Jump to content

Sarah Dumont

Podcaster
  • Content Count

    6
  • Joined

  • Last visited

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Qu’est-ce que ce deuil précoce provoque dans la vie d’un enfant ? Comment mieux le soutenir et l’accompagner ? Dans quelles forces puisent-t-ils pour se construire ? Je suis Sarah Dumont, fondatrice de Happy end, un site qui invite à vivre en paix avec la mort et c’est pour lever le tabou sur les orphelins que je suis allée rencontrer des personnalités qui se sont construits, malgré l’absence d’un père, d’une mère, et parfois de leurs deux parents. Dans cette série, des personnalités ont accepté de partager avec moi leur histoire et de servir de porte-voix à ces enfants qui représentent près d’un enfant par classe en France. L’actrice Anny Duperey a huit ans lorsqu’elle découvre ses deux parents inanimés dans la salle de bain, victimes des émanations toxiques d’un chauffe-eau mal réglé. Ce choc terrible, traumatique, provoquera chez elle un vide abyssal, une blessure inguérissable qui forgera une carapace d’insensibilité et de légèreté. Il fallait bien se protéger de la souffrance et de la culpabilité. Elle attendra 35 ans pour raconter ce drame dans le Voile Noir, un livre puissant qui a dû marquer beaucoup d’entre vous. Une autobiographie qui va la sauver. Un podcast réalisé grâce au soutien de la fondation OCIRP, en partenariat avec Psychologies Magazine. L'OCIRP a publié un guide à l'usage des enseignants et du personnel éducatif pour mieux accompagner les élève suite à la perte d'un ou de leurs parents. Je ne peux que vous le recommander en lecture. Le voici.
  2. Serge Moati a perdu son père puis sa mère lorsqu'il avait onze ans. Réalisateur, producteur et auteur, il a raconté sur des pages et des pages et des pellicules la vie des absents et le combat de ceux qui restent pour survivre. Pour lui, on ne se remet jamais d’un deuil. Toute sa vie, il a cherché à ressembler à son père, disparu la veille de ses onze ans. A 18 ans, il décide même de porter son prénom, Henry, pour le faire vive encore… Ce n’est qu’à la naissance de sa petite fille qu'il semble avoir trouvé l'apaisement. Il lui a d'ailleurs dédié un livre, Lettre à Anita (éditions Fayard) pour lui raconter "ses histoires de vieil orphelin". Qu’est-ce que ce deuil précoce provoque dans la vie d’un enfant ? Comment mieux le soutenir et l’accompagner ? Dans quelles forces puisent-t-ils pour se construire ? Je suis Sarah Dumont, fondatrice de Happy end, un site qui invite à vivre en paix avec la mort et c’est pour lever le tabou sur les orphelins que je suis allée rencontrer des personnalités qui se sont construits, malgré l’absence d’un père, d’une mère, et parfois de leurs deux parents. Dans cette série, des personnalités ont accepté de partager avec moi leur histoire et de servir de porte-voix à ces enfants qui représentent près d’un enfant par classe en France. L'OCIRP a publié un guide à l'usage des enseignants et du personnel éducatif pour mieux accompagner les élève suite à la perte d'un ou de leurs parents. Je ne peux que vous le recommander en lecture. Le voici.
  3. Qu’est-ce que ce deuil précoce provoque dans la vie d’un enfant ? Comment mieux le soutenir et l’accompagner ? Dans quelles forces puisent-t-ils pour se construire ? Je suis Sarah Dumont, fondatrice de Happy end, un site qui invite à vivre en paix avec la mort et c’est pour lever le tabou sur les orphelins que je suis allée rencontrer des personnalités qui se sont construits, malgré l’absence d’un père, d’une mère, et parfois de leurs deux parents. Dans cette série, des personnalités ont accepté de partager avec moi leur histoire et de servir de porte-voix à ces enfants qui représentent près d’un enfant par classe en France. Clémentine Autain, femme politique, a perdu sa mère, l'actrice Dominique Laffin, à l'âge de 12 ans. Crise cardiaque ou suicide accidentel, la question ne sera jamais tranchée. Ce décès annoncé au JT a été suivi d’un grand silence. Son père ne souhaitait pas cultiver la nostalgie. Alors, Clémentine a grandi avec le cadavre de sa mère dans le placard et réprimé son chagrin et sa colère. Jusqu’à ce qu’elle se décide à les coucher sur papier dans Dites lui combien je l’aime (Editions Grasset)… Une lumineuse lettre d’amour. Un podcast réalisé grâce au soutien de la fondation OCIRP, en partenariat avec Psychologies Magazine. L'OCIRP a publié un guide à l'usage des enseignants et du personnel éducatif pour mieux accompagner les élève suite à la perte d'un ou de leurs parents. Je ne peux que vous le recommander en lecture. Le voici.
  4. Sarah Dumont

    Sans Toi

    Paroles d'orphelins Qu’est-ce que ce deuil précoce provoque dans la vie d’un enfant ? Comment mieux le soutenir et l’accompagner ? Dans quelles forces puisent-t-ils pour se construire ? Je suis Sarah Dumont, fondatrice de Happy end, un site qui invite à vivre en paix avec la mort et c’est pour lever le tabou sur les orphelins que je suis allée rencontrer des personnalités qui se sont construits, malgré l’absence d’un père, d’une mère, et parfois de leurs deux parents. Dans cette première série, Anny Duperey, Clémentine Autain, Serge Moati et Hervé Temime ont accepté de partager avec moi leur histoire pour servir de porte-voix à ces enfants qui représentent près d’un enfant par classe en France. Un podcast réalisé grâce au soutien de la fondation OCIRP, en partenariat avec Psychologies Magazine. L'OCIRP a publié un guide à l'usage des enseignants et du personnel éducatif pour mieux accompagner les élève suite à la perte d'un ou de leurs parents. Je ne peux que vous le recommander en lecture. Le voici.
  5. Sarah Dumont

    Sans Toi

    Paroles d'orphelins Qu’est-ce que ce deuil précoce provoque dans la vie d’un enfant ? Comment mieux le soutenir et l’accompagner ? Dans quelles forces puisent-t-ils pour se construire ? Je suis Sarah Dumont, fondatrice de Happy end, un site qui invite à vivre en paix avec la mort et c’est pour lever le tabou sur les orphelins que je suis allée rencontrer des personnalités qui se sont construits, malgré l’absence d’un père, d’une mère, et parfois de leurs deux parents. Dans cette première série, Anny Duperey, Clémentine Autain, Serge Moati et Hervé Temime ont accepté de partager avec moi leur histoire pour servir de porte-voix à ces enfants qui représentent près d’un enfant par classe en France. Un podcast réalisé grâce au soutien de la fondation OCIRP, en partenariat avec Psychologies Magazine. Journaliste : Sarah Dumont Montage et Mixage : Hervé Hauboldt @stereolab Cover : Hervé Hauboldt
  6. Sarah Dumont

    Happy End

    Et si on vivait en paix avec la mort ? Et si on vivait en paix avec la mort ? Si on arrêtait de la chasser de nos vies comme si elle n’existait pas ? C'est la mission que s'est fixée Happy End, le podcast qui parle de la mort sans tabou. Chaque mois, Sarah Dumont, créatrice du site Happyend.life part à la rencontre d'une personnalité qui a une histoire particulière avec la mort. Une façon de vous aider à l’apprivoiser… Musique : Ludovic Bource. Couverture : Hervé Hauboldt. Co-production : Stereolab Découvrez le site Happyend.life (www.happyend.life) qui parle de la fin de vie, de la mort et du deuil sans tabou !
  7. Sandra Meunier est art-thérapeute et a créé un métier : les Neztoiles. Ce sont des docteurs de la joie, des assistant du moral de troupe, des passeur de rêves qui rendent visite aux adultes hospitalisés dans les services de soins palliatifs ou en cancé... Sandra Meunier est art-thérapeute et a créé un métier : les Neztoiles. Ce sont des docteurs de la joie, des assistant du moral de troupe, des passeur de rêves qui rendent visite aux adultes hospitalisés dans les services de soins palliatifs ou en cancérologie. En Neztoile, Sandra se prénomme Anabelle, porte le costume d’un elfe clown et est capable d’amener du merveilleux au seuil de la mort. Musique : Ludovic Bource. Couverture : Hervé Hauboldt. Co-production : Stereolab Pour en savoir plus sur le métier de Neztoile et l'activité de Sandra : consultez son site Retrouvez d'autres histoires sur la fin de vie et la mort abordées de façon positive sur le site Happy End
  8. Eh oui, un conseiller funéraire peut cacher des facultés particulières. C'est le cas de Christelle Dubois qui gère aujourd'hui deux agences funéraires en Bretagne ! A l’âge de 8 ans, Christelle a failli perdre la vie dans un accident de voiture et a... Eh oui, un conseiller funéraire peut cacher des facultés particulières. C'est le cas de Christelle Dubois qui gère aujourd'hui deux agences funéraires en Bretagne ! A l’âge de 8 ans, Christelle a failli perdre la vie dans un accident de voiture et a vécu une expérience de mort imminente. Cette expérience a profondément modifié sa vision de la vie et elle en revenue avec des facultés médiumniques. Après avoir longtemps travaillé comme pompier volontaire et aide-soignante auprès des personnes en fin de vie, elle a choisi d'ouvrir une agence de pompes funèbre en Bretagne. Autant dire qu’entre le monde des vivants et des morts, et ses deux activités, son agenda est bien rempli. Christelle Dubois est aussi l'auteure de trois livres sur l'accompagnement de fin de vie et la communication avec les défunts. Retrouvez-les sur son site. Ce qu'elle a dit : "Les morts m'interpellent car ils sentent que j'ai la capacité de les entendre. Certains passent juste me dire coucou, d'autres ont des messages à me faire passer. Je les vois aussi. A l'hôpital, je lles regardais s'élever tranquillement sans le dire à la famille ou aux autres soignants." "Je n'ai jamais voulu faire de la médiumnité ma profession car je souhaitais faire un travail terrestre. Mais je peux proposer mes services à des parents ou conjoints endeuillés une à deux journées par mois. Car il est important pour moi de les aider. " "J'avais envie de prendre soin des défunts. Le funéraire, j'y réfléchis depuis 5 ans mais il m'a fallu du temps pour intégrer ce monde car je ne me sentais pas légitime. Puis, j'ai senti qu'il fallait que je sois auprès des familles au moment où leur deuil commence. Ce changement de profession a réactivé mes capacités médiumniques. Je redécouvre, l'âme, ses choix, ses besoins au moemnt des funérailles." "L'âme a besoin qu'on prenne soins de son corps, de dire des choses à ses proches. J'essaie alors de transmettre des mots à la famille. C'est loin d'être facile mais j'essaie d'adapter le message à ce que peut entendre la famille. Je ne veux pas faire de la médiumnité sauvage, ni être intrusive. Parfois, c'est fermé et je reste cantonné à mon rôle d'accompagnatrice de pompes funèbres." "Les défunts assistent à leur enterrement ! Je n'ai pas vécu une cérémonie où l'âme n'était pas là. Elle jette un coup d'œil à ce qui se passe : elle a besoin de cet hommage pour finaliser son temps terrestre. Une raison de plus pour que les vivants ritualisent son départ. Surtout avec de la lumière, des sons... L'âme est sensible aux vibrations : ça la nourrit et l'aide à partir." "Je veux enlever l'image austère des pompes funèbres et proposer d'autres choses aux familles. Mais souvent, après la perte d'un proche, on se tourne à nouveau vers du traditionnel : ça rassure".
  9. Ex-directeur général des Services funéraires de la ville de Paris, François Michaud-Mérard est membre titutalire du CNOF (Conseil National des opérations funéraires). Il vient de publier Les cimetières : que vont-ils devenir ? À partir d'une enquête en... Ex-directeur général des Services funéraires de la ville de Paris, François Michaud-Mérard est membre titutalire du CNOF (Conseil National des opérations funéraires). Il vient de publier Les cimetières : que vont-ils devenir ? À partir d'une enquête en Normandie, en France et ailleurs, avec Gaëlle Clavandier, sociologue et anthropologue. Ensemble, nous avons pu aborder les nouvelles pratiques et attentes des Français, le métier de maître de cérémonie mais aussi l'avenir des cimetières.
  10. Stéphane Allix est l'auteur de plusieurs ouvrages sur la mort. Cet ancien reporter de guerre a vu son frère mourir sous ses yeux à l’âge de 30 ans. Un drame qui l’a poussé à se lancer dans une interrogation permanente sur la mort. "Ne pas considérer... Stéphane Allix est l'auteur de plusieurs ouvrages sur la mort. Cet ancien reporter de guerre a vu son frère mourir sous ses yeux à l’âge de 30 ans. Un drame qui l’a poussé à se lancer dans une interrogation permanente sur la mort. "Ne pas considérer l'existence de cette dimension revient à vivre dans le noir", dit-il. Il l'explore avec sa casquette de journaliste mais aussi à travers un chemin plus intérieur et intuitif. Depuis de nombreuses années, il réalise des expériences et rencontre des médecins, des chercheurs, des chamans, des médiums pour tenter de comprendre... Il a aussi fondé l’INREES, l'Institut de recherche sur les expériences extraordinaires, consacré à ces nombreux champs inexplorés. Il vient de publier « Entre ombre et lumière » (éd. Flammarion), un livre qui retrace son parcours et dans lequel il partage sa vision de la vie et… de la mort.
  11. Valéria Milewski est biographe hospitalier. Depuis 12 ans, elle met sa plume au service de personnes gravement malades et écrit leurs récits de vie. A ses côtés, ils partagent des moments forts de leur existence. Il lui confient leurs joies, leurs pein... Valéria Milewski est biographe hospitalier. Depuis 12 ans, elle met sa plume au service de personnes gravement malades et écrit leurs récits de vie. A ses côtés, ils partagent des moments forts de leur existence. Il lui confient leurs joies, leurs peines, leurs regrets, et parfois des messages qu’ils souhaitent transmettre avant de mourir. Cette histoire, la famille la recevra sous forme d’un livre plusieurs années après. Le temps pour eux de cheminer dans leur deuil... Convaincue des bienfaits de ce projet et du cadeau qu’elle fait au patient et à leurs familles, Valérie a créé l’association Passeurs de mots, passeurs d’histoires, une profession et a déjà formé 13 biographes, embauchés par les hôpitaux. Aujourd’hui, grâce à elle, des personnes en fin de vie peuvent se raconter dans plusieurs hôpitaux de France. Musique : Ludovic Bource. Couverture : Hervé Hauboldt. Co-production : Stereolab Retrouvez d'autres histoires sur la fin de vie et la mort abordées de façon positive sur le site Happy End
  12. Comment (sur)vivre après la mort de son enfant ? Dans quelles forces puiser pour retrouver l'envie de se lever chaque matin ? Julie et Charles, les parents de Léo, décédé subitement à l'âge de quatre mois et demi, nous raconte leur chemin de deuil. Un... Comment (sur)vivre après la mort de son enfant ? Dans quelles forces puiser pour retrouver l'envie de se lever chaque matin ? Julie et Charles, les parents de Léo, décédé subitement à l'âge de quatre mois et demi, nous raconte leur chemin de deuil. Un témoignage touchant et plein d'espoir. Musique : Ludovic Bource. Couverture : Hervé Hauboldt. Co-production : Stereolab Retrouvez d'autres histoires sur la fin de vie et la mort abordées de façon positive sur le site Happy End Découvrez le blog de Julie L'Etoile Léo.
  13. Valérie Seguin est auteure et réalisatrice, passionnée par le sujet de la mort. Il y a cinq ans, elle a vécu une expérience troublante à la mort de son père. Au lieu d’être terrassée par le chagrin, elle nage dans le bonheur. Cet état ne va pas la quit... Valérie Seguin est auteure et réalisatrice, passionnée par le sujet de la mort. Il y a cinq ans, elle a vécu une expérience troublante à la mort de son père. Au lieu d’être terrassée par le chagrin, elle nage dans le bonheur. Cet état ne va pas la quitter pendant trois jours et demi, comme si son père était à côté d’elle. Cette expérience va totalement modifier la trajectoire de sa vie. Valérie enquête sur le sujet, écrit un livre et réalise un documentaire Et si la mort n'existait pasdonnant la parole à ses scientifiques sur une éventuelle vie après la mort… Elle travaille actuellement sur un nouveau documentaire sur la préparation à la mort : Et si la mort n'était qu'un passage ? Musique : Ludovic Bource. Couverture : Hervé Hauboldt. Co-production : Stereolab Retrouvez d'autres histoires sur la fin de vie et la mort abordées de façon positives sur le site Happy End Son livre : Trois jours et demi après la mort de mon père est disponible aux éditions Les Arènes.
  14. Eric Bouvet (https://ericbouvet.com/) est photojournaliste depuis près de 40 ans. Sa première photo qui a fait le tour du monde, tout le monde la connaît. C’est celle d’Omeyra Sanchez (http://visa2017.blogsesjpro.fr/lethique-derriere-lobjectif-le-cas-d... Eric Bouvet est photojournaliste depuis près de 40 ans. Sa première photo qui a fait le tour du monde, tout le monde la connaît. C’est celle d’Omeyra Sanchez, une fillette âgée de 13 ans, prisonnière des décombre d’un volcan en Colombie, morte sous les yeux des caméras. Un premier choc pour ce jeune reporter. Eric a ensuite couvert de nombreux pays en guerre pour l’agence Gamma. Il s’est rendu au Soudan et en Somalie, des pays ravagés par la famine et dans de nombreux pays en guerre. La mort, il en a souvent été le témoin direct, avec toutes les atrocités qui la précèdent. Il l’a frôlée aussi des centaines de fois. Mais ça, il n’aime pas en parler. Comme il dit : "ce métier, je l’ai choisi. Personne ne m’a jamais forcé à partir. Je n’ai pas le droit de me plaindre… " Musique : Ludovic Bource. Couverture : Hervé Hauboldt. Co-production : Stereolab Pour acheter son livre : "Jusqu’au bout", journal de guerre en Tchétchénie, écrivez-lui bouvet.photo@gmail.com Retrouvez d'autres histoires sur la fin de vie et la mort abordées de façon positives sur le site Happy End
  15. Jacqueline Jencquel a 75 ans. C’est l’ex-présidente de l’ADMD, l’Association pour le droit à mourir dans la dignité. Aujourd’hui, elle milite pour l’IVV, l’interruption volontaire de vieillesse. Elle estime que toute personne lucide et capable de disce... Jacqueline Jencquel a 75 ans. C’est l’ex-présidente de l’ADMD, l’Association pour le droit à mourir dans la dignité. Aujourd’hui, elle milite pour l’IVV, l’interruption volontaire de vieillesse. Elle estime que toute personne lucide et capable de discernement devrait à 75 ans avoir le droit de mourir avec une aide médicale. C'est ce qu'elle appelle un suicide de bilan. Elle a décidé de recourir au suicide assisté d’ici juin 2020. Une nouvelle qu’elle a annoncé sur son blog et qui a fait beaucoup de bruit en France. Beaucoup s’indignent de sa décision. Je suis allée la rencontrer chez elle pour comprendre son geste. Musique : Ludovic Bource. Couverture : Hervé Hauboldt. Co-production : Stereolab Découvrez le site Happyend.life qui parle de la fin de vie, de la mort et du deuil sans tabou !
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this website, you accept the use of cookies in accordance with our Privacy Policy.