) : « Il ne faudrait pas sous-estimer le poids du lobby militaro-industriel américain dans ce qui pousse les Etats-Unis à soutenir l’Ukraine, argumente l’ex-ministre des Affaires étrangères israélien Shlomo Ben-Ami. Malgré la récente contre-offensive impressionnante de l’Ukraine autour de Kharkiv, la guerre contre la Russie demeure dans l’impasse. Mais il y a un grand gagnant dans ce conflit: l’industrie américaine de l’armement. Certains surnomment ces entreprises «l’arsenal de la démocratie», en reprenant ce terme au président américain Franklin Delano Roosevelt, qui l’avait utilisé pour qualifier la démarche industrielle américaine de soutien aux alliés au cours des derniers jours de la Seconde Guerre mondiale. En ce sens, le rôle des Etats-Unis pour aider l’Ukraine à repousser l’occupation russe est indéniable. Mais leurs intérêts pécuniaires et leur influence sur la politique étrangère américaine menacent de retourner cet arsenal contre la démocratie elle-même ». Luc Michel, géopoliticien, nous en dit plus. * RADIO.LUCMICHEL https://www.podcastics.com/profile/12075-radiolucmichel/ * LUCMICHEL-TV https://vk.com/lucmicheltv
  6. Le président iranien Ebrahim Raïssi s'est rendu à New York pour assister à la 77e session de l'Assemblée générale des Nations unies. Il s'agit de la première participation présentielle d’Ebrahim Raïssi au rassemblement annuel de l'ONU alors qu'il s'adressait à la session par visioconférence l'année dernière. Le débat général de l'Assemblée générale des Nations Unies s’ouvre aujourd'hui lundi. Pendant la visite, Raissi devrait tenir des entretiens bilatéraux avec un certain nombre de chefs d'État présents à l'événement. Avant de quitter Téhéran, le président iranien a déclaré qu'il n'envisageait PAS de rencontrer son homologue américain. Le Chef du gouvernement iranien a rencontré le Leader de la Révolution islamique, l'ayatollah Seyyed Ali Khamenei, un jour avant son départ pour New York. Luc Michel, géopoliticien, s'exprime sur ce sujet. * RADIO.LUCMICHEL https://www.podcastics.com/profile/12075-radiolucmichel/ * LUCMICHEL-TV https://vk.com/lucmicheltv * EODE http://www.eode.org/ * EODE-TV sur YouTube https://www.youtube.com/user/EODEtv
  7. Pachinian pourrait claquer la porte à la Russie? La présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, est arrivée à Erevan, pour une visite officielle du 17 au 19 septembre 2022. Dans le cadre de cette visite, Nancy Pelosi, a eu un certain nombre de réunions officielles, dont une rencontre avec le Premier ministre arménien, Nikol Pashinan. Quels sont les objectifs de cette visite ? Les éléments de réponses avec Luc Michel, géopoliticien belge. * RADIO.LUCMICHEL https://www.podcastics.com/profile/12075-radiolucmichel/ * LUCMICHEL-TV https://vk.com/lucmicheltv
  8. Mardi 20 septembre s'est ouverte la 77e Assemblée générale des Nations Unies, à New York aux États-Unis. "Le président français s'exprimera ensuite à la tribune de l'ONU. Il parlera climat, énergie, mais surtout nouveau rapport de force dans le monde révélé par la guerre en Ukraine. Emmanuel Macron s'inquiète de cette fracture grandissante Nord/Sud. Ce serait l'Occident contre le reste du monde. Une contestation de cet ordre mondial emmenée par la Russie, mais aussi la Chine". Luc Michel, géopoliticien, nous en dit plus. * RADIO.LUCMICHEL https://www.podcastics.com/profile/12075-radiolucmichel/ * LUCMICHEL-TV https://vk.com/lucmicheltv
  9. DEBAT SUR PRESS TV ET PARS TODAY DU 22 09 2022 Iran: l'embargo US est en fait contre l'Europe ! Est-ce l’effet AUKUS ou la perspective d’un hiver sans chauffage ? Le dimanche 18 septembre, juste avant que le président Raïssi ne prenne l’avion à destination de New York où il était attendu pour prononcer un discours devant la 77e Assemblée de l’ONU, le porte-parole de la Diplomatie iranienne a laissé entendre que la délégation accompagnant le président ne compatit pas pour rien le négociateur en chef iranien à Vienne, Bagheri et que si l’intéressé se déplaçait aux États-Unis c’est parce qu’il était disponible à négocier avec les parties européennes, moins les États-Unis. Cette fenêtre ouverte, alors même que les Yankees ont carrément pris en otage la proposition européenne autour du nucléaire iranien et qu’ils font tout pour tuer le temps et pousser au bord de la folie une Europe en manque criant du pétrole et du gaz voulait dire, on s’en doute, que l’Iran est prêt à vendre de l’énergie à l’Europe, et ce évidemment par ses circuits habituels, c’est-à-dire en contournant les sanctions US. Et voici qu’une information qui vient tout droit des États-Unis évoque une rencontre Macron/Raissi en marge de la 77e Assemblée ; rencontre effectuée à la demande du Français qui a vécu cette semaine la deuxième semaine de grogne anti OTAN dans les rues du pays, grogne qui a mobilisé des centaines de ses compatriotes qui ne comprennent toujours pas pourquoi il faudrait se battre contre la Russie et se priver de son gaz comme ils n'ont jamais compris pourquoi Total a été forcé à quitter l’Iran ou Renault à mettre les verrous sur ses usines pour cause de sanction anti-iranienne alors que le marché de 80 millions de consommateurs iraniens créait des milliers d’emplois en France. Cette rencontre qu’a demandée Macron s’inscrit-elle dans le cadre d’un front anti-US ou s’agit-il comme toujours d’un Macron porte-voix de la Maison-Blanche qui veut s’entretenir avec son homologue iranien ? Bernard Cornut, expert des questions politiques et Luc Michel, géopoliticien, interviennent sur ce sujet. * RADIO.LUCMICHEL https://www.podcastics.com/profile/12075-radiolucmichel/ * LUCMICHEL-TV https://vk.com/lucmicheltv * PCN-TV https://vk.com/pcnwebtv * PCN-TV YouTube (Archives 2009-2016) : https://www.youtube.com/user/PCNTVnetwork
  10. L’exemple français : Alors que le gouvernement français appelle sa population à des mesures de sobriété énergétique (sic), plusieurs centaines de personnes sont descendues dans les rues du pays pour manifester contre ces mesures et ont scandé des slogans contre l’OTAN, en appelant à la « destitution du président Emmanuel Macron ». Sur Twitter plusieurs photos montrent quelques centaines de personnes portant des drapeaux français et un bandeau avec « Résistance! » écrit dessus. « Un monde phénoménal pour la destitution de Macron, la paix, le Flexit, la sortie de l'OTAN, le refus de rationnement et des sanctions », est-il écrit. Selon un communiqué du Kremlin, cité par l’agence Tass, Vladimir Poutine et Emmanuel Macron se sont à nouveau entretenus par téléphone de la situation sécuritaire en Ukraine, ce dimanche 11 septembre 2022. À cette occasion, le président russe aurait attiré l’attention sur des « attaques régulières ukrainiennes contre les sites de la centrale de Zaporijjia, y compris le dépôt des déchets radioactifs », d’après le Kremlin. Il a mis en garde le président français sur une situation « qui pourrait aboutir à des conséquences catastrophiques ». Début septembre, le cabinet d’études Elabe a publié les résultats d’un sondage selon lesquels plus de la moitié des personnes interrogées soutiennent la réduction ou l’annulation des sanctions antirusses. 74% ont affirmé que les sanctions européennes n’allaient pas aider au règlement de la crise à l’Ukraine. Imad-e Dinn Hamrouni, analyste politique et Luc Michel, géopoliticien s'expriment sur le sujet. * RADIO.LUCMICHEL https://www.podcastics.com/profile/12075-radiolucmichel/ * LUCMICHEL-TV https://vk.com/lucmicheltv * PCN-TV https://vk.com/pcnwebtv * PCN-TV YouTube (Archives 2009-2016) : https://www.youtube.com/user/PCNTVnetwork
  11. L'Iran a signé jeudi dernier un mémorandum pour rejoindre l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS), a rapporté l'agence de presse publique russe TASS. Fondée en 2001, l'OCS est une organisation intergouvernementale de coopération en matière de sécurité comprenant la Russie, la Chine, l'Inde, le Pakistan et un certain nombre d'États post-soviétiques. Jusqu'à présent, l'Iran était un membre observateur. "L'une des tâches importantes de ce sommet est de finaliser les documents de l'OCS en vue de leur signature par les ministres des affaires étrangères des pays membres", a annoncé le président Raïssi. Téhéran, observateur de l'alliance régionale depuis 2005, s'est vu accorder le statut de membre lors du dernier sommet de l'OCS en 2021 au Tadjikistan. L'Iran veut "utiliser au mieux la puissance et les capacités économiques de la région ainsi que des pays asiatiques au profit de la nation iranienne", a déclaré le président Raïssi. Lors du sommet, de nombreuses rencontres entre chefs d'État ont été programmées, mais une en particulier attire l'attention. Les présidents russe et chinois, Vladimir Poutine et Xi Jinping, se sont rencontrés en marge du sommet. Et pour le maître du Kremlin, cette alliance est "une véritable alternative aux structures orientées vers l'Occident". "La Chine est prête à travailler avec la Russie pour promouvoir un ordre international plus juste et raisonnable", a déclaré Yang Jiechi, chef de la diplomatie du Parti communiste chinois, en amont du sommet. Ce n'est pas la première fois que Xi Jinping soutient son "ami" Vladimir Poutine, ni que les services diplomatiques chinois et russes évoquent la nécessité d'établir un "nouvel ordre mondial". Luc Michel, géopoliticien et Philippe Hugon, reporter de guerre, s'expriment sur ce sujet. * RADIO.LUCMICHEL https://www.podcastics.com/profile/12075-radiolucmichel/ * LUCMICHEL-TV
  12. LE POINT SUR L'ACTUALITÉ DU 19 SEPTEMBRE 2022/ OBSÈQUES D'ÉLISABETH II : QUEL RAPPORT ENTRE LA REINE ET LE PASSÉ COLONIAL BRITANNIQUE EN AFRIQUE ? PRÉSENTATION : MBL Luc Michel, géopoliticien, nous donne plus d'explications. 2e sujet : CRISE MALI-CÔTE D'IVOIRE: ANTONIO GUTERRES CHOISIT-IL SON CAMP? * RADIO.LUCMICHEL https://www.podcastics.com/profile/12075-radiolucmichel/ * LUCMICHEL-TV https://vk.com/lucmicheltv LE POINT SUR L'ACTUALITÉ DU 19 SEPTEMBRE 2022/ OBSÈQUES D'ÉLISABETH II : QUEL RAPPORT ENTRE LA REINE ET LE PASSÉ COLONIAL BRITANNIQUE EN AFRIQUE ? PRÉSENTATION : MBL Luc Michel, géopoliticien, nous donne plus d'explications. 2e sujet : CRISE MALI-CÔTE D'IVOIRE: ANTONIO GUTERRES CHOISIT-IL SON CAMP? * RADIO.LUCMICHEL https://www.podcastics.com/profile/12075-radiolucmichel/ * LUCMICHEL-TV https://vk.com/lucmicheltv
  13. Ukraine/Russie: vers une guerre nucléaire? Le ministère russe de la Défense a fait état ce samedi de frappes lancées contre des positions ukrainiennes dans plusieurs régions et a accusé Kiev d’avoir procédé à des tirs d’obus près de la centrale nucléaire de Zaporijjia. La situation en matière de radiations à Zaporijjia, la plus grande centrale nucléaire d’Europe, reste normale, a également indiqué le ministère. Selon Moscou, deux incidents de bombardements ukrainiens ont été enregistrés près de la centrale samedi. À quoi devrait-on s’attendre dans les jours à venir concernant cette affaire ? Luc Michel, géopoliticien, s’exprime à ce sujet. Guerre en Ukraine: la mise en garde de la Russie aux Etats-Unis : Pour la Russie, les Etats-Unis ne doivent pas fournir des missiles de longue portée à l’Ukraine. C’est « la limite à ne pas franchir », selon le Kremlin. La Russie met les Etats-Unis en garde : la fourniture de missiles longue portée à l’Ukraine est « une limite à ne pas franchir ». Le faire reviendrait à franchir « une ligne rouge » et à faire « partie du conflit ». C’est ce qu’a affirmé Maria Zakharova, ministre russe des Affaires étrangères, selon les informations de la RTBF. * RADIO.LUCMICHEL https://www.podcastics.com/profile/12075-radiolucmichel/ * LUCMICHEL-TV https://vk.com/lucmicheltv
  14. Sur le Zoom Afrique du 17 septembre 2022 : Djibouti : de quoi a peur la France? Pourquoi la France voudrait renforcer ses relations militaires avec Djibouti où elle possède depuis des lustres une base militaire ? Lors de son allocution prononcée à l’Hôtel de Brienne le 13 juillet dernier, Emmanuel Macron a indiqué avoir demandé « aux ministres et au chef d’état-major des armées de pouvoir repenser d’ici à l’automne l’ensemble de nos dispositifs sur le continent africain. « C’est une nécessité stratégique, car nous devons avoir des dispositifs […] moins posés et moins exposés, réussir à bâtir dans la durée une intimité plus forte avec les armées africaines » et « réussir à penser un continuum entre notre offre diplomatique, nos actions rénovées pour le partenariat africain, nos actions de développement, notre présence militaire », a ensuite développé M. Macron. « C’est un changement de paradigme profond que nous devons faire, et nous le ferons », a-t-il conclu sur ce sujet. Et le site d’ajouter : « Outre leur présence au Sahel, au titre de la lutte contre les groupes armés terroristes [GAT], les forces françaises disposent de plusieurs bases et autres points d’appui en Afrique, notamment au Sénégal, en Côte d’Ivoire, au Gabon ou encore à Djibouti.” N’en déplaise aux journalistes français, tout observateur un tant soit peu objectif comprendrait que l’accent précipité que met Macron sur des retrouvailles militaires avec Djibouti est symptomatique de l’état de désarroi dans lequel se trouve la France actuellement au Sahel et ce pour cause d’une guerre qu’elle a carrément perdue face au Mali et que l’Etat malien continue à mener de façon hybride et sur plusieurs fronts contre l’ex-armée d’occupation. Au fait les médias mainstream n’en ont pas parlé, mais le spectacle de cette force aérienne malienne chassant sous le nez et barbe des radars franco-américains plantés au Niger les dit djihadistes qui ne sont que les agents des services secrets France/US/OTAN a particulièrement terrorisé les Français qui ont pays à avoir revivre ce même problème d’ici peu à Djibouti. Surtout que le président Guelleh entretient d’excellentes relations avec la Chine que Paris ne supporte pas. Mais il y a une autre piste : Ethiopie/Djibouti. En Ethiopie une seconde offensive US/OTAN/TPLF contre l’Etat vient d’échouer, et ce grâce à un partenariat complémentent inattendu entre l’Erythrée et l’Ethiopie. En dépit d’inlassables efforts des médias mensongers Addis Abeba, reste inébranlable. L’affaire du barrage de Renaissance n’a pas non plus réussi à déstabiliser les liens Ethiopie Soudan Egypte et devenir une source du mal. L’occident compte-t-il porter un coup par Djibouti voisin ? Probable, mais c’est peine perdue dans la mesure où déjà les liens sont trop solides entre deux pays pour que la France puisse y changer quelque chose. Surtout que le chemin de fer Ethiopie-Djibouti commence à transporter des véhicules entre Djibouti et Addis-Abeba et la connexion géographique va de pair avec la connexion géostatique… A moins que davantage de coopération militaire veuille dire provoquer un coup d’État propre à renverser Guelleh. 2e SUJET : Le Mali ne cédera à aucun chantage ou intimidation ! Suite à l’affaire des 46 soldats ivoiriens qui sont détenus au Mali, Abidjan veut faire intervenir la CEDEAO, qui est dirigée en l’occurrence par la France et les États-Unis. 3e SUJET : Amos Hochstein en RDC... Amos Hochstein, envoyé spécial de l'administration Biden et coordinateur des affaires énergétiques internationales, a achevé mardi son séjour de travail à Kinshasa. Il a rencontré le président congolais Félix Tshisekedi, et les deux hommes ont particulièrement échangé sur le développement du secteur minier, les États-Unis manifestant de l'intérêt pour le cobalt et le lithium en RDC. Comment peut-on analyser cette visite ? Luc Michel géopoliticien nous en dit plus * RADIO.AFRIQUEMEDIA INTERNATIONAL https://www.podcastics.com/podcast/radioafriquemedia-international/ * WebTV AFRIQUE MEDIA http://www.afriquemedia-webtv.org/
  15. Sur le Zoom Afrique du 17 septembre 2022 : Amos Hochstein en RDC ... Amos Hochstein, envoyé spécial de l'administration Biden et coordinateur des affaires énergétiques internationales, a achevé mardi son séjour de travail à Kinshasa. Il a rencontré le président congolais Félix Tshisekedi, et les deux hommes ont particulièrement échangé sur le développement du secteur minier, les États-Unis manifestant de l'intérêt pour le cobalt et le lithium en RDC. Comment peut-on analyser cette visite ? Luc Michel géopoliticien nous en dit plus * RADIO.LUCMICHEL https://www.podcastics.com/profile/12075-radiolucmichel/ * LUCMICHEL-TV https://vk.com/lucmicheltv
×

Important Information

By using this website, you accept the use of cookies in accordance with our Privacy Policy.