Jump to content

Akandji-K

Podcaster
  • Content Count

    8
  • Joined

  • Last visited

About Akandji-K

  • Birthday May 28

Recent Profile Visitors

656 profile views
  1. Une série pour échanger librement des sentiments, des analyses et des convictions concernant la République Centrafricaine Une série podcast proposée par Jean-François Akandji-Kombé pour échanger librement des sentiments, des analyses et des convictions concernant la République Centrafricaine. En partant du principe que nous, Centrafricains, ne sommes pas frappés par la fatalité ; que notre pays n’est pas condamné à produire le pire : les guerres, les massacres, l’arbitraire, la corruption, le mépris de l’être humain, la médiocrité, et j’en passe. En partant aussi du principe que nous, filles et fils de Centrafrique, nous avons les mêmes droits que les autres dans leur pays et à l’égard de leur pays : le droit à la paix, le droit de nous gouverner nous-mêmes, le droit à la liberté et à la dignité, le droit à l’épanouissement et, pour tout dire, le droit au bonheur. En partant, enfin, du principe que notre pays est capable de cette "révolution", qu’il est capable de produire le meilleur pour ses filles et pour ses fils ; mais aussi qu’il est capable de le faire avec ses filles et ses fils, qui sont sa première ressource, son premier gisement, un gisement de talents multiples jusqu’à présent ignorés. Dans ce podcast, il sera question de tout ce qui touche ou qui peut toucher à la vie des citoyens centrafricains, de la politique aux enjeux sociaux en passant par l'économie, les arts, la culture, etc. Les langues utilisées seront le français et le sango, langue nationale de la République Centrafricaine. Je m’exprimerai souvent seul, au début en tout cas. Mais l’objectif est aussi de vous donner progressivement, et de plus en plus la parole aux Centrafricains et amis de la RCA. Bienvenue dans « Bê Africa Ti Mbi Na Mo – Centrafrique au cœur ». Akandji K.
  2. Présentation de la série « Bê Africa Ti Mbi Na Mo – Centrafrique au cœur ». Une série podcast proposée par Jean-François Akandji-Kombé pour échanger librement des sentiments, des analyses et des convictions concernant la République Centrafricaine. En partant du principe que nous, Centrafricains, ne sommes pas frappés par la fatalité ; que notre pays n’est pas condamné à produire le pire : les guerres, les massacres, l’arbitraire, la corruption, le mépris de l’être humain, la médiocrité, et j’en passe. En partant aussi du principe que nous, filles et fils de Centrafrique, nous avons les mêmes droits que les autres dans leur pays et à l’égard de leur pays : le droit à la paix, le droit de nous gouverner nous-mêmes, le droit à la liberté et à la dignité, le droit à l’épanouissement et, pour tout dire, le droit au bonheur. En partant, enfin, du principe que notre pays est capable de cette "révolution", qu’il est capable de produire le meilleur pour ses filles et pour ses fils ; mais aussi qu’il est capable de le faire avec ses filles et ses fils, qui sont sa première ressource, son premier gisement, un gisement de talents multiples jusqu’à présent ignorés. Dans ce podcast, il sera question de tout ce qui touche ou qui peut toucher à la vie des citoyens centrafricains, de la politique aux enjeux sociaux en passant par l'économie, les arts, la culture, etc. Les langues utilisées seront le français et le sango, langue nationale de la République Centrafricaine. Je m’exprimerai souvent seul, au début en tout cas. Mais l’objectif est aussi de vous donner progressivement, et de plus en plus la parole aux Centrafricains et amis de la RCA. Bienvenue dans « Bê Africa Ti Mbi Na Mo – Centrafrique au cœur ». Akandji K.
  3. Une personne qui ne se mêle pas de politique est un.e citoyen.ne démissionnaire... Réflexion autour d'un quiproquo qui entoure le rapport entre le citoyen et la politique. "Non, décidément non, nous ne sommes pas, et nous ne pouvons pas être considérés comme étrangers à la politique dans notre pays ; parce que la politique est exercice d’un pouvoir qui nous appartient ; Parce qu’aussi et fondamentalement, notre appellation de citoyenne et de citoyen l’interdit, y compris à nous-mêmes ; car « citoyen » c’est précisément un statut … politique. Il nous désigne comme membre d’une communauté politique. Autrement dit, en tant que citoyens, nous sommes donc résolument politiques, détenteurs ultimes du pouvoir, et censeurs de son mauvais exercice, et ceci pas seulement au moment furtif des élections ! A nous de l’assumer, et à nous de le rappeler à nos gouvernants ! Faute de quoi nous mériterions bien cette sentence des anciens, lumineusement consignée par le penseur de la Grèce antique Thucydide : « Un homme ne se mêlant pas de politique mérite de passer, non pour un citoyen paisible, mais pour un citoyen inutile ». J’ajouterai même : pour un citoyen démissionnaire". Citoyen Akandji K.
  4. Aux fondements africains du droit, retour sur une idée de droit résolument moderne, à revisiter en Afrique et ailleurs Adoptée en 1236 par une Assemblée constituante à la suite de la grande bataille de Kirina, décisive dans la constitution de l'Empire du Mali, et édictée la même année par Soundiata Keita, le Charte de Kurukan Fuga est au fondement de l’Empire du Mali. Acte constitutionnel au sens fort, c'est-à-dire Loi fondamentale gouvernant non seulement la société politique, mais aussi les relations sociales globales, ce texte contient par ailleurs l'une des premières Déclarations de droits connues de par le monde, après certes la Grande Charte - Magna Carta - anglaise (1215), mais avant, bien avant la Déclaration américaine des droits de l'homme (1776) ou encore la Déclaration française des droits de l'homme et du citoyen (1789). On ne peut qu'être frappé par la modernité d'un document aussi ancien, qui impose d'ailleurs de revisiter un certain nombre d'idées reçues (disséminées aussi de l'intérieur du Continent), à tout le moins, quant au rapport de l'Afrique à la Constitution, aux droits de l'homme ou droits humains, ainsi qu'à la modernité politique et juridique. J'ai bien dit "à tout le moins" car la relecture de l'histoire des institutions et des peuples à laquelle ce document invite pourrait bien être plus globale, et toucher à certaines primautés actuellement solidement établies, ne serait-ce que les primautés d'idées. Mais, trève de commentaires ! Place à la Charte de Kurukan Fuga. LE TEXTE DE LA CHARTE DE KURUKAN FUGA Les représentants du Mandé traditionnel et leurs alliés, réunis en 1236 à Kurukan Fuga (actuel cercle de Kangaba - République du Mali) après l’historique bataille de Kirina ont adopté la charte suivante pour régir la vie du grand ensemble mandingue. I. DE L’ORGANISATION SOCIALE Article 1er : La société du grand mandé est divisée ainsi qu’il suit : Seize (16) « Ton ta djon » ou porteurs de carquois ; Quatre (4) Mansa si » ou tribus princières ; Cinq « Mori Kanda » ou classes de marabouts ; Quatre (4) « Nyamakala » ou classes de métiers ; Chacun de ces groupes a un rôle et une activité spécifiques. Article 2 : les « Nyamakala » se doivent de dire la vérité aux Chefs, d’être leurs conseillers et de défendre par le verbe, les règles établies et l’ordre sur l’ensemble de l’Empire. Article 3 : les « MoriKanda » sont nos maîtres et nos éducateurs en islam. Tout le monde leur doit respect et considération. Article 4 : la société est divisée en classes d’âge. A la tête de chacune d’elles est élu un chef. Sont de la même classe d’âge les personnes (hommes ou femmes) nées au cours d’une période de trois années consécutives. Les « Kangbé » (classe intermédiaire entre les jeunes et les vieux) doivent participer à la prise des grandes décisions concernant la société. Article 5 : chacun a le droit à la vie et à la préservation de son intégrité physique. En conséquence, tout acte attentatoire à la vie d’autrui est puni de mort Article 6 : pour gagner la bataille de la prospérité, il est institué la « Könögbèn Wölö » (un monde de surveillance pour lutter contre la paresse et l’oisiveté). Article 7 : il est institué entre les « Mandenkas le Sanankunya » (cousinage à plaisanterie) et le « Tanamanyöya » (forme de totémisme). En conséquence, aucun différend né entre ces groupes ne doit dégénérer, le respect de l’autre étant la règle. Entre beaux-frères et belles-sœurs, entre grands-parents et petits- enfants, la tolérance et le chahut doivent être le principe. Article 8 : la famille KEITA est désignée famille régnante sur l’Empire. Article 9 : l’éducation des enfants incombe à l’ensemble de la société. La puissance paternelle appartient par conséquent à tous. Article 10 : adressons-nous mutuellement les condoléances. Article 11 : quand votre femme ou enfant fuit, ne le poursuivez pas chez le voisin. Article 12 : la succession étant patrilinéaire, ne donnez jamais le pouvoir à un fils tant qu’un seul de ses pères vit. Ne donnez jamais le pouvoir à un mineur parce qu’il possède des biens. Article 13 : n’offensez jamais les « Nyaras » (paroliers attitrés). Article 14 : n’offensez jamais les femmes nos mères. Article 15: ne portez jamais la main sur une femme mariée avant d’avoir fait intervenir sans succès son mari. Article 16 : en plus de leurs occupations quotidiennes, les femmes doivent être associées à tous nos Gouvernements. Article 17 : les mensonges qui ont vécu et résisté 40 ans doivent être considérés comme des vérités. Article 18 : respectons le droit d’aînesse. Article 19 : tout homme a deux beaux-parents : les parents de la fille que l’on n’a pas eue en mariage et la parole qu’on a prononcée sans contrainte. On leur doit respect et considération. Article 20 : ne maltraitez pas les esclaves, accordez-leur un jour de repos par semaine et faites en sorte qu’ils cessent le travail à des heures raisonnables. On est maître de l’esclave mais pas du sac qu’il porte. Article 21 : ne poursuivez pas de vos assiduités les épouses : du chef, du voisin, du marabout, du féticheur, de l’ami et de l’associé. Article 22 : la vanité est le signe de la faiblesse et l’humilité le signe de la grandeur. Article 23 : ne vous trahissez jamais entre vous. Respectez la parole d’honneur. Article 24 : ne faites jamais du tord aux étrangers. Article 25 : le chargé de mission ne risque rien au Mandén. Article 26 : le taureau confié ne doit pas diriger le parc. Article 27 : la jeune fille peut être donnée en mariage dès qu’elle est pubère sans détermination d’âge. Le choix de ses parents doit être suivi quel que soit le nombre des candidats. Le jeune garçon peut se marier à partir de 20 ans. Article 28 : la dot est fixée à 3 bovins : un pour la fille, deux pour ses père et mère. Article 29 : le divorce est toléré pour l’une des causes ci-après : l’impuissance du mari ; la folie de l’un des conjoints ; l’incapacité du mari à assumer les obligations nées du mariage. Le divorce doit être prononcé hors du village. Article 30 : venons en aide à ceux qui en ont besoin. Article 31 : respectons la parenté, le mariage et le voisinage. Article 32 : tuez votre ennemi, ne l’humiliez pas. Article 33 : dans les grandes assemblées, contentez-vous de vos légitimes représentants et tolérez-vous les uns les autres. II. DES BIENS Article 34 : il y a cinq façons d’acquérir la propriété : l’achat, la donation, l’échange, le travail et la succession. Toute autre forme sans témoignage probant est équivoque. Article 35 : tout objet trouvé sans propriété connu ne devient propriété commune qu’au bout de quatre ans. Article 36 : la quatrième mise bas d’une génisse confiée est la propriété du gardien. Article 37 : un bovin doit être échangé contre quatre moutons ou quatre chèvres. Article 38 : un œuf sur quatre est la propriété du gardien de la poule pondeuse. Article 39 : assouvir sa faim n’est pas du vol si on n’emporte rien dans son sac ou sa poche. III. DE LA PRÉSERVATION DE LA NATURE Article 40 : la brousse est notre bien le plus précieux, chacun se doit de la protéger et de la préserver pour le bonheur de tous. Article 41 : avant de mettre le feu à la brousse, ne regardez pas à terre, levez la tête en direction de la cime des arbres. Article 42 : les animaux domestiques doivent être attachés au moment des cultures et libérés après les récoltes. Le chien, le chat, le canard, et la volaille ne sont pas soumis à cette mesure. IV. DISPOSITIONS FINALES ARTICLE 43 : Balla Fassèkè KOUYATE est désigné grand chef des cérémonies et médiateur principal du mandéen. Il est autorisé à plaisanter avec toutes les tribus, en priorité avec la famille royale. Article 44 : tous ceux qui enfreindront ces règles seront punis. Chacun est chargé de veiller à leur application sur l’ensemble du territoire impérial. Transcrit par : Monsieur Siriman KOUYATE Conseiller à la Cour d’Appel de Kankan
  5. Merci. Le projet a aussi une ambition collective, au sens de la participation. J'espère pouvoir offrir des émissions avec des invités
  6. Parce que nous, citoyens, nous avons des choses à dire... L'esprit de Citoyennement Vôtre : promener un regard, des regards citoyens sur le monde dans lequel nous vivons et sur notre environnement ; proposer des points de vues, des manières de faire, des manières de gouverner. C'est non seulement un droit, mais notre responsabilité.
  7. Une aventure juridiquement humaine... Où il est question de l'esprit de "Juridiquement vôtre" : une exploration du droit pas pour lui-même mais pour ce qu'il implique pour nos vies d'humains-citoyens... A bientôt donc pour le démarrage de l'aventure... humaine !
  8. Citoyens nous sommes avant tout, engagés nous devons être, pour la transformation positive de notre monde... Conviction de départ. Avec Citoyennement vôtre je veux partager avec vous ma conviction, qui est que notre premier devoir de citoyen est de faire valoir et même, pourquoi pas, faire prévaloir nos vues sur le monde auquel nous aspirons. Un regard, des regards. Vous est proposé mon regard de citoyen et, de temps en temps, celui de mes invités sur des problèmes actuels de nos sociétés, un regard de citoyen centrafricain, de citoyen africain et de citoyen du monde. Sujets et temps. Les sujets seront choisis au gré de notre actualité. C'est dire qu'ils seront changeants, parfois imprévisibles et, par conséquent, sans continuité nécessaire dans le temps... Les rubriques de Citoyennement Vôtre : actu, tribunes, débats... Soyez donc les bienvenu.es dans le monde vu par le citoyen Akandji-K*
  9. Le droit selon mon humeur et au rythme des rumeurs du monde... Juridiquement vôtre propose : une lecture du monde et du mouvement des sociétés à travers le droit, des vues approfondies sur des questions juridiques choisies, ainsi que des leçons de droit. Les sujets abordés le sont sans considération des frontières qui séparent habituellement les spécialités juridiques. La perspective générale, parti pris que je revendique et qui sera le fil rouge de toutes les thématiques abordées, est de considérer le droit essentiellement comme outil de protection des êtres et de transformation positive des sociétés. Les épisodes se suivent et ne se ressemblent pas : tonalité académique ou léger, genre brèves de comptoir, durée variable, monologue ou dialogue ou encore conversation à plusieurs, et le tout sans contrainte de périodicité... Voilà, vous savez tout ! Bienvenue dans le monde juridique de Akandji-K*
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this website, you accept the use of cookies in accordance with our Privacy Policy.