Jump to content

Podcastics • Community

Moderator
  • Content Count

    31
  • Joined

  • Last visited

1 Follower

Recent Profile Visitors

190 profile views
  1. En tant qu'auditeur, vous ne vous êtes peut-être jamais posé la question du processus qui vous permettait d'accéder à un podcast en trois clics depuis votre téléphone. En tant que podcasteur, vous allez pourtant devoir être capable d'y répondre. Eh oui, les émissions n'apparaissent pas comme par magie sur Apple Podcasts, Spotify, Podcast Addicts ou encore Google Podcasts. Toutes ces plateformes s'appuient un flux RSS qui est en quelque sorte la ligne de vie de votre podcast. À chaque fois qu'un nouvel épisode est mis en ligne, celui-ci apparaît automatiquement dans les divers logiciels d'écoute auxquels le flux RSS a été transmis. C'est bien beau tout ça, mais comment passer du stade du simple fichier audio à celui du flux RSS ? Tout simplement en ayant recours aux services d'un hébergeur qui, non content d'accueillir vos fichiers sur la toile, va aussi vous fournir le si précieux flux. En la matière, vous avez face à vous deux possibilités : des solutions gratuites ou très peu coûteuses qui, avec un peu débrouille, vous assureront des économies mais sans vous offrir des services complémentaires de qualité ; des solutions payantes, comme Podcastics, qui auront pour elles les avantages de la simplicité et du confort. Après tout, la gestion d'un podcast requiert déjà suffisamment de temps et d'énergie sans devoir se soucier au quotidien de la problématique de l'hébergement ! Héberger gratuitement (ou presque) son podcast : le système D Pas besoin d'être podcasteur pour savoir qu'il existe une kyrielle de solution pour héberger ses fichiers (audio ou non). Google Drive, OneDrive, Dropbox... La liste est longue et les options ne manquent pas. Tous ces services ont un point commun : ils permettent de déposer et partager ses fichiers avec le monde à partir du cloud. Dans un autre registre, vous pouvez aussi vous appuyer sur le site Archive.org. Cette bibliothèque en ligne héberge vos fichiers gratuitement dès lors que vous acceptez qu'ils soient librement consultables. Enfin, il est également possible de recourir à un serveur web moyennant quelques euros. OVH propose par exemple des formules d'abonnement allant de 1,79 à 11,99 € par mois TTC. Soyez toutefois attentif au contenu de ces formules : l'abonnement à 1,79 € n'offrant qu'1 Go d'espace disque, il suffira de quelques épisodes pour que cette limite soit atteinte. Comptez donc au minimum 3,59 € par mois pour avoir l'esprit tranquille avec 100 Go d'espace disque. Ces différentes options s'adressent en premier lieu aux podcasteurs qui se sentent très à l'aise avec l'informatique. Une fois vos fichiers hébergés, il vous faudra créer votre flux RSS vous-même : soit manuellement si vous disposez d'un certain bagage en programmation, soit en faisant appel à un logiciel de création de flux. Et bien entendu, une fois ces obstacles franchis, vous ne disposerez pas des différents services proposés par les hébergeurs spécialisés : statistiques, lecteurs audio, fonctionnalités sociales etc. Pour cette raison, Podcastics a imaginé une formule d'abonnement sans équivalent : Premium. Avec Premium, vous restez maître de votre hébergement (éventuellement gratuit avec Google Drive ou Archive.org par exemple) mais avez accès à tous les autres services de Podcastics : l'import et la gestion du podcast, la création d'un flux RSS, un site web avec des fonctions sociales, des lecteurs audio sexy, des statistiques détaillées... Et tout ça pour un montant de 5 € par mois seulement, contre 11 € par mois pour notre formule Pro incluant l'hébergement. Les hébergeurs spécialisés : payant mais confortable En matière d'hébergement, le premier réflexe des podcasteurs en herbe est souvent de songer à SoundCloud. Et pourtant, l'entreprise suédoise s'adresse d'abord et avant tout aux producteurs de contenus musicaux. À bien des égards, la plateforme est donc à la traîne s'agissant de services à destination des podcasteurs. Pourquoi à la traîne ? Tout simplement parce que de nombreux acteurs se sont engouffrés dans le secteur bien spécifique de l'hébergement de podcasts : Pippa, Libsyn ou encore Blubrry à l'international, Ausha et Podcastics en France... Toutes ces plateformes proposent aujourd'hui — à des degrés divers — des services plus complets que SoundCloud, et par dessus le marché sur la base d'une tarification au moins aussi compétitive. Sur Podcastics, la formule Pro incluant l'hébergement du podcast est ainsi disponible au prix de 11 € par mois. Ce tarif couvre non seulement l'import et la gestion de vos épisodes, mais aussi un site web personnalisable, des lecteurs audio bien calibrés pour partager vos contenus, des statistiques précises ou encore des fonctionnalités sociales sans équivalent afin de tisser un lien constant avec vos auditeurs... Mais au-delà de tout ça, Podcastics a été pensé pour vous offrir de la simplicité et du confort. Réaliser un podcast requiert plus de temps et d'énergie que vous ne l'imaginez sans doute. Pour savourer pleinement cette expérience, focalisez-vous sur l'essentiel et laissez-nous nous occuper du reste ! Comme Buzz l'Éclair, Podcastics vous accompagne vers l'infini et au-delà ! C'est peut-être tabou, mais un podcast parfois ça s'arrête. Et quand ce jour arrive, la question de l'hébergement se pose à nouveau : faut-il mettre un terme à votre abonnement, et ainsi priver les auditeurs de vos épisodes, ou au contraire le renouveler sur la durée pour un tarif élevé ? Pour vous éviter ce dilemme, Podcastics a imaginé une formule Archive inédite sur le marché. Pour 5 € par mois seulement (contre 11 € pour un podcast actif), vous conservez tous vos épisodes en ligne ainsi qu'un accès à toutes les fonctionnalités (site web, lecteurs audio, statistiques...). Et si un jour vous décidez d'enregistrer de nouveaux épisodes, vous pouvez repasser en deux clics à une formule Pro. Royal, non ?
  2. 1. Choisir une formule d'abonnement Votre aventure de podcasteur commence ici, ou plutôt sur la page Créer un podcast de Podcastics. Diverses formules d'abonnement vous sont proposées. Choisissez celle qui correspond le mieux à vos besoins et vos attentes. Pour vous faciliter la tâche, vous trouverez sur cette page quelques explications à propos du contenu de chaque offre. Partons du principe que vous soyez en quête d'une solution complète, et donc d'une formule incluant l'hébergement de votre podcast en plus du site web, des statistiques et des lecteurs audio. Dans ce cas, notre offre Pro n'attend plus que vous ! 2. Créer un compte Vous venez de sélectionner une formule d'abonnement. Si ce n'est pas déjà fait, l'heure est venue de vous créer un compte sur Podcastics. Pour ce faire, vous êtes invité à renseigner un certain nombre d'informations telles que votre nom d'utilisateur, votre adresse mail ou encore votre mot de passe. Exactement comme à peu près partout où vous avez l'habitude de vous promener sur internet . Pas bien sorcier, n'est-ce pas ? 3. Créer ou importer le podcast Venons-en maintenant aux choses sérieuses ! Une fois votre formule d'abonnement choisie et votre compte créé, deux possibilités vous sont offertes : Importer un podcast existant ou Créer un nouveau podcast. L'option Importer ne concerne bien entendu que les podcasts existants, c'est-à-dire ceux qui disposent déjà d'un flux RSS, d'épisodes... Pour faire court, ceux qui ont eu une première vie avant Podcastics. Si en revanche vos fichiers audio attendent encore de rencontrer leurs premiers auditeurs, c'est l'autre choix qu'il vous faut valider : Créer un nouveau podcast. 4. Renseigner la fiche du podcast L'heure est venue de baptiser votre podcast ! Voilà des semaines déjà que vous imaginez votre émission et ses contours, que vous planchez sur son titre, que vous affinez sa jaquette. Ça tombe bien, ce sont justement ces champs que vous devez maintenant renseigner : le titre ultra sexy de votre podcast, un sous-titre percutant, une description fidèle et qui donne envie, une jaquette qui attire l'œil... C'est aussi à ce stade que vous allez ranger votre podcast dans une catégorie et éventuellement une sous-catégorie, déterminer l'ordre de présentation de vos épisodes, ajouter vos éventuelles références sur les réseaux sociaux... En un mot, rédiger la carte d'identité de votre podcast. 5. Ajouter des épisodes Tranquillement, nous voilà déjà à la dernière étape de votre entrée en scène sur Podcastics ! Il s'agit bien sûr de la plus importante, à savoir le transfert et l'hébergement de vos épisodes sur la plateforme. N'en faites pas une montagne : tout va se passer comme sur des roulettes. Voilà à quoi ressemble la page que vous avez sous les yeux si vous avez surmonté sans encombre les quatre étapes précédentes : Avouez qu'on a déjà vu plus intimidant ! Si vous avez déjà vos premiers épisodes sous la main (en format mp3 ou m4a et d'une taille maximale de 300MB), la suite n'est qu'une formalité. Surtout si vous avez déjà jeté un œil à notre article sur l'art de bien présenter vos épisodes à l'écrit. Et s'il vous reste encore à les enregistrer, ces fameux épisodes... Eh bien vous auriez dû le dire tout de suite ! Notre section Aide regorge de conseils et astuces. On vous recommande notamment nos articles relatifs au choix d'un bon micro ou aux rudiments de l'enregistrement et du montage avec Audacity. Et bien sûr de revenir nous voir, avec un mélange d'impatience et de fébrilité, dès que vos fichiers audio seront prêts à être importer. On a beau en avoir vu naître quelques-uns, l'accouchement d'un nouveau podcast nous fait toujours quelque chose !
  3. Free : gratuit et basique Vous avez bien entendu : les fonctionnalités de base de Podcastics sont accessibles sans bourse délier. Bien entendu, ce pack gratuit ne comprend ni l'hébergement, ni les statistiques, ni les lecteurs audio. En revanche, il vous offre la possibilité d'importer votre podcast, de le gérer et de bénéficier de quelques avantages appréciables parmi lesquels : un site web présentant les informations essentielles de votre podcast ainsi que l'ensemble de ses épisodes (sans possibilité de le personnaliser ou de rédiger des articles) une exposition auprès des auditeurs qui utilisent Podcastics, lesquels pourront en conséquence avoir recours à son système de notifications et d'abonnement. Pour ces raisons, la formule Free s'adresse avant tout aux podcasteurs qui disposent déjà d'une solution d'hébergement et aimeraient simplement se familiariser avec l'interface de Podcastics. Ne vous en privez pas : non seulement ça ne coûte rien, mais en plus on prend le pari que vous vous sentirez bien à nos côtés ! Premium : 5 € pour l'essentiel hors hébergement Vous disposez déjà d'une solution d'hébergement ? Bonne nouvelle : vous pouvez bénéficier de l'essentiel des fonctionnalités de Podcastics pour le prix d'un Happy Meal. Et comme vous avez passé l'âge de commander ce menu (ne nous voilons pas la face), inutile d'hésiter plus longtemps entre les deux options ! Un site web personnalisable et prêt à accueillir vos articles, des statistiques pertinentes, des avis, des notes, des commentaires : voilà ce que vous propose Podcastics à travers la formule Premium. Une qualité de service inégalée pour ce montant, et qui vous offrira à la fois du confort et de nouvelles perspectives dans votre vie de podcasteur. Pro : 11 € pour l'offre complète avec hébergement À tous les services de Podcastics, vous souhaitez ajouter l'hébergement pour tout centraliser sur une même plateforme. Vous avez frappé à la bonne porte. Stockage illimité, bande passante illimitée, recours aux puissants serveurs d'Amazon : notre offre Pro ne vous décevra pas. Cerise sur le gâteau : un Réseau de Diffusion de Contenu (CDN en anglais) répliquera vos fichiers audio à huit localisations différentes en Europe et en Amérique du Nord. En permettant à vos auditeurs d'être plus proches d'eux, il leur garantira un accès accéléré à votre podcast et donc un temps d'attente réduit. Votre podcast n'est plus actif ? Afin que vous puissiez le garder en ligne à un tarif raisonnable, Podcastics a imaginé pour vous la formule Archive. En contrepartie d'un abonnement de 5 € par mois seulement, vous pourrez ainsi bénéficier de toutes les fonctionnalités de la formule Pro, et notamment son hébergement performant. Bien sûr rien n'est définitif : si jamais l'envie vous prend un jour de recommencer à publier des épisodes, alors vous pourrez basculer en deux clics vers une offre Pro ou Max. Max : 49 € pour un hébergement à très haute vitesse Vous voulez le meilleur pour votre podcast ? La Rolls Royce de l'hébergement ? Vous avez les moyens de vos ambitions ? Avec notre formule Max, embarquez pour la très haute vitesse partout dans le monde grâce à la réplication de vos fichiers audio dans 35 localisations. Asie, Afrique du Sud, Brésil... Où qu'ils se trouvent sur la planète (sauf peut-être en Sibérie ou en Patagonie), vos auditeurs se délecteront de votre podcast sans que leur patience soit mise à l'épreuve. Au-dessus c'est le soleil !
  4. Parce que vous êtes considéré comme le cerveau de la bande, l'équipe de votre podcast s'en remet entièrement à vous pour la gestion de son site internet, la mise en ligne des épisodes ou encore l'analyse des statistiques. Avec Podcastics, ce mode de fonctionnement n'est pas gravé dans le marbre. Ainsi, vous pouvez tout à fait garder la main sur votre émission tout en choisissant de déléguer certaines tâches ou responsabilités à vos partenaires. Commençons toutefois par le commencement, et en l'occurrence l'acte de naissance de votre podcast sur Podcastics. Vous venez de vous créer un compte sur notre plateforme et de choisir une formule d'abonnement. Selon que votre podcast existe déjà ou non, vous devez alors choisir de le créer ou de l'importer. Si vous optez pour un import, vous bénéficiez encore une fois de deux options : soit ajouter votre flux RSS, soit demander à Podcastics de le retrouver sur Apple Podcasts. Un véritable jeu d'enfants puisqu'il vous suffit alors d'entrer le nom de votre émission, notre moteur de recherche se chargeant du reste. Maintenant que votre podcast est officiellement sur Podcastics, vous pouvez renseigner ou mettre à jour des éléments fondamentaux comme sa description, sa jaquette, son site web ou ses auteurs. Et comme vous l'avez compris, c'est ce dernier sujet qui nous intéresse tout particulièrement ici puisqu'il permet la mise en valeur de vos partenaires à travers la gestion des permissions et éventuels comptes clients. La gestion des permissions Dans cette aventure, vous êtes de toute évidence le leader de la bande. Rien ne vous oblige pour autant à tout faire seul. Sur Podcastics, vous pouvez confier à vos compères des responsabilités d'Admins, de Managers ou d'Analystes : Un Admin possède les mêmes super-pouvoirs que le propriétaire du podcast à une nuance près : il ne peut pas supprimer le podcast ni en gérer l'abonnement. Un Manager peut modifier les infos du podcast (sans toucher aux permissions) ; ajouter, modifier ou supprimer des épisodes ; avoir accès aux statistiques, au flux RSS (sans toutefois gérer les liens Apple Podcasts, Spotify ou autres), aux lecteurs audio (mais pas à leurs options de personnalisation), au site web (mais toujours sans le personnaliser)... Il peut aussi ajouter, modifier ou supprimer des billets. En revanche, il ne peut pas gérer les options de monétisation. Un Analyste, enfin, dispose uniquement d'un accès aux statistiques du podcast. La gestion des comptes clients Dans une majorité de cas, l'auteur du podcast et la personne le gérant sur Podcastics seront un seul et même individu. Néanmoins il ne s'agit pas d'un mode de fonctionnement systématique. Peut-être, par exemple, être-vous un éditeur qui assure la gestion d'un podcast pour un client. Dans un tel cas de figure, il vous suffit de demander à votre client de créer (facilement et gratuitement) son propre compte Podcastics. Vous n'aurez alors qu'à renseigner ce compte dans le champ de l'auteur pour que son nom apparaisse en tant que tel sur le site du podcast, en lieu et place du vôtre. Si jamais il vous arrive par la suite de rédiger un commentaire sur le site, alors celui-ci sera affiché sous l'identité du compte client. Il en sera d'ailleurs de même si c'est un autre Admin ou un Manager qui est à l'origine de la manœuvre.
  5. Qui sont vos auditeurs et comment écoutent-ils votre podcast ? C'est avec l'ambition de répondre à ces questions, et bien entendu de coller au plus près de la réalité, que Podcastics a apporté un soin particulier à son module de statistiques. La fiabilité des chiffres, toutefois, ne fait pas tout : leur présentation et leur lisibilité importe au moins autant dès lors que vous souhaitez en tirer de réels enseignements, et pourquoi pas améliorer certaines de vos pratiques (comme par exemple l'horaire de mise en ligne de vos épisodes, ou le choix de leurs thématiques). Vous le constaterez à l'usage : vous disposez d'abord d'une grande flexibilité dans la mise en exergue des statistiques qui vous intriguent le plus. Tous les podcasteurs ne sont pas intéressés par les mêmes données. Parfois, les attentes d'un même individu évoluent aussi au fil de sa vie de podcasteur. Pour toutes ces raison, vous avez la liberté de consulter les données d'ensemble de votre podcast comme celle d'un épisode précis, mais aussi d'examiner plus particulièrement n'importe quelle période : journée, semaine, mois... Selon vos choix, Podcastics fera alors en sorte de vous offrir l'affichage le plus pertinent grâce à : un sélecteur de dates "contextuel" : en fonction de l'épisode choisi, la plage de dates proposée variera de façon à toujours vous offrir un intervalle de date cohérent avec votre sélection. une présentation "intelligente" des écoutes : selon la durée choisie dans le sélecteur de dates, les stats s'afficheront selon une période horaire, journalière ou encore mensuelle. Mieux qu'un long discours, voici quelques visuels de nature à vous donner un meilleur aperçu des statistiques à la sauce Podcastics ! Le graph de la vie du podcast Oui, la ligne verte correspond bien à la moyenne des écoutes en fonction de l'unité de temps choisie (en l'occurrence le mois). Le camembert avec les proportions par épisode Pas besoin d'attendre les prochaines élections législatives pour assouvir votre passion pour l'affichage en hémicycle ! La courbe comparative des épisodes Accordez quelques jours à votre dernier épisode et cette courbe ne pointera plus vers le bas. La répartition des écoutes par appareil La répartition des écoutes par lecteur Tous ces visuels ne représentent bien entendu qu'un aperçu très partiel de ce que Podcastics a dans le ventre. Tenez par exemple : pourquoi patienter plusieurs semaines avant de pouvoir déterminer si votre dernier épisode réalise de meilleures performances que les précédents ? Ne serait-il pas appréciable, dès la première semaine de diffusion, de pouvoir comparer les données dont vous disposez avec celles des anciennes émissions ? Spoiler alert : on veut bien s'en occuper. Les performances du démarrage
  6. Vous en avez peut-être déjà fait l'expérience : il n'est pas toujours facile de tisser un lien constant avec ses auditeurs. Ces derniers aiment écouter vos émissions, mais une minorité d'entre eux ressentent l'envie d'y réagir ou de les commenter. Eh oui, même les réseaux sociaux ont leurs limites. Un site web digne de ce nom n'est donc pas de trop pour continuer de faire vivre votre podcast entre chaque épisode. Ce site web, Podcastics l'a pensé facile d'accès. Vos épisodes y apparaissent automatiquement dès leur publication. Votre flux Twitter y est mis à jour à chaque instant dès lors que vous avez pris la peine de le renseigner. Quant aux liens vers votre flux RSS, votre page Facebook, votre adresse mail ou votre compte Spotify, ils trônent eux aussi en bonne place. En un mot, chaque information importante y est consignée de sorte à en faire un véritable carrefour pour vos auditeurs. Pour autant, en terme de personnalisation, vous gardez la main sur tout : les couleurs, l'affichage de la jaquette, la possibilité offerte ou non à l'internaute de commenter vos épisodes et de les noter, la création d'un top épisodes permettant de mettre en exergue vos émissions les plus populaires, l'affichage ou non du nombre d'écoutes... Vous êtes ici chez vous, alors ne comptez pas sur nous pour vous imposer un certain papier peint ou vous interdire d'abattre une cloison ! D'ailleurs, si vous touchez un peu votre bille derrière un clavier, vous pouvez même renseigner vos CSS personnalisées et tout façonner à votre image. Une kyrielle de nouveaux outils à votre arsenal Une fois votre cocon adapté à votre goût et votre personnalité, l'heure est venue d'en exploiter les atouts du quotidien. Ce site web reprend en effet les ingrédients du blog en vous offrant la possibilité de rédiger des billets. Il s'agira tantôt du teasing d'un nouvel épisode, tantôt d'une annonce importante dans la vie de votre podcast, ou encore d'une série de clichés dévoilant les coulisses de votre dernière session d'enregistrement. Cet espace est le vôtre, et pour que vous puissiez vous l'approprier comme il se doit, son éditeur de texte a rempli de fonctionnalités telles que l'insertion automatique de vidéos YouTube ou Vimeo, et de posts Instagram, Facebook ou Twitter. Vous en voulez encore ? Jeter donc un œil à notre catalogue d'emojis ! "Dis donc chouchou, il est bien gentil l'autre gugusse avec ses emojis mais elles sont où les fonctions sociales qu'il a teasées il y a trois paragraphes ?". Elles arrivent ma p'tite dame, elles arrivent ! Vos auditeurs peuvent non seulement noter et commenter vos épisodes, mais ils ont aussi la possibilité de réagir à vos articles. Si vous voulez les convaincre de sauter le pas, vous pouvez même ajouter des sondages à vos publications. Et si d'aventure ils choisissent de s'abonner à votre podcast ou l'un de ses épisodes, alors ils seront à l'avenir destinataires de notifications qui leur assureront de ne rien manquer de vos actualités ou des débats que vous avez initiés. Le site web façon Podcastics c'est l'agora grecque ressuscitée, le forum romain sans les toges... le Speakers' Corner de Hyde Park depuis votre canapé ! En toute modestie. Même en mettant de côté les auditeurs, un podcast est rarement l'affaire d'une seule personne. Sans doute avez-vous vous autour de vous une équipe d'intervenants ou de chroniqueurs. Podcastics vous offre la possibilité de les impliquer encore davantage en leur confiant des droits spéciaux. Vous resterez bien sûr le seul habilité à gérer votre abonnement, mais vos partenaires pourront par exemple accéder aux statistiques de votre podcast ou rédiger des billets sur votre site. Idéal pour créer une saine émulation dans vos rangs !
  7. C'est avec en tête cette maxime de Léonard de Vinci que l'équipe de Podcastics a imaginé sa gamme de lecteurs audio de podcast. Ainsi, nul besoin de posséder des talents d'informaticien pour en exploiter les principaux atouts. Vous le constaterez vous-même : leur intégration dans une page web est un jeu d'enfant, et leur adaptation à chaque usage particulièrement soignée. Les lecteurs audio de podcast Le lecteur Étendu : idéal à intégrer dans le contenu d'une page web C'est le lecteur par défaut de Podcastics, que vous trouverez sur le site web de votre podcast. Il inclut toutes les fonctions de partage (email, téléchargement, Apple Podcasts, Spotify, Google Podcasts, Deezer, Stitcher…), selon que vous avez configuré ces options dans votre manager Podcastics. Il reprend, dans l'onglet « Informations » (la petite icône "i" en haut à droite), la description de votre épisode, sa date de publication et vos liens de réseaux sociaux. Comme tous les lecteurs audio Podcastics, il est entièrement compatible mobiles et tablettes. Le lecteur Étendu est un lecteur complet, prêt à vous rendre grandement service. Le lecteur Playlist : la liste des épisodes et le moteur de recherche Le lecteur Playlist reprend le format du lecteur Étendu et ajoute à sa suite la liste des épisodes de votre podcast. Cette liste affiche les saisons et numéros d'épisodes de vos émissions, ainsi que leur durée et leur date de publication. En haut de la liste des épisodes, vous trouverez un moteur de recherche capable de retrouver les termes de votre choix dans les fiches de présentation de vos émissions – il est caché par défaut, il vous suffit juste de faire défiler un peu la liste des émissions vers le bas. Diablement pratique ! Le petit plus de l'intégration façon Podcastics : dans un billet de votre site web, ou dans un commentaire, copiez-collez l'adresse du site web de votre podcast, la playlist s'affiche ; copiez-collez l'adresse de la page d'un épisode, c'est cette fois le lecteur étendu de cet épisode qui apparaît. Magique ! Le lecteur Light : la légèreté avant tout Vous avez de nombreux lecteurs à intégrer dans une page avec beaucoup de contenu ? C'est le lecteur Light qu'il vous faut ! Il reprend les contrôles essentiels pour lire votre émission, et ajoute un lien vers le site web de votre émission, ainsi que, selon la plateforme depuis laquelle vous le consultez, un bouton Apple Podcasts ou Google Podcasts. Le lecteur Jaquette : le visuel sublimé Si vous êtes particulièrement fier de la jaquette de votre podcast, le lecteur Jaquette l'affichera fièrement, avec, comme pour le lecteur Étendu, les options de partage et l'onglet Informations. Le lecteur Large : le lecteur ultime La jaquette de votre podcast apparaît ici en pleine largeur, mais il reste possible de naviguer entre les épisodes. À réserver aux grands espaces ! Personnalisez votre lecteur audio de podcast Bien entendu, vous n'êtes pas cantonné au gris et une large palette de couleurs vous est proposée pour customiser vos lecteurs. Vous pouvez ainsi modifier à loisir : la couleur de fond de vos lecteurs ; la couleur du texte ; la couleur des liens. Pour le lecteur Jaquette, vous pouvez également choisir l'ordre d'affichage des épisodes – chronologique ou antéchronologique. Pour les lecteurs Jaquette et Large, il vous est même possible de définir la position de la jaquette : en haut, au centre, ou bien en bas : Enfin, si vous êtes vraiment quelqu'un de sérieux et que savez coder les feuilles de style, vous pouvez même spécifier vos CSS personnalisées. Une liberté totale vous attend ! Pour dire les choses simplement, le lecteur qui vous ressemble est forcément sur Podcastics. Vous avez renseigné la page Patreon ou Paypal de votre podcast ? Le bouton "Soutenez-nous !" s'affiche alors automatiquement dans votre lecteur. Encore un truc en moins à gérer ! Intégration de votre lecteur audio de podcast Vous possédez un site web, et vous souhaitez y insérer l'un de vos lecteurs audio ? La manipulation est extrêmement simple. Pour chaque lecteur, votre manager Podcastics vous présente ses options de personnalisation, et produit automatiquement le code HTML à coller dans votre page : On vous l'avait dit, les lecteurs audio de Podcastics sont un jeu d'enfant !
  8. Social media is a main key to your future success. Podcast fans are young and into new technologies. Most of your listeners use Twitter, that’s for sure, so use it too! You must promote your next episode through your social pages. Many hosts also utilize and automatic video player. Through Twitter and Instagram, you can also stay in touch with your audience and create a real community: by bouncing back on headlines and linking them to the content of your shows; by inviting them backstage, showing a couple of sneak peeks of your recording sessions; by teasing or plugging your next episode; by interacting through “inside jokes” linked to past episodes (don’t force yourself, it will come naturally); by actively exchanging, either by answering questions or asking your audience to share their ideas and advice so you can improve your podcast... This list is not exhaustive. There are other ways to interact with your followers. Still, Twitter and Instagram are the best tools to reach a new audience and gain visibility. If you are no expert in hashtags and retweets, there is plenty of good advice online you may find useful. Who knows, maybe the podcaster in the making will also become a marketing genius someday!
  9. Les réseaux sociaux constituent naturellement l'un de ces principaux vecteurs de croissance. Le public des podcasts est à la fois jeune et connecté. Bon nombre de vos auditeurs sont par exemple actifs sur Twitter. Soyez-le également ! La plateforme semble un point de passage obligé pour annoncer la sortie d'un nouvel épisode, et ce d'autant plus que la plupart des hébergeurs y proposent l'intégration automatique du player. Ne négligez pas Facebook ou Instagram pour autant : eux aussi vous offrent l'opportunité de maintenir le contact avec vos auditeurs et de développer une véritable communauté. Comment ? Sur le papier, assurer la promotion d'un média audio à travers l'écrit, même court, représente un vrai challenge. Facteur aggravant : le simple fait de gérer un podcast prend déjà beaucoup de temps et d'énergie. Certains podcasteurs en auront certes encore sous le coude pour se lancer dans la course aux retweets, mais d'autres devront se contenter sur ce terrain du minimum syndical. Comme souvent, il s'agira donc pour vous d'ajuster vos ambitions à vos moyens et réciproquement. Voici tout de même quelques bonnes pratiques susceptibles d'être adoptées par tous les profils de podcasteurs : rebondir sur les actualités en lien avec le contenu de vos émissions ; teaser la sortie d'un prochain épisode, idéalement avec 24 heures d'avance, et n'hésitez pas à le repartager à plusieurs reprises dans les jours qui suivent ; ouvrir les coulisses de vos enregistrements à vos auditeurs à travers quelques photos ; créer une connivence à travers des "private jokes" faisant écho à d'anciennes émissions (ne vous forcez pas, cette interactivité se créera naturellement !) ; instaurer un dialogue actif, que ce soit en répondant aux questions qui vous sont soumises ou en invitant vos auditeurs à partager leurs idées et recommandations pour améliorer votre podcast... La viralité, ça ne s'improvise pas ! Voilà pour les objectifs de base. Passons maintenant à la méthode. Dans un monde où 90 % des podcasts réalisent 90 % de leurs écoutes dans les quatre jours qui suivent leur mise en ligne, il est essentiel de toucher rapidement le public le plus large possible. Pour y parvenir, vous disposez de quelques axes de réflexion en matière de viralité : les hashtags : que ce soit sur Twitter ou Instagram, le choix d'un bon hashtag vous permettra de toucher directement votre cible. Vous disposez d'un nombre de caractères réduit, alors faites-en sorte que chacun compte. Ne vous perdez pas en longues tirades et glissez un maximum de hashtags pertinents dans vos différentes annonces. les invités : pour conquérir un nouveau public, rien de plus efficace que de convier à votre micro une personnalité reconnue et/ou issue d'un autre podcast. Le tout, bien sûr, à la condition d'exploiter ce partenariat comme il se doit sur les réseaux sociaux dans les jours qui suivent la sortie de votre épisode. l'image : quel que soit le réseau social qui a vos faveurs, un visuel y aura toujours plus d'impact qu'un simple texte. D'innombrables outils, comme Quozio par exemple, vous donnent la possibilité de mettre en image une citation issue de votre dernier épisode. Une bonne façon de varier les plaisirs. la vidéo : encore mieux que la simple image ! Là encore, plusieurs outils (comme Wavve) vous permettent de créer des clips de quelques dizaines de secondes sur la base d'un visuel et d'un extrait audio. Ces pastilles sont idéales pour créer de l'intérêt autour de votre podcast et donner envie à l'internaute de passage d'écouter votre dernière émission.
  10. Recording your voice with Audacity Open Audacity and make sure your microphone has been set as a source (settings can be found in the top-left corner, next to the microphone icon). Now, the recording volume has been configured appropriately. Take a deep breath and click on that big and sexy red button. Your recording is now on and will end when you click on Stop. Easy, isn’t it? Recording a remote podcast You’d like to record a show with friends or interview someone – but cannot meet in person? Don’t worry: there is a solution, already adopted by some of your favorite podcasters. So you know how to record your voice and chat with your friends over a long distance. But, how can you do both simultaneously and gather everyone’s track? Whichever instant messaging application you choose to use (e.g. Skype), it is strongly advised not to record the sound coming out of it. You probably know why out of experience: not to mention the not-so-great sound quality, but also the microphone cuts out and other inconveniences often occur. The best option is to ask each contributor to record their own voice. They will also need a recording software (Audacity or whatever else) and set it so that it only records the sound captured by their own microphone. Ideally, the contributors should synchronize and all press start recording at the same time. However, any lag can be fixed easily afterwards. Once you are done recording, remind the contributors to save their tracks straightaway under the same format (such as WAV). You can now use a file-transfer software, such as DropBox, to gather all the tracks. Editing each track in one click with Levelator Now that you have one or several tracks properly recorded and exported under the WAV format, let us introduce you to Levelator. While this software may not have been updated since late 2012, it is still the first thing that Reddit’s podcasters think about when asked which tool they (now) couldn’t do without. Levelator will become your new best friend if you are not yet an expert in editing or if you want to improve the quality of your files quickly. It is the best all-around editing software: it works as a compressor, a limiter, and a normalizer, among other things. But best of all, you don’t need any special or complex skill to use it. Just drag and drop your WAV file in the application window and you will get a file with perfectly set and adjusted audio levels. It only takes a few seconds or minutes of your patience, depending on the size of the file. Levelator is perfect in case of major gaps in volume in your recording or if you have to match several tracks. But these technical points aside, it still features two characteristics you’ll benefit from nonetheless: It offers a comfortable sound for the audience to listen to. It is quite helpful for you as it minimizes the time spent editing. Nice, right? Be careful though: you should only use Levelator for "spoken" or audible tracks. The only drawback of this software: it does not have an ear for music and may amplify the volume for melodies inappropriately. But if you stick to chats, debates or monologues, then you won’t be disappointed! Putting the tracks together with Audacity Have you noticed how things have been pretty simple so far? The good news is that it won’t really get much harder. Now that you have one or several tracks recorded, your next task is to unify them as one project using Audacity. This is where the actual editing phase begins. First of all, open your own track in Audacity (File, Open). Then, upload your contributors’ tracks in this very project (Import, Audio). Save your project under a new name (Save As) then press Play to see if all your tracks have been synchronized. If they haven’t, the easiest solution is to spot the track that is late, then select a silent part that is as long as this gap (long left click on this track), and finally cut off this part (Scissor icon). There are other ways to fix this but they are less instinctive. You can either use the time slide tool or spot the track that is in advance and create a silence that would be long enough (Generate, Silence). Anyway, if you can’t get the expected result, remember that nothing is final and that you can cancel the effects of your last actions (Edit, Cancel). Fixing the discrepancies of your tracks Once you have saved your recording and are satisfied with your content, there are a few basic editing steps to go through. Here are some of the problems you may face and how you can fix them: Silences that are too long In podcasts as well as in radio shows, silence is a friend only when used with caution. We call "dead air" the unintentional silences that break the rhythm of a show. These words speak for themselves, don’t they? In order to avoid dead air, the major radio stations use silence detectors that launch a safety soundtrack after a few silent seconds. For podcasters, editing remains their best asset. If you think a silent phase is too long, you just have to select it and delete it. You can do it with the Scissor icon in Audacity. Unnecessary bits to delete As they say in Spain, words sometimes lose what silence gains. In fact, when listening to the recording with fresh ears, you may decide that a message you deemed relevant at the time actually sounds redundant or unclear. If you can delete it without affecting the whole conversation itself nor its understanding, go for it. For the conversation to remain smooth, you only have to use the useful fade-in / fade-out tool. Select the end or beginning of a sentence, then select Effects and let the magic happen. If you do it right, the audience won’t notice it and won’t realize there is a bit missing. Background (or mouth) noises to delete As far as recurrent flaws are concerned, such as background noise (like the buzzing of a computer or the air conditioner) or mouth noise (like a deep breath between two spoken phases), it would be quite tedious to delete them manually. Don’t worry: with Audacity, you can erase similar discrepancies in a single move, in the Effects column. You’ll find a Noise reduction tool that works in two steps: first, select the "noise profile" on a short passage of your recording. Then, apply the noise reduction to the whole recording. The software will then spot all the bits featuring the same flaw and fix them equally. Handy, right? Jingles or extracts to add Adding audio extracts is important but it is so easy that there is no need to write too much about it. There are two things to do: “Import/Audio” to include the extract to your project (just like when you add tracks together – see above), then “Effects/Time slide” to insert said extract where you want it to be. If it is meant to feature between two conversations, you only need to create a silence where it can fit. However, if the jingle is meant to be heard over a discussion, then add it on top and lower the volume of the extract with the Amplification tool (Effects column). Amplification, Normalization, Compression, Equalization : the final touch Once you are done editing and finished with Levelator (or not), it is time to put the final touches on your project. To do so, use the various tools in Audacity’s Effects column: Amplifying With the Amplify tool, you can adjust the volume of one or several tracks while preserving the general balance of your project, through a suppression process. Beginner podcasters often have problems with a very low volume. This can be fixed through amplification. Normalizing Normalizing is about increasing or lowering the volume of the peaks (and only peaks). The aim is to set a regular level. The volume will then be adapted to reduce the gaps. You can test various parameters to find the best settings, and this also applies to the other steps of the editing process. Compressing The Audacity compressor will help you set the link between the minimal and maximal range in your recording. Set it properly (there are great tutorials online) and you will be able to amplify the sound without saturation. Equalizing The word speaks for itself: equalizing is about emphasizing or reducing one or more frequencies. Again, try and see what works best for you. Test some of the predefined curves in Audacity, even adjust them if needed, and then compare what you get to what you had before. If it works, then save your new settings so you can apply them in no time for your next project. Your audience might notice and enjoy the fact that your sound improves between episodes.
  11. Of course, you can smooth the rough edges by using your charm or sense of communication, but the best thing is to set a schedule and stick to it; this routine is crucial for both you and your audience. You can record a few episodes in advance if necessary, in order to anticipate any future obstacle. One can never be too cautious. You may have also noticed that most podcasts are posted on Mondays or Tuesdays rather than on Fridays or weekends? This is no coincidence: the number of listeners decreases throughout the week, so keep that in mind when you choose your day, but that doesn’t mean you need to do what everybody else does either. You should do what suits you the most: podcasting should fit in with your personal, family and professional life. Your listeners will do the same: they can listen to your shows right when they get released... or a few days later. Splitting a podcast into seasons: useful or useless? What is the purpose? First of all, it is not a prerequisite, as some themes or formats don’t require a break between two sets of episodes. However, splitting a show into several seasons can be useful or even clever when the topic or the point of view changes over time. Take Serial for instance: they start a new season as soon as they are finished with a case. But more importantly, splitting your show into seasons can give you a few weeks to rest, because the podcasting grind is tiring and time-consuming. It is natural to feel like taking a break once in a while. This may even be beneficial, as it will give you time to think about new ideas or views.
  12. Whatever the platform on which your podcast is hosted, there is always a field to fill in prior to uploading an episode, and it happens to be the most important one: the title. The reasons are manifold: The title gives clear and precise information about the content of the episode; The title helps with search engine optimization, so more people find your show when searching; The title entices the listener want to listen to the episode. It is hard to tick these three boxes in a single title. You may have to be funny or play on words to appeal to the audience, but this may be detrimental to search engine optimization or even affect the clarity of your message. In fact, you must find the right balance, even if it means dropping your pun for a slightly less funny but definitely more efficient phrase. Put yourself in your potential listeners’ shoes: which words related to the topic of your last episode are they likely to search? The answer to this question will help you choose the right words for your title. Don’t skip this step: adding a few keywords to your description text won’t change anything, as they will hardly have an impact. More often than not, your title is the key that will make the difference. These guiding principles are also ruled by common sense: Never go the easy way by simply adding a number or a date. Keep it short to avoid having the final words cut off. If you can’t keep it short, then make sure the most important words appear at the beginning of the title. Once you have found a title, write a presentation page. But don’t look at this as a formality or even as a chore. Avoid the lazy cut-and-paste job but copying a big chunk of the episode description; be as creative as possible and transcribe the tone of your podcast. This will allow you to strengthen the bond you share with your listeners, even if only a few of them will read it to the end. A couple of short paragraphs will do. No need to write a book, nor try to explain every tiny detail. In other words, tease but don’t spoil! Stick to the main information because you want the random listeners to press "Play". Your description should sell your podcast, just as a pitch sells a movie, or a back cover blurb sells a book. The closing paragraphs of your description will give you the opportunity to thank your guests or contributors, as well as the authors of your opening theme, your jingles and your audio samples. Never forget to mention them! Finally, you can also use these few lines to talk about what you may have omitted to mention, whether on purpose or not, such as your social media handle or Patreon page. Should the episodes be numbered ? Not necessarily, as they will be displayed in a chronological order on most platforms, but it could be useful for podcasts recorded as documentaries or fictions, where the episodes are linked to one another. In all cases, the number of each episode should appear at the end of the title. As strange as it may seem, it ensures that the most important words feature right at the beginning of the title. Don’t forget that on some platforms, your title will be cut off before a potential listener clicks on it, so you’d better stack all the odds in your favor. Should the episodes be presented as chapters ? When your episodes are quite long and deal with several themes or topics, it’s a good idea to time the main parts in your description. Three or four will suffice. This extra effort will be appreciated by your listeners and may convince those who come across your podcast randomly to listen to it, at least in part. Who knows, they could end up liking your tone or your concept so much that they’ll subscribe. Splitting episodes into chapters is not necessary, but it can be a true delight for your audience and a step further into the world you’re creating.
  13. Try to put yourself in the shoes of a podcast listener: there are thousands of shows online and yours happens to feature in their playlist. Maybe they had a good feeling about your title or your picture, or maybe one of their friends recommended your podcast. With so much competition queuing in the playlist, your podcast better be mesmerizing right from the start, or else they you might get the quick hook and they’ll move onto something else. There are rules to follow: an introduction should always contain key information, such as your name or nickname, the name of your podcast, its general idea, its theme, its purpose. This should take no more than 30 seconds. As for the rest, let your creativity run wild as usual: You are free to choose your opening music (as long as you abide by the copyright laws); You can create your own introduction or ask a professional to help you on platforms like Fiverr, Upwork or Airtasker; You can either record the same introduction for all episodes or change it every time to match the content of each episode. Pay close attention to your introduction when you first launch your podcast. It will come naturally after a few episodes, but be careful not to overlook any details over time, thinking the audience is already familiar with you. Think about newcomers and a first-time listener who does not know you and who may come across one of your random episodes someday. The introduction is something that should be prewritten and rehearsed. But not the only one. Why is that? Because you should do the same with the conclusion. Funnily enough, many podcasters tend to neglect the last 30 seconds of their shows, and yet, it’s a crucial part, because it is essential to make a positive lasting impression. As a matter of fact, the listener will most likely decide whether they subscribe to your podcast or not during its conclusion. Therefore, make the most of this slot to push them in that direction. Feel free to talk about your social media, your potential website or even tease the next episode, and ask listeners to leave you a positive review on their favorite podcast app. Using the same musical theme in both your introduction and your conclusion will help give your podcasts a sense of continuity between episodes. This audio theme could feature a motto or a catchphrase which the listeners will subconsciously integrate. They might like it so much that your identity could become their comfort zone and be like music to one’s ears. It is up to you to design this cocoon for them!
  14. They are different in terms of sound quality and, in fact, of size. With the WAV format, the quality is as good as that of a CD; it is probably the best option. That way, you can record your podcast in a WAV format and complete all the setting and mixing steps first. After that, you can convert your creation to an MP3 format if you want to. Why should I convert my final file to an MP3 format? Well, this will significantly downsize your file without being detrimental to the quality perceived by the human ear, if you choose the appropriate compression ratio. Here are the pros of lighter files: It is faster for you to upload. It is faster for your audience to download, regardless of their internet flow. So think about the traveler or the loner who wants to listen to you from the Kenyan savanna or the Colorado mountains. "Alright, but my uncle is a musician, and he told me that the loss of quality when converting from a WAV to an MP3 format is significant." While we have no doubt that Uncle Johnny is a talented djembe drum player, this statement only applies to a musical content. Given we are talking about a "spoken" content in this case, only few listeners will notice the minor drop in quality – that is, if you go for a bitrate of 128 kbps minimum. 128 kbps is definitely the best threshold for conscientious podcasters. Below that, some differences in good listening conditions may be perceived. However, it may not be worth sacrificing the audiophiles’ comfort by going for a 128 kbps bitrate instead of a 192 one. Besides, the number of audiophiles will keep growing in the coming years, with the ever-improving technology and its decreasing prices. So while your listeners may not mind the 128 kbps bitrate today, they are likely to be fussier in the future. We advise you not to take any risk and choose the MP3 format in 192 kbps. Why not more? Because it would be useless, even for Uncle Johnny’s sharp ear.
  15. The only obstacle you may face is a legal issue: you don’t want to infringe the copyright laws, do you? Fortunately, there are a lot of solutions to add audio samples to your podcasts while respecting the work of your peers. Take the Creative Commons licenses for instance. Creative Commons (CC) is a non-profit organization which offers a legal solution to those who wish to free their work from the intellectual property rights in force in their countries. In fact, since 2002, many creations have been ruled by CC licenses: the authors then allow the audience to copy, share and use their content, at least for non-commercial purposes, as long as they are explicitly credited. Some of these licenses even allow the audience to alter the work or not fully transcribe it. Creative Commons licenses are ideal for podcasters, as they protect them from legal proceedings or from coming under fire for using these samples. So you can either find CC-approved or copyright-free products, or follow the below tips: Many YouTube channels, such as Audio Library, have plenty of high-quality audio samples that aren’t protected by copyright. However, make sure you read the description for each of these samples, as some of the authors open their rights for specific use only (YouTube videos for instance). The Free Sound Project is definitely the most popular sound database. It is quite simple: all users can upload their own creations under the Creative Commons license of their choice. They may not all be suitable for your intended end, but you can filter the licenses and keep only those you are interested in. As for the quality, it might differ from one sample to the other, so take your time to choose the right one. There are other similar databases available, such as FreeMusicArchive, which is more about music, or AudioBlocks, which is great for sound effects; you also have French platforms, such as Jamendo and AuBoutDuFil, among others. Finally, here is a gold mine: the BBC opened its archives in late 2018; it offers more than 16,000 audio samples. From sound effects to live recordings, from air raids to zebra packs: all files are subject to the BBC copyrights but can be downloaded in WAV format and used for non-commercial purposes. They are 100% free and their quality is perfect! If you don’t mind paying for a wider choice and better quality, you can of course turn to commercial platforms. They are perfect for sound fiction creators or informative podcasters, as well as for those who don’t want to check the conditions of use any time they want to use a three-second sample: BenSound offers unlimited access to a large catalogue for annual subscription. AudioJungle is more traditional, as you pay for individual samples. It is paradise for jingle hunters and it features many parameters for research; you can find whatever you want in just a few clicks. AsoundEffect sells individual sound effects whereas EpidemicSound mainly sells music and works on a monthly-subscription basis. For a customized choice, Music Radio Creative is the best; here you can supervise the creation process from start to finish and get customized samples that match your expectations. Of course, you’ll have to wait for a few days before your jingles are ready but we couldn’t find a better platform for customized tracks!
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this website, you accept the use of cookies in accordance with our Privacy Policy.