Jump to content

Constance

Podcaster
  • Content Count

    41
  • Joined

  • Last visited

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. On ne va pas se mentir, dès lors que l’on pense à concevoir un bébé, quelque soit notre couple, si un problème d’infertilité pointe le bout de son nez, généralement, il ne s’invite pas seul. Dans nos couples, l’infertilité est mécanique, nous le savons, nous savons que nous devrons passer par une manipulation qui sera accompagnée de nombreux questionnements, et de ce fait, la moitié de chemin est faite. Par contre, ces parcours ne sont pas anodins dans nos vies de couple ou de famille, parce que quand ça ne marche pas comme on l’avait envisagé, nous sommes soumis aux doutes, aux interrogations, confrontés à l’échec et même à des considérations matérielles qui parfois vont jusqu’à solder nos espoirs de parentalité et mettre nos couples en péril. Je vous propose donc aujourd’hui d’évoquer une partie de ces questions, qui seront amenées à se poser si vous êtes en début de parcours ou encore en réflexion, avec une professionnelle. Natacha, psychologue spécialisée en périnatalité accompagne au quotidien des couples qui sont poussés à trouver des réponses, à se réinventer dans leur parcours et leurs désirs de parentalité. Nous avons échangé autour du choix de la méthode qui s’offre à nous, du choix du donneur, de considérations éthiques et de l’évolution de la société, de la discrimination, des symptômes liés aux stimulations hormonales (parce que savoir à quoi s’attendre aide à anticiper), de limite d’âge, des contraintes financières qui guident aussi nos choix et enfin de transmission des gènes. Cet épisode se veut positif. Chaque individu est différent, chaque vécu est personnel, et se faire accompagner psychologiquement dans ces parcours est ok, il ne faut pas hésiter à s’entourer d’oreilles attentives et neutres pour se préserver au maximum. Je vous invite en suivant cet épisode à échanger si vous le souhaitez sur les difficultés que vous avez rencontré, que nous n’aurions pas évoqué et qui pourraient faire l’objet d’un nouvel épisode. Je vous propose de réagir en commentaire sur Instagram sous la publication de cet épisode. Je vous souhaite une bonne écoute. Compte instagram Natacha: @lacuriositebienveillante
  2. La GPA a mauvaise presse, il faut bien se l’avouer. On entend de tout là concernant et surtout de bien vilaines choses. Évidement les témoignages que l’on retient sont surtout ceux qui marquent et donc ceux qui sont les moins enviables, un peu comme quand on regarde sur Google à quoi correspondent nos symptômes et qu’en plus on est un poil hypocondriaque. Alors on a en tête l’exploitation du corps des femmes, l’enfant non remis aux parents d’intention, le dédit aussi, des parents d’intention, le coût, qui est certain, la difficulté d’accès a ce type de procréation, on imagine se rendre dans des pays en voie de développement, j’en oublie évidement. Et puis il y a la manif pour tous, peu nombreux comme le souligne bien Mon invité, mais qui font tellement de bruit qu’ils contribuent à enfoncer des doutes qui, deja, nous chatouillaient. Alors cette semaine, je reçois Rémy qui nous embarque dans son parcours de GPA à Toronto au Canada, mais surtout qui nous fait cheminer avec lui autour des idées reçues que lui aussi a dû déconstruire. Ils voulaient être papa, c’était évident, mais jamais la question du comment ne s’était posée. Quand il rencontre Grégoire, la coparentalité se présente pour être finalement écartée. Rémy nous guide durant cette interview dans leurs démarches qu’ils ont entrepris et nous donnes des tips pour faire des choix éclairés; parce que finalement, la GPA est le plus souvent éthique quand elle est encadrée; on se rend dans des pays aussi, voir plus développés que le notre et nos enfants ont bien des papiers et une identité en arrivant sur le territoire Français. Je vous laisse découvrir l’histoire de cette jolie famille qui a vu son parcours de GPA couronné de succès avec la naissance en 2017 de leur petite Ava! compte instagram de Rémy: remy75010 association APGL: https://www.apgl.fr/ Men Having Babies: https://www.menhavingbabies.org/
  3. Cet épisode est le premier de la série enregistrée avec Marion de @Maison sous la lune, doula de formation et spécialiste de l’accompagnement des familles dans la maternité queer ou non. Il nous est apparu nécessaire de réaliser un épisode complet sur le lexique qui nous entoure pour définir nos identités, nos genres et nos sexualités. Évidement, loin de notre idée de nous rentrer dans des cases, mais c’est un fait, ce vocabulaire existe, aussi parce que certains d’entres nous ont besoin de se définir. D’autres par contre, au contraire, se refuseront à définir une personnalité en un seul mot, en un seul genre, et surtout pas par sa sexualité. Je vais vous mettre à l’aise, je l’avoue, j’ai découvert certains termes lors de notre 1er enregistrement avec Marion et sa femme Maëva, lorsqu’elles m’ont raconté leur parcours dans l’épisode 23 de la saison 1. Et pourtant je suis directement concernée par certains de ces mots. Alors comment ne pas se rendre compte de la nécessité et de l’urgence, sur le chemin de notre visibilité, de les décrypter pour éclaircir le débat aux yeux de tous. C’est donc avec toute la douceur, la bienveillance et l’humilité que Marion véhicule que nous avons pris le temps de mettre du sens sur des mots pas, peu ou mal usités, car même les médias font des amalgames. Nous avons parlé, au delà de la définition de notre acronyme, de cisgenre, d’alliés et de l’accompagnement idéal que devrait recevoir une famille queer dans l’entrée dans la maternité. Dois-je vous avouer que malgré un premier enregistrement et donc un premier pied dedans, la subtilité de certains termes m’est à nouveau apparue lors du montage de cet épisode? Et dois-je vous avouer aussi que notre cheminement à toutes les 2 quant à ces mots a bougé au gré de notre discussion au sein de cet épisode? Le chemin vers la construction d’une nouvelle vision de l’identité et la déconstruction d’une norme binaire encrée dans nos pensées est long mais la bonne nouvelle est que la route est dégagée pour la plupart d’entre nous. Je vous laisse découvrir cet épisode très enrichissant avec la voix apaisante de Marion à mon micro. Je vous souhaite une bonne écoute. Livres cités par Marion: Rituels de femmes: Pour Réenchanter la maternité, Isabelle Challut, ed.Courrier du Livre Compte instagram: @Intersex_info Compte instagram de Marion: @maisonsouslalune
  4. Episode Hors Série dans le cadre de la journée de sensibilisation au deuil périnatal Cet épisode est un hors série enregistré dans le cadre de la journée de sensibilisation au deuil périnatal. Il y a des personnes qui jalonnent votre vie, dont vous vous rappelez dans certaines circonstances, dans certains lieux. Pour moi, c’est le cas de Ioulia, que j’ai rencontré au conservatoire quand j’étais enfant. Elle parlait peu de son histoire, c’était une enfant discrète et surtout reconnaissante, c’est le souvenir que j’en avais. Et malgré cela, elle était lumineuse, tant et si bien qu’en passant devant chez elle il y a peu, je me suis à nouveau rappelée de cette petite fille aux boucles blondes, qui venait d’URSS, et qui jouait si bien du violon. Quand Ioulia est revenue vers moi au hasard de la découverte de ce podcast, elle aussi s’est souvenue qu’elle me connaissait mais elle n’arrivait pas à remettre le contexte. Pour moi ça a été immédiat et surtout, j’ai été réellement surprise qu’elle m’ait reconnue! J’ai alors découvert la suite de son histoire, la vie qui ne l’avait déjà pas épargné, les a égratigné un peu plus elle et son mari. J’ai été peinée de réaliser qu’elle avait vécu la pire douleur qu'il soit, la perte d’un enfant, et éblouie du fait qu’elle ait réussi à survivre à son fils Simon. Malgré la rudesse d’un parcours PMA, leur envie intacte d’avoir un deuxième enfant a été plus forte et leur a offert un bébé arc en ciel, un enfant d’après en la personne de Joseph. Dans cet épisode, nous évoquons ensemble la rencontre de Ioulia et Frédéric avec Joseph, la spécificité d’un enfant arc en ciel mais aussi cette histoire qui porte en lui et qu’il doit apprivoiser. Nous revenons sur la polémique récente lancée par la télé et certains animateurs peu vertueux qui se sont permis de juger de la façon de vivre la douleur et la perte d’un enfant, et surtout qui ont eu l’indélicatesse de renier cette épreuve et ces enfants. Nous avons échangé aussi sur les bienfaits que l’écriture a eu sur le processus d’acceptation pour Ioulia consacrés par la sortie de son livre À vif, qui se veut compagnon des parents endeuillés et pas que. Et enfin Ioulia nous guide dans l’accompagnement que nous pourrions avoir vis à vis de proches qui subiraient ce drame. J’espère que cet épisode si particulier et si important pour moi vous sensibilisera au deuil périnatal qui touche les familles à tous les stades de la grossesse mais aussi pendant et après la naissance. Ces familles sont hélas plus nombreuses qu’on le croit et taisent leur douleur tant le sujet est encore tabou.
  5. Je ne sais pas vous, mais moi j’ai toujours eu l’impression que les États Unis avaient une longueur d’avance sur nous concernant la possibilité de concevoir pour les familles homoparentales. Des 1995 et la diffusion en France de la série Friends, le ton est donné. Le premier épisode intègre instantanément une famille homoparentale, celle de la ex-femme de Ross avec sa compagne et leur fils commun, et je crois me souvenir que cela m’avait paru hallucinant a l’époque. Inconcevable en France. La liberté des couples homosexuels, que je découvrais a ce moment là dans les Chroniques de San Francisco d’Amistad Maupin, me faisait rêver et dessinait déjà mes rêves d’expatriation. Olivia et Camille sont allées au delà de leurs rêves et ont concrétisé leurs envies de nouveaux horizons à la faveur d’un stage de fin d’études. Elles ont découvert la Floride, et l’ouverture d’esprit des Floridiens quant à l’avenir des familles homoparentales. Elles se sont projetées dans cette vie là et si finalement la loi fédérale sur la reconnaissance du 2eme parent n’est que très récente, la simplicité d’accès à la PMA pour les couples de femmes et les femmes seules n’est pas une légende. En couple, elles me racontent leurs parcours, celui qui a vu la naissance de leur fils Evan puis celui qui a vu naître leurs jumeaux Adèle et Raphaël 2 ans plus tard. On parle aussi business parce que l’Etats-Unis sont ce qu’ils sont, la liberté et le libéralisme ont un coût qui n’est pas neutre, et surtout qui nous ramène malgré tout à la réalité de nos parcours en Europe. Certes nous devons nous rendre à l’étranger et nous devons payer notre PMA, mais c’est le cas ailleurs aussi, même si la clinique est en bas de chez soi. Je vous laisse découvrir cet épisode qui va vous faire voyager et surtout découvrir une magnifique famille Franco-Américaine qui vit et profite de son rêve Américain sous toutes les coutures. Compte instagram: @two.mamans
  6. J'adore cette citation: « Ils ne savaient pas que c’était impossible alors ils l’ont fait » Mark Twain Je parle systématiquement d’adoption dans les épisodes, d’adoption par le conjoint. Par contre c’est la première fois que je vais aborder l’apparentement d’un enfant à un couple femmes. La première fois pour la simple et bonne raison que c’est encore une forme d’accès à la parentalité qui reste marginale dans nos familles. Clémence et Anais se sont rencontrées il y a 8 ans, elles se sont lancées dans leur projet 1 an et demi après leur rencontre. Aujourd’hui elles sont les heureuses mamans de Gustave. Alors je vous spoile un peu la fin, mais il est à noter que pour le moment, mes interviews ne ressencent que des familles avec enfants. Gustave est l’un des premiers enfants confiés à un couple de femmes, à un couple homosexuel. En parallèle de leur parcours de PMA, Clemence et Anais ont mené un parcours d’adoption. Elles auront vécu 6 ans, de tentatives, d’échecs, d’errance médicale, de doutes, de renoncements, d’annonces de grossesse de leur entourage, pour qu’alors qu’elles tiraient définitivement un trait sur leur désir de maternité et qu’elles envisageaient de devoir conjuguer leur futur à 2, l’univers leur envoie le plus beau des signes. La vie avait un plan pour elles! Elles ont déplacé des montagnes, fait bougé les lignes, n’ont jamais failli et surtout n’ont jamais cessé d’avancer alors même que l’administration leur disait que c’était impossible. Aujourd’hui elles vivent cette merveilleuse aventure qu’est la maternité depuis près d’1 an que leur petit Gustave leur a été confié. Je vous laisse découvrir ce témoignage poignant, vivre avec moi ces montagnes russes émotionnelles qui m’ont submergé quand j’ai moi même découvert leur parcours au micro d’Elise de @prenonsuncafe. Je vous souhaite une bonne écoute Compte instagram Clémence: @clemjak
  7. Pour donner le ton de cette saison et parce que je souhaitais avoir le ressenti d'une enfant au coeur de ma vie, notamment, je me suis confrontée au regard de notre fille sur notre famille. J'ai longtemps hésité, j'ai attendu, je l'ai laissé apprivoiser mon activité de podcasteuse, je lui ai demandé si elle voulait bien être mon invitée pour un épisode spécial. Par contre ce que je n'ai pas fait, spécifiquement pour ne pas biaiser son témoignage, c'est de l'informer des questions que j'allais lui poser, ni de la briefer sur les réponses que j'attendais. Je n'ai pas ou peu retouché la bande, juste coupé les blancs et les temps de réflexion pour donner plus de rythme à l'enregistrement. Ce que je n'ai pas maîtrisé c'est la timidité et la monté d’adrénaline qu'a subit Juliette, la difficulté pour elle de mettre des mots sur son quotidien malgré son enthousiasme initial. J'ai donc abrégé l'entretien pour ne pas la laisser en difficulté et lui ai fait écouter la bande brut puis montée en la rassurant. Le biais est très certainement notre lien de parenté, qui, à 8 ans, joue, je pense, sur ses réponses. On pourra se demander si elle a répondu ce qu'elle pensait ou ce qu'elle pensais que je voulais entendre. Pour moi, de ce que je perçois de notre quotidien, ses réponses sont sincères et reflètent notre vie courante. Il était important pour moi de laisser une trace sur ce podcast, du quotidien de cette petite fille Extra-ordinaire, qui vit une vie qui est la résultante de nos choix et non pas des siens. Son discours évoluera avec le temps, et c'est pour cela que je lui proposerai à nouveau d'enregistrer son témoignage au fil du temps et de ses envies. Je vous remercie d'accueillir ce témoignage avec toute l'indulgence et la bienveillance dont je sais que vous saurez faire preuve. Je vous livre un morceau de notre intimité, c'est intimidant de se mettre ainsi à nu, mais je reste convaincue que les plus à même de nous livrer leurs sentiments et de nous dire qu'ils vont bien sont ceux qui sont au cœur de nos vies et la raison de nos combats. Nos enfants vont bien! Je vous souhaite une bonne écoute.
  8. (sans médicalisation de la conception) Depuis la diffusion de cet épisode, Marion et Maeva sont devenue Mamans. Elles ont fait la découverte de leur petit Soane chez elles, lors d'une naissance elle aussi la plus naturelle possible. Je dois dire qu'elles m'impressionnent par leur sérénité face à la découverte de la maternité, mais aussi par leur assurance dans les choix qu'elles font et l'ouverture d'esprit totale qu'elles manifestent pour ces derniers. Je vous invite d'ailleurs à aller découvrir le récit de leur accouchement sur son compte Instagram @maisonsouslalune. Je souhaite la bienvenue à Soane ainsi qu'na Marion et Maéva dans cette superbe aventure qu'est la maternité. Félicitations à tous les 3! -- Lorsque l’on prend la décision de choisir un donneur connu, le point essentiel a ne pas sous estimer dans la relation avec lui est la confiance. La confiance doit être réciproque pour que l’association fonctionne en toute sérénité. Lors de notre recherche, souvent nous nous retrouvons devant un champ des possibles assez large pour trouver la perle rare: forum, site internet, ami, connaissance, etc. Marion et Maeva on eu une démarche très réfléchie, elles savaient ce qu’elles recherchaient et surtout elles comptaient sur la cooptation de leurs amis pour établir cette relation de confiance. Elles ont pris le temps de la réflexion, pris leur courage à deux mains et ont écrit un e-mail à leur proches pour leur expliquer leur démarches et ainsi recueillir leurs recommandations. Ce qui distingue Marion et Maeva est la sérénité avec laquelle elles ont abordé ce parcours. Incontestablement le métier de Marion qui est Doula ainsi que sa formation ont joué sur la hauteur qu’elles ont pu prendre dans leurs réflexions et dans la réalisation de cette grossesse. Nous l’avons d’ailleurs abordé ce métier encore trop peu connu en France, ce métier d’accompagnement du couple dans la maternité, ce métier qui prend soin du couple avant pendant et après l’arrivée de bébé. C’est un métier de savoir, et surtout de transmission du savoir auprès des jeunes parents. Chaque couple est unique, chaque couple a ses particularités, le vocabulaire employé dans l’accompagnement de ces moments si singuliers et si sensibles à son importance, et les Doulas sont ouvertes et même formées pour certaines a l’ouverture. Elles peuvent alors accompagner nos familles aussi respectueusement que des familles plus traditionnelles. Je vous laisse découvrir cette famille si inspirante et vous souhaite une bonne écoute
  9. Il y a quelques jours, Léa annonçait sur son compte Instagram @leacr, qu'elle avait un projet fort. Si vous avez écouté cet épisode, vous savez deja que Léa accompagne des couples de femmes et des femmes seules dans leur projet de parentalité au Portugal (à titre gratuit, elle le précise et je le fais aussi). Dans cette lignée, elle a décidé de créer un guide papier afin de nous accompagner dans nos projets. Alors qui de mieux placée qu'elle pour se lancer un tel objectif? Je vous laisse (re)découvrir cet épisode afin de pouvoir vous faire un idée des personnes que sont Léa et Capucine, et envisager une destination moins connue, qu'est le Portugal, comme pays de conception de nos enfants. -- On donnerait beaucoup pour avoir un guide dans cette étape si importante de nos vies. C’est d’ailleurs une des vocations de ce podcast: vous éclairez dans vos choix, banaliser ces aventures et donner de la visibilité à nos familles. Léa, @leacr, a la même vision des choses. Avec Capucine, sa femme, elles ont découvert par « hasard » que le pays qui les accueillait était ouvert à la PMA pour les couples de femmes et les femmes seules. Elles ont ainsi découvert que le Portugal, qui est loin d’être un pays de première intention dans nos parcours, proposait une multiplicité de possibilités et, de ce fait, une vraie liberté dans nos choix. Elles ont pu maîtrier toute la chaîne du process, s’en sont remis à l’univers aussi parfois, et ont vu leurs efforts couronnés de succès par la naissance de leur fille Liv. Aujourd’hui Léa milite par le biais de son compte Instagram @leacr et de son blog pour la reconnaissance et la valorisation de cette destination PMA. Elle en a fait une de ses activités et, accompagne et guide des couples qui souhaitent réaliser leur parcours au Portugal. Pour celles et ceux qui ne connaissent pas Lea, on découvre son compte pour ses photos, on tombe amoureuse de sa fille Liv et on s’aperçoit que la beauté de son Feed et surtout lié à la grâce et au bonheur que transmette cette famille. Je vous souhaite une bonne écoute 🙂
  10. Je crois qu'il s'agit de l'épisode qui vous a le plus touché. J'ai reçu beaucoup de messages pour évoquer cette construction de la famille. Je pense que c'est un choix qui nous interpelle car nous aimerions pouvoir l'avoir et le faire mais que nous sommes souvent trop craintifs.ves face a une loi qui n'encadre que peu et qui ne protège pas ce type de parentalité. Et pourtant quand on voit et qu'on ecoute Barbara raconter leur histoire, on ne peut que constater la réussite de ce modèle et si vous la suivez sur les réseaux, vous pourrez vous aussi vous rendre compte que cette famille respire le bonheur et la sérénité. Je vous souhaite une bonne ré-écoute ou une belle découverte 🎧 -- La place que nous souhaitons ou ne souhaitons pas laisser au donneur est une donnée importante à baliser avant même de commencer nos recherches, dans les premières idées que nous jetons sur le papier. Si ces décisions ne sont pas simples à prendre, pour Barbara et Marye toutefois, le choix du donneur a été une évidence. Elles avaient un donneur tout trouvé qui, de plus, à accepter leur demande avec un plaisir non feint. Ce donneur n’est autre que l’ancien compagnon de Barbara, celui qui a vu leur histoire naître et qui a accepté de se retirer quand il n’avait plus sa place. C’est alors tout naturellement, qu’aujourd’hui, Barbara et Marye ont choisi de lui laisser une vraie place dans la vie de leur fils, en le laissant libre de choisir l’engagement qu’il souhaitait y apporter et, je vous le donne en mille, qu’il a prise avec toute la symbolique qu’elle représente. Il est un paparrain, plus qu’un parrain et moins qu’un papa, comme le designe si bien Barbara. Et c’est bien cette différence qui exclu la coparentalite de cette composition familiale. Leur famille, elles le savaient, Barbara et Marye la voulaient à 2, Gaspard a bien 2 mamans, l’adoption a été prononcée et l’acte de naissance est très clair. Il a aussi un donneur présent dans sa vie à la hauteur qu’il le souhaite et la facilité avec laquelle est vécue cette situation la rend simple et cette famille respire le bonheur.
  11. Durant cette pause estivale, je souhaite vous repartager les épisodes les plus marquants, pour moi, comme pour vous. Pour moi en vous en donnant les raisons, pour vous en tenant compte de vos retours en terme d’écoute ou de commentaires. Je vous laisse Re-découvrir cet épisode si important pour moi, car c'est le premier enregistré, celui qui m'a mis le pied à l'étriller, celui qui a essuyé les platres, mais aussi celui que auquel vous avez été le plus réceptif, celui qui à eu le plus de succès. Encore une fois Merci Floriane & Mélanie d'avoir cru au projet et de votre confiance. -- Dans ce 2eme épisode je vais vous présenter l’histoire de Floriane et Mélanie, une histoire attachante, difficile, un parcours semé de doutes et d’inquiétudes, mais riche d’une certitude, qu’un jour elles construiraient leur famille. Floriane et Mélanie on eu le temps, si l’on peut dire, de tester plusieurs méthodes, d’affiner leur choix, de decouvrir leur bébé étoile Luna, pour arriver enfin à la naissance de leur petit Lubin. Aujourd’hui, Floriane est à mon micro et c’est avec toute l’émotion qui le jalonne, qu’elle nous fait vivre et qu’elle revit l’intensité de leur parcours. -- Je vous souhaite une belle ré-écoute.
  12. Et le voici arrivé, le dernier épisode de la saison. 26 épisodes déjà, je n’aurais jamais cru pouvoir en produire autant ni avoir suffisamment de « matière » pour en produire autant. Et pourtant la saison 2 se profile déjà bien chargée et remplie de témoignages plus émouvants les uns que les autres. Je ne pouvais pas clôturer cette saison sans un dernier témoignage, car je sais que vous les appréciez tout particulièrement. Et quel témoignage! Axel.le est venue vers moi pour me raconter son histoire, leur histoire avec son Mari Enzo, qui a conduit à la naissance de leur fille Mia il y a 2 ans. Mia est issue d’une GPA au Canada, à Vancouver précisément. Elle est le fruit d’une histoire d’amour tout simplement, ni plus ni moins. J’ai découvert, comme vous allez le faire, l’histoire d’une famille attachante, émouvante, rassurante sur la faisabilité de nos projets quelque soit notre configuration. La GPA reste une option coûteuse et hélas encore trop peu reconnue en France mais il ne faut pas nier qu’elle permet chaque année la naissance de centaines d’enfants « en France ». La loi évolue mais toujours trop lentement et clairement la GPA est une des grandes oubliées de la future loi bioéthique. C’est pourquoi il est important de ne pas invisibiliser les familles y ayant eu recours ainsi que les enfants issus de cette méthode de procréation. Je vous laisse découvrir le témoignage poignant d’Axel.le et Enzo et n’hésitez pas comme d’habitude à me faire part de votre ressenti sur le compte Instagram du podcast: @lesenfantsvontbienpodcast. Et si l’émotion est forte, comme je m’y attends, partagez le 🙂 Je vous souhaite une bonne écoute https://www.vie-publique.fr/eclairage/18636-gestation-pour-autrui-quelles-sont-les-evolutions-du-droit
  13. Il y a un pan de la parentalité LGBTQIA+ qui est d’office exclue des discussions autour de la futur loi bioéthique et pourtant elle fait l’objet de bien des débats. Est-ce que la France ou plutôt les français ne sont pas encore prêts pour l’envisager, est-ce que sa réputation est trop « sulfureuse » ou très « fantasmatique », est-ce que ce sont plutôt nos politiques qui sont trop conservateurs? Ce qui est sûr c’est qu’il ne faut pas la nier et surtout il ne faut pas invisibiliser les familles y ayant eu recours et les enfants issus de cette technique de procréation. Il est bien sur question de la GPA, gestation pour autrui, qui est l’une des rares possibilités pour des couples de papas ou des couples Transgenres d’avoir accès à la parentalité. Avec Maître Berdeaux, nous sommes revenus sur le contexte légal qui entoure la GPA, les possibilités de reconnaissance et notamment la préférence pour l’exequature (poke @adavocat) dans les procédures de transcription des actes de naissances. Nous avons par la suite fait un point sur la GPA sauvage qui elle aussi n’est pas un mythe. Enfin, nous avons fait un tour d’horizon rapide mais toutefois nécessaire, autour d’une parentalité encore différente, qui, bien souvent, n’est pas notre premiere intention, car trop difficile d’accès. Il s’agit bien sûr de l’adoption d’un enfant pupille d’état. Elle aussi semble inaccessible et pourtant, depuis quelques années, certaines familles homoparentales, après passage par la case mariage, arrivent à se voir confier des enfants. Encore une fois je tiens à remercier chaleureusement maître Berdeaux pour le temps accordé à ces enregistrements et pour ses conseils avisés et éclairés dans notre accès à la parentalité. Je vous souhaite une bonne écoute ♥️ Cabinet Florent Berdeaux Avocats A Paris : 32 rue Le Peletier, 75009 Paris Téléphone : 01 84 16 37 06 – Fax : 01 84 16 38 57 A Biarritz (cabinet secondaire) : 10 boulevard d’Augusta, 64200 Biarritz Téléphone : 06 26 97 07 57 – Fax : 01 84 16 38 57 Mail : cabinet@berdeaux-avocats.fr https://www.berdeaux-avocats.fr/
  14. une PMA à la clinique Saint Jean de Bruges Quand j’ai eu l’idée de lancer ce podcast, j’avais bien évidement en tête les premières personnes que j’aurais aimé recevoir à mon micro, des personnalités évidentes. Man0umi fait partie de celle-ci. Engagée, inspirante, militante, défenseuse des droit des femmes et des droits des familles homoparentales, elle donne quotidiennement de la visibilité aux causes qu’elle soutient. Man0umi et son amoureuse ont une histoire digne d’un film romantique. Issues de 2 milieux et de 2 cultures très différentes, elles ont construit leur histoire dès le lycée. La vie les a séparé pour les réunir à nouveau quand Man0umi allait s’engager auprès de quelqu’un d’autre. Ensemble elles ont abordé le désir d’enfant avec évidence et on rapidement découvert comment se faire accompagner et guider sereinement. 2 enfants sont nés de leur parcours, Romy et Noa, et si aujourd’hui Man0umi se bat pour nos droits, c’est avant tout pour eux. La maternité a révélé cet engagement, ou plus exactement l’a réveillé. Nous avons échangé avec Man0umi sur le choix de leur clinique à Bruges, leur accompagnement par l’APGL, la difficulté des échecs, l’arrivée de leurs 2 rayons de soleil ainsi que la perception de cette maternité par leurs familles. Enfin elle a souhaité faire passer un message d’espoir: en donnant de la visibilité, la volonté est de rassurer et de guider avant tout, de la découverte de notre sexualité, à la réflexion de la parentalité, mais aussi de construire un monde plus inclusif pour nos enfants. Compte instagram de Man0umi: @man0umi Site internet Clinique Saint Jean de Bruges: https://www.clstjean.be/clinique-de-la-fertilite-0
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this website, you accept the use of cookies in accordance with our Privacy Policy.