Jump to content

Podcastics • Community

Moderator
  • Content Count

    39
  • Joined

  • Last visited

1 Follower

Recent Profile Visitors

1,952 profile views
  1. De la même manière que tous les youtubeurs ne font pas fortune, tous les podcasts ne peuvent pas gagner de l'argent. Tous les podcasteurs n'en éprouvent d'ailleurs pas le désir. Mais pour ceux qui caressent le doux rêve de devenir le Joe Rogan français, atteindre un certain seuil d'audience constituera bien souvent un préalable nécessaire. Si tel n'est pas (encore) votre cas, sachez qu'il existe tout de même de nombreuses options pour financer tout ou partie de votre activité de podcasteur. Le financement participatif : miser sur ses auditeurs Voici sans aucun doute la voie à privilégier si votre podcast ne jouit pas encore d'une audience considérable. C'est en effet le propre des podcasts : leur public, quel que soit sa taille, est à la fois fidèle et engagé. Vos auditeurs seront bien souvent très heureux de pouvoir apporter leur pierre à l'édifice par le biais d'un don, qu'il soit ponctuel ou régulier. Plusieurs plateformes sont susceptibles de vous faciliter votre quête. En voici par exemple deux : Tipeee, qui permet de recueillir des "pourboires" de la part de votre communauté sans imposer le moindre seuil minimum avant de recevoir les dons. Un petit bémol tout de même : Tipeee ne donne pas la possibilité d'offrir de contenus additionnels aux contributeurs. et Patreon qui est souvent l'option privilégiée pour un financement dans la durée. La plateforme permet aussi de fournir des contenus exclusifs à ses donateurs via des flux RSS privés. En France, le Patreon du Robotics Podcast Universe fait partie des belles réussites avec une communauté au rendez-vous chaque mois. Financement participatif : le coup de pouce de Podcastics Ces deux plateformes font partie de celles, avec Paypal, dont Podcastics se propose de mettre en avant les collectes. Ajoutez votre lien Patreon ou Tipeee à la page de votre podcast, et il apparaîtra automatiquement sur votre site web ainsi que sur l'ensemble de vos lecteurs audio. Idéal pour toucher très vite un maximum de donateurs potentiels ! Bien souvent, le soutien de votre communauté se matérialisera par des dons relativement modestes. La réussite de votre collecte passera donc par la multiplication des contributeurs. Afin de convaincre un maximum d'auditeurs de vous accompagner, proposer des avantages en contrepartie des dons fait partie des bonnes pratiques. Il pourra tantôt s'agir de petits gestes (citer le nom des contributeurs au micro, leur ouvrir un chat privé ou organiser des rencontres), tantôt d'un contenu à valeur ajoutée : téléchargement anticipé des épisodes, accès à des épisodes bonus ou à un flux rss sans publicité etc. Dans la catégorie des petits gestes bien pensés, le podcast Distorsion se distingue par exemple avec sa tournée de bières. Le principe est simple : via Paypal, l'auditeur paie une bière (5 $), deux bières (10 $) ou même une tournée (20 $) tout en recommandant dans les commentaires le breuvage de son choix. Les deux animateurs se chargeront alors de le goûter en préambule du prochain épisode, non sans avoir pris soin de remercier l'auditeur en question. Une façon fun et ludique d'obtenir un soutien financier sans même prendre la peine de parler d'argent ! Le sponsoring du podcast : miser sur des partenaires Connaissez-vous Blue Chew ? Probablement pas. Pour répondre par l'affirmative, il vous aurait fallu : soit avoir des problèmes de performance au lit, Blue Chew étant une marque de pastilles composées du même principe actif que le Viagra ; soit être un auditeur fidèle des podcasts anglophones consacrés à la NFL, Blue Chew faisant partie des sponsors les plus actifs de cette catégorie d'émissions. On ne vous dira pas si, chez Podcastics, on a eu vent de l'existence de Blue Chew pour la première ou la seconde raison. Sachez en revanche qu'il ne s'agit que d'un exemple parmi d'autres de l'essor spectaculaire de la pub sur le paysage podcastique nord-américain. De l'autre côté de l'Atlantique, il est ainsi devenu très fréquent qu'un ou plusieurs messages publicitaires soient diffusés en pré-roll, en mid-roll ou en post-roll, c'est-à-dire avant, pendant ou après un épisode. En Europe et à plus forte raison en France, les exemples de podcasts ayant sauté le pas sont beaucoup plus rares. Les enquêtes d'opinion tendent pourtant à démontrer que les auditeurs y sont prêts... à la condition de respecter quelques pré-requis. Interrogés par les équipes d'Havas et du CSA, 55 % d'entre eux avouent une préférence pour le pré-roll sur le mid-roll (30 %) et le post-roll (15 %). Surtout, ils attendent très majoritairement des publicités en lien avec la thématique du podcast comme le confirme ce slide : Autre enseignement de ce visuel : la préférence affichée pour des publicités lues par le podcasteur lui-même. Le "host-read" est en effet le meilleur moyen de capitaliser sur la force du podcast en terme d'engagement de l'auditeur. Si un jour vous vous engagez dans cette voie, tâchez de faire les choses le plus naturellement possible. Cette parenthèse publicitaire ne doit pas "trancher" par rapport au reste du récit ou des échanges. Rien n'interdit par ailleurs d'organiser une petite mise en scène, à condition bien sûr que celle-ci reste bien dans l'esprit de votre podcast. Si vous êtes un auditeur des Grosses Têtes, vous savez déjà que Laurent Ruquier lui-même se prête régulièrement à cet exercice de la lecture d'un texte vantant les mérites d'un sponsor. Parfois en grossissant explicitement le trait, histoire de se moquer de lui-même mais aussi de faire passer le message avec le même humour qui caractérise le reste de l'émission. Cette voie de la publicité intégrée ne concerne bien entendu qu'une minorité de podcasts : ceux qui sont parvenus à fidéliser une audience importante, ou ceux qui traitent un sujet de niche en parfait accord avec le public ciblé par l'annonceur. Ce filtrage est même plus exigeant encore dans le cas du brand content, c'est-à-dire le cas de figure où des épisodes sont directement associés à une marque ou l'un de ses aspects. Les exemples ne manquent pas, à l'image d'Happiness Therapy qui est réalisé en association avec Lancôme ou de No Ciné qui très ponctuellement se focalise sur un film dans le cadre d'un partenariat. Imaginons un instant que vous développiez un podcast sur le parfum. Vous adoptez une démarche proactive et faites part de votre projet à différentes marques. À votre grande surprise, l'une d'elles vous répond favorablement. Cette marque va alors, à des degrés divers selon le cas, s'impliquer en profondeur dans la conception d'un ou plusieurs épisodes. Avec le soutien de ce sponsor, votre podcast pourra éventuellement diffuser des publicités ponctuellement, mais aussi et surtout proposer des formes de contenu intelligemment associées à la marque. Il pourra par exemple s'agir d'une interview du nez de la maison en question, d'un reportage dans son laboratoire ou encore d'une rencontre avec son responsable com'. Vous l'avez compris : le procédé est ici plus subtil que la publicité toute bête, avec en prime une vraie valeur ajoutée pour le podcast si vous menez bien votre barque. Les régies publicitaires : à la recherche des annonceurs Le sujet des régies est bien entendu connexe de celui de la publicité, mais cette fois avec une exigence encore plus stricte en terme d'audience : inutile de songer à cette méthode sans générer au moins 5 000 écoutes par mois. Vous voilà prévenu ! Le principe de la régie est simple : c'est elle qui va se lancer pour vous à la recherche des annonceurs, négocier leurs tarifs, obtenir le script et insérer automatiquement dans vos fichiers audio les messages publicitaires. Vous serez alors rémunéré en fonction de l'audience de vos épisodes. Podcastics et les régies publicitaires Podcastics travaille en France en collaboration avec deux régies : Audion et SoundCast. La mise en œuvre de ce type de partenariat est totalement gratuite pour le podcasteur. Podcastics prend en charge ces régies publicitaires pour ses abonnés et le résultat est transparent pour les auditeurs : ils peuvent continuer d'écouter leur épisode de façon normale, mais avec un message publicitaire intégré. L'affiliation : un mécanisme qui n'est pas propre au podcast L'affiliation est une technique de marketing aussi ancienne que les sites marchands : un site annonceur propose une rémunération à des sites affiliés en contrepartie d'un apport de ventes (ou d'inscriptions) pour ses produits (ou ses services). En tant qu'internaute, vous avez forcément été confronté à des dizaines de reprises à ce mécanisme sans même parfois y prêter attention. Alors bien sûr, rien ne vous interdit de recommander au micro un produit ou une entreprise qui seraient en lien avec le sujet de votre podcast, et dont vous auriez vous-même apprécié les atouts. Mais pour que cette pratique prenne une autre dimension, en particulier sur le plan financier, il va vous falloir un lien de tracking à partager sur le site web de votre podcast ou les champs descriptifs de ses épisodes. Et pour obtenir un tel lien, deux options s'offrent à vous : intégrer le programme d'affiliation des grandes entreprises qui en disposent, comme par exemple Amazon ou eBay ; ou passer par des plateformes d'affiliation externes telles que ShareASale, TradeDoubler, Awin ou encore lemonads. Un outil comme Lasso pourra éventuellement vous faciliter la vie. Ce plugin WordPress vous permet à partir d'un seul tableau de bord de mettre à jour vos liens sur l'ensemble de votre site, mais aussi de générer des liens plus courts et donc plus facilement partageables. Au final, à chaque fois qu'un auditeur cliquera sur votre lien de suivi, il sera redirigé vers le produit ou l'entreprise de votre choix, vous permettant alors d'empocher une commission sur chacun de ses achats. Le montant de vos revenus dépendra donc directement du nombre de clients potentiels que vous aurez redirigés, et non pas de l'audience de votre podcast comme dans le cas de la publicité. Les goodies : un outil de communication plus qu'une source de revenu "Tiens, et si on créait un T-shirt à l'effigie de l'émission ?". Cette question, tous les podcasteurs ou presque se la sont posée à un stade de leur parcours. Et autant vous le dire tout de suite, peu d'entre eux en ont vendu suffisamment pour compenser sur le plan financier ce qu'ils avaient investi en temps et en énergie dans cette démarche. La remarque vaut d'ailleurs également pour les sous-bocks, badges et autres mugs. Ainsi, une boutique d'objets en lien avec le podcast est rarement une source de revenu complémentaire, mais plus souvent un bon moyen de tisser un lien avec ses auditeurs, de fédérer une communauté et même de toucher un nouveau public via cette forme de publicité indirecte. Loin de nous, donc, l'idée de vous décourager de vous lancer dans cette aventure. Tâchez simplement de modérer vos attentes. Quelques exemples de boutiques sont tout de même parvenues à s'installer durablement dans le sillage des podcasts qui en sont à l'origine. C'est par exemple le cas de celle des Québécois de Distorsion, dont le catalogue va de la casquette au masque en passant par le poster ou la coque de téléphone. Sans oublier leur livre qui, à l'image de celui de leurs confrères de Super Ciné Battle, s'inscrit dans une démarche proche du cercle vertueux : le podcast assure au livre un certain succès auprès de sa communauté d'auditeurs, puis l'ouvrage va dans un second temps toucher un autre public... qui se fera alors un plaisir de découvrir le podcast. Un bel exemple de réussite !
  2. "La statistique est toujours la troisième forme du mensonge", affirmait Jacques Chirac en reprenant à son compte une citation de Mark Twain guère plus positive : "Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les sacrés mensonges et les statistiques". Eh bien autant vous le dire tout de suite, ni le président français ni l'écrivain américain n'étaient des utilisateurs de Podcastics ! Auquel cas leur jugement sévère s'en serait immédiatement trouvé bouleversé. Rien de moins. Le nom Podcastics (Podcast + Analytics) l'illustre parfaitement : dès les premiers pas du projet, nous avons fait de notre module de statistiques une priorité. Pourquoi ? Parce que les chiffres d'écoutes ne sont pas seulement là pour flatter l'ego de ceux qui les consultent. Ils doivent être suffisamment complets pour permettre aux podcasteurs de mieux connaître leurs auditeurs, et si nécessaire d'adapter leur stratégie à leurs habitudes (comme par exemple l'horaire de mise en ligne des épisodes, ou le choix de leurs thématiques). Dans un autre registre, ils se doivent aussi d'être parfaitement précis dans l'éventualité d'un dialogue avec un sponsor. La précision des chiffres, néanmoins, ne fait pas tout. Leur présentation et leur lisibilité importent au moins autant dès lors que vous souhaitez en tirer de réels enseignements. Vous le constaterez donc à l'usage : sur Podcastics, vous disposez d'une grande flexibilité dans la mise en exergue des statistiques qui vous intriguent le plus. Tous les podcasteurs ne sont pas intéressés par les mêmes données. Parfois, les attentes d'un même individu évoluent aussi au fil de sa vie de podcasteur. Pour toutes ces raisons, vous avez la liberté de consulter les données d'ensemble de votre podcast comme celle d'un épisode précis, mais aussi d'examiner plus particulièrement n'importe quelle période : journée, semaine, mois... Selon vos choix, Podcastics fera alors en sorte de vous offrir l'affichage le plus pertinent grâce à : un sélecteur de dates "contextuel" : en fonction de l'épisode choisi, la plage de dates proposée variera de façon à toujours vous offrir un intervalle de date cohérent avec votre sélection. une présentation "intelligente" des écoutes : selon la durée choisie dans le sélecteur de dates, les stats s'afficheront selon une période horaire, journalière ou encore mensuelle. Mais mieux qu'un long discours, vous trouverez dans cet article toute une série de visuels de nature à vous donner un meilleur aperçu des statistiques à la sauce Podcastics. Avec en filigrane une question essentielle : qui sont vos auditeurs et comment écoutent-ils votre podcast ? Une écoute, qu'est-ce que c'est ? Avant d'entrer dans le vif du sujet, il est indispensable de répondre à cette question qui en cache une autre : comment mesure-t-on une écoute ? Sur Podcastics, les statistiques suivent la norme IAB. Pour résumer leur fonctionnement, elles sont basées sur le principe des "lectures", lesquelles représentent un accès à un fichier audio donné. Une écoute est donc enclenchée dès qu'un auditeur accède à l'un de vos fichiers audio, qu'il le fasse via une appli, un lecteur web ou un téléchargement direct. Cependant, afin de générer des statistiques fiables et cohérentes, de nombreux traitements sont appliqués aux écoutes comptabilisées. En voici quelques-uns : les robots et moteurs de recherche sont éliminés, les écoutes depuis un même appareil dans un lieu donné pour un même épisode ne sont comptées qu'une seule fois par tranche de 24 heures, les écoutes ne sont comptabilisées qu'à partir de la première minute téléchargée – même si dans la pratique, ce dernier point n'a pas véritablement de pertinence car la grande majorité des lecteurs audio téléchargent automatiquement plus d'une minute afin de mettre le fichier audio en mémoire. Cette norme IAB permet de générer des statistiques fiables et homogènes. C'est cette norme que les régies publicitaires de podcasts utilisent également afin de comptabiliser les campagnes publicitaires et de rémunérer les éditeurs de podcasts. Les écoutes du podcast Combien de personnes écoutent mon podcast ? C'est bien entendu la question que se pose tout podcasteur débutant, et qui durant plusieurs jours voire semaines l'incitera à rafraîchir frénétiquement sa page de stats pour découvrir avec un sourire aux lèvres que le compteur est bien en mouvement. Si jamais vous faites partie de ceux-là, alors sachez que sur Podcastics les statistiques sont mises à jour toutes les cinq minutes. Un intervalle judicieusement pensé pour que vous puissiez vous accorder un peu de répit entre deux pressions sur la touche F5. Mais puisque nous vous avons promis quelques visuels, attaquons avec la base à savoir les graphs présentant les écoutes. Les écoutes d'un épisode Ce premier visuel appelle deux précisions importantes : la ligne verte correspond à la moyenne des écoutes en fonction de l'unité de temps choisie, en l'occurrence le mois. si l'épisode en question était sorti il y a quelques heures seulement, la présentation des écoutes se serait automatiquement adaptée avec un graph horaire (voir ci-dessous). Pour dire les choses autrement, si Podcastics était installé sur le siège arrière de votre voiture dans les premiers kilomètres d'un départ en vacances, ce n'est certainement pas lui qui vous demanderait "On arrive dans combien de minutes ?". Imaginons maintenant que vous souhaitiez visualiser l'ensemble des écoutes de votre podcast, tous épisodes confondus. Vous disposeriez alors de plusieurs options. Les écoutes de l'ensemble des épisodes Peut-être êtes-vous un brin chagriné par le coup de faiblesse, sur la fin, de ce podcast dont le rythme de publication des épisodes s'est ralenti. Notre courbe du cumul des écoutes vous mettra alors un peu de baume au cœur : Autre façon de voir les choses : le graph présentant les écoutes enregistrées par les différents épisodes du podcast. Enfin, si comme nous vous aimez les classements, vous aurez la possibilité d'identifier en un coup d'œil les épisodes les plus performants que vous avez produits depuis vos débuts : Un moteur de recherche ultra performant Les milliers d'écoutes de vos derniers épisodes ne suffisent pas à vous faire vibrer ? Retournez donc quelques années et centaines d'épisodes en arrière pour constater les progrès que vous avez accomplis depuis ! Tapez un mot-clé présent dans le titre ou même le champ descriptif de l'épisode désiré, et notre moteur de recherche se fera une joie de retrouver à vitesse grand V la perle rare dans votre grenier. La comparaison des démarrages des épisodes Cette série de visuels ne représente bien entendu qu'un aperçu très partiel de ce que Podcastics a dans le ventre. Tenez par exemple : pourquoi patienter plusieurs semaines avant de pouvoir déterminer si votre dernier épisode réalise de meilleures performances que les précédents ? Ne serait-il pas appréciable, dès la première semaine de diffusion, de pouvoir comparer les données dont vous disposez avec celles des anciennes émissions ? Spoiler alert : on veut bien s'en occuper. La courbe en bleue est celle de votre dernier épisode en date, tandis que les deux autres correspondent aux deux précédents. En deux temps trois mouvements, rien ne vous empêche néanmoins d'utiliser notre moteur de recherche pour sélectionner des épisodes antérieurs avec l'ambition d'obtenir une comparaison plus pertinente. Par exemple si votre dernier épisode porte sur un thème précis que, justement, vous avez déjà eu l'occasion d'aborder par le passé. Les jours et heures des écoutes Si l'équipe de Podcastics est très fière de son module de statistiques, elle ne se repose pas sur ses lauriers pour autant. Nos développeurs sont toujours à pied d'œuvre avec l'ambition de vous faciliter la vie, et parfois même de répondre à des besoins dont vous ne soupçonniez même pas l'existence. L'heure est donc venue de vous présenter l'une de nos grandes nouveautés 2020 : la heat map. La heat map : la carte d'activité de votre podcast Vous l'avez compris : Podcastics vous fournit une carte d'activité qui vous permet d'identifier en un coup d'œil les heures les plus actives de la semaine pour votre podcast. Il s'agit aussi d'un excellent moyen de mieux cerner les habitudes de vos auditeurs, et in fine d'adapter la stratégie de lancement de vos épisodes. Vous la trouvez cool cette heat map ? Nous aussi. À tel point qu'on a décidé d'en faire profiter l'élite de nos podcasteurs c'est-à-dire... la totalité des abonnés à Podcastics ! Oui, cette carte diablement pratique est disponible dans l'ensemble de nos offres avec statistiques. Et ce n'est pas tout puisqu'elle s'accompagne de deux autres présentations des jours et heures les plus chauds de votre podcast. Les sources des écoutes Maintenant que vous savez quand vos fans vous écoutent, voulez-vous savoir comment ils vous écoutent ? Mine de rien, en corrélant les deux informations, vous aurez parfois le bonheur de voir apparaître sous vos yeux le visage concentré d'un trentenaire au volant de retour du travail, ou d'une joggeuse aussi matinale qu'essoufflée, tous deux l'oreille tendue vers vos anecdotes, boutades, et autres récits. Le plus instructif des trois hémicycles qui suivent est sans aucun doute le premier, dédié aux appareils d'écoute. Vous constaterez au passage que les usages évoluent très vite. La dernière étude Havas/CSA sur le podcast natif, présentée lors du Paris Podcast Festival 2019, identifiait une écoute majoritairement mobile (60 %), solitaire (76 %) et via un casque (79 %). Bien évidemment, d'un podcast à un autre (et d'un sujet à un autre), ces chiffres oscillent parfois de façon significative. Et puisque nous évoquions deux autres hémicycles, voici ceux consacrés aux plateformes et aux lecteurs : Vous n'avez probablement pas idée du nombre de lecteurs différents qui permettent d'écouter un podcast. Podcastics n'en laisse aucun de côté, quitte à aller fouiller dans les tréfonds du web. Quelle que soit la façon dont un auditeur choisira de lancer l'un de vos épisodes, elle donnera lieu à une écoute. Et si jamais vous n'avez pas envie de vous plonger à corps perdu dans nos ravissants hémicycles, nos analystes vous mâchent le travail en en extrayant la substantifique moelle : La localisation des auditeurs Enfin, parce que c'est toujours un plaisir de découvrir qu'on possède des auditeurs en Malaisie ou en Afrique du Sud, Podcastics cartographie les écoutes de votre podcast sur le plan mondial. On ne va pas vous mentir : dans bien des cas, votre auditoire sera plus dense dans le Cantal ou en Corrèze qu'au Nicaragua. Du coup, histoire que vous ne ratiez pas l'oiseau rare en confondant un bleu très pâle avec un blanc immaculé, cette carte sera systématiquement accompagnée d'une liste complète des pays et des pourcentages d'écoutes qu'ils génèrent, même infimes. Statistiques et bikini, même combat ? Cet article s'était ouvert sur une citation de Jacques Chirac. Refermons-le sur une autre, signée cette fois Aaron Levenstein : "Les statistiques c'est comme le bikini. Ce qu'elles révèlent est suggestif. Ce qu'elles dissimulent est essentiel". Eh bien encore une fois nous avons choisi de donner tort à ce brave Aaron : sur Podcastics nous montrons tout et nous ne cachons rien !
  3. Si l'on met de côté les autres définitions plus pointues, le podcast est une rencontre entre quelqu'un qui a des choses à raconter et quelqu'un qui a le temps et l'envie de l'écouter. Or tous les célibataires de France et de Navarre vous le diront : les rencontres, ce n'est pas toujours simple. Il faut se montrer sous son meilleur jour, aller vers l'autre, apprendre à écouter... En un mot, se distinguer des milliers d'autres Don Juan qui cherchent eux aussi chaussure à leur pied. Eh bien pour un podcasteur, la voie à adopter est – dans les grandes lignes – la même. Se montrer sous son meilleur jour : affiner la qualité de son podcast Vous vous souvenez de ce père de famille, dans le film Gremlins, qui s'efforce tant bien que mal de mener une carrière d'inventeur ? Un brin farfelu, ce personnage à l'imagination débordante conçoit successivement une salle de bain de poche, un casseur d'œufs automatique, un épluche-presse fruits, un exterminateur de mouches rotatif ou encore un cendrier sans fumée. Malheureusement, aucune de ses créations ne rencontre le succès : tantôt parce qu'elles ne s'adressent à aucun public, tantôt en raison de leurs dysfonctionnements, tantôt encore parce qu'elles n'apportent aucune valeur ajoutée. C'est ainsi : il est plus facile de vendre ou promouvoir un bon contenu qu'un mauvais. Le premier avantage d'un bon contenu, c'est que vous ne serez pas le seul en assurer la promotion. Une armée d'auditeurs ravis vous donneront un précieux coup de main en recommandant votre émission à leur entourage, qu'il s'agisse de leur famille, leurs amis ou leurs collègues de travail. Chaque auditeur séduit est donc une victoire. Chacun deviendra au fil du temps l'un de vos ambassadeurs. Sur ce plan, toutes les études sont formelles : le bouche-à-oreille constitue l'une des passerelles les plus efficaces vers un podcast. Jetez par exemple un œil à cet extrait très instructif de l'étude Havas/CSA présentée lors du Paris Podcast Festival : Le bouche-à-oreille, c'est une publicité gratuite et diablement efficace. Mais pour en bénéficier, vous ne pourrez pas vous tourner les pouces pour autant. Il vous faudra en effet vous acquitter de la principale mission que se fixe tout podcasteur débutant : produire un contenu de qualité, tant sur la forme que le fond. Cet objectif ambitieux va requérir de votre part un investissement en temps, en énergie et même en argent. Il est bien sûr tout à fait possible de concevoir un podcast sans bourse délier, mais dans bien des cas vous économiserez en temps et en énergie ce que vous investirez sur le plan financier. Une forme impeccable Prenons un exemple très simple : la qualité du son. Il s'agit d'un élément absolument essentiel. Vous êtes vous-même auditeur de podcasts. Appuyez-vous donc sur votre propre expérience : parmi toutes les émissions que vous écoutez fidèlement, combien sont sujettes à des bruits de fond intempestif ou à un écho de salle de bain ? Si vous manifestez un minimum d'égards à l'attention de vos tympans, la réponse est limpide : aucune. Peut-être êtes-vous tombé, en flânant sur votre appli de lecteur favorite, sur des podcasts à la qualité sonore inférieure à celle de vos appels téléphoniques. Oui mais voilà, vous n'avez pas tendu l'oreille plus de quelques dizaines de secondes. Le fond des échanges se serait peut-être avéré passionnant si vous aviez persisté quelques minutes de plus, mais comme une large majorité des auditeurs, vous n'avez pas souhaité laisser sa chance à cette émission. Ou plutôt, devrait-on dire, le créateur de ce podcast ne s'est pas donné la chance de vous convaincre. Ne commettez pas la même erreur ! Si chaque détail compte pour séduire un nouvel auditeur, une qualité sonore irréprochable se situe tout en haut de la liste. Choisissez avec soin l'environnement dans lequel vous enregistrez et surtout, offrez-vous un micro digne de ce nom. Contrairement à une idée répandue, il n'est pas nécessaire de débourser plusieurs centaines d'euros pour faire l'acquisition d'un matériel performant. Vous trouverez dans notre article sur les micros de podcasts de nombreuses astuces et recommandations pour vous accompagner dans la quête de l'oiseau rare. Mais contrairement à ce qu'on pourrait imaginer, la qualité d'un podcast ne fait pas seulement appel au sens de l'ouïe. Pour séduire un public plus large, il va aussi vous falloir taper dans l'œil des auditeurs potentiels. Comment ? Tout simplement en imaginant une jaquette qui attirera le regard et attisera la curiosité. Bien souvent, le premier contact qu'aura l'internaute avec votre podcast ne sera pas auditif mais bien visuel. C'est votre jaquette (ou couverture) qui l'incitera à s'attarder sur la description de votre émission, et pourquoi pas ensuite à lancer l'écoute d'un épisode. Tâchez donc non seulement de laisser libre cours à votre créativité, mais aussi et surtout de retranscrire par l'image l'identité que vous entendez donner à votre podcast. Style, couleurs, typographie : ne laissez rien au hasard ! Un fond original Vous vous en doutez : vous aurez plus de facilité à conquérir des auditeurs avec un contenu qui sort des sentiers battus plutôt qu'une vieille rengaine entendue partout. Prenons un exemple tout simple tiré des événements du printemps 2020 : un podcast sur le confinement c'est bien, quinze ou trente ça devient vite barbant. Alors bien sûr, il existe d'autres façons de se démarquer que le seul choix du sujet. Des dizaines d'émissions parviennent à parler cinéma, séries TV ou sport sans pour autant tourner en rond ou se marcher sur les pieds. Mais si vous voulez faire partie du haut du panier, ou autrement dit des quelques-unes qui peuvent se targuer d'un public large, il va vous falloir trouver le petit plus qui fait la différence : un ton unique, un concept détonant, des intervenants passionnants... Si ce challenge ne vous effraie pas, alors prenez le temps de réaliser une rapide "étude de marché" et d'identifier les émissions qui occupent un terrain similaire au vôtre. Cette démarche aura pour premier résultat de vous éviter un écueil malheureusement trop fréquent : choisir un nom de podcast qui existe déjà, ou reproduire à l'identique un concept déjà éprouvé. Profitez-en pour écouter un peu ces émissions cousines de la vôtre. Que font-elles de bien ou de mal ? Pourquoi certaines sont massivement suivies sur Twitter tandis que d'autres peinent à tisser un lieu avec leur auditoire ? Des réponses à ces questions dépendra peut-être votre propre stratégie de lancement. Si en revanche vous avez porté votre dévolu sur un thème de niche, alors votre tâche sera paradoxalement plus simple. La quête d'un concept fort, d'abord, deviendra d'emblée moins essentielle. Les catégories et sous-catégories des plateformes de diffusion, au premier rang desquelles Apple Podcasts, seront ensuite plus accueillantes que celles que trustent déjà les replays des émissions de radio. Ou en tout cas, leurs premières places vous seront plus accessibles du simple fait d'une concurrence réduite. Avec toutes les conséquences que vous pouvez imaginer en terme de visibilité. Contrairement à ce qu'on pourrait penser, le choix d'un thème de niche ne représente donc pas un facteur limitant pour la croissance de votre auditoire. Comme diraient Arnold et Willy, il faut de tout pour faire un monde. En fouinant dans votre appli de podcasts favorites, vous constaterez qu'il existe des émissions à succès sur à peu près tous les sujets : la bière, le vin, les équipes de foot US, la pâtisserie, les notaires... Alors bien sûr, seuls les initiés prêtent dans un premier temps l'oreille. Quelques efforts d'imagination et de constance peuvent néanmoins permettre de toucher d'autres profils d'auditeurs. Prenez l'exemple du podcast Passion Médiévistes, qui se propose comme son nom l'indique de faire raconter le Moyen-Âge par ceux qui l'étudient. Depuis avril 2017, Fanny s'entretient de façon régulière avec de jeunes médiévistes, en master ou en thèse, qui y trouvent l'occasion de présenter leurs sujets de recherche. Tous les férus d'histoire ne sont pas portés sur cette période bien précise, et quand bien même ils le seraient, tous n'écoutent pas assidûment des podcasts qui traitent du sujet. Et pourtant, Passion Médiévistes génère chaque mois des milliers d'écoutes. Comme pour d'autres podcasts, cette réussite découle de plusieurs facteurs plus ou moins tangibles : un rythme de publication régulier et respecté, des intervenants pertinents, des apparitions croisées dans d'autres podcasts... Mieux, Fanny a au fil du temps eu l'idée de diversifier son sujet et ses angles d'attaque : avec Passion Modernistes qui propose cette fois des interviews de jeunes historiens travaillant sur l'histoire moderne, avec Vies de Médiévaux dont chaque épisode se lance à la découverte d'un individu médiéval qui mériterait d'être plus connu, et même avec Super Joute Royale qui classe en toute subjectivité les rois de France siècle par siècle. Sa stratégie a sans aucun doute contribué à séduire de nouveaux auditeurs au-delà de la communauté des universitaires et des passionnés d'histoire. Et même si cet exemple un peu particulier n'est pas forcément déclinable pour tous les sujets, gardez toujours à l'esprit qu'un podcast qui ronronne est un podcast qui stagne. Soyez imaginatifs, créatifs, originaux et surtout, ne lâchez rien ! Optimiser le référencement de votre podcast Si vos auditeurs réguliers vous écouteront certainement grâce à leur application de podcasts favorite sur leur smartphone, il en est tout autrement pour ceux qui ne vous connaissent pas encore. En effet, la découverte d'un podcast, outre le bouche-à-oreille mentionné ci-dessus, s'effectue bien souvent le plus simplement du monde sur le web, grâce à notre ami commun : Google (remplacez ce nom par votre moteur de recherche favori). Oui, la recherche sur Internet est pour vous un vivier inestimable de nouveaux auditeurs ! Il existe donc des éléments pour votre podcast à ne négliger sous aucun prétexte : le nom de votre podcast, les titres de ses épisodes et leurs textes de présentation. Et oui, pour maximiser ses chances de se faire remarquer, il faut aussi manier la plume avec intelligence ! L'optimisation de votre podcast pour son référencement sur Internet est essentielle, et il vous faut donc penser « SEO » (Search Engine Optimisation), c'est-à-dire en une phrase : truffer les textes de votre podcast des mots-clés qui concernent la thématique que vous abordez. Voici quelques conseils tirés de nos articles dédiés à ces questions : le nom du podcast : essayez de trouver un équilibre entre créativité et efficacité. Un nom original, créatif ou drôle (par exemple un jeu de mots) aura parfois pour avantage de faciliter la création d'un lien affectif avec l'auditeur. Il constitue la voie privilégiée par de nombreux podcasteurs. Ne vous lancez cependant pas à corps perdu sur ce chemin sans y avoir bien réfléchi au préalable. De prime abord moins fun et séduisante, l'option d'un nom plus terre-à-terre aura pour atout d'obtenir de bien meilleurs résultats dans les champs de recherche de Google ou Apple Podcasts. les titres des épisodes : là encore, allez droit au but ! Vos titres doivent d'une part donner une information claire et précise sur le contenu des épisodes, d'autre part favoriser leur bon référencement (et in fine optimiser les chances qu'un auditeur a de tomber sur vous). Dans cette optique, bannissez les titres à rallonge (dont la seconde partie disparaîtra sur certaines pages au profit de simples pointillés) ou essayez de placer les termes les plus importants au début. les fiches de présentation : c'est dans cette partie que vous devez renseigner le maximum d'informations sur la thématique de votre podcast. Pensez aux mots-clés que vos auditeurs potentiels peuvent vouloir rechercher sur le web. Déclinez-les dans des phrases bien construites, qui présentent de manière exhaustive tous les thèmes abordés par votre podcast. De même, citez-vous dans vos épisodes des marques, des personnalités, des événements ou des ouvrages tels que des livres ou des films ? Alors prenez bien le temps de les mentionner dans vos descriptions : cela multipliera les chances qu'un internaute vous trouve dans les méandres de la jungle Internet. Si la plupart des podcasteurs prennent le temps de réfléchir aux titres de leurs épisodes, ces textes de présentation sont eux parfois négligés. Il s'agit d'une véritable erreur au regard de leur impact en termes de référencement. Combien d'auditeurs ont découvert leur podcast favori grâce à un mot-clé ou un tag savamment inséré ? Bien plus que vous ne l'imaginez ! Et lorsque vous aurez achevé ce délicat travail de fourmi, Podcastics vous aidera alors grandement : sur le site Internet qui est automatiquement généré pour votre podcast, toutes les informations que vous aurez renseignées sont mises en forme pour être optimisées au maximum pour les moteurs de recherche. Podcastics sera votre meilleur allié pour faire découvrir votre podcast au plus grand nombre. Aller vers l'autre : faciliter la découverte de votre podcast Vous voilà titulaire d'un podcast à la forme impeccable, au fond original, au rythme de publication réglé comme du papier à musique, aux séquences d'intro/outro soignées... Oui mais voilà, le public n'est pas encore tout à fait au rendez-vous. Ou en tout cas pas autant que vous l'espériez avant de vous lancer. Ne vous découragez pas : vous avez fait le plus dur (atteindre un certain niveau de qualité) et il va maintenant falloir passer à la phase 2 de votre plan de conquête du monde. Vous en avez peut-être fait l'expérience durant le confinement : on rencontre beaucoup moins de monde en restant chez soi. Il va donc falloir aller chercher les auditeurs potentiels partout où ils se cachent : sur les plateformes de diffusion ou les réseaux sociaux, dans les groupes de discussion ou les autres podcasts... Et pour parvenir à tisser ce lien si précieux entre un podcasteur consciencieux et un auditeur conquis, vous disposez de plusieurs outils parfaitement complémentaires. N'en négligez aucun ! Être présent sur toutes les plateformes de diffusion Avec Podcastics, vous pouvez distribuer simplement et rapidement votre podcast sur toutes les plateformes d'écoute : Apple Podcasts, Google Podcasts, Spotify, Deezer, Stitcher, TuneIn. Cette diversité est aussi une nécessité. Demander à un auditeur potentiel de changer de plateforme favorite pour avoir la possibilité de vous écouter est un non-sens total. La découverte de votre émission doit requérir un minimum d'efforts, voire aucun. Il vous faut donc être partout, et bien sûr ne pas manquer de le faire savoir à votre auditoire. Votre mission ne s'arrête pas là. Être disponible partout est une chose, être visible partout en est une autre. Sur les plateformes les plus utilisées, Apple Podcasts par exemple, il existe des classements de podcasts par catégories. Ces classements sont générés par des algorithmes qui restent secrets, mais qui sont apparemment influencés par un critère majeur : les avis des utilisateurs, et l'intervalle de temps durant lequel ils ont été rédigés (c'est-à-dire que plus un podcast recevra de notes maximales dans un laps de temps court, meilleur sera son classement). Aussi, pour maximiser vos chances d'apparaître dans ces classements, n'hésitez pas à inciter vos auditeurs (par exemple à la fin de vos épisodes) à attribuer à votre podcast, sur leur application d'écoute préférée, une note de cinq étoiles couplée à un commentaire positif. Et puisque ces classements s'appuient sur des catégories, réfléchissez bien au domaine dans lequel vous souhaitez "concourir". Comme expliqué plus haut, certaines catégories et sous-catégories (au hasard, Culture et Société) font la part belle à des replays d'émissions de radio très populaires. Si votre thème central s'y prête, prenez soin de vous attarder sur d'autres sous-catégories de prime abord un peu plus confidentielles, mais surtout beaucoup moins concurrentielles. Rien ne vous empêchera de toute façon de déménager plus tard : ces catégories peuvent être modifiées à tout moment en toute liberté. Être actif sur les réseaux sociaux Les réseaux sociaux constituent l'un des principaux vecteurs de croissance sur lesquels s'appuyer. Le public des podcasts est à la fois jeune et sur-connecté. C'est en tout cas le constat dressé par les auteurs de l'étude Havas-CSA présentée lors de l'édition 2019 du Paris Podcast Festival. Jugez plutôt à travers cet extrait de leur portrait-robot des auditeurs de podcasts : Autre statistique intéressante : 90 % des podcasts réalisent 90 % de leurs écoutes dans les quatre jours qui suivent leur mise en ligne. À la lumière de ce chiffre, il est essentiel de toucher rapidement le public le plus large possible. Votre présence sur les principaux réseaux sociaux vous permettra donc non seulement de teaser la sortie d'un prochain épisode, par exemple avec 24 heures d'avance, mais aussi et surtout de le repartager plusieurs fois dans les jours qui suivent. Et puis tant que vous y êtes, faites-le également à chaque fois qu'une bonne occasion se présente. Comme par exemple lorsque son thème central revient pour une raison ou une autre dans l'actualité. Si l'on devait se risquer à établir un classement des réseaux à rejoindre en priorité, il serait sans doute celui-ci : Twitter puis Instagram et enfin Facebook. Twitter, d'abord, est le repaire d'une majorité des podcasteurs. Notre premier conseil à votre attention sera donc de vous abonner à un maximum de comptes liés de près ou de loin à votre thématique ou votre univers. En procédant de la sorte, vous constaterez que la réciprocité est souvent de mise : les personnes concernées vous suivront à leur tour, et cette réserve de followers deviendra un atout supplémentaire dans votre manche lors de l'annonce d'un nouvel épisode. De plus en plus de podcasteurs sont également présents sur Instagram. Cette popularité croissante du réseau incite à lui accorder de l'importance, mais probablement pour un autre type d'usage davantage axé sur le visuel. Pourquoi pas, par exemple, ouvrir les coulisses de vos enregistrements à vos auditeurs à travers quelques photos ? Facebook, enfin, représente souvent un challenge plus ardu pour un podcasteur : difficile d'y rallier en nombre des followers qui ne seraient pas forcément issus de votre entourage, en tout cas sans passer à la caisse. Si en revanche vous êtes prêt à débourser quelques dizaines d'euros pour accélérer votre croissance, la publicité ciblée (par tranches d'âge et centres d'intérêt) de vos publications peut constituer une option intéressante. Autre usage intéressant : rejoindre un ou plusieurs groupes d'entraide de podcasteurs, comme par exemple celui qu'anime la communauté Podcastéo. Enfin, quels que soient les réseaux sur lesquels vous jetez votre dévolu, gardez à l'esprit que le recours à l'image voire à la vidéo y aura toujours plus d'impact qu'un simple texte. En la matière, les outils pour vous faciliter la vie ne manquent pas. On vous en recommande deux parmi d'autres : Quozio qui permet de mettre en image une citation issue de votre dernier épisode ; et surtout Headliner qui a les faveurs de l'équipe de Podcastics pour la création de clips vidéo permettant de mettre en avant de courts extraits de vos émissions. Une stratégie très efficace pour convaincre l'internaute de passage de télécharger votre dernière production ! Être actif au sein de la communauté des podcasteurs Au risque de vous surprendre, personne n'écoute plus de podcasts que les podcasteurs eux-mêmes. Mieux, personne ne parle davantage de podcasts que les podcasteurs. Votre premier public, après peut-être quelques-uns de vos proches, sera donc bien souvent constitué de podcasteurs. Et pour l'élargir rapidement, on ne pourra vous donner meilleur conseil que d'inviter ponctuellement l'un de ces confrères passionnés. Un collègue podcasteur, idéalement spécialiste d'un sujet proche du vôtre, constitue un excellent invité à plusieurs titres : il est déjà équipé d'un bon matériel, vous n'aurez pas besoin de le briefer sur le plan de la technique ou du choix de son environnement... et surtout il possède lui-même une communauté d'auditeurs qui se feront un plaisir de découvrir votre émission à la faveur de cette rencontre. Il vous appartiendra alors de capitaliser sur ce coup de boost : en encourageant votre partenaire à partager l'épisode sur ses propres réseaux (il le fera bien souvent de lui-même) ; en le taguant dans vos posts relatifs à cette émission ; et à plus long terme, en n'hésitant pas à rebondir sur les actualités importantes de votre ami podcasteur en partageant à nouveau votre épisode commun. La démarche n'est bien évidemment pas à sens unique. Participez vous-même à la vie d'autres podcasts en réagissant à leurs actus, voire en vous proposant comme futur invité. Allez donc demander à Patrice de Binouze USA combien d'apparitions il a effectuées dans d'autres podcasts que le sien ! Ce n'est pas pour rien que son émission fait aujourd'hui partie des plus suivies sur Twitter. Plus globalement, impliquez-vous dans la vie de la communauté : faites-vous connaître auprès du mini mag Le Pod, assistez aux apéros Podcastéo et aux grands événements sur le thème du podcast (Podrennes, le Paris Podcast Festival...)... Et surtout, n'ayez pas peur en chaque occasion de parler un peu de votre émission et d'en vanter les mérites. Si besoin, confectionnez quelques flyers ou goodies pour accompagner votre propos. L'équipe de Podcastics avait été très impressionnée, sur le Pod Village du Salon de la Radio, par la ribambelle d'objets imaginés par Cyrille pour promouvoir son podcast Mes disques à moi. Et ce petit souvenir toujours intact plusieurs mois plus tard, c'est bien la preuve que ça marche ! Enfin, et c'est sans doute par là qu'il vous faut commencer, prenez le temps de référencer votre podcast dans les annuaires spécialisés. Pour vous faciliter la vie, nous vous avons compilés les principaux dans l'article sur les annuaires de podcasts. Spammer les journalistes spécialisés : la fausse bonne idée Cet article a débuté avec une analogie sur les rencontres. Revenons-y un instant. Sur un site de rencontres, toutes vos approches ne portent pas leurs fruits. Rassurez-vous, vous n'êtes pas seul dans ce cas. Mais face à un échec, il y a ceux qui passent à autre chose et ceux qui reviennent à la charge trois, cinq ou dix fois. Ne soyez pas de ceux là. Si vous avez la conviction que votre podcast apporte une plus-value significative dans son domaine, il n'est aucunement interdit de contacter sur Twitter ou LinkedIn (préférez ces réseaux aux mails !) un journaliste susceptible de s'intéresser à votre thématique. Usez simplement de cette possibilité avec soin et parcimonie : les individus que vous avez en face de vous reçoivent parfois plusieurs centaines de messages par jour. Ciblez donc parfaitement votre interlocuteur et n'insistez pas durant plusieurs semaines si vous n'obtenez pas de réponse. Vous trouverez dans le fil Twitter ci-dessous bien d'autres précieux conseils en la matière. Créer une vraie vitrine avec un site web et/ou une bande-annonce Un site web est un outil essentiel de promotion d'un podcast, surtout si vous accordez un soin particulier aux champs de description de vos épisodes. Inutile de vous rabâcher l'importance du SEO, des mots-clés et de tout le reste. Notez simplement que Podcastics se propose de créer pour vous un site web complet, aux fonctions sociales avancées et dont l'animation ne nécessitera de votre part aucun bagage technique. Vous trouverez dans notre article consacré au site web de votre podcast toutes les infos de base à propos de cet outil absolument idéal pour faciliter vos échanges avec vos auditeurs. Pourquoi ne pas ajouter à votre arsenal une bande-annonce bien léchée ? Rien de mieux qu'un bon trailer pour vous donner envie de regarder un film ou une série TV ? Eh bien pour un podcast c'est exactement la même chose ! L'internaute qui tombera par hasard sur le lecteur d'un de vos épisodes n'aura que rarement la motivation d'appuyer sur Play. S'il s'agit en revanche d'un condensé d'une ou deux minutes, nul doute qu'il se laissera plus facilement tenter. Reste à vous assurer que la substantifique moelle de votre podcast y est bien réunie. Son de qualité, intro succincte, synopsis clair et extraits percutants : voilà votre cahier des charges. Si vous avez un hébergeur compétent 😉 cette bande-annonce apparaîtra au sommet de la page de votre podcast sur toutes les plateformes d'écoute ! Apprendre à écouter : identifier les attentes des auditeurs Bien connaître ses auditeurs actuels est sans doute la meilleure façon de cerner ceux qui les rejoindront à l'avenir. N'allez pas jusqu'à établir des petites fiches répertoriant leurs adresses, leurs loisirs et leurs préférences sexuelles. En revanche, tenir compte de leurs avis et recommandations sera rarement une mauvaise idée. Certains podcasts vont même jusqu'à impliquer indirectement leur auditoire dans le contenu de leurs émissions. Étudier les statistiques de votre podcast Les statistiques de votre podcast ne doivent pas seulement être un prétexte à fierté ou frustration. Ne les consultez pas seulement pour vous remonter le moral, vous la péter auprès de vos collègues ou au contraire vous lamenter sur votre sort en vidant une bouteille de rosé. Vos statistiques, si vous les utilisez à bon escient, ont le potentiel de vous guider dans certains de vos choix tels que la durée et les thèmes de vos épisodes. Quand et comment vos auditeurs vous écoutent-ils ? Le matin sur le trajet du travail avec des écouteurs vissés dans les oreilles, ou le soir sur l'oreiller en en faisant profiter leur conjoint ? Quels sujets obtiennent les meilleurs résultats ? Vos lancements sont-ils de nature à insuffler une bonne dynamique pour la suite de la vie de vos épisodes ? Vous trouverez dans notre article consacré aux statistiques des podcasts un premier aperçu de ce que Podcastics a dans le ventre en termes de stats. Vous y avez jeté un œil ? Nous attirons votre attention sur deux outils parmi d'autres : le comparatif des démarrages de vos épisodes. Pour rappel, 90 % des podcasts réalisent 90 % de leurs écoutes dans les quatre jours qui suivent leur mise en ligne. Il est donc essentiel de toucher rapidement le public le plus large possible. Si votre dernier épisode démarre mollement, il y a fort à parier qu'il ne trouvera pas un second souffle miraculeux plusieurs jours voire semaines plus tard. Soyez attentif à cet outil de comparaison et adaptez en fonction votre stratégie de lancement, comme par exemple en mettant le paquet sur les réseaux sociaux durant cette courte mais précieuse fenêtre. la heat map. Cette carte d'activité de votre podcast vous permet d'identifier en un coup d'œil les heures les plus actives de la semaine pour votre podcast. Et comme nous y avons aussi glissé les jours et heures de publication des épisodes en guise de points de repères, vous saurez rapidement et facilement si certains moments de la semaine sont plus propices que d'autres. Libre à vous ensuite d'en tenir compte ou non. Sonder ses auditeurs et les impliquer davantage Un auditeur impliqué émotionnellement est d'abord un auditeur qui reste à vos côtés. Il s'agit aussi d'un auditeur qui sera plus enclin à parler de votre podcast autour de lui. Commencez, quand c'est possible et que plusieurs voix vont dans le même sens, par tenir compte de leurs recommandations. Il n'est pas rare que certains écueils échappent au premier concerné, à savoir le podcasteur lui-même. Si plusieurs auditeurs remontent le même problème, que ce soit sur le fond ou la forme, alors il ne s'agit probablement pas d'une affabulation. Si d'aventure vos épisodes ne suscitent pas beaucoup de réactions, n'hésitez pas à prendre les devants et à sonder vos auditeurs sur les réseaux sociaux. Ne partez pas seulement à la pêche aux compliments, mais faites leur bien comprendre que vous êtes à l'écoute de leurs éventuelles critiques. Enfin, prenez le temps à la fin de certains de vos épisodes de remercier nommément les auditeurs qui vous ont donné un coup de pouce d'une manière ou d'une autre. Les Canadiens de Distorsion, par exemple, citent systématiquement l'un des auteurs d'un commentaire cinq étoiles sur Apple Podcasts. Autre démarche intéressante de leur part : une "tournée de bières" qui permet à un auditeur d'accompagner sa contribution via Patreon d'une recommandation de breuvage, laquelle fera l'objet d'une courte discussion au micro. Dans un autre registre, les podcasts à succès 2 Heures de Perdues et Super Ciné Battle sont parvenus à organiser un dialogue actif avec leurs auditeurs : le premier en s'appuyant sur leurs propositions de films (via un commentaire cinq étoiles) pour choisir les thèmes de leurs émissions, le second en les invitant à envoyer par mail des listes de films qui sont ensuite débattues. Être attentif aux retours des communautés liées au thème du podcast Vous lancez un podcast sur le violon ? Faites la liste de tous les forums et groupes Facebook de violonistes, puis allez parler de votre podcast dans chacun en sollicitant explicitement leurs avis et critiques. Si l'un de vos épisodes traite du violon à travers les âges, renouvelez l'opération avec les communautés d'historiens. Si le sujet d'un autre est la place du violon dans la musique indienne, faites de même auprès des passionnés de cette culture. Cette démarche proactive aura pour premier effet de vous offrir de précieuses remarques sur votre façon d'aborder ces sujets. Mais surtout, au même titre que l'invitation ponctuelle d'invités compétents et reconnus, elle vous permettra de toucher à chaque fois un nouveau public qui sans cela n'aurait jamais eu vent de l'existence de votre émission. Et bien évidemment, la remarque vaut pour toutes les thématiques de podcast. Ne vous sentez pas obligé de lancer une émission sur le violon ou la flûte traversière si vous n'êtes pas un fervent mélomane 😅 Vers des épisodes plus courts et plus fréquents ? On ne le soulignera jamais assez : vous êtes totalement libre de choisir la durée de vos épisodes. La liberté est l'essence même du podcast. Rien ne vous empêche de publier des épisodes de trois minutes et d'autres de quatre heures, tout comme vous avez parfaitement le droit d'adapter votre rythme de publication à votre propre quotidien avant de songer à celui de vos auditeurs. Pour autant, votre intérêt est de produire des émissions qui vont être écoutées du début à la fin. Elles doivent donc parfaitement s'insérer dans le quotidien et les habitudes de vos auditeurs. Et pour maximiser leurs chances d'y parvenir, il ressort de plusieurs études qu'il vaut mieux miser sur une durée inférieure à une heure. L'excellente étude Havas/CSA déjà mentionnée situe même la durée idéale sous les 30 minutes : L'autre avantage que vous trouverez à raccourcir vos épisodes sera, bien souvent, de vous ouvrir la possibilité de les publier sur un rythme plus soutenu. Nul besoin de s'être vu décerner la médaille Fields pour se rendre compte qu'un épisode plus court nécessite moins de montage et donc un investissement en temps réduit. Rien ne vous empêche non plus de vous organiser pour qu'une même session d'enregistrement accouche d'une série de plusieurs épisodes. Dans tous les cas, notez bien qu'il n'existe aucune solution plus efficace pour multiplier ses écoutes que de proposer davantage d'épisodes à ses auditeurs. À ce titre, un podcast quotidien aura toujours plus de chances de fidéliser son public qu'un podcast hebdomadaire ou à plus forte raison bimensuel. Expérimentez, inventez, écoutez et surtout... accrochez-vous ! Vous le voyez, il n'existe pas de recette miracle pour développer son audience. Y parvenir est le fruit d'une addition de petits gestes et d'efforts constants. Testez quelques-unes des méthodes conseillées dans cet article, mais surtout soyez un observateur attentif du monde des podcasts. Pourquoi certaines émissions rallient-elles chaque semaine des milliers d'auditeurs ? Que font-elles mieux que vous ? Inspirez-vous de leurs bonnes pratiques pour tracez votre propre route, tout en gardant toujours à l'esprit les qualités d'un bon podcasteur : inventivité, constance, abnégation... Une façon de vous rappeler, aussi, que le développement d'une audience n'est pas une affaire de jours mais s'inscrit bien souvent dans la durée. Bonne chance !
  4. Qualité d'enregistrement : les trois grands facteurs Quand vous enregistrez en solo à la maison, ou entre amis dans la même pièce, vous n'avez que deux grands éléments à prendre en compte pour soigner la qualité du son de votre podcast : le matériel (en particulier le micro de votre podcast) et votre environnement. Enregistrer dans une grande pièce ne sera jamais une riche idée. Enregistrer avec la fenêtre ouverte ou à proximité d'un frigo non plus. Mais lorsque vous enregistrez à plusieurs et à distance, ces problématiques se multiplient. Chaque intervenant se doit ainsi se choisir soigneusement son micro et son environnement. Une situation plus facile à aborder dans le cas d'un podcast de bande que pour l'interview d'un invité. Chacun en conviendra : il est plus aisé de formuler des exigences ou des recommandations à un ami qui interviendra à plusieurs reprises dans votre émission qu'à une lointaine connaissance qui se limitera à une apparition ponctuelle. Quoiqu'il en soit, tâchez toujours de garder en tête quelques lignes directrices : en terme de qualité de son, le micro tiendra toujours un rôle plus important que le logiciel auquel vous aurez recours pour mener la conversation. Si nécessaire et si possible, n'hésitez pas à fournir un micro correct à votre invité. si cette dernière option n'est pas envisageable, sachez que l'utilisation d'un smartphone produit souvent un meilleur résultat qu'un micro bas de gamme sur ordinateur. et puisque l'environnement choisi par votre invité a lui aussi son importance, prenez le temps de lui recommander une pièce adaptée (pas trop grande et sans source de bruit parasite). Enfin, un troisième élément se doit absolument d'être pris en compte dans le cas d'un enregistrement à distance : la qualité de la connexion internet. Il n'existe pas de solution miracle si l'un de vos invités jouit d'un débit limité. Mais que vous soyez abonné à la fibre ou non, efforcez-vous toujours de vous connecter en filaire plutôt qu'en wifi. Si possible, suggérez aussi gentiment à votre conjoint(e) de décaler sa session Netflix ou le visionnage de ce formidable documentaire animalier en 4K. Enregistrer sa propre source : la solution la plus satisfaisante Il ne s'agit pas de la solution de facilité, mais bien de l'option à privilégier si vous souhaitez une qualité de son irréprochable. Alors bien sûr, elle peut sembler compliquée à imposer à un invité que vous avez l'intention d'interviewer. Néanmoins, dans le cas d'un podcast de bande, c'est bien la voie à examiner en priorité avant de vous orienter si nécessaire vers d'autres options plus confortables mais moins qualitatives. Comment procéder ? Demandez à chacun de vos intervenants de télécharger un logiciel d'enregistrement. Il s'agira de préférence du même que le vôtre (histoire de les aiguiller plus facilement) mais ce n'est pas indispensable. Audacity pour sa gratuité, GarageBand pour les accrocs du Mac, Hindenburg pour les plus exigeants : les options ne manquent pas. Une fois le logiciel choisi, chacun des intervenants aura pour mission d'enregistrer lui-même le son capté par son propre micro. Il s'agit d'une vraie responsabilité. Nul n'est à l'abri d'un couac technique et durant la conversation, chacun devra donc garder régulièrement un œil sur le logiciel pour s'assurer que l'enregistrement se déroule sans encombre. Mais ne stressez pas trop pour autant : dans une très large majorité de cas (en tout cas dans ceux où vous aurez pris soin de briefer vos compères), ce processus sera fluide et sans encombre. Une fois la phase d'enregistrement terminée, chacun devra sauvegarder sa piste puis l'exporter sous un même format (de préférence WAV). Il ne vous restera alors plus qu'à avoir recours un logiciel de transfert de fichiers, comme Dropbox par exemple, pour récupérer l'ensemble des pistes et avoir la possibilité de les réunir dans un même fichier. Peut-être constaterez-vous un léger décalage entre les interventions (pas toujours facile d'appuyer en même temps sur le bouton), mais cet écueil anecdotique pourra être corrigé en un ou deux clics. Les alternatives : tour d'horizon des logiciels d'enregistrement à distance Vous comptez faire appel à un ou plusieurs invités, mais vous ne vous imaginez pas leur imposer le téléchargement d'un logiciel ou toute autre contrainte. Aucun souci : plusieurs plateformes disposent de solides atouts pour vous simplifier la vie. Squadcast : un outil pensé et conçu spécifiquement pour le podcast à distance Squadcast se caractérise par sa grande facilité d'utilisation. L'animateur y organise sa session en quelques clics, puis obtient un lien qu'il peut ensuite transmettre à ses invités. Autrement dit, aucun logiciel n'est requis et tout le processus se déroule via le seul navigateur web. Les intervenants ne doivent s'inscrire nulle part : ils accèdent à la conversation grâce au lien partagé. La suite ? Squadcast enregistre chaque participant sur des pistes séparées qui sont automatiquement sauvegardées sur le cloud. Une fois la session terminée, l'animateur télécharge chacun des fichiers dans le format de son choix : WAV ou MP3. Et n'y allons pas par quatre chemins : la qualité audio est très satisfaisante. Voilà pour les points positifs. Y en a-t-il des négatifs ? Quelques-uns, mais rien de rédhibitoire dans une majorité de cas : les sessions avec Squadcast sont limitées à un animateur et trois invités, soit un maximum de quatre intervenants ; la plateforme ne propose pas d'enregistrement vidéo ; elle est compatible avec la plupart des navigateurs web à l'exception notable de Safari ; et si elle peut fonctionner avec des appels sur un smartphone Android, impossible de l'utiliser avec un iPhone. Et puis bien sûr, une expérience de cette qualité n'est pas gratuite (à l'exception des sept premiers jours d'essai). Le montant de la première formule est fixé à 9 $ par mois. À ce prix, vous serez limité à deux heures d'enregistrement sur la période. Pour faire sauter cette barrière, il vous faudra investir un peu plus : 17 $ par mois pour cinq heures d'enregistrement, ou 38 $ pour douze. Zencastr : une solution vraiment gratuite Comme Squadcast, Zencastr se charge d'enregistrer les pistes de chaque intervenant et vous offre la possibilité de les récupérer sur Dropbox ou Google Drive. Pour le reste la plateforme n'est pas exempte de lenteurs passagères, mais ses bugs épisodiques (avec à la clé parfois la disparition des précieux fichiers) ne semblent plus d'actualité. Dans quel cas devez-vous la préférer à Squadcast ou d'autres ? Principalement lorsque vous faites de la gratuité l'argument massue. Sans bourse délier, vous pourrez converser en compagnie de deux invités maximum et enregistrer jusqu'à huit heures par mois. Pour faire sauter ces limitations, il faudra passer à la caisse à hauteur de 20 $ par mois. À ce prix, vous aurez même le privilège d'obtenir des fichiers WAV et non plus MP3. Si vous lisez cet article avant juillet 2020, notez que Zencastr a décidé à l'occasion du confinement d'offrir gratuitement cette formule sans limite à tous ses utilisateurs. Zoom.us : le petit plus de la vidéoconférence Zoom n'a pas été conçu pour du podcast mais avec l'ambition de faciliter des réunions à distance. Sa formule gratuite ne propose d'ailleurs pas d'option d'enregistrement des fichiers audio. La plateforme constitue néanmoins une alternative intéressante aux yeux de ceux pour qui le live vidéo représente une priorité (au même titre que StreamYard soit dit en passant). Comme les solutions évoquées précédemment, Zoom ne requiert pas le téléchargement d'un logiciel mais s'appuie sur la transmission d'un lien. Chaque intervenant bénéficie alors d'un enregistrement individuel de sa piste, laquelle est ensuite accessible via le cloud par l'animateur. Pour terminer ce tour d'horizon des points positifs, notez aussi que Zoom fonctionne sur smartphone. Côté son, le rendu n'est pas toujours irréprochable avec les réglages par défaut, mais il est possible de l'améliorer sensiblement par un petit tour de vis dans les options. Reste que si la vidéoconférence est un élément superflu à vos yeux, alors il existe d'autres alternatives plus satisfaisantes sur le marché. D'autant qu'avec une première formule d'abonnement à 13,99 € pour 1 Go d'enregistrement dans le cloud (au format MP4 ou M4A), Zoom ne joue pas franchement des coudes avec la concurrence. Cleanfeed : plus pointu, plus cher Dans les grandes lignes, Cleanfeed ne sort pas des sentiers battus : l'animateur organise sa conférence via un lien transmis à ses convives par email ; aucun téléchargement n'est nécessaire et un simple navigateur web suffit ; l'enregistrement est réalisé au format WAV et nul besoin d'être ingénieur-informaticien pour le récupérer en trois clics. Tous ces services sont accessibles gratuitement sans limite de temps ni du nombre de connexions. Le hic, c'est que votre conversation sera alors enregistrée sous un seul et même fichier. Or pour bénéficier du multipistes, Cleanfeed propose des tarifs plus élevés que la moyenne : 28 € par mois (et 17 € pour le tarif "promotionnel"). Il faut dire que pour ce prix, la plateforme ne se contente pas de vous assurer l'enregistrement en multipistes mais bichonne votre son avec une suppression de l'écho, des taux d'échantillonnages plus élevés ou encore un contrôle du volume et du mixage. Reste à voir si ces services justifient à vos yeux la différence de tarif. Ecamm Call Recorder pour les aficionados de Skype Vous ne jurez que par Skype ? Si vous êtes propriétaire d'un Mac, jetez donc un œil à Ecamm Call Recorder. Ce logiciel vous permettra d'enregistrer chaque intervenant sur différentes pistes. Et s'il ne s'agit pas de la solution la plus irréprochable sur le plan de la qualité du son, elle fera parfaitement le job dans le cas d'une interview ponctuelle. C'est d'ailleurs précisément dans ce cadre que le podcasteur Bertrand Soulier recommande cette option. Craig on Discord : le bot d'enregistrement à pistes multiples Vous avez lu avec attention le chapitre précédent dédié aux adeptes de Skype. Oui mais voilà, votre dada à vous c'est plutôt Discord. Pas de souci : les équipes de Craig ont pensé à vous. Notez cependant que les enregistrements seront par défaut réalisés sur le serveur, ce qui n'offre bien entendu par les mêmes garanties qualitatives qu'un enregistrement en local. Ringr : comme si vous étiez dans la même pièce, vraiment ? Vraie promesse ou formule un brin exagérée ? Pour en juger, il va vous falloir jeter un œil aux exemples sonores fournis par Ringr sur son site web, ou mieux... tester la plateforme en mettant à profit la gratuité du premier mois. Si vous êtes conquis, il vous en coûtera ensuite 7,99 $ par mois pour bénéficier d'appels et de stockage illimités, le tout aussi bien via ordinateur que smartphone. Avec une petite limite tout de même puisque votre fichier ne sera disponible qu'en Mono MP3... et sans multipistes. Pour de la "qualité studio" avec pistes individuelles, l'ardoise grimpera à 18,99 $ par mois. Vous le voyez : les options ne manquent pas. Laquelle privilégier ? Il n'existe sans doute pas de solution idéale et tout va dépendre de votre profil de podcasteur et de vos principales attentes : la qualité de son, l'importance de la vidéo ou encore le respect d'un certain budget. Au même titre que pour le matériel, on ne saurait que trop vous recommander de recueillir un maximum d'avis dans votre entourage ou sur la Toile avant de faire votre choix. Et surtout n'oubliez pas que la plupart du temps, les solutions présentées dans cet article peuvent être testées gratuitement et en profondeur durant un laps de temps donné : tantôt une semaine, tantôt un mois. Profitez-en !
  5. En matière d'hébergement de podcast, il y a deux grandes solutions : le système D ou l'hébergeur spécialisé. Si vous choisissez cette seconde option, la plateforme qui vous accueillera (Podcastics ou l'un de ses concurrents) se chargera de générer votre flux RSS. Si vous optez en revanche pour le système D, vous vous épargnerez une dépense mais dans la plupart des cas vous devrez réaliser votre flux RSS manuellement via un éditeur de texte. Une vraie plaie puisque si vous ne le savez pas encore, un flux RSS ça ressemble à ça : Mais au fait, un flux RSS ça sert à quoi ? Au risque de vous surprendre, les émissions n'apparaissent pas comme par magie sur Apple Podcasts, Spotify ou encore Google Podcasts. Toutes ces plateformes s'appuient un flux RSS qui est en quelque sorte la ligne de vie de votre podcast. Ce flux en contient toutes les informations importantes : URL, description, jaquette et compagnie. Mais surtout, à chaque fois qu'un nouvel épisode est mis en ligne, celui-ci apparaît automatiquement dans les divers logiciels d'écoute auxquels le flux RSS a été transmis. L'objet de cet article est donc de partager avec vous un bon plan : avec Podcastics, il est possible de générer votre flux RSS facilement et gratuitement. Comment ? Tout simplement en choisissant notre formule Free. Parmi les quatre formules d'abonnement proposées par Podcastics, celle-ci est la seule à ne pas inclure l'hébergement du podcast... mais aussi et surtout la seule à être offerte gratuitement. Si vous avez choisi le système D pour héberger votre podcast, cette formule Free vous permet donc d'obtenir un flux RSS (mais aussi un site web clés en main) en vous épargnant une belle prise de tête. Une fois votre flux généré, Podcastics vous confiera une adresse RSS que vous n'aurez plus qu'à transmettre aux plateformes sur lesquelles vous souhaitez diffuser votre podcast. Une fois le flux validé par la plateforme en question (Apple Podcasts par exemple), votre podcast et ses épisodes seront ajoutés automatiquement à votre compte. Ils apparaîtront du même coup dans les applis de milliers d'auditeurs potentiels... et tout ça sans avoir déboursé un centime. Merci qui ? Merci Podcastics !
  6. Louie Média : la narration au féminin Écoutez pour voir : telle est l'invitation que Louie lance aux amateurs de podcasts narratifs haut de gamme. Derrière ce studio fondé en 2018 se cachent deux anciennes élèves de l'école de journalisme de Sciences-Po, lesquelles ont aussi pour point commun d'avoir évolué au sein de la rédaction de Slate : Charlotte Pudlowski et Mélissa Bounoua. Les deux amies ont réuni autour d'elles une équipe résolument féminine dont les voix visent, de leur propre aveu, les CSP+ urbaines de 18 à 40 ans. D'Injustices à Entre en passant par Une Autre Histoire ou Émotions, leurs émissions ont pour ambition de raconter la société à travers des personnalités fortes et des angles soigneusement choisis. Louie Creative produit aussi des podcasts pour des médias tiers, à l'instar de Transfert pour Slate ou Engrenages pour Canal+. Ce travail de production, couplé à du "brand content" pour des marques, constitue le cœur du modèle économique de l'entreprise. Nouvelles Écoutes : des programmes innovants et populaires Fondé dès 2016 par les journalistes Lauren Bastide et Julien Neuville, Nouvelles Écoutes produit des podcasts aux formats variés : des entretiens ou des enquêtes mais aussi des fictions. La Poudre, Bouffons, Vieille Branche ou Banquette font partie des titres phares du catalogue du studio, lequel assume volontiers son leadership en matière de production de podcasts natifs. Notre coup de cœur ? La série documentaire Le Canon sur la Tempe et ses récits haletants ! Outre ses propres productions, Nouvelles Écoutes collabore également avec des marques, des médias ou des institutions afin d'imaginer et concevoir leurs programmes. Chanel, Red Bull, Hugo Boss ou la Ligue de Football Professionnel ont ainsi fait partie des premières entreprises à avoir recours aux services du studio. Binge Audio : transcender le podcast Les Couilles sur la Table, Bons Plants, Superhéros, Kiffe ta Race, Casseroles, NoCiné... Tout cela vous dit forcément quelque chose. Un seul et même studio se cache derrière tous ces podcasts à succès : Binge Audio, société de production fondée en 2016 par Joël Ronez et Gabrielle Boeri-Charles, respectivement anciens de Radio France et du Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne. Contenus narratifs, analyse de l'actualité, regard sur la pop culture... L'offre de Binge se caractérise par sa variété, tant sur le plan des thématiques que des angles. Cette diversité se retrouve d'ailleurs dans les formats innovants que développe régulièrement le studio. On pense au livre Les Couilles sur la Table, publié en octobre 2019 sous la plume de Victoire Tuaillon, mais aussi à Binge en scène qui permet aux podcasts du groupe de prendre vie sous le regard des spectateurs. Après un essai réussi au Palais des Glaces au printemps 2019, le concept se décline désormais en régions lors de soirées qui ne désemplissent pas. Soucieux de favoriser la découverte, Binge distribue aussi des podcasts produits par des tiers dès lors que ces derniers s'inscrivent dans une certaine ligne éditoriale. Dans un autre registre, le label Binge Audio Creative s'adresse spécifiquement aux marques, médias et institutions. Depuis son lancement au printemps 2018, le studio a notamment produit des contenus pour BNP Paribas, la ville de Paris ou Deezer. Qualiter : la petite maison qui a de l'humour Petite maison de production de podcasts : c'est en ces termes que l'équipe de Qualiter se présente. Plutôt humble, la bande revendique aussi son ancrage communautaire. Le financement d'un certain nombre de ses émissions s'appuie par exemple sur un Patreon, mais les liens tissés entre les podcasteurs et leurs auditeurs sont surtout entretenus tout au long de l'année grâce à : un forum et un Discord plutôt actifs ; et l'organisation deux fois par an d'un "Qamp", c'est-à-dire une sortie de groupe en totale déconnexion durant trois à cinq jours. Cet état d'esprit vous parle ? Allez donc jeter une oreille à leurs productions les plus réputées comme le regretté Studio 404, CCCQ ?, Trajectoires, le Mwakast ou encore Game of Roles. Sans oublier de garder un œil sur leurs derniers bébés, Qualiter n'hésitant pas à sortir des sentiers battus et à expérimenter de façon régulière des concepts originaux. Insider Podcast : le storytelling à l'américaine Insider Podcast n'existe que depuis mai 2019, mais la plateforme d'Émilie Denètre et Adèle Humbert peut déjà se targuer d'un coup de maître nommé 1000 Degrés. Avec cette série d'investigation en guise de première production, les deux journalistes ont fait la démonstration de ce qu'elles pouvaient apporter de plus et de différent à l'univers du podcast francophone. Du suspense, de la contre-enquête, de l'information mais aussi de la mise en scène... Pas de doute, Serial fait bien partie des inspirations du binôme. De telles productions nécessitent bien entendu un important travail de fond en amont. Insider s'engage donc sur le principe d'une enquête par saison. Avec à chaque fois un financement via sponsoring, mais "sans collusion avec le sujet traité". Parallèlement à ses enquêtes et fictions, ce duo parfaitement complémentaire se met aussi au service des apprentis podcasteurs (à travers des formations) comme des médias, institutions et entreprises (à travers son offre de production déléguée). Les auditeurs, eux, ne demandent qu'une chose : que leur patience ne soit pas trop mise à l'épreuve entre deux merveilleuses sagas. Ils ne font pas que du podcast... Slate touche aujourd'hui un public large par ses podcasts autant que par ses articles. Le studio a eu recours à Louie Media pour la production de Transfert. À l'inverse, il s'est mis au service d'Engie pour créer The Good Galaxy. D'autres titres phares de son catalogue ? Mansplaining, C'est Compliqué ou encore Peak TV. Madmoizelle peut se targuer d'une production foisonnante de podcasts. Certains ne sont plus actifs, comme L'Émifion ou Derrière l'écran, mais d'autres restent pleins de vie à l'image de The Boys Club qui parle masculinité ou de Conquérantes qui donne la parole à des championnes. MinuteBuzz a développé Vertical Audio, un magazine audio qui s'appuie sur neuf podcasts destinés aux millenials. Tous sont mis en ligne sur un rythme hebdomadaire et durant entre cinq et dix minutes : Vertical Trip, Urban, Gaming, Life, Yummy, Future, Boost et Pop (dont six épisodes ont d'ailleurs été produits en association avec les cinémas Pathé Gaumont). Arte Radio, c'est du très très lourd en terme de qualité avec Un podcast à soi, Profils, Fermez les yeux ou Fenêtre sur cour. Un coup de cœur parmi d'autres : la formidable série audio Les Braqueurs. Majelan, présenté plus en détail dans notre article sur les applis pour mobile, est aussi connu pour ses productions originales comme La Vie Normale, un podcast qui s'appuie sur les confidences de l'ancien président François Hollande. Même topo pour Sybel à qui vous devez notamment (mais pas seulement) la série Le Grêlé. Fin 2018, Havas Paris a lancé son offre de création de podcasts à l'attention des entreprises. L'agence accompagne ses clients (parmi lesquels LVMH ou l'Armée de l'air) de la production jusqu’à la diffusion du contenu. Lancée fin 2018, l'offre de contenus audio de Prisma Media est déjà significative avec plus de 30 podcasts natifs. Ces derniers, souvent adossés à des marques, sont le fruit du travail d'une équipe dédiée de huit spécialistes. En 2019, Prisma est aussi devenu le diffuseur officiel des podcasts de Wondery en langue française, dont le succulent Docteur La Mort. Paradiso : des anciens de Studio Bagel et Konbini Avec Le Grêlé, une série originale produite en partenariat avec Louie Media, Paradiso a réussi ses premiers pas dans l'univers du podcast. Il faut dire que l'entreprise s'appuie sur des talents qui ont fait leurs preuves dans une autre vie : Lorenzo Benedetti, cofondateur de Studio Bagel et ancien directeur de la création numérique chez Canal+ ; Louis Daboussy, ancien directeur général adjoint de Konbini ; et Benoît Dunaigre, cofondateur de l'agence de création audiovisuelle d'Havas). Financé par des business angels et des figures des médias, leur studio vise l'international avec une déclinaison de ses programmes en plusieurs langues : anglais, allemand, espagnol, portugais et italien. Et du côté des formats, l'équipe ne s'interdit rien en imaginant du documentaire, des programmes jeunesse ou encore des programmes courts humoristiques comme Allo Promo. À noter tout de même un objectif assumé à moyen terme : l'adaptation de podcasts du catalogue en films ou en séries. C'est avec cette idée derrière la tête que Paradiso privilégie aujourd'hui des récits susceptibles d'une transposition à l'écran. Une philosophie inspirée d'un certain nombre de précédents outre-Atlantique. Bababam : des programmes courts et accessibles Démocratiser l'audio : telle est l'ambition de Pierre Orlac'h, ancien directeur du Groupe Cerise et fondateur de Bababam début 2019. L'entreprise se focalise donc sur le développement de programmes grand public, tant sur le plan des thématiques que sur celui des formats. Trois émissions originales étaient disponibles dès le lancement : True Story, Maintenant vous savez et enfin Love Story. Le catalogue s'est depuis étoffé avec des podcasts tout aussi populaires comme Noises ou Soyez Sympas, rejouez !. À noter que certaines de ces marques sont aussi appelées à être déclinées en anglais à moyen terme. En parallèle de ses propres productions, Bababam collabore également avec Prisma Media (qui a racheté le Groupe Cerise en 2016) ainsi d'autres producteurs, annonceurs et influenceurs. À travers chacun de ces partenariats, l'entreprise souhaite apporter son expertise en développement de stratégies audio et en création de formats innovants. Engle : sortir des sentiers battus Oubliez le vieux serpent de mer du "Netflix du podcast" : Engle espère plutôt s'inscrire dans l'héritage de HBO. Comment ? À travers un contenu premium et une ambition internationale. Entendez par là des marques fortes susceptibles d'être déclinées sur d'autres supports, qu'il s'agisse de livres, d'événements live ou bien évidemment de contenus vidéo. Pour y parvenir, l'entreprise mise sur son association avec THE Productions, un studio de production reconnu dans les univers de la publicité et du documentaire. Ce partenariat lui permet de s'appuyer sur un vaste réseau d'auteurs, de journalistes, de comédiens ou encore de compositeurs. Réseau qu'elle met à la disposition de médias et de marques pour imaginer et produire des documentaires et fictions. Car chez Engle, où l'on avoue vouloir s'éloigner au maximum de la typologie de contenus de la radio, les talks ne sont pas forcément à l'ordre du jour... Ils travaillent pour les autres... Plink, derrière lequel se cachent Grégory Pouy (Vlan !) et Pierre-Henri Samion (Studio Time), est un studio de création de podcasts dédié aux marques. Uber, Guerlain, Orange ou encore L'Oréal ont notamment déjà fait appel à ses services. Madame Black Bow se consacre principalement à la production de podcasts pour des tiers. Get A Sound est une plateforme de production sonore qui s'adresse aux professionnels de la communication pour développer leur identité sonore ou les accompagner dans la création d'un podcast de marque. Leur blog du marketing sonore mérite au passage un coup d'œil. Media Meeting, qui se définit comme une "Voice Business Company", crée, anime et diffuse pour une multitude d'entreprise des contenus conversationnels, c'est-à-dire des podcasts mais aussi des radios d’entreprises et des émissions live. Ce sont aussi ses équipes qui sont à l'origine d'Innover pour guérir, le podcast officiel du Téléthon, et dans un autre registre de la radio d'information trafic qui vous accompagne sur toutes les autoroutes de France. Moustic Audio Agency est un studio de création audio qui depuis 2007 (une éternité !) imagine et produit des radios d'entreprises , des podcasts de marques et des webradios d'événements. RadioKawa : une certaine idée du podcast Si par podcast vous entendez partage et convivialité, RadioKawa pointera le bout de son nez en tête de liste des labels susceptibles de vous séduire. Au côté de Yann alias Inks, le patron, ce sont plus de 70 personnes qui œuvrent sur leur temps libre à la production d'émissions de qualité. Cinéma, télé, gaming, comics, sexualité : les thématiques traitées sont larges grâce à des formats nommés Allô Centrale, Capsule Pod, LOLJAPON, Interlude, Les Tauliers, La Confrérie... Entre autres, car le catalogue est large. Il faut dire qu'il est le fruit d'une production soutenue et surtout pionnière, RadioKawa n'ayant pas attendu la récente métamorphose du paysage francophone pour se lancer à corps perdu dans l'aventure du podcast. Si vous voulez soutenir cette joyeuse bande de passionnés, notez qu'une campagne de crowdfunding permanente vous attend sur Patreon. C'est par ce biais que Kawa finance notamment ses achats de matériel et ses événements en public. Soyez-en sûr : votre éventuelle contribution sera bien utilisée ! Cosa Vostra : du conseil en innovation... et du podcast ! Anciennement connu sous le nom de Stefani&Co, Cosa Vostra se définit à la fois comme un cabinet de conseil en innovation, une agence digitale pirate et un startup studio intrépide. Implanté à Paris, Londres, Bordeaux ou encore Tunis, il met ses équipes aux services d'entreprises comme L'Oréal, Dior, Kellogg's, Hermès ou encore Têtu. Côté podcast, sans doute connaissez-vous déjà Génération Do It Yourself. Matthieu Stefani, qui par ailleurs publie régulièrement des articles autour de l'univers des podcasts, y donne la parole à des personnes qui ont fait le grand saut et tente de décrypter leur succès. Un must ! Fréquence Moderne : une communauté engagée et active Qui ne connaît pas Fréquence Moderne ? Qui n'a jamais ri avec 2 Heures de Perdues, appris quelque chose avec Culture 2000, ou encore eu envie de rechausser les crampons grâce à EPO ? Certes, on s'éloigne ici un peu de la notion de studio au sens strict. Mais avec cinq podcasts natifs, plus de 300 épisodes disponibles et 400 000 écoutes mensuelles, cette association créée en 2014 est une vraie réussite. Il suffit pour s'en convaincre d'aller jeter un œil à l'engouement que suscite chacun des enregistrements en public qu'organise épisodiquement l'équipe, tantôt au Bataclan tantôt à Lille ou à Rennes. Grâce à un ton naturel et un contenu accessible, Fréquence Moderne parvient à toucher le plus grand nombre et crée régulièrement l'événement. La structure peut se targuer d'une communauté extrêmement fidèle et enthousiaste. Le phénomène s'exprime même désormais à l'écran : pas encore dans les salles obscures, mais à la télévision avec l'émission Un film, un after diffusée sur Paramount Channel. Stereolab : du contenu sur mesure Deux oreilles et l'envie de raconter des histoires : le postulat de Stereolab est aussi simple que ça. Le fondateur du studio, Hervé Hauboldt, est journaliste de formation. Avec le soutien d'une équipe de spécialistes, il se met au service de marques désireuses de concevoir un podcast pertinent. Authenticité et sincérité sont les maîtres mots de cet amoureux du son qui, dans votre entreprise, vous accompagnera dès les premières phases d'élaboration du podcast jusqu'à sa diffusion. Vous hésitez encore ? Allez donc jeter une oreille à la qualité de production de sa propre émission, Travail Soigné. Une fois par mois, Hervé y tend son micro à des gens qui aiment leur métier et en parlent bien. Une production particulièrement inspirante ! L'Agence Stratégie Podcast : focus sur le podcast d'entreprise L'Agence Stratégie Podcast a été créée sous l'impulsion de Cindy Aunay, consultante en communication et en transformation numérique, et Rémy Bertholon, animateur radio et journaliste. Le duo s'est entouré d'une équipe d'ingénieurs du son, d'experts en stratégie marketing ou encore de rédacteurs avec une ambition : "créer des podcasts de marque aux contenus de qualité qui répondent aux objectifs business". Basé à Paris et Marseille, le collectif se propose d'accompagner les entreprises dans toutes les étapes de création de leurs projets audio : conseil stratégique, habillage, tournage, montage ou encore promotion. Parmi les créations de l'agence figurent notamment la matinale Au lever du soleil, la série Diabète Live qui comme son nom l'indique s'adresse aux malades diabétiques et à leurs proches, ou dans un autre registre l'émission Les Cascadeuses qui se penche sur le parcours et les motivations des femmes entrepreneures. Enfin, l'équipe de Podcastics est très fière d'héberger le podcast Part de Voix qui est le fruit du travail conjoint de quatre personnes : la fondatrice de Stratégie Podcast Cindy Aunay mais aussi Anne-Claire Lecat (fondatrice de Eeko Podcast), Mélanie Hong (fondatrice de Bonjour Podcast) et Benjamin Roa (ingénieur du son). Il s'agit d'une émission mensuelle dans laquelle trois expertes analysent un podcast de marque sous un angle professionnel, stratégique ou business. Avec à la clé des bonnes pratiques en termes de storytelling, de SEO ou de format créatif. Près d'un million de podcasts... et moi et moi et moi ! Ne vous y trompez pas : la liste d'acteurs présentés ici est loin d'être exhaustive ! La France du podcast fourmille d'idées et d'initiatives qui en font un univers captivant. Certaines d'entre elles sont portées par des studios indépendants, d'autres par des entreprises ou des stations de radio qui ont développé leurs propres studios de podcasts natifs. Cette structuration progressive n'occupe toutefois qu'une petite partie d'un espace dont il est difficile de délimiter les contours. Le podcast, c'est aussi et surtout des centaines de petits artisans et d'amateurs dont la passion et le talent accouchent souvent de pépites. Alors soyez curieux, explorez, testez... Découvrir son nouveau podcast favori représente une sensation grisante. On vous la souhaite !
  7. Apple Podcasts : toute première fois C'est l'appli disponible par défaut sur iPhone, et donc bien souvent la première expérience d'écoute de podcasts des aficionados de la marque à la pomme. Apple Podcasts propose des fonctionnalités de base telles que l'abonnement aux émissions ou les notifications de nouveaux épisodes. Il n'en demeure pas moins qu'elle est aujourd'hui à la traîne par rapport à d'autres applications plus complètes. Une bonne raison de jeter un œil aux alternatives présentées dans la suite de cet article. Google Podcasts : simple, basique Si Apple Podcasts fait figure de dinosaure, son équivalent chez Google est tout jeune. Google Podcasts n'a ainsi été lancé qu'à l'été 2018, avec à la clé une intégration native aux services de Google et donc Google Home. Sa modernité rime cependant avec sa simplicité, ses fonctionnalités prenant un caractère assez basique. Ici, les options ne sont pas foison : on peut pêle-mêle s'abonner, télécharger et écouter des podcasts, bénéficier de recommandations en fonction de ses centres d'intérêt... et c'est à peu près tout ! Comme chez Apple, il s'agit donc d'un choix à privilégier si vous souhaitez aller à l'essentiel sans forcément sculpter l'application à votre image à travers toute une série de réglages et d'options. Spotify et Deezer : la musique en plus Spotify comme Deezer se sont d'abord fait connaître sur le terrain du streaming de musique. Les deux plateformes ont toutefois pleinement embrassé le phénomène des podcasts ces dernières années. La remarque vaut tout particulièrement pour Spotify, qui au-delà d'accorder une bonne place au format a procédé à l'acquisition de plusieurs entreprises du secteur. Pour l'auditeur, l'intérêt est évident : réunir sa musique et ses podcasts favoris dans une seule et même appli. Attention tout de même : leurs catalogues d'émissions résultent d'une démarche active et volontaire de la part des podcasteurs, ce qui signifie que certaines pépites manquent à l'appel et que la base de données est un peu moins fournie que chez d'autres crèmeries. Podcast Addict : c'est français, madame ! Vous êtes un apôtre du Made in France ? Jetez donc un œil à Podcast Addict ! Toujours à l'écoute des remarques de ses utilisateurs, ce Français a développé sur Google Play une application qui réunit en un même lieu tout ce qui est susceptible d'être écouté : podcasts mais aussi webradios, livres audio ou chaînes YouTube. Simple d'accès, l'appli est disponible gratuitement mais il est possible d'en profiter sans bannière publicitaire en contrepartie d'un versement de 3,29 €. Notre conseil : n'hésitez pas ! Pocket Casts : la qualité n'a plus de prix Jusqu'à septembre 2019, Pocket Casts avait pour seul défaut de ne pas être gratuite. Il fallait débourser 3,99 euros pour s'offrir les services de cette appli présentée comme une référence par bon nombre d'auditeurs aguerris. Son téléchargement ne nécessite désormais plus de bourse délier, que ce soit sur l'App Store ou Google Play. Allons droit au but : Pocket Casts est l'une des applis les plus sexy, tant sur le plan de la forme (avouez que c'est mignon!) que sur celui du contenu. Avec elle, vous pouvez créer vos propres listes d'écoute, raccourcir les silences pour dynamiser les émissions qui ronronnent, paramétrer des téléchargements automatiques, obtenir des recommandations ciblées en fonction de vos goûts, consulter ses statistiques d'écoutes... Bref, un vrai couteau suisse que l'on vous encourage vivement à essayer ! Overcast : le must sur iOS Développée par l'Américain Marco Arment, Overcast est une application à la fois simple d'utilisation et riche en fonctionnalités : notifications de nouvel épisode, système de playlists, réduction des silences... Ses atouts en font une excellente alternative à Apple Podcasts. Notez tout de même qu'il vous faudra débourser 9,99 € par an pour vous débarrasser de toute publicité à l'intérieur de l'appli. Un investissement raisonnable pour améliorer sensiblement son confort d'utilisation. Le petit plus qui ne gâche rien ? Depuis 2019, Overcast vous offre la possibilité de partager sur les réseaux sociaux un extrait de podcast converti en clip vidéo. On adore ! Majelan : une nouvelle production originale par semaine Son lancement en juin 2019 a beaucoup fait parler. Une importante levée de fonds, les multiples apparitions télévisées de son fondateur Mathieu Gallet, une expérience présentée comme révolutionnaire, l'ambition de devenir le Netflix de la radio, un litige avec Radio France... Tous les ingrédients étaient réunis pour faire de Majelan une marque clivante et faire souffler un vent de polémique dans l'univers du podcast francophone. Quelques mois plus tard, qu'en reste-t-il ? Disponible sur l'App Store comme Google Play, Majelan agrège des milliers de contenus et vous offre les services d'un moteur de recherche performant ainsi que d'algorithmes de recommandation et de filtres de recherche avancés. Des mots derrière lesquels se cache une réalité : sur le terrain de l'écoute de podcasts gratuits, Majelan ne propose pas d'avancée notable par rapport à ses nombreux concurrents. La vraie ligne de démarcation se situe finalement au niveau de son offre payante. En contrepartie d'un abonnement mensuel de 4,99 € (ou d'un téléchargement à l'acte allant de 1,99 à 2,99 € la série), Majelan propose ainsi des contenus originaux produits au sein du label Majelan Studio. Cette offre constitue le cœur du modèle économique de Majelan, qui par ailleurs n'a pas recours à la publicité. Castbox : à la découverte de nouveaux horizons Castbox est une appli disponible sur l'App Store comme sur Google Play : soit gratuitement pour une version dont les abonnements sont limités à 100 podcasts (en principe c'est déjà beaucoup !), soit pour la modique somme de 0,99 € si vous souhaitez faire tomber cette limitation. La ligne directrice de Castbox ? Favoriser la découverte de nouveaux podcasts. L'appli y parvient grâce à un système de recommandations personnalisées en fonction de votre historique, la mise en valeur de podcasts en vogue ou encore un moteur de recherche plus efficace que la moyenne. Cerise sur le gâteau : il est même possible de partager du contenu sous forme de story Instagram. Côté options en revanche, il faut bien reconnaître qu'il reste de la place pour des améliorations. Outre l'absence de réglage son, il est par exemple impossible d'organiser librement ses podcasts : le dernier épisode de votre liste d'abonnement apparaîtra systématiquement en premier. Comment ça on chipote ? Tootak : guider l'auditeur dans le labyrinthe des podcasts Tootak est une application française disponible sur l'App Store et Google Play. L'objectif de son fondateur Pierre Denis ? Faire découvrir "le bon podcast à la bonne personne au bon moment". Pour y parvenir, l'homme aurait pu marcher main dans la main avec Matthieu Gallet. Les discussions n'ont toutefois pas abouti et deux acteurs sont nés de cette absence d'entente : Majelan d'une part, tootak de l'autre. Tootak s'acquitte d'abord d'une première mission proche de celle de ses concurrents : centraliser l'ensemble de l'audio parlé, ce qui inclut bien sûr les podcasts mais aussi des livres audio ou des conférences. Mais l'appli n'en reste pas là et se focalise sur la découverte et la recommandation : d'abord avec un moteur de recherche présenté comme unique, ensuite à travers "une personnalisation des contenus grâce à l'intelligence artificielle". Le tout incorporé dans une offre gratuite. Car le modèle économique de Tootak repose bien sur un autre segment, payant cette fois et pas tout à fait donné : 7,99 € par mois. Il faut dire que pour ce prix, l'appli propose des services plus originaux au premier rang desquels une "curation de contenus par une équipe de trois personnes selon des thématiques en vogue". Autre spécificité de cette offre : un timer permettant à l'auditeur d'indiquer le temps d'écoute qu'il est prêt à consacrer, et ainsi d'obtenir des recommandations en accord avec sa disponibilité. Eeko Podcast : rassembler les communautés d'auditeurs Disponible gratuitement sur l'App Store comme Google Play depuis l'été 2018, Eeko est décrite par sa créatrice Anne-Claire Lecat comme "la seule application de podcast communautaire pour découvrir, écouter et partager avec d'autres passionnés de podcasts". Vous connaissiez déjà les applis d'écoute. Vous connaissiez déjà les applis de recommandation. Ajoutez-y une dimension communautaire assumée et vous obtenez Eeko. Après la création de son profil et l'ajout de ses amis et connaissances, l'utilisateur de l'appli peut partager ses découvertes avec ses contacts, et inversement découvrir les podcasts qui bercent les nuits de ces derniers grâce à un système de recommandations, de notes et de commentaires. Le programme ambassadeur permet même, par l'intermédiaire de points, de récompenser les utilisateurs les plus actifs en faisant d'eux des ambassadeurs. Cette ligne directrice d'ensemble — favoriser l'échange entre auditeurs mais aussi entre les créateurs et leur audience — est par ailleurs saupoudrée de crowdfunding à travers la possibilité pour les communautés d'auditeurs de participer aux campagnes de financement de leurs émissions favorites. Et ce sans même sortir de l'application. La liste longue comme le bras des applis dont Podcastics collecte les statistiques Acast, AcuraLink, Agora, Aha Radio, AirPlayer, All You Can Books, AntennaPod, Apple News, Apple Podcasts, AudioBooks, BashPodder, BeyondPod, Bose, bPod, Breaker, Brew Podcasts, BubbleUPnP, Castamatic, Castaway, CastBox, Castro, Clementine, CPod, Deezer, DoggCatcher, CloudPlayer, Downcast, Download Manager, eeko, English Radio - IELTS TOEFL, ExoPlayer, Facebook, FDM, foorbar2000, Google Podcasts, Google Search Assistant, gPodder, Hamro Patro, HardCast, HermesPod, Himalaya, HondaLink, HTC Streaming Player, Hubhopper, iCatcher, iHeartRadio, Insomnia, Instacast, iTunes, ivooxNew, Juice Receiver, KERA, Kids Listen, Kodi, KPCC, Laughable, LBC, LG Player, LibVLC, Listen5, Luminary, Majelan, MediaMonkey, Mixcloud, MusicBee, Music Downloader, myTuner, NexPlayer, NPR One, OkDownload, okhttp, Orange Radio, Overcast, Pandora, Playapod, Player FM, Plex, Pocket Casts, Podbbang, PodTrapper, PodWrangler, Podcast Addict, Podcastics Web Player, Podcast Republic, PodCruncher, Podbean, Podcoin, Podkicker, ProtTorrent, Procast, Quicktime, Radio Downloader, Radio France, Radioline, Radioplayer, RadioPublic, Radio X, RssPod, RSSRadio, Scout FM, ServeStream, 'sodes, SoundWaves, Spotify, Spreaker, Stagefright, Stitcher, Storiyoh, Swinsian, Swoot, TED, The Podcast App, tootak, Top Podcasts, Treble.fm, TuneIn, Twitter, Ubook Player, upod.mobi, µTorrent, WBEZ, Web browser, WhatsApp, Wilson FM, Winamp, Windows Media Player, WNYC, XBMC, yapa, Zune
  8. En tant qu'auditeur, vous ne vous êtes peut-être jamais posé la question du processus qui vous permettait d'accéder à un podcast en trois clics depuis votre téléphone. En tant que podcasteur, vous allez pourtant devoir être capable d'y répondre. Eh oui, les émissions n'apparaissent pas comme par magie sur Apple Podcasts, Spotify, Podcast Addicts ou encore Google Podcasts. Toutes ces plateformes s'appuient un flux RSS qui est en quelque sorte la ligne de vie de votre podcast. À chaque fois qu'un nouvel épisode est mis en ligne, celui-ci apparaît automatiquement dans les divers logiciels d'écoute auxquels le flux RSS a été transmis. C'est bien beau tout ça, mais comment passer du stade du simple fichier audio à celui du flux RSS ? Tout simplement en ayant recours aux services d'un hébergeur qui, non content d'accueillir vos fichiers sur la toile, va aussi vous fournir le si précieux flux. En la matière, vous avez face à vous deux possibilités : des solutions gratuites ou très peu coûteuses qui, avec un peu débrouille, vous assureront des économies mais sans vous offrir des services complémentaires de qualité ; des solutions payantes, comme Podcastics, qui auront pour elles les avantages de la simplicité et du confort. Après tout, la gestion d'un podcast requiert déjà suffisamment de temps et d'énergie sans devoir se soucier au quotidien de la problématique de l'hébergement ! Héberger gratuitement (ou presque) son podcast : le système D Pas besoin d'être podcasteur pour savoir qu'il existe une kyrielle de solution pour héberger ses fichiers (audio ou non). Google Drive, OneDrive, Dropbox... La liste est longue et les options ne manquent pas. Tous ces services ont un point commun : ils permettent de déposer et partager ses fichiers avec le monde à partir du cloud. Dans un autre registre, vous pouvez aussi vous appuyer sur le site Archive.org. Cette bibliothèque en ligne héberge vos fichiers gratuitement dès lors que vous acceptez qu'ils soient librement consultables. Enfin, il est également possible de recourir à un serveur web moyennant quelques euros. OVH propose par exemple des formules d'abonnement allant de 1,79 à 11,99 € par mois TTC. Soyez toutefois attentif au contenu de ces formules : l'abonnement à 1,79 € n'offrant qu'1 Go d'espace disque, il suffira de quelques épisodes pour que cette limite soit atteinte. Comptez donc au minimum 3,59 € par mois pour avoir l'esprit tranquille avec 100 Go d'espace disque. Ces différentes options s'adressent en premier lieu aux podcasteurs qui se sentent très à l'aise avec l'informatique. Une fois vos fichiers hébergés, il vous faudra créer votre flux RSS vous-même : soit manuellement si vous disposez d'un certain bagage en programmation, soit en faisant appel à un logiciel de création de flux. Et bien entendu, une fois ces obstacles franchis, vous ne disposerez pas des différents services proposés par les hébergeurs spécialisés : statistiques, lecteurs audio, fonctionnalités sociales etc. Pour cette raison, Podcastics a imaginé une formule d'abonnement sans équivalent : Premium. Avec Premium, vous restez maître de votre hébergement (éventuellement gratuit avec Archive.org par exemple) mais avez accès à tous les autres services de Podcastics : l'import et la gestion du podcast, la création d'un flux RSS, un site web avec des fonctions sociales, des lecteurs audio sexy, des statistiques détaillées... Et tout ça pour un montant de 5 € par mois seulement, contre 11 € par mois pour notre formule Pro incluant l'hébergement. Les hébergeurs spécialisés : payant mais confortable En matière d'hébergement, le premier réflexe des podcasteurs en herbe est souvent de songer à SoundCloud. Et pourtant, l'entreprise suédoise s'adresse d'abord et avant tout aux producteurs de contenus musicaux. À bien des égards, la plateforme est donc à la traîne s'agissant de services à destination des podcasteurs. Pourquoi à la traîne ? Tout simplement parce que de nombreux acteurs se sont engouffrés dans le secteur bien spécifique de l'hébergement de podcasts : Pippa, Libsyn ou encore Blubrry à l'international, Ausha et Podcastics en France... Toutes ces plateformes proposent aujourd'hui — à des degrés divers — des services plus complets que SoundCloud, et par dessus le marché sur la base d'une tarification au moins aussi compétitive. Sur Podcastics, la formule Pro incluant l'hébergement du podcast est ainsi disponible au prix de 11 € par mois. Ce tarif couvre non seulement l'import et la gestion de vos épisodes, mais aussi un site web personnalisable, des lecteurs audio bien calibrés pour partager vos contenus, des statistiques précises ou encore des fonctionnalités sociales sans équivalent afin de tisser un lien constant avec vos auditeurs... Mais au-delà de tout ça, Podcastics a été pensé pour vous offrir de la simplicité et du confort. Réaliser un podcast requiert plus de temps et d'énergie que vous ne l'imaginez sans doute. Pour savourer pleinement cette expérience, focalisez-vous sur l'essentiel et laissez-nous nous occuper du reste ! Comme Buzz l'Éclair, Podcastics vous accompagne vers l'infini et au-delà ! C'est peut-être tabou, mais un podcast parfois ça s'arrête. Et quand ce jour arrive, la question de l'hébergement se pose à nouveau : faut-il mettre un terme à votre abonnement, et ainsi priver les auditeurs de vos épisodes, ou au contraire le renouveler sur la durée pour un tarif élevé ? Pour vous éviter ce dilemme, Podcastics a imaginé une formule Archive inédite sur le marché. Pour 5 € par mois seulement (contre 11 € pour un podcast actif), vous conservez tous vos épisodes en ligne ainsi qu'un accès à toutes les fonctionnalités (site web, lecteurs audio, statistiques...). Et si un jour vous décidez d'enregistrer de nouveaux épisodes, vous pouvez repasser en deux clics à une formule Pro. Royal, non ?
  9. 1. Choisir une formule d'abonnement Votre aventure de podcasteur commence ici, ou plutôt sur la page Créer un podcast de Podcastics. Diverses formules d'abonnement vous sont proposées. Choisissez celle qui correspond le mieux à vos besoins et vos attentes. Pour vous faciliter la tâche, vous trouverez sur cette page quelques explications à propos du contenu de chaque offre. Partons du principe que vous soyez en quête d'une solution complète, et donc d'une formule incluant l'hébergement de votre podcast en plus du site web, des statistiques et des lecteurs audio. Dans ce cas, notre offre Pro n'attend plus que vous ! 2. Créer un compte Vous venez de sélectionner une formule d'abonnement. Si ce n'est pas déjà fait, l'heure est venue de vous créer un compte sur Podcastics. Pour ce faire, vous êtes invité à renseigner un certain nombre d'informations telles que votre nom d'utilisateur, votre adresse mail ou encore votre mot de passe. Exactement comme à peu près partout où vous avez l'habitude de vous promener sur internet . Pas bien sorcier, n'est-ce pas ? 3. Créer ou importer le podcast Venons-en maintenant aux choses sérieuses ! Une fois votre formule d'abonnement choisie et votre compte créé, deux possibilités vous sont offertes : Importer un podcast existant ou Créer un nouveau podcast. L'option Importer ne concerne bien entendu que les podcasts existants, c'est-à-dire ceux qui disposent déjà d'un flux RSS, d'épisodes... Pour faire court, ceux qui ont eu une première vie avant Podcastics. Si en revanche vos fichiers audio attendent encore de rencontrer leurs premiers auditeurs, c'est l'autre choix qu'il vous faut valider : Créer un nouveau podcast. 4. Renseigner la fiche du podcast L'heure est venue de baptiser votre podcast ! Voilà des semaines déjà que vous imaginez votre émission et ses contours, que vous planchez sur son titre, que vous affinez sa jaquette. Ça tombe bien, ce sont justement ces champs que vous devez maintenant renseigner : le titre ultra sexy de votre podcast, un sous-titre percutant, une description fidèle et qui donne envie, une jaquette qui attire l'œil... C'est aussi à ce stade que vous allez ranger votre podcast dans une catégorie et éventuellement une sous-catégorie, déterminer l'ordre de présentation de vos épisodes, ajouter vos éventuelles références sur les réseaux sociaux... En un mot, rédiger la carte d'identité de votre podcast. 5. Ajouter des épisodes Tranquillement, nous voilà déjà à la dernière étape de votre entrée en scène sur Podcastics ! Il s'agit bien sûr de la plus importante, à savoir le transfert et l'hébergement de vos épisodes sur la plateforme. N'en faites pas une montagne : tout va se passer comme sur des roulettes. Voilà à quoi ressemble la page que vous avez sous les yeux si vous avez surmonté sans encombre les quatre étapes précédentes : Avouez qu'on a déjà vu plus intimidant ! Si vous avez déjà vos premiers épisodes sous la main (en format mp3 ou m4a et d'une taille maximale de 300MB), la suite n'est qu'une formalité. Surtout si vous avez déjà jeté un œil à notre article sur l'art de bien présenter vos épisodes à l'écrit. Et s'il vous reste encore à les enregistrer, ces fameux épisodes... Eh bien vous auriez dû le dire tout de suite ! Notre section Aide regorge de conseils et astuces. On vous recommande notamment nos articles relatifs au choix d'un bon micro ou aux rudiments de l'enregistrement et du montage avec Audacity. Et bien sûr de revenir nous voir, avec un mélange d'impatience et de fébrilité, dès que vos fichiers audio seront prêts à être importer. On a beau en avoir vu naître quelques-uns, l'accouchement d'un nouveau podcast nous fait toujours quelque chose !
  10. Free : gratuit et basique Vous avez bien entendu : les fonctionnalités de base de Podcastics sont accessibles sans bourse délier. Bien entendu, ce pack gratuit ne comprend ni l'hébergement, ni les statistiques, ni les lecteurs audio. En revanche, il vous offre la possibilité d'importer votre podcast, de le gérer et de bénéficier de quelques avantages appréciables parmi lesquels : un site web présentant les informations essentielles de votre podcast ainsi que l'ensemble de ses épisodes (sans possibilité de le personnaliser ou de rédiger des articles) une exposition auprès des auditeurs qui utilisent Podcastics, lesquels pourront en conséquence avoir recours à son système de notifications et d'abonnement. Pour ces raisons, la formule Free s'adresse avant tout aux podcasteurs qui disposent déjà d'une solution d'hébergement et aimeraient simplement se familiariser avec l'interface de Podcastics. Ne vous en privez pas : non seulement ça ne coûte rien, mais en plus on prend le pari que vous vous sentirez bien à nos côtés ! Premium : 5 € pour l'essentiel hors hébergement Vous disposez déjà d'une solution d'hébergement ? Bonne nouvelle : vous pouvez bénéficier de l'essentiel des fonctionnalités de Podcastics pour le prix d'un Happy Meal. Et comme vous avez passé l'âge de commander ce menu (ne nous voilons pas la face), inutile d'hésiter plus longtemps entre les deux options ! Un site web personnalisable et prêt à accueillir vos articles, des statistiques pertinentes, des avis, des notes, des commentaires : voilà ce que vous propose Podcastics à travers la formule Premium. Une qualité de service inégalée pour ce montant, et qui vous offrira à la fois du confort et de nouvelles perspectives dans votre vie de podcasteur. Pro : 11 € pour l'offre complète avec hébergement À tous les services de Podcastics, vous souhaitez ajouter l'hébergement pour tout centraliser sur une même plateforme. Vous avez frappé à la bonne porte. Stockage illimité, bande passante illimitée, recours aux puissants serveurs d'Amazon : notre offre Pro ne vous décevra pas. Cerise sur le gâteau : un Réseau de Diffusion de Contenu (CDN en anglais) répliquera vos fichiers audio à huit localisations différentes en Europe et en Amérique du Nord. En permettant à vos auditeurs d'être plus proches d'eux, il leur garantira un accès accéléré à votre podcast et donc un temps d'attente réduit. Votre podcast n'est plus actif ? Afin que vous puissiez le garder en ligne à un tarif raisonnable, Podcastics a imaginé pour vous la formule Archive. En contrepartie d'un abonnement de 5 € par mois seulement, vous pourrez ainsi bénéficier de toutes les fonctionnalités de la formule Pro, et notamment son hébergement performant. Bien sûr rien n'est définitif : si jamais l'envie vous prend un jour de recommencer à publier des épisodes, alors vous pourrez basculer en deux clics vers une offre Pro ou Max. Max : 49 € pour un hébergement à très haute vitesse Vous voulez le meilleur pour votre podcast ? La Rolls Royce de l'hébergement ? Vous avez les moyens de vos ambitions ? Avec notre formule Max, embarquez pour la très haute vitesse partout dans le monde grâce à la réplication de vos fichiers audio dans 35 localisations. Asie, Afrique du Sud, Brésil... Où qu'ils se trouvent sur la planète (sauf peut-être en Sibérie ou en Patagonie), vos auditeurs se délecteront de votre podcast sans que leur patience soit mise à l'épreuve. Au-dessus c'est le soleil !
  11. Parce que vous êtes considéré comme le cerveau de la bande, l'équipe de votre podcast s'en remet entièrement à vous pour la gestion de son site internet, la mise en ligne des épisodes ou encore l'analyse des statistiques. Avec Podcastics, ce mode de fonctionnement n'est pas gravé dans le marbre. Ainsi, vous pouvez tout à fait garder la main sur votre émission tout en choisissant de déléguer certaines tâches ou responsabilités à vos partenaires. Commençons toutefois par le commencement, et en l'occurrence l'acte de naissance de votre podcast sur Podcastics. Vous avez créé un compte sur notre plateforme, vous venez de choisir une formule d'abonnement et vous avez procédé à la création ou à l'import de votre podcast en suivant le mode opératoire décrit dans notre guide en cinq étapes. L'heure est maintenant venue de renseigner ou de mettre à jour des éléments fondamentaux tels que la description de votre podcast, sa jaquette, son site web ou ses auteurs. Et comme vous l'avez compris, c'est ce dernier sujet qui nous intéresse tout particulièrement ici puisqu'il permet la mise en valeur de vos partenaires à travers la gestion des permissions et éventuels comptes clients. La gestion des permissions Dans cette aventure, vous êtes de toute évidence le leader de la bande. Rien ne vous oblige pour autant à tout faire seul. Sur Podcastics, vous pouvez confier à vos compères des responsabilités d'Admin, de Manager ou d'Analyste : Un Admin possède les mêmes super-pouvoirs que le propriétaire du podcast à une nuance près : il ne peut pas supprimer le podcast ni en gérer l'abonnement. Un Manager peut modifier les infos du podcast (sans toucher aux permissions) ; ajouter, modifier ou supprimer des épisodes ; avoir accès aux statistiques, au flux RSS (sans toutefois gérer les liens Apple Podcasts, Spotify ou autres), aux lecteurs audio (mais pas à leurs options de personnalisation), au site web (mais toujours sans le personnaliser)... Il peut aussi ajouter, modifier ou supprimer des billets. En revanche, il ne peut pas gérer les options de monétisation. Un Analyste, enfin, dispose uniquement d'un accès aux statistiques du podcast. La gestion des comptes clients Dans une majorité de cas, l'auteur du podcast et la personne le gérant sur Podcastics seront un seul et même individu. Néanmoins il ne s'agit pas d'un mode de fonctionnement systématique. Peut-être, par exemple, être-vous un éditeur qui assure la gestion d'un podcast pour un client. Dans un tel cas de figure, il vous suffit de demander à votre client de créer (facilement et gratuitement) son propre compte Podcastics. Vous n'aurez alors qu'à renseigner ce compte dans le champ de l'auteur pour que son nom apparaisse en tant que tel sur le site du podcast, en lieu et place du vôtre. Si jamais il vous arrive par la suite de rédiger un commentaire sur le site, alors celui-ci sera affiché sous l'identité du compte client. Il en sera d'ailleurs de même si c'est un autre Admin ou un Manager qui est à l'origine de la manœuvre. Le truc en plus : lors de la mise en ligne d'un épisode, et dès lors que chacun de vos intervenants dispose d'un compte sur Podcastics, vous pouvez renseigner leurs noms ou pseudonymes dans un champ dédié, puis préciser leurs rôles respectifs (animateur, chroniqueur, invité spécial...). La composition de l'équipe apparaîtra alors sur le site web de l'épisode, et les visiteurs pourront même les contacter par messagerie privée.
  12. Vous en avez peut-être déjà fait l'expérience : il n'est pas toujours facile de tisser un lien constant avec ses auditeurs. Ces derniers aiment écouter vos émissions, mais une minorité d'entre eux ressentent l'envie d'y réagir ou de les commenter. Eh oui, même les réseaux sociaux ont leurs limites. Un site web digne de ce nom n'est donc pas de trop pour continuer de faire vivre votre podcast entre chaque épisode. Ce site web, Podcastics l'a pensé facile d'accès. Vos épisodes y apparaissent automatiquement dès leur publication. Votre flux Twitter y est mis à jour à chaque instant dès lors que vous avez pris la peine de le renseigner. Quant aux liens vers votre flux RSS, votre page Facebook, votre adresse mail ou votre compte Spotify, ils trônent eux aussi en bonne place. En un mot, chaque information importante y est consignée de sorte à en faire un véritable carrefour pour vos auditeurs. Pour autant, en terme de personnalisation, vous gardez la main sur tout : les couleurs, l'affichage de la jaquette, la possibilité offerte ou non à l'internaute de commenter vos épisodes et de les noter, la création d'un top épisodes permettant de mettre en exergue vos émissions les plus populaires, l'affichage ou non du nombre d'écoutes... Vous êtes ici chez vous, alors ne comptez pas sur nous pour vous imposer un certain papier peint ou vous interdire d'abattre une cloison ! D'ailleurs, si vous touchez un peu votre bille derrière un clavier, vous pouvez même renseigner vos CSS personnalisées et tout façonner à votre image. Une kyrielle de nouveaux outils à votre arsenal Une fois votre cocon adapté à votre goût et votre personnalité, l'heure est venue d'en exploiter les atouts du quotidien. Ce site web reprend en effet les ingrédients du blog en vous offrant la possibilité de rédiger des billets. Il s'agira tantôt du teasing d'un nouvel épisode, tantôt d'une annonce importante dans la vie de votre podcast, ou encore d'une série de clichés dévoilant les coulisses de votre dernière session d'enregistrement. Cet espace est le vôtre, et pour que vous puissiez vous l'approprier comme il se doit, son éditeur de texte a rempli de fonctionnalités telles que l'insertion automatique de vidéos YouTube ou Vimeo, et de posts Instagram, Facebook ou Twitter. Vous en voulez encore ? Jeter donc un œil à notre catalogue d'emojis ! "Dis donc chouchou, il est bien gentil l'autre gugusse avec ses emojis mais elles sont où les fonctions sociales qu'il a teasées il y a trois paragraphes ?". Elles arrivent ma p'tite dame, elles arrivent ! Vos auditeurs peuvent non seulement noter et commenter vos épisodes, mais ils ont aussi la possibilité de réagir à vos articles. Si vous voulez les convaincre de sauter le pas, vous pouvez même ajouter des sondages à vos publications. Et si d'aventure ils choisissent de s'abonner à votre podcast ou l'un de ses épisodes, alors ils seront à l'avenir destinataires de notifications qui leur assureront de ne rien manquer de vos actualités ou des débats que vous avez initiés. Le site web façon Podcastics c'est l'agora grecque ressuscitée, le forum romain sans les toges... le Speakers' Corner de Hyde Park depuis votre canapé ! En toute modestie. Même en mettant de côté les auditeurs, un podcast est rarement l'affaire d'une seule personne. Sans doute avez-vous vous autour de vous une équipe d'intervenants ou de chroniqueurs. Podcastics vous offre la possibilité de les impliquer encore davantage en leur confiant des droits spéciaux. Vous resterez bien sûr le seul habilité à gérer votre abonnement, mais vos partenaires pourront par exemple accéder aux statistiques de votre podcast ou rédiger des billets sur votre site. Idéal pour créer une saine émulation dans vos rangs !
  13. C'est avec en tête cette maxime de Léonard de Vinci que l'équipe de Podcastics a imaginé sa gamme de lecteurs audio de podcast. Ainsi, nul besoin de posséder des talents d'informaticien pour en exploiter les principaux atouts. Vous le constaterez vous-même : leur intégration dans une page web est un jeu d'enfant, et leur adaptation à chaque usage particulièrement soignée. Les lecteurs audio de podcast Le lecteur Étendu : idéal à intégrer dans le contenu d'une page web C'est le lecteur par défaut de Podcastics, que vous trouverez sur le site web de votre podcast. Il inclut toutes les fonctions de partage (email, téléchargement, Apple Podcasts, Spotify, Google Podcasts, Deezer, Stitcher…), selon que vous avez configuré ces options dans votre manager Podcastics. Il reprend, dans l'onglet « Informations » (la petite icône "i" en haut à droite), la description de votre épisode, sa date de publication et vos liens de réseaux sociaux. Comme tous les lecteurs audio Podcastics, il est entièrement compatible mobiles et tablettes. Le lecteur Étendu est un lecteur complet, prêt à vous rendre grandement service. Le lecteur Playlist : la liste des épisodes et le moteur de recherche Le lecteur Playlist reprend le format du lecteur Étendu et ajoute à sa suite la liste des épisodes de votre podcast. Cette liste affiche les saisons et numéros d'épisodes de vos émissions, ainsi que leur durée et leur date de publication. En haut de la liste des épisodes, vous trouverez un moteur de recherche capable de retrouver les termes de votre choix dans les fiches de présentation de vos émissions – il est caché par défaut, il vous suffit juste de faire défiler un peu la liste des émissions vers le bas. Diablement pratique ! Le petit plus de l'intégration façon Podcastics : dans un billet de votre site web, ou dans un commentaire, copiez-collez l'adresse du site web de votre podcast, la playlist s'affiche ; copiez-collez l'adresse de la page d'un épisode, c'est cette fois le lecteur étendu de cet épisode qui apparaît. Magique ! Le lecteur Light : la légèreté avant tout Vous avez de nombreux lecteurs à intégrer dans une page avec beaucoup de contenu ? C'est le lecteur Light qu'il vous faut ! Il reprend les contrôles essentiels pour lire votre émission, et ajoute un lien vers le site web de votre émission, ainsi que, selon la plateforme depuis laquelle vous le consultez, un bouton Apple Podcasts ou Google Podcasts. Le lecteur Jaquette : le visuel sublimé Si vous êtes particulièrement fier de la jaquette de votre podcast, le lecteur Jaquette l'affichera fièrement, avec, comme pour le lecteur Étendu, les options de partage et l'onglet Informations. Le lecteur Large : le lecteur ultime La jaquette de votre podcast apparaît ici en pleine largeur, mais il reste possible de naviguer entre les épisodes. À réserver aux grands espaces ! Personnalisez votre lecteur audio de podcast Bien entendu, vous n'êtes pas cantonné au gris et une large palette de couleurs vous est proposée pour customiser vos lecteurs. Vous pouvez ainsi modifier à loisir : la couleur de fond de vos lecteurs ; la couleur du texte ; la couleur des liens. Pour le lecteur Jaquette, vous pouvez également choisir l'ordre d'affichage des épisodes – chronologique ou antéchronologique. Pour les lecteurs Jaquette et Large, il vous est même possible de définir la position de la jaquette : en haut, au centre, ou bien en bas : Enfin, si vous êtes vraiment quelqu'un de sérieux et que savez coder les feuilles de style, vous pouvez même spécifier vos CSS personnalisées. Une liberté totale vous attend ! Pour dire les choses simplement, le lecteur qui vous ressemble est forcément sur Podcastics. Vous avez renseigné la page Patreon ou Paypal de votre podcast ? Le bouton "Soutenez-nous !" s'affiche alors automatiquement dans votre lecteur. Encore un truc en moins à gérer ! Intégration de votre lecteur audio de podcast Vous possédez un site web, et vous souhaitez y insérer l'un de vos lecteurs audio ? La manipulation est extrêmement simple. Pour chaque lecteur, votre manager Podcastics vous présente ses options de personnalisation, et produit automatiquement le code HTML à coller dans votre page : On vous l'avait dit, les lecteurs audio de Podcastics sont un jeu d'enfant !
  14. Social media is a main key to your future success. Podcast fans are young and into new technologies. Most of your listeners use Twitter, that’s for sure, so use it too! You must promote your next episode through your social pages. Many hosts also utilize and automatic video player. Through Twitter and Instagram, you can also stay in touch with your audience and create a real community: by bouncing back on headlines and linking them to the content of your shows; by inviting them backstage, showing a couple of sneak peeks of your recording sessions; by teasing or plugging your next episode; by interacting through “inside jokes” linked to past episodes (don’t force yourself, it will come naturally); by actively exchanging, either by answering questions or asking your audience to share their ideas and advice so you can improve your podcast... This list is not exhaustive. There are other ways to interact with your followers. Still, Twitter and Instagram are the best tools to reach a new audience and gain visibility. If you are no expert in hashtags and retweets, there is plenty of good advice online you may find useful. Who knows, maybe the podcaster in the making will also become a marketing genius someday!
  15. Les réseaux sociaux constituent naturellement l'un de ces principaux vecteurs de croissance. Le public des podcasts est à la fois jeune et connecté. Bon nombre de vos auditeurs sont par exemple actifs sur Twitter. Soyez-le également ! La plateforme semble un point de passage obligé pour annoncer la sortie d'un nouvel épisode, et ce d'autant plus que la plupart des hébergeurs y proposent l'intégration automatique du player. Ne négligez pas Facebook ou Instagram pour autant : eux aussi vous offrent l'opportunité de maintenir le contact avec vos auditeurs et de développer une véritable communauté. Comment ? Sur le papier, assurer la promotion d'un média audio à travers l'écrit, même court, représente un vrai challenge. Facteur aggravant : le simple fait de gérer un podcast prend déjà beaucoup de temps et d'énergie. Certains podcasteurs en auront certes encore sous le coude pour se lancer dans la course aux retweets, mais d'autres devront se contenter sur ce terrain du minimum syndical. Comme souvent, il s'agira donc pour vous d'ajuster vos ambitions à vos moyens et réciproquement. Voici tout de même quelques bonnes pratiques susceptibles d'être adoptées par tous les profils de podcasteurs : rebondir sur les actualités en lien avec le contenu de vos émissions ; teaser la sortie d'un prochain épisode, idéalement avec 24 heures d'avance, et n'hésitez pas à le repartager à plusieurs reprises dans les jours qui suivent ; ouvrir les coulisses de vos enregistrements à vos auditeurs à travers quelques photos ; créer une connivence à travers des "private jokes" faisant écho à d'anciennes émissions (ne vous forcez pas, cette interactivité se créera naturellement !) ; instaurer un dialogue actif, que ce soit en répondant aux questions qui vous sont soumises ou en invitant vos auditeurs à partager leurs idées et recommandations pour améliorer votre podcast... Si vous êtes sur Twitter (ce que nous recommandons fortement, ce réseau étant le repaire d'une majorité des podcasteurs), nous vous conseillons de suivre un maximum de comptes qui ont trait à votre thématique, à votre univers, ou à votre profession. En vous abonnant à ces comptes, vous constaterez que bien souvent, la réciprocité est de mise : les personnes concernées vous suivront à leur tour, et vous aurez vite fait de vous constituer une bonne réserve de followers. L'annonce d'un nouvel épisode de votre podcast n'en connaîtra alors qu'un plus grand écho. La viralité, ça ne s'improvise pas ! Voilà pour les objectifs de base. Passons maintenant à la méthode. Dans un monde où 90 % des podcasts réalisent 90 % de leurs écoutes dans les quatre jours qui suivent leur mise en ligne, il est essentiel de toucher rapidement le public le plus large possible. Pour y parvenir, vous disposez de quelques axes de réflexion en matière de viralité : les hashtags : que ce soit sur Twitter ou Instagram, le choix d'un bon hashtag vous permettra de toucher directement votre cible. Vous disposez d'un nombre de caractères réduit, alors faites-en sorte que chacun compte. Ne vous perdez pas en longues tirades et glissez un maximum de hashtags pertinents dans vos différentes annonces. les invités : pour conquérir un nouveau public, rien de plus efficace que de convier à votre micro une personnalité reconnue et/ou issue d'un autre podcast. Le tout, bien sûr, à la condition d'exploiter ce partenariat comme il se doit sur les réseaux sociaux dans les jours qui suivent la sortie de votre épisode. l'image : quel que soit le réseau social qui a vos faveurs, un visuel y aura toujours plus d'impact qu'un simple texte. D'innombrables outils, comme Quozio par exemple, vous donnent la possibilité de mettre en image une citation issue de votre dernier épisode. Une bonne façon de varier les plaisirs. la vidéo : encore mieux que la simple image ! Là encore, plusieurs outils (comme Wavve) vous permettent de créer des clips de quelques dizaines de secondes sur la base d'un visuel et d'un extrait audio. Ces pastilles sont idéales pour créer de l'intérêt autour de votre podcast et donner envie à l'internaute de passage d'écouter votre dernière émission.
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this website, you accept the use of cookies in accordance with our Privacy Policy.